21/06/2005

Des oui cotés en Bourse

Des oui cotés en Bourse

On connaissait l’ "Appel des 200" lancé par la Fondation Copernic, et qui a servi de support à la création de nombreux collectifs pour le "non" dans toute la France.

Le "oui" peut désormais, lui aussi, s’appuyer sur un Appel prestigieux : certes il ne comporte que 100 signataires, mais des signataires qui « pèsent » des centaines de milliards d’euros. L’Institut de l’entreprise, filiale du Medef, a en effet mobilisé son prestigieux carnet d’adresses pour soutenir un texte intitulé "Les entreprises et le référendum constitutionnel".

Parmi ces citoyens (il n’y a en effet que des hommes) qui signent vraisemblablement là leur première pétition, on relève les noms des Lindsay Owen-Jones PDG de L’Oréal 6, 6 millions d’euros - Antoine Zacharias PDG de Vinci 3,43 millions d’euros -  Thierry Desmarest PDG de Total 2,79 millions d’euros  et dont le groupe a dégagé l’an dernier un bénéfice de 10 milliards d’euros, soit 5 fois le montant de la retenue du lundi de Pentecôte - Jean-François Dehecq PDG de Sanofi Aventis 2,74 millions d’euros - Henri de Castries PDG d’Axa 2,54 millions d’euros - Henri Lachman PDG de Schneider Electric 2,16 millions d’euros - Michel Pébereau président de BNP Paribas et de l’Institut de l’entreprise 1,93 million d’euros .

 

On arrête là ces emprunts au Bottin mondain.

Sans dire explicitement que « L’Europe sociale passe par le oui », l’Appel précise que « les entreprises françaises savent qu’elles doivent rester compétitives, mais elles savent aussi que, pour le rester, elles doivent contribuer à la préservation du modèle social français auquel sont attachés leurs salariés ».

 

En somme une « économie sociale de marché hautement compétitive » comme le dit la Constitution. On notera que ces PDG semblent réserver à leurs seuls salariés l’attachement au modèle social français. Qu’en pensent-ils eux-mêmes?

Jack Lang avait constitué un très chic comité « paillettes » qui n’a pas peu fait pour enraciner le « oui » dans les milieux populaires. Avec son « Appel des cent », Michel Pébereau poursuit cet effort d’élargissement de la base sociale du soutien à la Constitution.

Bernard Cassen

 

Titulaire d'une chaire européenne Jean-Monnet de sciences politiques, professeur émérite à l'Institut d'études européennes de l'université Paris 8. Il est par ailleurs journaliste et directeur général du "Monde diplomatique" et Président d'honneur d'Attac.

11:45 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.