18/05/2005

L'Etincelle numéro (5 mai 2005)

l'ETINCELLE N°5



14:25 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Appel des élus locaux de l'Union Européenne

Appel des élus locaux de l'Union Européenne

 



Lors d'une rencontre organisée au Parlement européen le 3 mars dernier, il a été décidé de créer un réseau européen d'élus progressistes.

Il s’agit d’inscrire dans la durée un partenariat entre les députés du groupe GUE et les élus locaux progressistes européens. Ce réseau a pour vocation d’être souple, d’accueillir tous les élus qui se reconnaissent dans une Europe fondée sur les valeurs de justice sociale, de solidarité, de paix et de coopérations.

Une première initiative du réseau est de rendre public un appel commun d’élus s’opposant au projet de traité constitutionnel et à la directive Bolkestein, et agissant pour une Europe de progrès pour tous.

 

Vous trouverez ci-dessous cet appel qui a été validé par Francis Wurtz président du groupe GUE/NGL.

 

La Belgique était représentée par Pierre BEAUVOIS, président du PC, Malika EL BOUREZGUI et Robert TANGRE, respectivement élus communaux communistes à Charleroi et Courcelles sur les listes ECOLO et UCPW.

 

Elus locaux de l’Union européenne, qui compte 25 pays et 450 millions d’habitants, nous sommes différents par notre histoire, notre culture, et notre langue. Mais nous avons en commun d’être des élus européens, des élus locaux parmi les plus proches des habitants.

Nous sommes des élus progressistes. Nous voulons des changements profonds dans cette Europe qui considère « le pouvoir discrétionnaire des autorités locales » comme un verrou à faire sauter, coûte que coûte.

Ainsi, nous sommes des empêcheurs de tourner en rond de l’Europe libérale, qui veut institutionnaliser le dumping social.

Nous rejetons le projet de directive Bolkestein, et plus généralement toutes dispositions qui démantèlent le modèle social européen. Nous sommes particulièrement attachés aux services publics de nos pays, au développement de nos territoires, à la diversité de nos démocraties locales.

Nous savons que l’intervention politique, que l’irruption des citoyens sont indispensables, pour améliorer le quotidien et l’avenir de nos villes et nos villages, de nos provinces et nos régions, pour que l’Europe dans le monde soit un espace de progrès social, de démocratie, de développement durable, de coopération et de paix et pèse de tout son poids en faveur d’un monde plus juste, plus solidaire, plus démocratique, un monde de paix.

Or le projet de constitution européenne qui nous est soumis aujourd’hui, dans la droite ligne des politiques de régression sociale, aggraverait la situation actuelle, ferait de la « concurrence libre et non faussée » la « loi fondamentale » durable de l’Europe.

Ce n’est pas l’avenir que nous voulons.

Avec les populations de nos collectivités locales, nous aspirons à une Europe de coopération et non de mise en concurrence.

Elus locaux progressistes, en coopération avec les eurodéputés de la gauche unitaire (GUE/NGL), nous voulons bousculer les rapports de forces, ouvrir les perspectives d’une rupture avec le libéralisme.

 

Aujourd’hui, c’est en faisant triompher le NON au traité constitutionnel.

10 peuples sur 25 ont à se prononcer par référendum.

Si le NON passe dans un Etat membre, ce sera une victoire pour tous les peuples d’Europe et un formidable encouragement pour toutes les forces progressistes.

Cela ouvrira la possibilité de construire ensemble l’Europe que nous voulons.

Pour être utile et bâtir cette Europe de progrès social et de paix, nous avons créé un réseau européen d’élus progressistes.

Agir ensemble contre la Constitution et pour une Europe où il n’y aurait plus de place pour une « directive Bolkestein », faire triompher le NON en est le premier acte.

 

D’autres étapes suivront.  


14:19 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Les bas salaires aux enchères

   Les bas salaires aux enchères

En Allemagne, un site baptisé « jobdumping.de » met en compétition salariale des chômeurs à la recherche d’un emploi.. Voilà qui est présenté dans certains journaux d’outre-Rhin comme le sommet de l’innovation sociale. C’est assurément vrai en matière de dérégulation. De quoi s’agit-il ? Un employeur propose un travail en fixant une rémunération pour le boulot à effectuer. Un seuil à partir duquel les enchères peuvent alors s’engager sur Internet. Les chômeurs cliquent alors en proposant une rémunération moins élevée. Jusqu’à ce que tombe le marteau virtuel du commissaire-priseur.

Le patron du site, Fabian Löw, poursuit des études en …sciences sociales. Depuis un bout de temps puisqu’il affiche 31 ans au compteur. Mais il a parfaitement intégré les dogmes du moins d’Etat et de réglementation chère aux néolibéraux et au gouvernement allemand. Il suffit de l’entendre : « c’est par la baisse des salaires et des charges sociales que l’on parviendra à augmenter le nombre d’emplois. Il est important de faire confiance à la sagesse et sur l’initiative des citoyens plutôt que de continuer à réglementer et à bureaucratiser. »

 

Plus de 13 000 personnes auraient déjà participé à ce moderne marché aux esclaves. Essentiellement jusqu’ici pour décrocher de petits boulots. Mais sur la page d’entrée du site, l’essentiel des secteurs d’activités sont présents.

 

Les syndicats ont dénoncé une « fuite en avant dans le darwinisme social ». Petit problème : le salaire minimum garanti n’existe pas en Allemagne. Les négociations salariales dépendent des rapports entre patronats et syndicats. Avec l’accélération des réglementations engagées par le gouvernement SPD-vert, les accords de branche sont de plus en plus souvent contournés, avec à la clé, des revenus de moins en moins décents pour des millions de travailleurs. C’est Schröder lui-même qui encourage le dumping salarial avec sa récente réforme du marché du travail. Par exemple en obligeant les chômeurs à accepter n’importe quel emploi à n’importe quel prix. Le nec plus ultra ? Des jobs à un euro de l’heure pour des travaux d’utilité publique. Cet euro vient en sus des indemnisations de chômage. Ramenée, depuis la réforme à 350 euros par mois.

Maurice Magis - Extrait du Journal du Mardi.

13:44 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ILS L'ONT DIT!

GISCARD CONTENT DE LUI

Devant quelques centaines d'élèves des grandes écoles, l'académicien et président de la République en retraite Valery Giscard d'Estaing a eu ces mots pleins de modestie. Le traité est "facilement lisible, limpide et assez joliment écrit. Je le dis d'autant plus aisément que c'est moi qui l'ai rédigé ". Giscard, lui aussi, ne serait-il ni de gauche, ni de droite?

 

 

Même Busquin s'est tu

 On diabolise cette directive, qui serait le modèle de l'ultralibéralisme. Excusez-moi! C'est l'héritage de la Commission Prodi, dans laquelle il y avait une majorité de gauche! Et il n'y en a pas un qui a moufté lorsqu'ils étaient dans cette Commission-là, il y a évidemment des choses que je n'accepte pas…

(Louis Michel)

 

Une double morale

La société valorise la défense de l'intérêt personnel pour les élites du monde de l'entreprise, qui gagnent parfois des sommes gigantesques. Et dans le même temps, on exige des responsables politiques qu'ils considèrent leur tâche comme un véritable sacerdoce. Ils ne peuvent se permettre la moindre maladresse, sous peine d'être cloués au pilori. Lorsque certains grands patrons du privé commettent des fautes. Les enjeux financiers sont souvent considérablement plus importants. Mais cela suscite bien moins de remous, car on dit : 'C'est de l'argent privé'. On oublie un peu vite qu'un grand patron qui détourne 100 millions provoque des dégâts beaucoup plus considérables dans la société, en termes de casse économique, qu'un élu qui commet une maladresse. Certains médias ont consacré beaucoup plus de place au traitement de 'l'affaire' Arena qu'aux affaires Enron ou Vivendi à l'époque. D'un côté , une douche, dépense excessive, peut-être, mais dérisoire, de l'autre, des fraudes portant sur des millions d'euros. Sur le plan des principes, il est logique qu'on attende d'un gestionnaire politique qu'il se comporte de façon irréprochable.  Mais certains (pas seulement les médias, les citoyens aussi) , en arrivent à perdre tout sens des proportions. On oublie que les manipulations de ce que l'on appelle l'argent privé vont parfois plonger des milliers de gens dans la misère. On est très loin de la douche d'Arena.

Marc Jacquemain (sociologue)  - Extraits du Journal du Mardi

 

FAUTE D'ARGUMENTS, LES INSULTES.

 Le ministre britannique des affaires européennes Denis Macshane qui tenait meeting pour le Oui, le jeudi 24 mars, à Bordeaux, s'est emporté contre "les néo-communistes, les néo-cons qui tentent de vous persuader que voter NON au traité est une bonne chose!" et aussi contre les responsables du Parti Socialiste français "infectés" par "la maladie politiquement transmissible anti-européenne".

Extrait de Liberté-Hebdo.

 


13:27 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pour l'Europe - Contre la Constitution.

Pour l'Europe Contre la Constitution

 

Début mars, des dizaines de milliers d’Européens manifestaient dans les rues de Bruxelles. Contre la fameuse « directive Bolkestein » et pour une Europe sociale. Ils intervenaient ainsi avec vigueur et lucidité sur le terrain politique immédiat. Car Bolkestein n’est pas un accident de parcours dans la construction d’une Europe qu’on nous promet plus solidaire. Elle incarne le cours ultralibéral de la construction actuelle de l’Union. Et la Constitution européenne ne contrecarre pas cette tendance de fond.

De plus en plus de voix s’élèvent pour dire « Oui à l’Europe ». Mais à une Europe des peuples. Une Europe de l’emploi, du développement humain et du progrès partagé.

Cette Europe-là est possible.

 

Elle est aussi nécessaire. En juin 2004, près de 60% des citoyens ont refusé de participer à l’élection de l’Europarlement. Les sondages montrent que, dans toute l’Union, l’idée même d’Union européenne est en crise profonde. 

C’est qu’elle souffre depuis trop longtemps d’un libéralisme effréné et d’une opacité technocratique affirmée.

 

Les partisans de la constitution nous disent : c’est un bon texte, il conjugue « compétitivité » et « modèle social européen ».

{Curieusement, c’est la droite qui milite le plus ouvertement pour la Constitution. Et au nom de l’Europe sociale !} Mais le patronat européen (l’UNICE) jubile. Satisfait que « le traité constitutionnel n’accroisse pas les compétences de l’Union dans le domaine social » !

 

Social ?

 

Dans la Constitution, le mot « banque » apparaît 176 fois, le « marché » 78 fois, la « concurrence » 174 fois.

Le « progrès social », trois fois

Les « services publics », une fois

La « libre concurrence » et la libre entreprise sont sacralisées

 

 

Les partisans du « oui » parlent beaucoup de la Charte des droits fondamentaux, inscrite dans le traité constitutionnel. Mais celui-ci en limite aussitôt la portée. Ces droits ne s’appliquent que dans la mesure où ils ne contredisent pas « la libre circulation des personnes, des services, des marchandises et des capitaux ». Soit les principes du libéralisme.

 


13:19 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

CONFERENCE-DEBAT

CEME – DAMPREMY, rue des Français 147

 

J'AIME L'EUROPE

MAIS JE DIS NON!

 

Mardi 24 mai à 19 h 30

CONFERENCE-DEBAT

Avec la participation de:

 

Jean-Maurice DEHOUSSE ,

ancien eurodéputé du Parti socialiste

 

Jaromir KOHLICEK,

eurodéputé du Parti communiste tchèque

 

Paul LANNOYE,

ancien eurodéputé ECOLO

 

Maurice MAGIS,

secrétaire international du Parti communiste Wallonie-Bruxelles

 

Une organisation de l'ASBL " Le Progrès" , rue Jules Destrée 11 à 6020 Dampremy

 

Editeur responsable : TANGRE Robert  ( 071 / 30 39 12)

12:57 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Deux mille ans de travail

Deux mille ans de travail

 

Daniel Bernard (59 ans) était PDG de Carrefour. En février, il a été évincé pour n'avoir pas réussi à redresser les performances du groupe. Pauvre Bernard? Pas tout à fait. Pour le consoler, il a reçu une "prime de départ" de 38 millions d'euros.une caissière de Carrefour aurait dû  travailler 2514 ans pour amasser un tel pactole. Ainsi va la vie : parachute doré pour les uns, parachute troué pour les autres.

12:49 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le travail de nos élus communaux

Le travail de nos élus communaux

 

Question écrite à l'Echevin Claude Despiegeleer

 

Objet : Propreté des gradins et tribunes du stade du Pays de Charleroi.  

Ce week-end des représentants du club de football de Fulham  étaient les invités, notamment du Sporting de Charleroi.

 

Dans leur périple, la visite des installations du club carolo.

 

J’espère, Monsieur l’Echevin qu’on leur aura épargné le passage en tribune 1- F1 afin qu’ils ne puissent voir l’état de saleté des sièges et des allées.( dépôt graisseux et poussiéreux ,si ce ne sont les fientes des pigeons). Saletés dont se plaignent régulièrement les abonnés.

La situation doit être identique sur les travées des autres tribunes.

 

Au prix payé pour l’abonnement, les supporters sont en droit d’attendre un accueil digne de l’image que veut offrir le stade.
Dans le concret, serait-il impensable de pouvoir procéder au nettoyage pour les derniers matches à domicile ?

Pour la future saison, n’y aurait-il pas moyen d’imaginer avec les magistrats de Charleroi que des peines alternatives puissent être exécutées à l’entretien du stade ?

 

Question écrite au Bourgmestre Jacques Van Gompel

 

Objet : Abattage d’arbres et dépôts de déchets  sur les terrils du Martinet.

 

Deux week-end de suite, plusieurs membres du comité ont pu constater l’abattage d’arbres sur une aire des terrils du Martinet.

 

S’il s’agissait dans quelques cas du tronçonnage d’arbres tombés durant la tempête de décembre, des arbres sains ont aussi été abattus, tout cela à des fins strictement privées.

 

En son temps, la ville, en collaboration avec les RNOB avait autorisé le seul comité de quartier « au nettoyage parcimonieux » et à  la récupération du bois pour ses activités propres. Cela  s’est toujours fait dans l’esprit d’une saine gestion.

 

Aujourd’hui, il s’agit plutôt « d’irréductibles » de la tronçonneuse sourds à toute recommandation.

Par un avis, ne serait-il pas possible de rappeler aux riverains des rues de Marchienne, Conard, Limelette et Place Frédéric

 

les interdits (et autorisation pour le comité ) pour ce qui concerne toute forme d’abattage et récupération de bois.

 

Jacques Coupez et Malika El Bourezgui ont été élus sur la liste ECOLO, ils y représentent le Parti communiste.

10:35 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |