15/03/2005

Transition …dans une ASBL paracommunale !

Pour en savoir plus

Transition …dans une

ASBL paracommunale !

 

Diapason-Transition, c’est le nom d’une ASBL toute Carolo, spécialisée dans l’accueil socio-sanitaire des toxicomanes.

Dernièrement, celle-ci a défrayé la chronique locale par l’ampleur du salaire que s’était octroyé, pour un quart temps,  Jean Pol Avaux, administrateur délégué de l’ASBL, par ailleurs chef de cabinet  adjoint et secrétaire du Ministre JC Van Cauwenberghe. Les chiffres sont à donner le tournis. On a cité des montants de 82.000 et de 115.000€/an pour quelques heures de prestation par mois, sur une enveloppe de 350.000 € pour 4 personnes alors que les 10 « temps plein » de l’antenne de Charleroi devaient se partager 400.000 €. Couvert par son conseil d’administration, l’administrateur a d’abord nié les faits, mais devant les preuves, il donnait sa démission. Comme le rappelait le personnel,(42 travailleurs) « Cet argent vient  du contribuable. C’est intolérable. On s’occupe des pauvres ici. C’est sur leur dos  qu’il s’est enrichi » et de réclamer un geste de l’autorité politique de la ville, subsidiant l’asbl à concurrence de 488000 €/an. « Plus de cumul, de clientélisme…de la transparence ! ». A noter, que des

 

subsides de l’INAMI (1,5 millions d’€) étaient également versés pour le paiement des salaires. Triste histoire qui met en lumière l’indispensable contrôle et la totale transparence des ASBL subventionnées par les villes et les communes. C’est une vieille revendication des communistes là où ils siègent. A Charleroi, les élus communistes Malika El Bourezgui et Jacques Coupez siégeant au sein du groupe Ecolo, ont cautionné la demande  introduite par le chef de file Luc Parmentier. Ils considèrent par ailleurs que les traitements devraient être limités à la hauteur des subsides de l’INAMI. Si un supplément devait être payé, le montant global  ne pourrait en aucun cas dépasser le salaire que percevrait la personne si elle était employée directement par la ville pour la même fonction (barèmes connus). De cette affaire on retiendra que mise sous  pression, la ville a décidé la mise en place d’une cellule d’audit et d’appui aux ASBL.Elle sera chargée de les aider notamment dans la gestion comptable et le suivi financier.       A suivre en tout cas et dans la …transparence !

A recréer, aussi, le climat de confiance avec le personnel qui, sans limite s’investit dans l’action sociale développée par ce centre d’aide aux toxicomanes. Une affaire plus que regrettable, qui hélas peut être un dopant pour l’extrême droite !

 

Jacques Coupez, conseiller communal ECOLO, membre du Parti communiste.

10:51 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

un de plus Cet article date déjà de 2005 à ce que je vois, j'espère que son auteur consulte régulièrement ces commentaires.

Je suis également plongé dans l'analyse d'asbl paracommunale... car en constatant la faillite de certaines de celle-ci alors qu'elles étaient totalement rentable et pouvaient être des poules aux oeufs d'or à répartir dans les activités dont elles s'occupaient, J'ai remarqué que l'intervention des politiques y était pour beaucoup dans ces faillites totalement honteuse... Alors qu'on s'en foutte un peu dans les poches ça passe même de là à détruire une association et par là même toute les personnes qui y travaillaient parce ce qu'elles ne savent plus être payée, je trouve cela honteux!

J'aimerais énormément que toutes ces magouilles soient dénoncées... Malheureusement je ne peux le faire seul car les données que j'ai reçue de ne devaient pas m'être transmise, et on m'a prévenu de ne pas faire cela car je risquais d'etre attaqué en justice pour dénonciation sans preuve...

Il faut faire bloc !

Écrit par : Xavier | 18/02/2008

Les commentaires sont fermés.