19/01/2006

 Réflexes anticommunistes imbéciles

 

 

 

 

L'ETINCELLE n° 13

(Janvier 2006)

Les clichés anti-communistes ont la vie dure en témoignent trois articulets parus dans le courrier des lecteurs de La Nouvelle Gazette et du Soir mais aussi et surtout les réactions ulcérées à ces attaques les plus primaires.

Ecolos communistes

" Ecolo n'en fait pas mystère, des militants du Parti communiste seront présents en places éligibles sur les listes des prochaines élections communales . Des accords ont été signés à La Louvière, à Charleroi et dans d'autres communes carolos et boraines . Actuellement déjà, deux militants communistes, élus sous le sigle écolo, siègent au conseil communal de Charleroi .

A mon sens, les disciples de Lénine, de Staline, de Mao, de Castro, ne sont pas plus démocrates que les nostalgiques de Hitler . Il conviendrait donc qu'en octobre prochain, un cordon sanitaire entoure les élus estampillés communistes".

Michel Géoris-Gilly

 

Les réactions

 

Amalgame nauséabond.

 

Un lecteur de votre journal s’est soulagé publiquement ce jeudi 22 décembre en fustigeant la présence de candidats communistes sur les listes écolos à Charleroi et à La Louvière et en faisant l’amalgame entre communistes et nazis. Ce genre de propos ne mériteraient que mépris (est-ce d’ailleurs une « opinion » digne de publication dans une presse démocratique ?), s’ils n’insultaient la mémoire des milliers de communistes belges morts dans les camps de concentration et en résistant au nazisme. Ils sont également insultant pour tous ces militants qui ont été, chez nous, de tous les combats pour la démocratie, pour les libertés, pour la paix, pour les droits humains. Issu d’une famille dont plusieurs membres ont été fusillés ou incarcérés à Brendonk, à Buchenwald, à Sachsenhausen, à Ravensbrück, je me sens personnellement profondément blessé par cet individu.

                Jean-Pierre Michiels-Houdeng-Goegnies

 

Communisme ne signifie pas stalinisme

 

Qu’un de mes contemporains s’abreuve encore, en 2005, des sophismes de Maurras ou de Brasillach m’indifférerait s’il ne couchait ses délires antédiluviens dans vos colonnes. Plutôt qu’un cordon sanitaire autour des éventuels futurs élus communistes, ce citoyen devrait réfléchir à ces cordons plus rigides au bout desquels les nazis ont balancé tant de communistes grâce au sacrifice desquels aujourd’hui, il a le privilège d’écrire des âneries sans encourir le moindre ennui. Communisme = stalinisme ! Ben voyons, cette démagogie imbécile n’a plus rien d’original. Pour le même prix, pourquoi ne pas assimiler la droite démocratique à Léon Degrelle ? Tant qu’à divaguer… Plus sérieusement, rappelons à certains que nous allons passer en l’an 2006 et non 1936 : communistes et écolos vomissent Staline autant que Hitler et encore, je ne suis pas objectif car sans Staline, les Anglo-américains n’auraient jamais gagné la guerre. Si c’est la seule chose bien qu’il ait faite dans sa vie, ça au moins il faut la lui laisser. Non, ce n’est pas avec des scribouillards pareils qu’on va redresser la Wallonie ! Le monde est trop grand pour les esprits étroits.

 Christian Quinet  - La Louvière.

 NB : je suis un peu étonné que vous ayez publié cette lettre insultante (ce jeudi 22-12)  pour deux partis qui n’ont de leçon de démocratie à recevoir de personne. Mais, au nom de cette démocratie, je ne peux vous le reprocher. J’espère seulement que (beaucoup) d’autres que moi réagiront et voilà pourquoi je souhaiterais que ma lettre soit publiée in extenso. Je ne voudrais pas être souris pour rentrer dans l’isoloir et constater pour qui ce monsieur vote : je serais trop écoeuré…

 

Assertions simplistes

 

Je découvre avec consternation, dans votre rubrique, la prose d'un Mr Georis de Gilly. La libre expression des idées dans une société démocratique n'empêche pas d'en prendre à son aise avec l'histoire passée et contemporaine. Pour méprisables que soient les assertions de ce monsieur, je dois toutefois admettre qu'elles ne m'étonnent guère. Il est de bon ton dans certains milieux révisionnistes d'assimiler les auteurs de la Shoa à celles et ceux qui furent parmi les premières victimes du fascisme et qui se dressèrent pour le combattre. Il y avait parmi eux de nombreux juifs communistes. Quant à l'amalgame entre Staline, dont les crimes sont indéniables et évidemment inconciliables avec les idéaux du socialisme, Mao Tsé Toung, acteur d'une histoire particulière et complexe, et Castro, dont le peuple se débat depuis des décennies sous le fardeau du blocus américain, cet amalgame, donc, ne résiste pas à l'analyse historique. Toute action politique peut et doit être passée au crible de la critique. Mais elle exige plus et mieux que des assertions simplistes. Laissons cela à Bush, Rice, Blair, Sarkozy et consort, Ces dirigeants du "monde libre" qui considèrent les droits de l'homme comme autant d'obstacles sur la voie royale du néolibéralisme. Et visent les défenseurs d'une démocratie sociale et solidaire comme autant d'alliés objectifs du terrorisme.

                 Maurice Magis-Mont-sur-Marchienne

 

Honteux amalgames entre nazisme et communisme !

 

Dans les colonnes de Dialogue du 22 décembre, Monsieur Géoris de Gilly a une dangereuse tendance à assimiler nazisme et communisme ( de bon ton dans certains milieux proches du Parti Populaire Européen (catholique) ou de l’extrême - droite).

Cet amalgame est scandaleux ! Que certains revanchards règlent des comptes avec des régimes dont le PC belge a par ailleurs condamné les excès, est une chose ; qu’ils procèdent, pour ce faire, à une honteuse révision de l’histoire en est une autre que je ne peux admettre. 

En effet, comment oser oublier l’aide, avant guerre, des capitalistes américains (dont la famille Bush) au régime hitlérien qui a permis à ce dernier de s’armer ? Comment oser taire les accords de Munich conclu, dès 1938, entre Chamberlain (Grande-Bretagne), Daladier (France) et Hitler (Allemagne) sur le dos des Soviétiques ? Comment oser nier l’effort de guerre inouï du peuple soviétique qui est à la base de la victoire des alliés sur l’Allemagne nazie ? Comment oser faire l’amalgame des victimes et des bourreaux quand on sait combien fut grand le sacrifice des résistants en général, et des résistants communistes en particulier. 

                            SANDRO BAGUET-La Louvière

 

C'est grave !

 

Comme c'est le PC qui est particulièrement visé, ne pouvez-vous pas déposer plainte en diffamation contre cet individu ?

 Michel Mainil -La Louvière

 

Outragée

 

Je viens de lire les « vociférations » d’un de vos lecteurs à propos des alliances entre le PC et Ecolo  pour les communales d’octobre prochain.

 Je suis outrée des propos que tient ce monsieur. Comment peut-on encore en ce début du 3ème millénaire faire l’amalgame entre le nazisme et le communisme. 
Outrée aussi, quand on sait que les milliers de résistants communistes belges, se sont battus contre les nazis et que nombre d’entre eux sont morts, soit dans les camps d’extermination, soit ont été fusillés.

 Outrée enfin, que l’on puisse encore en 2005 oublier les millions de morts, les juifs, les tsiganes, etc… qui ont péri dans les chambres à gaz, dans les fours crématoires…

Zoé Blusztejn -La Louvière

 

PC : image vieillotte à casser

« Conspuer le parti Ecolo parce qu’il accepte des communistes sur ses listes, sous prétexte des exactions commises par les régimes socialistes d’Etat, c’est oublier que le Parti communiste, en Belgique et dans d’autres pays d’Europe occidentale, a dénoncé et rejeté les ignominies commises au nom de l’idéal communiste . Et que les militants communistes qui ont été accepté sur les listes des partis démocratiques (il n’y a pas d’écolo) sont des gens qui défendent et mettent en œuvre de véritables politiques de terrain – et d’avenir ! – dans des domaines tels que le logement, la pauvreté, le défense des droits, des allocataires sociaux, la justice fiscale , ou encore le dépassement de la démocratie représentative par la démocratie participative .

Que pense ce lecteur, qui met dans le même sac ces gens et les racistes négationnistes de l’extrême-droite ( le plus souvent opportunistes ), de l’attitude  du gouvernement belge socialiste-libéral qui rechigne à recevoir un apôtre de la paix comme le Dalaï Lama pour ne pas froisser les communistes chinois, devenus fréquentables par pur intérêt économique ?

Que dire de Poutine, considéré comme démocrate, alors que ses actes participent des dérives staliniennes ?

Du moins, ce lecteur aura permis à d’autres de s’exprimer . Cela démontre aussi que le Parti communiste doit davantage et mieux communiquer sur ses réflexions et actions, afin de casser son image d’Epinal négative ».

Bernard Lefèvre - Bois-D’Haine 

Cachés chez des communistes

« Il m’est désagréable de lire le point de vue du lecteur sur le Parti communiste . Je suis un ancien « terroriste », comme beaucoup l’ont été durant la guerre . J’étais chef de groupe de sabotage . Nous allions nous cacher chez deux communistes notoires, une boulangère et un barragiste de la région de Nancy-Toul et environs, où les explosifs et les armes étaient dissimulés . Je suis heureux de lire que certains se souviennent ».

Gaëtan Ledur-Athus

Que l'ancien collaborateur de La Gauche vomisse aujourd'hui Trotski est plutôt significatif. Je ne connaissais pas cette partie plus ancienne de l'itinéraire politique fluctuant d'un mercenaire intellectuel au service de VAN CAU depuis une pleine décennie.

Freddy Dewille -Anderlues

 

Et il remet cela dans La Nouvelle Gazette et dans Le Soir

 

Lettre ouverte à M. Javaux

 

De nombreuses sections de votre parti nouent actuellement des accords avec des sections du Parti communiste en vue de présenter sur des listes communes des candidats écolos et des candidats communistes lors des prochaines élections communales du 8 octobre. Lors du précédent scrutin, dans de nombreuses communes wallonnes, de nombreux membres du Parti communiste ont été élus sous le sigle Écolo. Cette fois, un pas de plus est franchi dans la collusion des Écolos et des communistes. Pour ma part, je considère que les disciples de Lénine, Staline, Trotsky, Mao et même Castro ne sont pas plus démocrates que les nostalgiques de Hitler.

(..) Dans le passé, des partis démocratiques ont récupéré d'anciens militants communistes ayant abjuré leurs erreurs. Mais votre démarche est tout autre : vous cautionnez des militants communistes n'ayant jamais renié le stalinisme, le maosme ou le trotskisme. Vous feriez mieux de surveiller vos ouailles. À moins que vous ne les approuviez dans leurs dérives démagogiques et antidémocratques. À Écolo, il y a de nombreux sous-marins d'extrême gauche. Or,l'extrême gauche a toujours été l'adversaire des sociaux-démocrates réformistes et un facteur de division de la gauche.

Michel Géoris – GILLY

 

Ecolos communistes

" Ecolo n'en fait pas mystère, des militants du Parti communiste seront présents en places éligibles sur les listes des prochaines élections communales . Des accords ont été signés à La Louvière, à Charleroi et dans d'autres communes carolos et boraines . Actuellement déjà, deux militants communistes, élus sous le sigle écolo, siègent au conseil communal de Charleroi .

A mon sens, les disciples de Lénine, de Staline, de Mao, de Castro, ne sont pas plus démocrates que les nostalgiques de Hitler . Il conviendrait donc qu'en octobre prochain, un cordon sanitaire entoure les élus estampillés communistes".

 Michel Géoris -Gilly

 

Mais qui est ce Michel Géoris ?

 

Van Cau, sa vie, son oeuvre !

à propos du Livre de Michel Géoris : "Van Cau" aux éditions Luc Pire

Par Dominique CABIAUX

Cet article est paru dans le numéro de Politique daté de février 2005.

 

 

La photographie de couverture montre Jean-Claude Van Cauwenberghe et son chien, un labrador noir nommé Baltique, ce qui était le nom, la race et la couleur du chien de François Mitterrand...

À partir de là, on devrait se douter que ce qu'on tient en main est moins une biographie qu'une resucée wallonne d'un cérémonial de glorification nord coréen ; ou, plus simplement écrit, d'une biographie de commande barbouillée par un porteur de baldaquin.

Au deuxième degré, c'est parfois drôle ou picaresque, mais la densité de l'encens qu'exhalent tous les chapitres rend l'air difficilement respirable.

La quatrième de couverture n'y va pas de main morte : " Une vie en forme de thriller politique ", rien moins ! Disons-le sans détour, au risque de vexer l'auteur, le versatile Michel Géoris |1|, sa prose est au thriller ce que le bunker est à l'architecture. Il y a tellement de clichés dans cette biographie qu'on se croirait dans une exposition de photographies...

À force ça en devient affligeant car la trajectoire politique et personnelle de l'actuel ministre-président de la Région wallonne mérite plus d'attention, de ménagement et d'analyse. La " matière ", comme on dit, permettait de tirer bien mieux que ces 250 pages d'eau tiède déversée sur nos têtes par un auteur dont la seule audace consiste à tenter de réhabiliter le style sirupeux et servile.

Le livre est une caricature de ce que les anglo-saxons appellent le name-dropping, à savoir la recension méticuleuse de toutes les personnalités que l'on peut croiser au cours de son existence. On en éprouve jusqu'à l'étourdissement la sensation d'un inventaire de bric-à-brac et ça n'apprend strictement rien sur les événements et leur ressort, sur les choix et leurs conséquences. Ce sont des anecdotes, en bouquets, en gerbes et en massifs, relatées sur un mode édifiant et boursouflé, à la manière d'une épopée où Jean-Claude Van Cauwenberghe est tout à la fois le Roi Arthur, Merlin l'Enchanteur et la fée Viviane.

On est en droit de se demander comment cette fine gâchette politique a eu la singulière idée de se faire tirer le portrait d'une aussi maladroite manière.

On connaissait la célèbre exclamation d'Arthur Rimbaud : " O que ma quille éclate ! ". Il semble bien hélas que ce moment soit arrivé pour Jean-Claude Van Cauwenberghe.

Dominique CABIAUX

 

|1| Michel Géoris a commencé sa carrière auprès du syndicaliste André Renard. Il est ensuite devenu collaborateur au Pourquoi Pas ? et fut un élu de l'éphémère UDRT, parti droito-poujadiste.

 

Et il n’est bien sûr pas le seul !

Que 11 millions de morts …

« Pour couper court au ping- pong entre pro et anti PC, remettons la réalité historique à sa place . Le problème ne vient pas des militants de base, mécanos, boulangers, Grands Résistants, etc. Animés de beaux idéaux, ils sont toujours épris de justice et de solidarité .

Mais dès que le communisme s’érige en système de gouvernement, cela finit en dictature féroce . Même Yves Montand avait fini par déclarer que pour être communiste, il fallait être naïf ou malhonnête . Les nazis ont exterminé 11 millions de personnes, et de 1920 à 1955, le PC soviétique en a zappé 20 . De 1950 à 1970, la Révolution culturelle de Mao a fait disparaître 30 millions de Chinois, et ne parlons pas des Khmers rouges . Il est facile de se démarquer, après coup, des horreurs communistes en proclamant que l’on n’a rien à voir avec ça . Et ce n’est pas fini : de nos jours, la DMZ du 38e parallèle sépare toujours une Corée lumineuse, moderne et dynamique, d’une Corée sombre, totalitaire et moribonde . A choisir …

Roger Bayet - Courcelles

 

Réaction

 

Aux  ignorants…

 

Après les attaques parues dans votre quotidien, signées par un ancien gauchiste, ancien élu de l’UDRT, petit parti de droite, aujourd’hui "brosse à reluire" rose bonbon, auteur d'un livre "Van Cau, sa vie, son œuvre", voici un Courcellois qui apporte sa dose de fiel à la lutte anticommuniste .

Citant Yves Montand et déclarant que pour être communiste, il fallait être naïf ou malhonnête, à moins de ne pas être originaire de Courcelles, ce monsieur ignore que le Parti communiste siège au sein du Conseil communal depuis 1932. Il ignore que le député, Georges Glineur, est un des rares élus communaux à avoir siégé dans cette instance durant 50 ans . Il ignore que le Parti communiste est toujours présent à Courcelles au sein du groupe pluraliste UCPW . Il ignore que de nombreux Courcellois reconnaissent l’honnêteté, la probité, la proximité du terrain pratiquée par les élus communistes . Il ignore aussi que tout élu communiste reverse l’entièreté de son mandat à son parti . En ces temps bien troublés où l’appât du profit personnel jette le discrédit sur la classe politique, il faut apprendre à votre lecteur que pour être communiste, il faut pouvoir faire preuve de fidélité, et surtout, être au service des gens et plus particulièrement à celui des plus défavorisés d’entre eux.

SERVIR EST AINSI LA DEVISE DES ELUS COMMUNISTES COURCELLOIS.

Robert Tangre  -  Courcelles

 

 

15:30 Écrit par PC Charleroi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

De la part du Vert Pays - site de la locale Ecole de Charleroi Merci pour ces mises au point !

Écrit par : Jean-Marie Hoornaert | 06/02/2006

Les commentaires sont fermés.