13/12/2007

Etincelle n° 26

 

Communiqué commun du Parti Communiste (Wallonie-Bruxelles) et du Kommunistiche Partij (KP-Vlaanderen)

Nous, communistes wallons, flamands et bruxellois avons depuis longtemps adapté nos structures aux évolutions de la Belgique afin d’ancrer nos pratiques politiques dans les réalités de nos régions. Membres du Kommunistiche Partij (KP-Vlaanderen) et du Parti Communiste (Wallonie-Bruxelles), formant des entités autonomes, nous restons fortement attachés aux principes de solidarité et refusons les tentations nationalistes.

Nous sommes également fédéralistes. Mais le fédéralisme que nous prônons et que nous pratiquons est un fédéralisme démocratique et de solidarité assorti de réformes de structures anticapitalistes.  Nous sommes opposés à toute scission de la Sécurité Sociale qui toucherait durement les travailleurs du Sud comme ceux du Nord et du centre du pays.  Nous disons non à la mise en concurrence des travailleurs bruxellois, wallons et flamands. C’est dans cet esprit que nous sommes aussi Européens et internationalistes parce que nous disons avec d’autres : « une autre Europe, un autre monde sont possibles. »
Nous n’oublions pas, non plus, que les difficultés économiques et sociales de la Wallonie sont avant tout  la conséquence des vastes restructurations imposées par le capital financier et des politiques néfastes qui les ont accompagnées.
C’est pourquoi nous pensons qu’il est vital de repenser un fédéralisme mal conçu et inachevé, mais de le repenser dans l’intérêt des travailleurs et non du capital financier, ni des intérêts particuliers de certains représentants politiques.
Nous soutenons l’initiative « Sauvons la solidarité » lancée par des syndicalistes du Nord et du Sud du pays car elle pointe ce qui est aujourd’hui la priorité, la défense de conquêtes sociales fondamentales du monde du travail.
C'est ainsi que le KP et le PC ont appelé à la mobilisation pour la manifestation du 15 décembre dernier.

Toujours la pollution.

En ces temps de brouillard fréquent dans la vallée de la Sambre, la pollution atmosphérique est de plus en plus importante. Les pics de pollution dépassent toutes les normes acceptables.

Peu avant la Noël, les autorités communales de Charleroi ont pris une mesure interdisant toute circulation de véhicules à  moteur après 19 heures sur l’ensemble du territoire des anciennes communes de Dampremy et de Marchienne-au-Pont. Cette mesurette nous est apparue plus que dérisoire alors qu’à ce moment de la journée, la circulation se raréfie d’autant plus que  les conditions  atmosphériques n’incitent pas à la balade..

Pour mieux illustrer cette situation, notre Camarade Jacques Coupez, président du Comité de vigilance contre la pollution atmosphérique nous a fait parvenir les commentaires repris ci-après :

Le tableau ci-dessous indique, pour chaque station de mesure, le nombre de jours où les concentrations moyennes de PM10 ont dépassé le seuil de 50 µg/m3.
Depuis le 1 janvier 2005, la directive 1999/30/CE autorise au maximum 35 dépassements (c’est-à-dire 35 jours) de ce seuil par année.
La liste des stations de mesure est ordonnée, par ordre décroissant, en fonction du nombre de dépassements pour l’année en cours (colonne de droite). Les cases en rouge signifient que le nombre annuel de dépassements autorisés a été dépassé. A titre d’information, les dépassements du seuil journalier de 50 µg/m3 observés au cours des dernières années sont également indiqués.
 
Ce tableau est actualisé chaque jour vers 7 h.

nrstacodecommune20002001200220032004200520062007(*)
145R512Marchienne-Au-Pont731108113410087175147
345R501Charleroi36NA478124293878

Le Furet


Un militant jugé pour un tag revendicatif .
Il avait écrit : « Libérez les dockers »
 
Jugement plus clément, sur opposition, pour le militant syndical Thierry Delforge, 65 ans. Lors d’un premier procès, où il n’avait pu se défendre, le tribunal correctionnel l’avait condamné à un an de prison, dont six mois avec sursis. Pour « destruction partielle d’un édifice » et « transport d’armes prohibées ». (voir archives 5/11-11/11)

Un mot de Thierry adressé à tous ceux qui l'ont soutenu:

Thierry DelforgePrononcé du jugement : acquittement pour la prévention de port d'armes et suspension du prononcé pour la "destruction partielle" du hangar. Une amende de 28 € et les prétentions de dédommagement de la Ville réduites de 250 à 100 €..

Le peloton "anti-émeute" présent dans et hors de la salle a voulu limiter la présence dans la salle aux seules places assises ( 25 "supporters" dedans et 30 dehors). Mesure de rétorsion prise de leur propre initiative. En effet mon "réquisitoire" du 21 novembre, qui avait conduit le juge à m’inviter à déposer plainte auprès du Comité « P »…, ne leur avait manifestement pas plu. L'"encivil", par contre, suggérait d'en référer au président et m'a manifesté sa satisfaction d'avoir vu tomber un verdict clément.

Au total le tag revient à 33 € la lettre...

Merci à tous

Salut et fraternité. La lutte continue !

 Thierry

Marre des appels publicitaires téléphoniques.

call_center

Une voix suave : « Je suis bien chez Monsieur Cambier ? Bonjour, Monsieur, comment allez-vous ? Je vous téléphone du Château la Pompe et je vous propose de vous faire parvenir un grand cru à l’achat de 6 autres bouteilles. »

Une fois, cela passe, on prend patience, on écoute puis on marque son désintérêt.
Deux, passe encore.
Trois, il commence à y en avoir marre.
Quatre, franchement cela suffit !

Château, parlons-en : l’oreille attentive détecte l’accent même si votre interlocuteur possède bien le français mais aussi perçoit le bruit qui règne dans le soi-disant château d’où l’on vous appelle car de très nombreuses voix avoisinent celle de votre correspondant. Votre château, c’est tout simplement un call  center (centre d’appel) et votre appel vient ou du Maroc, de Bulgarie et pourquoi pas de l’Inde.

La personne vous supplie presque: «  Laissez-moi achever mon appel car c’est mon travail! » En l’occurrence, ces personnes font un travail harassant pour être rémunérées au minimum vital et sont incapables de comprendre que les riches Européens que nous sommes commencent à être réellement importunés par ces appels non désirés.

Mais de quoi s’agit-il ?

Ci-dessous nous nous transmettons une information qui pourra mettre partiellement fin à ces appels en allant sur internet et en vous inscrivant gratuitement sur la liste Robinson phone.

Permettez-moi de vous communiquer quelques phrases du site internet de cette association qui vous permettra de mieux comprendre le fonctionnement de la publicité par téléphone :

« Toutes les personnes qui ne souhaitent plus recevoir de publicités à leur nom et ce, de la part d’aucune entreprise, peuvent s’inscrire sur les listes Robinson de leur choix (Mail, Phone, e-Mail ou SMS). Il est possible de s’inscrire sur ce site (www.robinson.be) ou par courrier à : Liste Robinson, ABMD, Buro & Design Center, Esplanade du Heysel B46, 1020 Bruxelles. Les données que vous transmettez lors de votre inscription (nom, adresse, n° téléphone ou GSM, adresse e-mail), sont uniquement enregistrées et utilisées afin de veiller à ce que vous ne receviez plus de publicités.

Les entreprises qui veulent faire de la publicité par courrier, téléphone, e-mail ou SMS, doivent d’abord constituer une liste d’adresses des personnes qu’elles veulent contacter. De cette liste, l’entreprise supprime ensuite toutes les personnes reprises sur la liste Robinson. Car ces personnes sont celles qui ont expressément demandé de ne plus être contactées par les entreprises pour tout ce qui est publicité par courrier, téléphone, e-mail ou SMS. De cette manière, l’entreprise se retrouve avec une liste de personnes qui n’ont aucune objection contre le fait de recevoir de la publicité. Pourquoi les entreprises veulent-elles vous contacter personnellement et comment s’y prennent-elles ? Vous le saurez en consultant la rubrique « Comment avez-vous trouvé mon nom ? »

Alors si cela vous intéresse, cliquez donc sur
http://www.robinsonlist.be/faq_fr.htm

Le Furet

Conseil communal de Charleroi


INTERPELLATION : MESURES PRISES POUR LA FETE DU SACRIFICE


fete-sacrifice4

Installations d'abattage à Namur 

Comme chaque année, les musulmans du monde entier et bien entendu de l'entité de Charleroi se préparent à célébrer l'Aïd El Adha, c'est-à-dire la fête du sacrifice le 19 et 20 décembre prochain selon le calendrier lunaire.

Les années précédentes, la Ville de Charleroi mettait à disposition de ces citoyens musulmans un abattoir provisoire et un point de collecte par conteneurs des carcasses et peaux d'animaux sur le site de la rue Tourneur à Marchienne-au-Pont. Ces moyens permettaient à ces citoyens de célébrer la Fête du Sacrifice dans la dignité et dans le respect des réglementations et lois en matière d''hygiène, d'environnement et de santé publique.

Le coût financier de la location de ces conteneurs de collecte et la destruction des déchets est pris en charge par la Région wallonne.

Lors du conseil communal du 22 octobre 2007, après l’interpellation des Conseillers Kilic et Fekrioui, vous aviez laissé entendre que des solutions d’urgence seraient encore recherchées.

Ce n’est que le 04 décembre 2007 à 15 jours de l'échéance, que les autorités locales ont clairement annoncé qu'il n'y aurait ni abattoir provisoire ni conteneurs pour la collecte des déchets.  Elles ont proposé d'amener les ovins à l'abattoir privé de Charleroi ou chez le seul éleveur agréé de la région se situant à Tarciennes, l'éleveur en question privilégiant l'abattage des animaux qui viennent de chez lui.

Nous nous étonnons de ces propositions, considérant que ces deux sites seuls n'ont pas la capacité de répondre à la demande d'abattage à venir.  L'année dernière, la collecte des déchets a permis d'estimer le nombre d'abattage à plus de 5000 ovins et bovins alors que les deux sites proposés n'offrent qu'une capacité maximale d'environ 800 ovins, ce qui laisse présager des files d'attente interminables qui feront reculer les usagers et par conséquent le risque d'abattages clandestins à domicile faute de capacité d'accueil.

S’il y a abattage clandestin sans contrôle, il y a également risque d'animaux malades ou impropres à la consommation.
Aussi, l'absence cette année de conteneurs pour la collecte des déchets et carcasses soulève également le problème de l'élimination des déchets provenant de ces abattages illégaux.

Face à cette situation, des questions se posent sur la gestion et l’information de cette problématique de la Fête du Sacrifice pourtant bien connue des autorités locales depuis des décennies et notamment de Monsieur Sonnet, échevin en charge de la propreté et de l'environnement.

-Les autorités compétentes en la matière se sont-elles concertées avec les différents représentants des mosquées, de l’Exécutif des musulmans, les associations culturelles ou un Comité d’accompagnement avant de prendre des mesures et à quel moment?

-L’ensemble des conseillers communaux concernés par cette problématique n’ont pas été concertés ni invités aux discussions alors que ceux-ci avaient à tour de rôle évoqué ce dossier avec Monsieur Sonnet et cela déjà en décembre 2006. Pourquoi ?

-Avant le communiqué de presse du 04 décembre, par quels moyens avez-vous informé clairement les citoyens des mesures que vous aviez prises ?

-Connaissant l’état de délabrement du site provisoire de Marchienne, n’y avait-il aucune possibilité d’envisager un abattoir mobile et un point de collecte de déchets ?

-Le passage par un abattoir privé induira une contribution financière de +/- 20 € par tête d’animal abattu.  Pour inciter les citoyens à favoriser l’utilisation de ces infrastructures privées, la ville a-t-elle étudié la possibilité d’une participation financière via des subventions ?

-Compte tenu de l’absence de conteneurs et du risque de dépôts clandestins, n’était-il pas envisageable de négocier avec le responsable de l’abattoir de Charleroi par exemple, les possibilités d’autoriser un point de collecte pour les déchets issus d’abattage hors site ?

-Comment comptez-vous évacuer et traiter les éventuels dépôts clandestins ?

MalikaLa situation actuelle ne peut se reproduire et nous devons déjà réfléchir aux solutions et aux moyens à mettre en œuvre pour que la prochaine échéance 2008 se passe dans des conditions acceptables pour tous et dans l’intérêt de tous.

Pour ce faire, nous suggérons de réunir, dés à présent, un Comité d’accompagnement le plus représentatif possible, un Comité de suivi, les experts et les responsables locaux compétent en la matière.

Je vous remercie de votre attention.

EL BOUREZGUI Malika membre du PC élue ECOLO.

12:52 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Pouvez-vous m'espliquer? Membre du PC élue ECOLO.
Double casquette?

Écrit par : Le Dénonciateur | 31/12/2007

Membre du PC... élue ECOLO?
Cela semble vous troubler. Il n'est pas question d'une double casquette mais d'un choix politique: la section de Charleroi du PC a décidé de présenter des candidat(e)s sur la liste électorale communale ECOLO de la ville de Charleroi ( Ce fut auusi le cas à La Louvière) et ce après un accord programmatique. Une ébauche de rassemblement des progressistes en attendant mieux.
Ailleurs, suivant les contingences locales, le PC s'est soit présenté sous sa propre étiquette soit sous d'autres formes de regroupement de progressistes comme à Courcelles sous l'appellation Union Communale Progressiste et Wallonne.Espérant avoir répondu à votre question, je vous adresse mes salutations.

Écrit par : Tangre Robert | 31/12/2007

Les commentaires sont fermés.