15/03/2005

Etincelle n°3 mars 2005

l'ETINCELLE N°3
Mars 2005


11:12 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Honteux amalgames entre nazisme et communisme !

Honteux amalgames entre nazisme
et communisme !

 

Sous l'impulsion de députés européens issus d'Europe de l'Est, une dangereuse tendance à assimiler pour les interdire, symboles du nazisme et symboles du communisme semble de bon ton dans certains milieux proches du Parti Populaire Européen (catholique).

 

Cet amalgame est scandaleux ! Ces députés attribuent au Pacte germano-soviétique la responsabilité de la seconde guerre mondiale, considérant que les Etats-Unis ont, seuls, vaincus le nazisme et le communisme. Que certains revanchards règlent des comptes avec des régimes dont nous avons par ailleurs condamné les excès, est une chose ; qu'ils procèdent, pour ce faire, à une honteuse révision de l'histoire en est une autre que nous ne pouvons admettre.

En effet, comment oser oublier l'aide, avant guerre, des capitalistes américains (dont la famille Bush) au régime hitlérien qui a permis à ce dernier de s'armer ? Comment oser taire les accords de Munich conclu, dès 1939, entre Chamberlain (Grande-Bretagne), Daladier (France) et Hitler (Allemagne) sur le dos des Soviétiques ?

Comment oser nier l'effort de guerre inouï du peuple soviétique qui est à la base de la victoire des alliés sur l'Allemagne nazie ? Comment oser faire l'amalgame des victimes et des bourreaux quand on sait combien fut grand le sacrifice des résistants en général, et des résistants communistes en particulier.

 

Dans une lettre publiée par le Corriere della Sera, M. Frattini, Commissaire européen, se prononce pour cette double interdiction. Comment ose-t-il, ce commissaire issu des rangs d'un parti acoquiné au gouvernement italien à des fascistes nostalgiques de Mussolini ?

La Commission européenne, dont on sait que la vocation n'est pas de promouvoir une politique progressiste, se grandirait en rejetant cette basse opération. Les communistes du Centre appellent les élus progressistes à désavouer de telles manoeuvres.


11:08 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BREVES : Un Rotchild chez "Libération"

 

Un Rotchild chez "Libération"

SPECTACULAIRE MARIAGE DANS LA PRESSE FRANCAISE

 

Edouard de Rothschild, prince parmi les princes de l'oligarchie française, s'est décidé à investir 20 millions d'euros dans la presse. Cible choisie? Le Figaro? NON, "Libération" , le quotidien de Serge July, ancien hyper-gauchiste, leader des tendances les plus radicales du mai 68 et créateur à ce titre du mouvement de la "Gauche prolétarienne armée". Il est vrai que l'ancien pourfendeur du PCF et la CGT (c'était sa tâche majeure), qu'il accusait alors de "réformisme" et d'être trop mous par rapport au grand capital, s'est beaucoup assagi au point  d'avoir été un des soutiens médiatiques les plus fervents des bombardements de l'OTAN contre la Yougoslavie.

Pour sauver les apparences, l'ancien "prolétarien armé" a affirmé solennellement que le fait que son camarade Edouard mette son argent dans Libé ne signifiait nullement qu'il allait y mettre aussi ses idées.

Précaution inutile, puisque c'est July qui semble, depuis belle lurette, avoir mis les siennes dans le sillon des Rothschild .

11:05 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BREVES : Le restructurateur du mois a du peps

                                     

Le restructurateur du mois a du peps

 

Colgate-Palmolive, le géant du dentifrice et du liquide vaisselle, a  annoncé le 7 décembre un plan mondial de restructuration qui va entraîner 4 500 licenciements sur quatre ans, soit 12% des effectifs, et la fermeture d'un tiers des 78 usines du groupe. Cette gestion de bon père de famille devrait rapporter 300 millions de dollars, ce qui n'est pas du luxe vu qu'en 2003 le groupe n'a réalisé que 1,4 milliards de profits.

Le bonus dégagé par la compression du petit personnel va permettre " une croissance supérieure des bénéfices et davantage de dépenses dans la publicité", a expliqué sans hypocrisie le PDG de Colgate, Reuben Mark.

 

A noter que le revenu annuel du patron est de 141 millions de dollars, stock-options comprises. A vue de nez, ça fait environ soixante-dix millions de tubes de dentifrice. Pour faire briller l'émail de dents aussi longues, ça n'est pas de trop. (Source : CQFD).


11:03 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BREVES : Accablant rapport d'Oxfam


Accablant rapport d'Oxfam : "les pauvres payent le prix de l'échec des pays riches"

 

Un nouveau rapport d'Oxfam Internatioal révèle aujourd'hui que 45 millions d'enfants supplémentaires mourront inutilement avant 2015, parce que les pays riches, contrairement à leurs engagements, échouent à fournir les ressources nécessaires pour surmonter la pauvreté.

 

Le rapport, intitulé "Le prix à payer", constate que les budgets d'aide au développement des pays riches représentent la moitié de ce qu'ils étaient en 1960 et que les pays à faibles revenus remboursent chaque jour 100 millions de dollars à leurs créanciers. Oxfam évalue également à 97 millions, le nombre d'enfants supplémentaires qui ne seront  toujours pas scolarisés d'ici 2015, si aucune action urgente n'est entreprise.

 
Extrait du Drapeau Rouge



10:58 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pourquoi existe-t-il des ASBL paracommunales ?

Pourquoi existe-t-il des ASBL

 paracommunales?

 

La campagne électorale 2000 s'était déroulée à Courcelles par la mise en évidence de dysfonctionnements importants au niveau d'ASBL paracommunales comme CORAIL ou le SLAIE.

Suite à l'intervention des conseillers communaux UCPW, ces associations furent fermées et des actions judiciaires non encore abouties – engagées.

 

Comment en arrive-t-on à ce genre de dérives?

 

Des ASBL paracommunales ont été créées par divers conseils communaux pour rencontrer dans l'urgence certaines problématiques sociales (aide aux plus démunis, garderies d'enfants, lutte contre la toxicomanie,…).

Comme ces associations sont financées par des

subventions diverses tant fédérales que régionales,

elles doivent réagir rapidement aux subventions annoncées, créer un projet et le soumettre à l'avis des pouvoirs de tutelle pour émarger aux subventions.

Comme la structure traditionnelle de toute décision prise par tout Conseil communal est lourde et très longue, il est impossible de réagir rapidement dans le laps de temps requis pour le dépôt de tout dossier.

Les conseils communaux ont ainsi créé des ASBL aux commandes desquelles se trouvent des administrateurs comptant en principe une représentation proportionnelle d'élus communaux.

Et là se trouve le piège car l'attention des élus se relâche et souvent par sens du copinage politique (ce sont des camarades qui gèrent, nous sommes donc en confiance), les conseillers communaux n'exercent pas les tâches qui leur sont assignées par la loi à savoir le droit de regard et le droit de contrôle sur tous les documents régissant la vie de toute association.

Cette surveillance n'étant pas accomplie, on connaît des dérives à la Courcelloise ou à la Carolo comme en témoigne l'article ci-après.

 


10:54 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Transition …dans une ASBL paracommunale !

Pour en savoir plus

Transition …dans une

ASBL paracommunale !

 

Diapason-Transition, c’est le nom d’une ASBL toute Carolo, spécialisée dans l’accueil socio-sanitaire des toxicomanes.

Dernièrement, celle-ci a défrayé la chronique locale par l’ampleur du salaire que s’était octroyé, pour un quart temps,  Jean Pol Avaux, administrateur délégué de l’ASBL, par ailleurs chef de cabinet  adjoint et secrétaire du Ministre JC Van Cauwenberghe. Les chiffres sont à donner le tournis. On a cité des montants de 82.000 et de 115.000€/an pour quelques heures de prestation par mois, sur une enveloppe de 350.000 € pour 4 personnes alors que les 10 « temps plein » de l’antenne de Charleroi devaient se partager 400.000 €. Couvert par son conseil d’administration, l’administrateur a d’abord nié les faits, mais devant les preuves, il donnait sa démission. Comme le rappelait le personnel,(42 travailleurs) « Cet argent vient  du contribuable. C’est intolérable. On s’occupe des pauvres ici. C’est sur leur dos  qu’il s’est enrichi » et de réclamer un geste de l’autorité politique de la ville, subsidiant l’asbl à concurrence de 488000 €/an. « Plus de cumul, de clientélisme…de la transparence ! ». A noter, que des

 

subsides de l’INAMI (1,5 millions d’€) étaient également versés pour le paiement des salaires. Triste histoire qui met en lumière l’indispensable contrôle et la totale transparence des ASBL subventionnées par les villes et les communes. C’est une vieille revendication des communistes là où ils siègent. A Charleroi, les élus communistes Malika El Bourezgui et Jacques Coupez siégeant au sein du groupe Ecolo, ont cautionné la demande  introduite par le chef de file Luc Parmentier. Ils considèrent par ailleurs que les traitements devraient être limités à la hauteur des subsides de l’INAMI. Si un supplément devait être payé, le montant global  ne pourrait en aucun cas dépasser le salaire que percevrait la personne si elle était employée directement par la ville pour la même fonction (barèmes connus). De cette affaire on retiendra que mise sous  pression, la ville a décidé la mise en place d’une cellule d’audit et d’appui aux ASBL.Elle sera chargée de les aider notamment dans la gestion comptable et le suivi financier.       A suivre en tout cas et dans la …transparence !

A recréer, aussi, le climat de confiance avec le personnel qui, sans limite s’investit dans l’action sociale développée par ce centre d’aide aux toxicomanes. Une affaire plus que regrettable, qui hélas peut être un dopant pour l’extrême droite !

 

Jacques Coupez, conseiller communal ECOLO, membre du Parti communiste.

10:51 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Carburants : la grosse arnaque

Carburants : la grosse arnaque

 

Le pétrole, ce n'est pas le champagne. Quand le brut pétille, les consommateurs ne sont pas à la fête. Le baril, anormalement bas ces dernières années, a plus que triplé depuis plus de trois ans.

Régulièrement les médias nous servent la formule magique "nouvelle hausse du mazout de chauffage, de l'essence, du fuel ou du GPL". Ces prix sont la conséquence de la hausse des produits pétroliers sur les marchés internationaux.

Un peu courte, l'explication. En 1991, durant la guerre du Golfe comme en 1996, le prix du baril était déjà au plus haut. Au début des années 80, il flirtait avec les 40 dollars contre 30 aujourd'hui. Mais le prix des carburants est maintenant bien plus élevé qu'il ne l'était alors.

 

Et la baisse massive des prix du brut en 1998 n'a pas fait baisser à la pompe dans les proportions attendues. Résultat, le prix du mazout de chauffage a plus que doublé et le litre d'essence a largement passé la barre des 40 F. les prix du gaz, indexés depuis les années 70 sur les prix pétroliers, suivent "opportunément" le mouvement.

 

Plusieurs éléments jouent contre le "cochon de payant de consommateur" pour amplifier la hausse du baril.

 

1.       Les produits sont toujours négociés en dollars. L'euro, la nouvelle monnaie unique devait nous mettre à l'abri des spéculations monétaires. Depuis lors, pas davantage de diminution des coûts des produits pétroliers, malgré la chute du dollar qui vaut +/- 0,75% de l'euro.

 

2.       Il faut des semaines pour acheminer le brut des champs pétrolifères. 40 jours pour le faire venir du Golf. Mais il ne passe pas 24 heures entre l'annonce de la hausse des cours et la hausse des prix aux consommateurs. Les délais sont beaucoup plus longs quand les cours sont à la baisse. Ce sont les compagnies pétrolières qui touchent le jackpot dans ce jeu spéculatif.

 

3.        Les droits d'accises sont fixes. Mais la part de la TVA augmente au rythme de l'augmentation du prix. L'essentiel des sommes que nous laissons au pompiste rentrent dans les caisses de l'Etat. Or, quand les responsables gouvernementaux – qui ont exclu les produits pétroliers de l'index – et européens s'émeuvent, c'est pour évoquer des risques d'inflation, des hausses des taux d'intérêt… au risque de casser la croissance.

 

Une pétition à signer contre l'augmentation des coûts des produits pétroliers :

http://users.skynet.be/particommuniste.be/le_pc_en_mouvem...

 

 


 

SUPER 95

 

SUPER 98

DIESEL

LPG

Prix de base

18,84 FB

20,39 FB

25,54 FB

41,69 FB

Marge et coût de distribution

12,51 FB

12,21 FB

17,13 FB

40,96 FB

Prix hors accises

31,35 FB

32,60 FB

42,67 FB

82,65 FB

Accises et cotisation énergie

51,29 FB

50,05 FB

39,97 FB

0 FB

Total HTVA

82,64 FB

82,64 FB

82,64 FB

82,64 FB

TVA

17,36 FB

17,36 FB

17,36 FB

17,36 FB

Prix consommateur actuel

100 FB

100 FB

100 FB

100 FB

Total perçu par l'Etat

68,65 FB

64,41 FB

57,33 FB

17,36 FB


10:42 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19 mars 2005 Euromanif à Bruxelles

19 mars 2005 Euromanif à Bruxelles

Ensemble pour une autre Europe
sociale - égalitaire - solidaire - pacifique
Point de rencontre:
Porte d’Anderlecht près de la Gare du Midi


13h30: animations - musique - stands
15h00: départ de la manifestation des mouvements sociaux

10:40 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L’Europe « bushée »… à l’émeri ?

L’Europe « bushée »… à l’émeri ?

 

Rarement un chef d’Etat américain aura autant étalé sa suffisance envers ses interlocuteurs européens, allant même traiter l’un d’entre eux - Chirac, en l’occurrence -, de "cow-boy".

 

Sur le plan politique, on cherche en vain ce qui permet à certains de ces édiles européens d’affirmer que la politique de Bush a changé. Les quelques sourires compassés du va-t-en-guerre texan à l’égard de ses hôtes ne contredisent même pas sa détermination à poursuivre sa politique impérialiste au mépris de la légalité internationale. Il menace la Syrie et l’Iran, il s’assied sur le protocole de Kyoto, il poursuit une politique de production d’armes de destruction massive, il donne des leçons de démocratie à qui veut l’entendre,… : hégémonie US dans toute sa dangereuse arrogance !

 

La pression populaire ne peut se relâcher pour que la volonté affichée par certains dirigeants européens d’être les partenaires incontournables des USA ne puisse se muer en  allégeance vis-à-vis de la super-puissance.

 

Un signe tangible d'indépendance eût été, notamment, que l’on condamne outre les pertes humaines, le coût financier de la guerre en Irak (nouvelle rallonge de 80 milliards de dollars), le budget de la défense US ( 400 milliards de dollars, soit 3 fois les budgets de la défense cumulés des 25 membres de l’Union européenne), le déficit des finances publiques américaines (près de 430 milliards en 2005), la politique d’austérité qui s’en suit. Voilà un « partenaire » dont on aurait tout lieu de se méfier, compte tenu du discours dominant en Europe. Mais c’est tellement plus « mode » de parler de lutte contre le terrorisme que de prendre énergiquement des mesures contre les inégalités sociales, pour l’Afrique qui crève de faim, pour sauver la planète qui se meurt,… C’est tellement

 

plus « mode » de stigmatiser certains pays pauvres que de prendre des mesures contre la dette du Tiers Monde, de préserver les peuples des catastrophes naturelles (cf. la prévention des tsunami), de travailler à un désarmement généralisé,…

 

Le discours européen se distingue si peu de celui des néo-conservateurs américains : promouvoir la croissance économique et la compétitivité, tel est le leitmotiv de la Commission et des gouvernements européens. C’est ce que ses partisans entendent sceller une bonne fois pour toute avec le projet de constitution européenne. A la grande satisfaction de l’administration américaine.

 

Une très bonne raison de dire non, mille fois non, à ce projet !


10:36 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |