22/12/2005

Le soutien du Parti communiste.

Le soutien du Parti  communiste.

 

Le Parti Communiste apporte son soutien à la grève générale et à la manifestation nationale de ce vendredi 28 octobre 2005, pour protester contre les mesures d’aménagement des fins de carrière. L’action des travailleurs soutenus par leurs organisations syndicales est amplement légitime et justifiée.

 

1) Alors que le chômage de masse reste une âpre réalité pour des centaines de milliers de personnes et notamment pour les jeunes, l’allongement envisagé par le gouvernement, au grand contentement du patronat, risque de compromettre davantage l’accès à l’emploi pour les jeunes travailleurs.

 

2) Cette mesure est prise alors que le gouvernement vient de renforcer la chasse aux chômeurs et que rien n’indique que de nouveaux emplois peuvent être créés à court et moyen termes.

 

3) L’allongement des fins de carrière est une manière détournée de remettre en cause la réduction du temps de travail en l’adaptant à l’ensemble de la carrière. Seule pourtant, assortie d’embauches compensatoires sans perte de salaire, elle peut être une solution contre le chômage.

 

4) Le prétexte de veiller à la sauvegarde de la sécurité sociale est une tromperie car, la mesure s’attaque aux travailleurs alors que globalement la politique du gouvernement libéral-socialiste réduit la fiscalité des entreprises et du capital.

 

5) La double sanction qui guette le travailleur âgé victime de restructuration qui, non seulement perd son emploi, mais sera puni s'il ne montre pas "de bonne volonté" à s'intégrer dans une cellule d'emploi et à accepter un emploi "convenable".  Par contre, pas de sanctions prévues pour son employeur qui le licenciera pour augmenter davantage encore ses profits et qui bénéficiera en outre d'une réduction de ses cotisations patronales, voire d'une aide économique pour "relancer" son entreprise.

 

6) Cette mesure s’inscrit en plein dans le droit fil de la doctrine du libéralisme social chère à Tony Blair qui, pourtant, sous la pression des syndicats vient de reculer dans son projet de retarder l’âge de la retraite. Bel exemple pour encourager la combativité des travailleurs de chez nous.

 

Enfin, le Parti Communiste s’insurge contre l’offensive patronale soutenue par le ministre de l’Intérieur, le libéral Dewaele, qui vise à remettre en cause le droit de grève. Celui-ci est un droit fondamental qu’aucune mesure judiciaire et/ou d’intimidation ne peut aliéner. Le droit au travail, tant vanté par certains, c’est avant tout le droit de ne pas perdre son emploi ou d’en trouver un convenable.

 


15:43 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.