05/01/2007

Dossier: Quel avenir pour la poste belge?

lEtincelle

 

Quel avenir pour la poste belge?

 

boîte-aux-lettres

I. La situation et le résultat des négociations.

 

Après plus de 100 jours de négociations, le gouvernement a scellé, le mercredi 12 octobre 2005, le mariage de La Poste avec le consortium formé par la poste danoise (post Danmark) et le fonds d'investissement britannique CVC Capital Partners. Pour rappel, tout avait commencé à la mi-décembre 2004. Des accords de confidentialité avaient été signés entre les différentes parties. En avril 2005, les parties effectuèrent les premiers échanges d'informations et en juillet 2005, ils ont conclu les négociations exclusives. Notons que Post Danmark/CVC avait été préférée, à la fin juin, au consortium constitué par les postes néerlandaise et française qui revendiquaient le contrôle total de l'opérateur belge.

participations poste

 

En octobre 2005, le Consortium est entré dans le capital de La Poste à hauteur de 50 % moins une action, par le biais d'une augmentation de capital de 300 millions d'euros, et a conclu un accord de coopération avec La Poste. Parallèlement, l'État belge participe alors à l'augmentation de capital à concurrence d'un montant additionnel de 40 millions d'euros et reste l'actionnaire principal, avec 50 % des actions plus une. À la suite de cette transaction, La Poste conserve son statut juridique de société anonyme de droit public. Cet accord officialise l'ambition commune de l'État belge, de La Poste et du Consortium de coopérer afin de poursuivre la modernisation de La Poste.

 

II. Modernisation ou restructuration dissimulée ?

 

En effet, l'objectif final de cette modernisation est, selon les patrons des différents groupes, d'assurer à l'entreprise une position d'opérateur compétitif sur le marché européen des services postaux, avec des normes élevées en termes de service et de qualité et des rendements financiers attrayants pour tous les actionnaires.

 

Ainsi la course aux parts de marché les plus rentables impose de différencier le traitement des usagers, actuellement devenus clients, en privilégiant les gros opérateurs comme les grandes entreprises au détriment des plus petites , des artisans. cela implique également des augmentations de tarifs avec la hausse du prix des timbres, la disparition des colis ordinaires au profit des « Colissimos » qui sont plus onéreux et qui permettent d'augmenter les bénéfices.

 

Elle entraîne également une fermeture de nombreux bureaux de poste et la diminution de l'emploi. Les facteurs n’auront que le courrier à distribuer et plus rien à vendre. Les actionnaires se moquent du rôle social joué par nos postiers, car, dans certains villages des zones rurales, ils contribuaient au maintien à domicile des personnes âgées.

 

C'est donc de modernes restructurations qu'il s'agit afin de gonfler encore plus les bénéfices. Ceux-ci s'élevant tout de même à 32 millions d'euros pour 2004.

 

III. Qui sont les nouveaux partenaires de la Poste ?

 

A) La Post Danmark, un service très compétitif suivant le credo libéral

 

Créé en 1624 par le roi Christian IV, l’opérateur postal historique danois est devenu en 1995 une entreprise publique autonome.

 

Le 1er janvier 2002, Post Danmark est devenue une société anonyme et s’est lentement engagée dans un processus de privatisation.

 

Le 8 juin 2005, l’État danois qui détenait jusqu’ici l’intégralité du capital de Post Danmark, a cédé 22 % du capital au fonds britannique de capital-investissement CVC Capital Partner pour un montant de 1, 27 milliard de couronnes danoises (167 millions d'euros). Post Danmark a elle-même acquis 3 % du capital (possibilité de souscription par les employés et plan d’incitation au bénéfice des cadres).


En outre le groupe Post Danmark détient aujourd’hui la totalité du capital des sociétés Post Danmark Leasing A/S (leasing véhicules) et Budstikken Transport A/S (prestations) et un tiers du capital de la société e-Boks A/S (distribution de poste électronique). Depuis l’ouverture à la concurrence des activités de transport de colis de plus de 250 grammes, Post Danmark fait partie du groupe de transport de colis nordique PNL (Pan Nordic Logistics), Post Danmark et Posten BA (Norvège) détiennent chacune 50 % du capital de PNL

En 2004, le groupe a enregistré son meilleur résultat avec une très nette avancée des activités de la distribution des colis, des journaux publicitaires, des journaux et des magazines.

structure de la poste belge

 

Quelques chiffres…

 

Selon les analystes, le groupe Post Danmark aurait aujourd’hui une valeur de près de 1, 3 milliard d’euros.

Le bénéfice avant impôts de Post Danmark s’élevait à 112 millions d’euros en 2004 contre 63 millions en 2003. Le bénéfice après impôts était de 73 millions d’euros, soit une amélioration de 33 millions d’euros en 2003 .

Le bénéfice après impôts était de 73 millions d'euros, soit un amélioration de 33 millions d'euros, comparé à 2003 .

Le chiffre d’affaires s’élevait à 1 510 millions d’euros fin 2004, soit une augmentation de 5,9% par rapport à 2003.

Le retour sur le capital investi a atteint 21 % en 2004 contre 18 % en 2003. Quant au retour sur les capitaux propres, il est passé de 15 % en 2003 à 24 % en 2004.

 

Les coûts d'exploitation se sont élevés à 1.276 millions d’euros en 2004, en hausse de 4,4 % par rapport à ceux de 2003 .

 

Fin 2004, Post Danmark employait 28. 349 personnes dont 42 % bénéficiaient d’un statut spécial. A l’heure actuelle on dénombre 350 fonctionnaires au sein de Post Danmark. Même si l’effectif diminue de 3 à 4 % par an par des départs à la retraite, Post Danmark demeure néanmoins l’un des plus grands employeurs du Danemark.

L'organisation au sein de l'entreprise


Post Danmark est organisé en 8 « business units » :

  • 4 unités clients externes :

    • Particuliers
    • Entreprises
    • Courrier, Express, Colis
    • International

    ·         4 unités clients internes :

    • Production et transport de lettres
    • Distribution
    • Production interne et service
    • Technologie de l'information

Une entreprise récompensée

 

Post Danmark a reçu début 2004 la récompense danoise de la qualité pour son modèle de gestion.

Le chiffre d’affaires de Post Danmark pour 2004 se répartit de la façon suivante :
Lettres, journaux/magazines…………………..… : 66 %
Colis ……………………………………………… : 13 %
Articles vendus dans les bureaux de poste ….…….: 4 %
Autres …………………………………………….. : 17 %

Malgré une stabilisation de l’activité « lettres » en 2004, la tendance du marché s’annonce cependant négative notamment en raison de l’envoi électronique de courrier et de l’ouverture à la concurrence pour les envois de plus de 50 grammes (effective depuis le 1er janvier 2005 au Danemark).

Post Danmark a défini sa « Stratégie 2006 » qui repose sur 4 points :
 

• Accroissement de l’efficacité et de la compétitivité,
• Développement de nouveaux services,
• Ressources humaines,
• Alliance avec un acteur majeur sur le marché international.

Dans la logique capitaliste, ce dernier point est essentiel si Post Danmark veut jouer un rôle dans le secteur du service postal au niveau européen. C'est ainsi que Post Danmark a été choisie par La Poste Belgique pour poursuivre des discussions approfondies quant à la finalisation d’un partenariat avec Post Danmark/CVC.


Il est aussi important de savoir que depuis septembre 2002, les établissements postaux danois et norvégiens travaillent avec les établissements postaux finlandais afin de reconstruire un réseau nordique.

 

B) CVC, une société peu connue mais très puissante !

 

CVC_logo

Le groupe financier CVC Capital Partners est actionnaire d'un quart du capital de la Poste danoise. L'entreprise s'est vue intéressée par Post Danmark, car, les restructurations ont eu comme résultat une très bonne marge bénéficiaire, 4% en 2000 à 8% en 2004. Pour les actionnaires, c'et encore plus lucratif, car chaque action rapporte 24 % (en 2004) contre 5 % (en 2002). Ce qui signifie qu’une grande partie (36 %) des bénéfices est distribuée aux actionnaires. N'oublions pas que le modèle social danois, y compris la poste, a été financé durant des générations par les contribuables. Actuellement, cet argent se retrouve dans le portefeuille des actionnaires privés tel … CVC.

 

Au parlement danois, la vente à CVC des actions de la poste ne s'est pas déroulée sans provoquée de remous. Certains politiciens se méfient de la clause qui prévoit que CVC peut obliger les autorités danoises à racheter la participation de CVC, si CVC n’a pas réussi à vendre toutes ses actions dans les 5 ans…

 

Le point de vue du patron de CVC pour la Belgique au sujet de la Poste belge est le suivant : " Il y a encore un fort potentiel d’amélioration des performances de La Poste sur le marché belge. D’ici cinq à dix ans, CVC pourrait alors se retirer et encaisser une plus-value ". Ce qui sous-entend bien plus une politique économique de l'entreprise que sociale.

 

Sur le site de CVC Capital Partners, qui est en anglais, on peut y traduire : ‘CVC est une société financière créée en 1981, qui réalisa 250 acquisitions (d’entreprises) d’une valeur totale de 40 billions de dollars c'est à dire 40.000 milliards de $. CVC cherche des entreprises qui ont une position de leader sur le marché, qui sont stables, et qui rapportent plus que la moyenne. Achat Minimum : 150 millions d’euros. Autrement dit, la société ne s'occupe que de l'élite.

 

Enfin, petite coïncidence à souligner, un personnages bien connu de notre petit pays est conseiller belge de CVC. Qui? Didier Bellens, patron de Belgacom.

didier bellens

 

IV. Quels sont les changements à attendre de cette union ?

 

Le contrat de gestion et le plan stratégique concoctés par La Poste et son homologue danoise prévoit une modernisation du réseau (1302 bureaux actuellement), dont un sur quatre seulement est rentable (financièrement faut-il entendre). Ce maillage sera maintenu d'ici 2010, mais La Poste ne devra conserver qu'un bureau avec du personnel postal dans chacune des 589 communes fusionnées du pays. C'est à dire que dans 4 ans, 713 bureaux de poste seront supprimés. Le reste des points de vente sera aux mains du privé (magasins etc.). Les nouveaux partenaires promettent une meilleure satisfaction du client en matière de localisation, de proximité et d'heures d'ouverture des bureaux. Mais les syndicats se sont déjà inquiétés de la disparition de bureaux au profit des Points Poste dans les communes rurales. Le contrat stipule que pour chaque PSP offrant un assortiment de base, il existe un bureau à assortiment complet à une distance maximale de 10 kilomètres, alors que dans le précédent contrat, la distance entre deux bureaux était fixée à 5 km. «Cela veut dire qu'un client devra parcourir 10 km pour retirer de l'argent sur son compte postal!», s'insurge Jean-Claude Balland, de la CGSP.

 

·         L'emploi. «Il n'y aura pas de licenciements secs d'ici 2010», a assuré Johnny Thijs* , le Chief executive officer (CEO) de La Poste. Celui-ci prévoit une réduction nette des effectifs (34.537 équivalents temps plein actuellement) de 3 %, en 2006 et en 2007. Il n'a pas voulu se prononcer sur les années ultérieures. Mais le plan stratégique indique qu'il n'y aura plus que 27.899 équivalents temps plein en 2010, soit 20 % de moins qu'aujourd'hui. Ce chiffre serait toutefois optimiste car il ne tient pas compte de l'automatisation du tri par tournée qui sera introduite à partir de 2009, comme c'est le cas au Danemark, et qui entraînera de nouvelles pertes d'emplois. Les méthodes de travail seront aussi changées. «Il y aura beaucoup de travail à faire pour améliorer la productivité des employés de La Poste», a indiqué Helge Israelsen, le patron de Post Danmark.

thijs

 

* Le big boss de la Poste, touche néanmoins un salaire de 850.000 euros et une prime aux résultats qui a atteint 250.000 euros. Ce qui fait un total de 1.100.000 euros par an. Quand on sait qu' un postier en début de carrière gagne 13.423 euros bruts par an, le salaire du patron vaut l'équivalent de quasiment 82 salaires de jeunes postiers. A méditer…

 

·         La direction et le conseil d'administration. Johnny Thijs reste aux commandes. Il siégera au sein du conseil d'administration (CA) qui sera remanié. Quatre représentants du consortium feront partie du CA. Il s'agit de Fritz Schur (le président de Post Danmark), Helge Israelsen (son CEO), Soren Vestergaard-Poulsen (CVC Danemark) et de Geert Duyck (CVC Belgique). Cinq administrateurs, dont le président, seront prochainement désignés par l'État belge. Au niveau du comité de direction, M.Thijs affirme qu'il ne devrait pas y avoir de grands changements mais il n'exclut pas qu'un Danois rejoigne son équipe. Enfin, la poste danoise dépêchera une dizaine d' «experts postaux» en Belgique en janvier pour aider La Poste dans des projets spécifiques.

 

  • Le prix du timbre. Précisons d'abord qu'une fois que les 5 nouveaux centres de tri seront tous opérationnels au début 2007, il n'y aura plus de distinction entre Prior et non Prior. Comme l'avait espéré le ministre Vande Lanotte, tous les envois seront délivrés à Jour J+1. Hélas, le consommateur n'aura alors plus le choix entre deux prix (0,46 euro ou 0,52 euro). Ce qui reviendra pour les adeptes du non Prior à une augmentation de prix. Ce qui change en matière tarifaire, c'est que La Poste pourra désormais adapter ses tarifs sans en demander au préalable l'accord du gouvernement comme c'était le cas jusqu'à présent. L'adaptation des prix devra toutefois se faire en fonction de l'évolution de l'indice santé et d'objectifs en matière de qualité à atteindre. Il faut savoir que le prix du timbre au Danemark est le plus élevé d'Europe (0,60 euro). En revanche, en 2007, année du «timbre unique», le contrat ne prévoit pas d'augmentation de prix. En 2008, le contrat le stipule noir sur blanc, La Poste fera passer le prix du timbre pour les particuliers à 0,54 euro.

 V. Qu'est-ce qui différencie les deux sociétés postales ?

 

LA POSTE (Belgique)

 

de Post_logo

Chiffre d'affaires 2004: 2 milliards d'euros.

 

Bénéfice net 2004: 32 millions d'euros.

 

Emploi: 35.760 personnes.

 

Productivité: retard de 10% par rapport à la poste du Danemark.

 

Bureaux de poste: 1302

 

Points-poste en commerce: 50

 

Qualité du service J+1: 90.5%

 

Prix du timbre: 0.46 euro pour le non-Prior - 0.52 euro pour le Prior

 


POST DANMARK

 

postdanmark_logo

 

 

Chiffre d'affaires 2004: 1,5 milliard  d'euros

 

Bénéfice net 2004: 73 millions d'euros

 

Emploi: 22000 personnes

 

Productivité: top 3 européen

 

Bureaux de poste: 287

 

Points-poste en commerce: 613

 

Qualité du service J+1: 95%

 

Prix du timbre: 0.58 euro pour le non-Prior - 0.60 euro pour le Prior

 

Source: La Nouvelle Gazette


 

VI. Interview.

 

Claudine Moine travaille comme guichetière depuis 1979 à la Poste.

Après avoir passé un examen, elle est devenue  rédactrice..  Elle a également travaillé comme comptable, sous-comptable principale et enfin perceptrice. Comme employée,  elle a quasiment effectué tous les services qui existaient dans un bureau de poste. Actuellement elle travaille au guichet du bureau de poste de Gosselies.

Elle nous exprime son point de vue sur le mariage de la Poste avec la poste danoise et l'investisseur anglais CVC Capital Partner.

 

PHOTO2

"Je me demande pourquoi doit-on aller chercher un partenaire étranger." s'interroge-t-elle. "Surtout la poste danoise qui, plus que les autres postes, symbolise la libéralisation ". En effet, il y a 600 bureaux pour une superficie un peu plus grande que la Belgique, et le territoire Danois comporte 63 îles.

 

La Poste n'est pas une banque !

 

"Ça me fait peur ! ". continua-t-elle. "Parce que la libéralisation pour quelqu'un en fin de carrière comme moi ne risque pas vraiment de causer préjudice. Mais pour les jeunes, l'avenir risque d'être difficile ! ". "Malgré les promesses qui nous ont été faites, j'ai peur des licenciements, de la hausse des prix, du manque de services pour Monsieur tout le Monde et surtout, de la transformation de la Poste en une banque. D'accord nous avons une caisse d'épargne, mais une poste n'est pas un banque. Pour moi son but principal est de distribuer le courrier et si possible J+1. Son but n'est pas de faire des bénéfices ou des plus-values ". Cette libéralisation conduira irrémédiablement à des licenciements, mais les dirigeants  préparaient ce mariage depuis quelque temps. En voici quelques exemples frappants.

 

"On ne remplace même plus ceux qui partent ou qui prennent des mi-temps en fin de carrière ", affirma-t-elle. "On propose  des contrats précaires. On n'utilise plus de contrats statutaires et on n'en utilisera plus ! ".

 

facteur

Un autre exemple encore plus marquant, expliqua-t-elle, s'est déroulé lors de la visite d'un des directeurs de l'Union belge des banques. "Il y a quelques années, ce monsieur s'était rendu dans mon bureau de Gosselies et m'avait dit qu'il fallait oublier le service public de la poste, les services rendus au client ". Claudine Moine s'était alors insurgée :"Je ne vois pas de différence entre un client qui vient pour un virement de 5 euros et un autre qui en dépose 10.000 ". Le directeur lui avait répondu qu'effectivement, il fallait être polie avec chaque client, leur dire bonjour et au revoir, mais qu'il ne fallait pas traiter de la même façon un client qui vient pour déposer 10.000 euros et un autre qui vient pour acheter un timbre.

"Cela c'est passé en 2001. J'imagine que ce doit être bien pire maintenant ".

 

C'est ainsi que cette postière,  d'un point de vue philosophique, politique et humain, ne voit pas du tout ce mariage d'un bon œil. Et ce sentiment est général pour les facteurs, les employés de guichets ainsi que les rédacteurs.

 

La compétition entre les bureaux pour un maximum de rentabilité

 

C'est un fait, les guichetiers et guichetières ont déjà beaucoup plus de travail, depuis la suppression de certains emplois, avec pour conséquences  des files monstres dans les bureaux de poste et le système d'organisation des bureaux.

Prenons un exemple : s'il y a quatre guichets ouverts, mais que deux employés sont occupés au téléphone ou s'ils sont en rendez-vous avec des clients, les deux autres employés doivent s'occuper des clients au guichet.

"Nous sommes déjà dans une optique de poste rentable avec des objectifs précis à réaliser chaque semaine " affirme Claudine Moine : " Nous devons au minimum réussir à obtenir un rendez-vous par semaine avec un client susceptible de ramener de l'argent à la Poste ". "En plus,  il faut vendre les timbres, les cartes de téléphone, les entrées pour Walibi, les Taxipost, les Kilopost, les places de cinéma et les billet de Lotto."

Pour ce qui est du Lotto, il n' y a pas un quota de vente imposé, mais, si le chiffre de vente du Lotto n'est pas atteint en fin de semaine, on va être considéré bon ou mauvais bureau de lotto.

"On ne nous pas encore clairement dit que nous devions vendre autant de postogrammes ou de cartes, mais je suis persuadée que cela viendra ".

travaux de la poste

 

Il y a une émulation entre les bureaux. On peut voir régulièrement par intranet les chiffres réalisés par les différents bureaux à propos des ventes du nombre de clients servis. Cette pression est appuyée  continuellement par mail ou par notes internes. Si le bureau n'est pas rentable, un coach débarque dans les bureaux pour motiver les gens qui y travaillent.

 

"On investit beaucoup dans certains bureaux, en organisant un système de file avec ticket. Ceci, généralement dans les bureaux que l'on va garder " relate la postière. " Certains bureaux on été rénovés, ils sont rentables,  mais on va les fermer quand même en février ! ".

Prenons l'exemple du bureau de poste de Jumet chef-lieu. Ce bureau se trouve en face d'une grande surface, il tourne très bien avec de bons résultats,  et malgré tout on va le fermer. Idem pour le bureau de Monceau-sur-Sambre. "Je me demande vraiment comment les personnes des alentours vont pouvoir aller faire leurs opérations autres que celles pouvant être effectuées dans un point poste,  sans devoir faire 8 ou 10 kilomètres " s'interroge la postière.

 

Et ces fameux points poste ?

 

Au sujet des points poste, Claudine Moine se rend compte que les gens ne les apprécient pas forcément  .Ils ne remplaceront jamais un vrai guichet d'agence postale.

Prenons l'exemple du bureau de Rixensart qui ferme ses bureaux. Il est remplacé par un point poste au GB de la ville. Là, on prend les bulletins de virement jusqu'à 350 euros et on peut déposer des recommandés. Seulement,  ce point poste se trouve a l'entrée du GB, à une caisse tenue par un fille qui, outre sa caisse, les vidanges, les bons de réductions, les chèques cadeaux,  devra s'occuper du point poste. "Je reste sceptique, déclare Claudine, " car,  attribuer trop de tâches à quelqu'un a souvent pour résultat un travail bâclé ".

 

Pour terminer

 

" On voudrait ouvrir le chemin à la concurrence, je ne vois pas comment on pourrait mieux faire " conclut-elle. "Je pense qu'on va vers une poste libérale  avec un système à deux vitesses,  selon le client ". "Maintenant, j'espère me tromper au sujet de l'avenir de la Poste .Je doute que  cette fusion permette de créer de l'emploi et d'engager des jeunes ." .

 

 

VII. Et ensuite, que se passera-t-il ?

 

On annonce déjà la fermetures de 277 bureaux de postes

Huy 3 à vendre

Bureau postal de Huy 3 à vendre.

 

Les syndicats chrétien, libéral et socialiste ont envoyé un faire-part de décès annonçant la fermeture de 277 agences postales en 2007. Tous les bureaux de poste ont été invités à porter symboliquement le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas, un ruban noir et à observer une minute de silence. "Les syndicats ont la profonde tristesse de vous communiquer le décès de 277 agences postales nées dans le ventre de la prestation de services au public, mortes après une euthanasie active, ordonnée par M. Vande Lanotte et effectuée par M. Thijs ", annonçait le faire-part.

 

 

"Drames sociaux" dans les régions rurales


Reste que malgré la " positive attitude " affichée par la direction de l'entreprise, cette évolution ne recueille toujours pas l'assentiment des syndicats qui dénoncent notamment les " drames sociaux " provoqués par les délocalisations des employés dont les bureaux seront fermés. "Dans les régions rurales, certains seront obligés de parcourir des dizaines de kilomètres pour rejoindre leur nouvelle affectation ", a ainsi affirmé André Blaise ( CSC ) .


Qu'adviendra-t-il des contrats à durée déterminée?


Les représentants des travailleurs craignent également des coupes claires parmi les effectifs disposant de contrat à durée déterminée. "Le contrat de gestion prévoit une garantie d'emploi pour les employés à durée indéterminée et pour les statutaires jusqu'à la fin de 2009. Mais La Poste compte quelque 2.000 travailleurs à durée déterminée ", a encore indiqué André Blaise,  en regrettant par ailleurs la " formation minimale " délivrée au personnel des Points Poste. "Aucun changement à La Poste n'a été applaudi par les syndicats,  mais ces derniers jouent leur rôle correctement ", a commenté à ce sujet Johnny Thijs.

 Beth Thomas

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

23:27 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

bonjour,
je trouve cela honteux de suprimer autant de bureau de poste. Je suis de Ransart et on dois faire 6 km pour trouver un bureau de poste, ces a dire a gosselies. Il y a des vieille personne qui ne save pas se deplacer, d'autre qui n'on pas les moyen qui ne touche que le minimex ! Et voila se que l'on nous fait ces honteux ! Si vous auriez laisser deja un bureau par commune cela aurais deja été mieux, et quelque boite postal suplementaire egalement, car la aussi on dois courrir pour en trouver.
nous somme en 2008, et on va bientot se retrouver a tapoter les tam tam pour envoyer les messages. Ou va-t-on ? j'espere que vous allez vous décidé d'aller enfin vers l'avant ! et non en reculant.

Écrit par : billen daniel | 21/03/2008

Les commentaires sont fermés.