11/02/2007

L'Etincelle n° 19:

 

lEtincelle

 

UNE NOUVELLE POLITIQUE A COURCELLES: ON VOUDRAIT BIEN Y CROIRE

Axel-100pct


La nouvelle majorité PS-MR qui dirigera Courcelles ces six prochaines années a présenté, lors du dernier conseil communal, son programme de politique générale. Comment ne pas souscrire à ce généreux fourre-tout qui promet de régler tous les problèmes de la commune?...

Promis, juré: on va veiller à une meilleure qualité de la vie, être à l'écoute de la population, renforcer la présence policière dans les quartiers, lutter contre le sentiment d'insécurité, enrayer la petite délinquance, veiller à la propreté publique et au respect des piétons, favoriser l'emploi, soutenir le commerce local et valoriser le patrimoine ainsi que le tourisme...

Reste une question: avec quels moyens ?
Quel budget alimentera l'aide à l'emploi, le nettoyage express des rues et des dépôts clandestins, la surveillance des parkings, l'embellissement de la voirie, la présence policière accrue, la valorisation du patrimoine,etc...?

Plus que jamais, l'UCPW se montrera attentive à ce que toutes ces belles promesses ne restent pas dans les cartons. Il y a lieu en effet d'être vigilant: combien de fois n'a-t-on pas entendu par le passé des échevins renier des engagements "par manque de moyens", entre autres dans le domaine si souvent négligé de l'environnement ? Combien de fois n'a-t-on pas fait aux Courcellois des promesses sans cesse reportées, comme par exemple la réfection de la rue Hamal, promise dès 1992... et toujours en suspens?...
    

De la même manière, on ne demande qu'à croire le nouveau bourgmestre lorsqu'il promet une "nouvelle politique citoyenne": des consultations, des antennes locales de concertation avec la population, des boîtes à idées, etc... Incontestablement, un vent nouveau souffle sur la politique communale et les gestes d'ouverture de la majorité PS-MR à l'égard de l'opposition constituent un signal plutôt encourageant.

Mais ici aussi, il s'agira d'être attentif: on devine derrière tout cela la "patte" du nouveau maïeur...mais il est n'est pas seul: autour de lui se retrouvent quelques solides représentants de l'"ancien régime", habitués à d'autres pratiques...habitués aussi aux belles promesses "qui ne mangent pas de pain"...
    

Alors ? Une nouvelle politique à Courcelles ! Chiche ?

 

Le Comité de l'UCPW

 


 

Solidarité avec le personnel de VW Forest.

 

vw-logo

Le Parti Communiste exprime sa solidarité avec les travailleurs de Volkswagen et veut les assurer de son soutien dans les luttes qui les attendent. Nous pensons aussi au désarroi des travailleurs de tous les sous-traitants de la firme allemande, qui vivent désormais dans l'incertitude et voient s'approcher le spectre des licenciements et des cessations d'activités.

Chacun de ces travailleurs et travailleuses a démontré son excellence, sa compétence et sa fierté face au travail bien fait. De plus, ils ont, au cours des dernières années, consenti de nombreux sacrifices afin d'assurer la compétitivité de l'entreprise. A présent, il faut penser à l'avenir. Dans un premier temps, il est urgent que plus un seul euro ne revienne à la direction de Volkswagen. Le bénéfice des ventes de tous les véhicules montés à Forest doit revenir aux seuls membres du personnel de l'usine bruxelloise. Il n'est pas question de laisser s'enrichir des patrons et des actionnaires voyous sur le dos d'ouvriers, d'ouvrières, d'employés et d'employées plongés dans la détresse.

Le modèle social-démocrate que nous connaissons s'est converti au néo-libéralisme le plus sauvage et a démontré amplement son inefficacité en raison de sa complicité implicite avec les patronats transnationaux. ! Aux patrons voyous, les bénéfices (Au premier semestre 2006, VW a fait 1,2 milliard d'euros de bénéfices); aux États, la facture de la casse. Ce faisant, c'est la population qui doit supporter le coût social des démantèlements et des délocalisations.

Le gouvernement feint de découvrir les effets pervers de la mondialisation libérale et s'étonne de l'absence de cohésion européenne. Belle hypocrisie en vérité quand on sait que ce sont les mêmes partis au pouvoir (PS, MR, CDH (ex-PSC), ECOLO) qui ont bradé (et continuent à le faire, nos entreprises publiques et

privées et se sont rendu complices des puissances financières pour bâtir un système qui échappe de plus en plus au contrôle des citoyens et laisse le champ libre à l'argent roi. 

Quant à l'Europe libérale chère à nos édiles, il s'avère bien, avec le nouvel et dramatique exemple de VW Forest, qu'elle sert surtout, sinon exclusivement, à mettre les travailleurs en concurrence.  Plus que jamais, la solidarité des travailleurs et des travailleuses au-delà des frontières doit être la réponse aux agressions patronales.

Pour son temps, Machiavel écrivait dans " Le prince " qu'il était utile, comme pour un fleuve, de construire des digues pour contenir les effets dévastateurs des débordements de la fortune. Il appartient aux politiques et en particulier à ses composantes de gauche de réagir enfin et d'imposer aujourd'hui un système sévère de régulation du marché capitaliste. Donc aller à l'inverse de ce que nous propose l'Europe actuelle et les États qui la composent. De construire un strict cadre, bien plus dur que la loi Renault, conditionnant les cadeaux publics, fiscaux, accordés aux multinationales et de les assortir de lourdes sanctions en cas de casse sociale.

Le Parti Communiste

 


 

Justice pour les 5 cubains enfermés à Miami demande la Gauche Unie Européenne.

free

 

Depuis le 12 septembre 1998, cinq Cubains sont en prison à Miami, en Floride (USA). Accusés sans preuve de "conspiration d'espionnage " et même de "conspiration de meurtre ", ils subissent des conditions de détention que la Commission des droits humains des Nations Unies a qualifiées d' "arbitraires ". Pendant dix-sept mois, ils ont été maintenus dans un isolement total, sans même pouvoir communiquer avec leurs avocats.

Certains d'entre eux n'ont pu recevoir de visite de leur plus proche famille depuis 8 ans!

Trois de ces hommes ont été condamnés à perpétuité et les deux autres à de très longues peines de prison, à l'issue d'un procès si partial que les trois magistrats désignés par la Cour d'appel d'Atlanta pour instruire cette affaire ont demandé la tenue d'un nouveau procès dans un autre lieu. Fait  exceptionnel qui illustre la nature politique de ce procès: la Cour d'appel n'a pas suivi l'avis des trois magistrats qu'elle avait elle-même désignés et a majoritairement rejeté leur requête.

 

Le groupe GUE - NGL vient d'entendre les témoignages de l'épouse de l'un des cinq détenus  cubains à Miami ainsi que de la mère d'un autre de ces prisonniers.  Celles-ci ont lancé un appel aux Européens - parlementaires, juristes, défenseurs des droits humains... - à se joindre aux voix de plus en plus  nombreuses qui s'élèvent pour demander la libération de ces cinq détenus et la tenue d'un procès équitable.  D'ores et déjà - nous ont-elles fait savoir – 115 députés britanniques de la Chambre des Communes ont signé une pétition en ce sens, tandis qu'à Madrid, une puissante manifestation de rue vient d'avoir lieu sur la même base.

 

Le groupe GUE-NGL invite les députés européens, indépendamment de tout jugement sur le fond de l'affaire, à faire connaître aux autorités des États-Unis, leur demande que ces cinq prisonniers bénéficient, comme tout autre, d'un procès équitable et que, dans cette attente - alors qu'ils ont déjà purgé une peine de 8 années dans des conditions particulièrement inhumaines et sans qu'aucune preuve n'ait étayé les graves accusations portées contre eux - ils soient libérés.

 

NB: Ces cinq prisonniers sont MM:

- Gerardo Hernández Nordelo

- Ramón Labañino Salazar

- Antonio Guerrero Rodríguez

- Fernando González Llort

 


 

Nos libertés gravement menacées. Solidarité avec Bahar Kimyongür.

 

photo-jeunes-turcs

La cour d’Appel de Gand vient de condamner ce mardi 7 novembre Bahar Kimyongür à cinq années de prison. Bahar est un citoyen belge engagé, il est membre du bureau d’informations du DHKC à Bruxelles, il exprime un point de vue critique sur la répression féroce menée par l’État turc contre les minorités et les opposants au régime mais il n’a commis aucun crime ni délit en Belgique, en Turquie ou ailleurs.
Ce jugement s’inscrit en droite ligne dans la vague de répression et de criminalisation des luttes politiques qui a suivi les attentats du 11 septembre. Il est un avertissement clair pour toutes celles et ceux qui comme nous combattent le système capitaliste, non par les armes mais par le combat politique. C’est la mort des libertés démocratiques obtenues par un siècle et demi de luttes sociales qui est annoncée ! C’est la criminalisation non de nos actes mais des idées qui les sous-tendent.

Le Parti Communiste conteste les lois sécuritaires qui menacent gravement nos libertés démocratiques. Il dénonce ce jugement inique prononcé coup sur coup par deux tribunaux belges dont l’indépendance a été clairement mise à mal. Le 4 novembre 2005, le premier Président Jean-Paul De Graeve n’a pas hésité, en toute illégalité (cfr. dispositions du Code en son Article 98), à désigner expressément le juge, un juge qui aura démontré tout au long du procès sa partialité. Le Procureur Johan Delmulle, non dessaisi malgré sa participation à la rencontre secrète du 26 avril 2006 orchestrant la livraison de Bahar à la justice hollandaise, souhaitant condamner à tout prix les inculpés, aura été jusqu’à inventer des incriminations qui n’existent pas dans notre Code pénal (telle la notion d’ «association de malfaiteurs à visée terroriste»)

Le Parti Communiste dénonce également le rôle interpellant joué par la ministre Laurette Onkelinx et son administration. Les récentes élections communales ont mis en lumière d’inquiétantes collusions entre madame Onkelinx et des éléments de l’extrême droite turque. Ses prises de positions ambiguës concernant le génocide arménien ainsi que la présence d’un sympathisant des loups gris sur la liste qu’elle menait à Schaerbeek ont éveillé bien des questions.

Au-delà des divergences idéologiques que notre organisation peut avoir avec le DHKC, le Parti Communiste tient à exprimer sa totale solidarité avec le combat d’information mené par Bahar Kimyongür et ses camarades contre le régime turque.

Nos dirigeants souhaitent taire la réalité du régime turque en raison d’évidents intérêts économiques européens. Pour notre part, nous tenons à rappeler avec fermeté le despotisme et la violence d’État dont le régime d’Ankara a fait sa nature ordinaire.

Le Parti Communiste appelle par ailleurs chacun et chacune à se joindre au Comité pour la liberté d'expression et d'association (http://www.leclea.be) afin de renforcer son combat, un combat qui devient aujourd’hui plus que jamais celui de tous les progressistes.

                                                   Le Parti Communiste

 


 

Veut-on interdire le Parti communiste de Bohême-Moravie ?

 

élections tchéquie

Lors d’une récente réunion d'aujourd'hui les membres du GUE/NGL ont été informés d'un événement  extrêmement surprenant et alarmant sur la scène politique tchèque:  la Chambre Supérieure du Parlement  National Tchèque, le Sénat projette d'établir un ordre spécial pour enquêter sur la légalité de l'existence du parti communiste de Bohême et Moravie.  Nous parlons ici  d'un parti politique dont les représentants ont été choisis à Chambre des Députés, au Sénat du parlement national et au Parlement Européen au cours d' élections démocratiques;  des élections générales ont été basées sur la volonté clairement exprimée des citoyens. Pendant  un temps assez long, l'Europe entière a suivi le chaos à peine compréhensible sur la scène politique de la république tchèque, ce qui, quelques mois après les élections générales,  rend  impossible la formation d'un gouvernement stable.  

L'atmosphère courante avec ses tensions et ses problèmes est  avantageuse pour les individus avec un état d'esprit autoritaire qui cherchent à gagner des places plus fortes dans la société tchèque. Leur but est plus que clair: restreindre les droits de gens et de leurs représentants qui ont une opinion différente de la leur.

Pour atteindre ce but ils utilisent une tactique populaire: aujourd'hui ils essaient de se débarrasser des communistes; demain, ils continueront avec les sociaux-démocrates  et le jour après, ce sera avec des gens de religions différentes. À ces politiciens autoritaires qui manquent de tolérance et de la capacité de comprendre quelqu'un d'autre à part eux-mêmes, le terme démocratie  ne signifiera plus rien si ce n'est  simplement l'ensemble de règles devant  être mal employées pour appliquer leur volonté. 

Le parti communiste de Bohême et Moravia au travers de ses pratiques  et ses documents s'est révélé être un parti  démocratique. 

C'est bien sûr un parti authentique de  gauche  pour qui la défense  des droits humains signifie principalement une lutte  contre le mauvais emploi du pouvoir et de la propriété en vue de causer du tort  aux  gens qui travaillent.  

C'est un parti pour lequel la lutte pour la paix n'est pas une formulation vide de sens mais une question tout  à fait  concrète concernant la situation dans les Balkans, l'Afghanistan, l'Irak - question qui  nous concerne tous. 

C'est un parti qui ne peut pas envisager de futur  sans  la conservation radicale de l'environnement comme une condition préalable pour faire durer le développement soutenable et sans les restrictions au militarisme. Ce genre de parti  a toujours ses ennemis - ceux qui peuvent tirer un profit de la forme actuelle de capitalisme.

Nous demandons à tous nos collègues au Parlement Européen, parlements nationaux de tous les pays Européens ainsi qu'au  public tchèque : Utilisez votre influence pour prévenir le monde au sujet de ces pratiques  autoritaires en politique!  

Les tentatives pour interdire le parti communiste de Bohême et Moravie sont seulement les premiers pas pour rendre impossible  l'approfondissement de la  démocratie en Europe. 

Le futur de l'Europe doit être basé sur une compréhension commune, la solidarité et la paix. 

Des attaques récentes contre l'organisation de la jeunesse du communiste tchèque et contre le parti communiste de Bohême et de Moravie se révèlent être  une attaque contre les partis de gauche   en tant que tels. 

Par conséquent nous demandons à tous nos collègues du GUE/NGL d’exprimer leur appui et leur solidarité avec le parti communiste de Bohême et Moravie et d’ouvrir des discussions sur cette question au Parlement  Européen.

 

Fait par Klaara Adamcova et traduit de l’anglais par George Sossois.

 


 

Visitez nos divers skynetblogs :

 

http://etincellebulletin.skynetblogs.be/

http://users.skynet.be/ucpw/

http://le-petit-rapporteur-courcellois.skynetblogs.be/

http://photos-courcelles.skynetblogs.be/

 

FETE ANNUELLE DU PROGRES

 

Le 23 février à 18 h , l'ASBL Le Progrès invite tous ses membres et sympathisants à une rencontre fraternelle dans ses locaux, rue Jules Destrée, 11 à Dampremy .

 

Au programme :

 

A 18 heures :

 

L’an dernier, nous avions projeté un film tourné au moment de la dissolution du PCI, film qui explique les réactions de nos camarades italiens, face à ces changements : « Le communisme italien ou le pessimisme de la raison ».

Cette année, nous retrouverons ces mêmes militants, dans un film co-produit par ARTE France:

 

« Il fare politica »

 

legitalie

 

De la grande époque du parti communiste italien à l'arrivée de Berlusconi au pouvoir en 1994, Hugues Le Paige a recueilli durant vingt ans de l'histoire de quatre militants communistes d'un village toscan. Entre luttes et amertumes, grands espoirs et petits matins, une chronique sur l'amitié et sur l'engagement pour un idéal collectif. Drapeaux rouges et poings levés sur l'air de L'internationale, les communistes italiens rendent un dernier hommage à Berlinguer, ancien secrétaire général du PCI et artisan du "compromis historique". Parmi le petit peuple en deuil, quatre copains, quatre militants de Mercatale, village de Toscane proche de Florence : Fabiana, Carlo, Claudio et Vincenzo. C'est en 1982, soit deux ans auparavant, que le réalisateur les a rencontrés pour la première fois. Ils avaient entre 25 et 45 ans et étaient "des militants heureux du parti communiste italien". Tous les deux ou trois ans, jusqu'en 2004, Hugues Le Paige est revenu les filmer à Mercatale, encore appelée "la petite Russie", comme nombre d'autres communes à majorité communiste de la région. Entre réunions de section à la Maison du peuple et collages d'affiches, son film retrace leur évolution politique et personnelle. Des trajectoires à la fois communes et divergentes où, malgré les crises décisives (de la Pologne à la chute du mur de Berlin), se révèle un mélange de lucidité critique et d'attachement profond à leur parti.

 

 

19 h 30 : débat avec Roberto Galtieri, secrétaire du Parti des Communistes d’Italie.

 

Il nous donnera son point de vue sur l’évolution de la politique italienne comme Nora Tagliazucchi de Refondation communiste l’avait fait l’an dernier.

 Une différence essentielle cependant : « En 2006, nous étions à la veille des élections législatives. Berlusconi a été éjecté de justesse, et les deux partis communistes font partie du nouveau gouvernement italien.

 

Comment réagit le PdCI face à cette nouvelle donne ?

 

Ce sera le thème de la soirée.

 

La soirée se terminera par la dégustation d’un spaghetti, offert par l’ASBL « Le Progrès » à tous ses participants.

 

L’inscription est obligatoire.

 

Téléphonez au 071 / 30 39 12, en nous communiquant rapidement le nombre de participants.

 



 

21:53 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |