04/05/2008

L'Etincelle n° 31

sauvonslaposte5-2-d8411

WWW.sauvonslaposte.be 


Pollution et risques de mortalité : mesures à prendre !
pollution-charleroi

MalikaLe 19 mars, les services de la Spaque et de l’Institut de Santé publique (ISP) présentaient à la population de Charleroi, les résultats de trois études portant sur l’analyse d’échantillons de sols, d’eau, de légumes et d’air ainsi que l’impact de leur pollution sur la santé.

 

L’enquête Légumap portant sur 413 échantillons dans 90 potagers, montrait que sur l’ensemble des analyses, des dépassements en cadmium, plomb et benzo(a)pynène dans le sol et dans certains légumes ont été relevés.  Les risques pour la santé des enfants en bas âge étaient épinglés et particulièrement pour les moins de 6 ans.

 

Outre des problèmes ponctuels, les zones concernées par cette pollution couvrent le Sud-Ouest et Nord-Ouest des implantations sidérurgiques, de manière large Marchienne-au-Pont et Dampremy.   Selon les intervenants et auteurs des 2 premières études, un collège d’experts devrait remettre les résultats de leurs investigations et les recommandations à suivre dans le cas des zones les plus polluées.


Pourtant, déjà les spécialistes présents le 19 mars édictaient toute une série de mesures pour  limiter l’exposition par ingestion des légumes, par ingestion de sol, inhalation de particules de sol et contact dermique avec le sol.

 

Connaissant ces mesures, nous sommes aujourd’hui dans l’obligation de les diffuser et de les porter à la connaissance du plus grand nombre et plus spécifiquement à TOUTES les personnes résidant, travaillant dans les zones concernées, avec une attention particulière pour les familles avec enfants en bas âge, les écoles, les garderies, les crèches, les enseignants, les responsables d’aires de jeu, les mouvements de jeunesses, les maisons médicales, les consultations ONE, les maisons citoyennes et autres lieux de contacts avec la population.

 

Bref, il y a là un sérieux effort à faire en matière de communication.

 

 Je me permets donc de vous solliciter, Monsieur le Bourgmestre, pour connaître :


- les mesures que vous avez déjà prises depuis la rentrée scolaire des vacances Pâques

- les initiatives qui permettront une large diffusion des recommandations.

 

A cet égard, la Spaque a édité une brochure  « tout public » retraçant  la genèse de l’étude, une carte des zones polluées, les risques « santé » et les recommandations qui peuvent permettre de diminuer significativement l’exposition aux polluants. Ce document  pourrait être reproduit  pour une diffusion « toutes boîtes » ou encore être popularisé par l’organisation de conférence / réunions d’information dans les quartiers. Toutes les initiatives sont donc les bienvenues.

 En ce qui concerne l’impact de la pollution de l’air sur la mortalité à Charleroi, le rapport présenté est éclairant et peu élogieux sur la qualité de l’air à Charleroi et son arrondissement. Il confirme et quantifie les risques de mortalité à très court terme et à long terme pour les personnes ayant été sujettes à la pollution due aux PM10. Ainsi, l’enquête révèle que la mortalité attribuable à une augmentation de 10 microgrammes par m³ d’air en  PM10  pour toutes causes confondues est supérieure à Charleroi et son arrondissement que partout ailleurs et notamment par rapport à Liège ou Gand.   A court terme, l’étude montre que sur base des taux de pollution entre 1997 et 2006,  c’est +/- 15 personnes qui exposées de manière constante, pourraient mourir.  Avec une année 2006 où à Marchienne, on était en dépassement des normes 1 jour sur 2 avec des pics de pollution jusqu’à 8 fois plus élevés que la norme, c’est 100 personnes de plus qui pourraient mourir d’affections respiratoires ou cardiovasculaires par rapport aux autres régions.

Des investissements très importants ont déjà été consentis par les industriels pour améliorer la situation et la Ville et la Région ont déjà bien réagi en anticipant les conseils des scientifiques, mais il ne faudrait pas en rester là et se contenter de réagir qu’en cas de pics de pollution. C’est ainsi que comme pour l’étude LEGUMAP, je vous propose de donner l’écho indispensable et nécessaire aux riverains les plus exposés, aux travailleurs de la sidérurgie et plus largement à l’ensemble des Carolos.
Ces constats établis, il importe donc que l’ensemble du collège et du conseil communal soient attentifs à la finalisation des études et des travaux entrepris pour limiter la pollution qu’elle soit due aux industries, au trafic ou à l’utilisation de chauffage domestique et autres. Pour toute demande de permis d’exploitation, la charge de pollution émise par l’entreprise demanderesse doit être analysée mais aussi la pollution en fines particules qui serait conséquence au trafic induit par l’exploitation. Au regard de l’importante activité sidérurgique en centre urbain, de la sous utilisation du réseau ferroviaire et fluvial existant et du trafic routier que cela induit notamment aussi par la limitation des stocks au sein des industries, ne pourrait-on pas envisager une éco-redevance sur base du principe « pollueur – payeur » et de la Directive européenne Eurovignette pour inciter de nouvelles pratiques plus écologiques ? Indirectement, c’est à l’ensemble du trafic routier qu’il faut  réfléchir en appliquant et en réactualisant les plans de mobilité et en augmentant l’offre de transport en commun. Les chauffages domestiques sont aussi la troisième source de pollution aux PM10. Comme appliqué à Ostende, les prêts à faible taux d’intérêt ou à intérêt zéro peuvent être de réels incitants  pour améliorer le parc immobilier et la qualité des chauffages.   Il est clair que ce sont les familles et les personnes les plus précaires qui habitent les maisons les moins bien isolées.  En raison de leurs faibles revenus, les incitants fiscaux actuels pour améliorer l’isolation des habitats, ne les concernent pas vraiment.  C’est vers un système de prise en charge financière partielle du coût des travaux d’isolation qu’il faut s’orienter. La ville pourrait-elle envisager une intervention dans ce sens ? Les administrations publiques et la Ville en particulier devraient offrir une vitrine à l’ensemble de la population notamment en matière de production d’eaux chaudes solaires et  production d’énergie renouvelable. Le développement durable est à ce prix, la santé des Carolos en dépend.  Pour en terminer, c’est à nos relais politiques régionaux et fédéraux que je m’adresserai en leur demandant de plaider au mieux la cause de Charleroi afin de porter le débat et impulser des politiques et des moyens pour le développement de transports plus respectueux de l’environnement. 

Malika El BOUREZGUI, conseillère communale communiste, membre du groupe Ecolo

Cette intervention fut développée par Malika lors du Conseil communal de Charleroi du 28/ avril dernier.


 
Indigestion

Jeudi, Justine Henin annonçait la fin de sa carrière de tenniswoman. RTL et la RTBF nous ont fait manger de la Justine par ci, de la Juju, par là. Notre billet d’humeur ne méconnaît pas, cela va de soi, les capacités de la jeune championne et des efforts que lui ont coûté la conduite de sa brève carrière.

RTL a battu tous les records, le Journal télévisé qui doit être essentiellement consacré à l’actualité a fait d’une annonce insignifiante pour le commun des mortels un événement extraordinaire : Justine à 12 ans, Justine et sa première victoire, Justine et ses performances, Justine et son coach, Justine et ses problèmes physiques, Justine et ses états d’âmes, Justine et ses amours, Justine et sa famille, Justine et son avenir, Justine, Justine, Justine,…

Trop c’est trop. De quoi vous donner envie de gerber car … il y a aussi Justine et son avenir. Justine, la multimillionnaire. Justine, la prévoyante, Justine et ses placements financiers. Limelette, bien sûr où seul un portefeuille bien garni permettra à votre enfant de suivre une formation de tennisman. Mais aussi Las Vegas, des placements financiers dans la pierre quelque part dans un pays d’Asie,...

Toutefois, on a peu parlé de Justine et de Monaco. Pourtant, les Belges n’ignorent pas que dans notre bonne petite patrie, nous sommes taxés en tant qu’individus à plus de 50 %. Chacun souhaite échapper à l’impôt. Comment y arriver ? Tout simplement, faites comme Justine, la Monégaste d’origine belge : allez vivre dans un paradis fiscal où les fortunes personnelles ne sont pas taxées. Soyons toutefois rassurés, Juju chante bien la Brabançonne, le Roi fait la bise à une bonne « compatriote ». Cependant n’oubliez pas que la principauté n’accueille pas tous les immigrés et elle n’a pas besoin de Boeing 730 pour les rapatrier..

Tous ceux qui avaient le cœur triste devant cette fin de 1 ère carrière à 26 ans ont, eux aussi, envie de payer moins d’impôts. Qu’ils suivent donc l’exemple de Juju comme ils ont  été solidaires de Juju devant ses heurs et malheurs. Mais elle et ses semblables qui fuient l’impôt sont-ils solidaires de vous pour permettre un meilleur financement des institutions, des pensions, de la sécurité sociale, de l’enseignement, de la culture, du sport pour tous… ?

Vous me répondrez : « Elle a des sociétés. Elle n’échappera donc pas à l’impôt ». Que tous ses braves admirateurs se détrompent car les mesures fiscales prises depuis de nombreuses années par tous les gouvernements (et plus particulièrement depuis l’arrivée de Didier Reynders, l’homme qui parle à l’oreille des riches), diminuent les charges fiscales des entreprises au plus grand profit des actionnaires de celles-ci.

Et la RTBF ? Notre télévision de « service public », allait-elle donner la priorité de son information du jour à « l’événement » ou à l’actualité tragique quotidienne ? Rendue folle par l’audimat, cette RTBF n’a pas voulu être de reste. Si elle n’a péroré que durant une quinzaine de minutes -quinze minutes trop longues d’indécence- sur un non-événement, alors que dans le même temps, un cyclone dévastait tout sur son passage en Birmanie, qu’un tremblement de terre détruisait une région de Chine grande comme la France.

Dans la balance, d’un côté Juju, de l’autre des dizaines de milliers de vies perdues, des cohortes d’orphelins, des bataillons de personnes ruinées, handicapées à vie, des sans abris qui affronteront toutes les intempéries de leurs régions respectives au mieux sous la toile durant des semaines, des mois, des années. Tout ceci sans même évoquer le nombre d’enfants, de personnes qui perdent la vie au quotidien tués par l’égoïsme prôné par le capitalisme qui a si bien nourri Justine.

Oui, Justine, une exception dans un monde d’inhumanité livré à un capitalisme barbare.

Le Furet.


Jacques CoupezLe collège prend acte !

Le collège prend acte sans se battre et laisse un Ardennais décider de ce qui est bien ou non pour Charleroi.

En son temps , dans l'action du Martinet, les riverains avaient réussi à faire changer la loi pour que les villes et communes décident du sort le leurs terrils.

Ici, mollement le Collège communal acte, et le Bourgmestre Viseur (cdH)n'engage aucune action en direction de son collègue de parti Lutgen.

Qu'a-t-il fait pour défendre le dossier pourtant refusé par la ville et  le conseil communal? Le refus était argumenté sur le fait que Shanks se situe juste en face du futur éco-quartier du Martinet ( 100,150...maisons) et le fait que le trafic engendré passerait encore par Sart les Moines..

De développement durable, ils n'en connaissent rien quant au bilan "carbone" c'est pour la presse...

J'aimerais donc que tu puisses faire un show lors prochain conseil du 28 avril et développer une interpellation au Parlement wallon

Ci-dessous, tu trouveras les motivations du comité de quartier qui avaient valu un refus de la ville en novembre ou décembre 2007

Jacques COUPEZ

Ce courrier était adressé au mandataire ECOLO, Xavier Desgain.


Comité de Défense du Quartier du Martinet ( Roux)

Remarques concernant le permis d’environnement (PE2507) sollicité par la Société Page conteneur, rue de Roux à Monceau .


       C’est par un NON unanime

que les habitants du quartier du Martinet répondent à la demande de Page conteneurs de solliciter sur le site de Roux/Monceau :

• une extension de la quantité de déchets à traiter, pour passer de  60.000 à 90.000 T/an
• une extension de déchets traités à des matériaux contenant de l’amiante (17.06.05)
• l’exploitation d’un broyeur  à bois pour une capacité de 350 T/jour, 36 jours/an
• un dépôt de bois d’une capacité de 500 tonnes
• le rejet des eaux usées dans les égouts publics
• une modification quelconque des conditions d’exploitation.

Il nous paraît en effet  INADMISSIBLE voire IMPENSABLE que la ville de Charleroi puisse accorder un quelconque crédit à la demande qui est formulée lorsque que l’on sait que tant la Députation Permanente du Hainaut que la Ville étaient opposées à l’implantation même du centre de tri à cet endroit. C’est d’ailleurs avec une extrême vigueur que cette dernière a défendu l’intérêt des riverains et les siens en utilisant tous les moyens et procédures juridiques (tribunal de Première Instance, procédure en Référé, Cour d’Appel de Mons, Conseil d’Etat en association avec les riverains en mars 2005).

C’est ainsi que près de 27000 € d’argent public et du comité de riverains ont été investis pour assurer la défense de nos intérêts.

Hélas, via une décision « forcée » par la justice, nous avons subi l’implantation du centre de tri.

A noter qu’avant d’en arriver là, la ville avait fait des propositions d’implantations alternatives pour l’activité concernée. Toutes ont été refusées,… question de principe dans la multinationale SHANKS dont fait partie Page conteneur.

C’est donc en connaissance de cause que la société s’est établie à Roux/Monceau avec un permis d’exploiter pour 60.000 tonnes/an. Il faut rappeler que Page conteneur était expulsé de Courcelles pour nuisances et suppression de permis d’exploiter pour une capacité de 45.000 tonnes/an.

Le passage de Courcelles à Roux n’était soi-disant qu’un transfert d’activités, pourtant il fut assorti d’un cadeau de 15.000 T/an, d’odeurs nauséabondes, de poussières considérables pour le voisinage et plus particulièrement pour des bureaux de la SNCB contigus à l’exploitation (pollutions constatées par la DPE).

Aujourd’hui, à Roux / Monceau, 24 mois après le début du chantier, voilà une nouvelle demande d’extension en tous genres. Le permis actuel étant accordé pour 20 ans, à ce rythme on se demande déjà où s’arrêteront les demandes d’extensions. Peut-être lorsque le Martinet croulera sous les déchets et Page conteneur sous le fric ?

Y répondre favorablement

• serait nier les choix politiques pris par la Ville depuis 2002 en matière d’aménagement du territoire pour les quartiers de Monceau et du Martinet.
• serait en matière de gestion des deniers publics (27.000€ mentionnés ci-dessus) une incohérence dont Charleroi et les Carolos pourraient se passer.
• serait un pied de nez, un manque de respect et une incitation au découragement pour les riverains et le comité de quartier qui n’a cesse de réfléchir et de travailler pour mettre en œuvre des projets concrets en matière de développement durable tel le projet d’éco-quartier en partenariat avec l’ULB et l’université de Mons.
• serait un incitant pour les cinq entreprises traitants les déchets et établies sur Roux et dans l’environnement immédiat du Martinet, ou encore pour celles qui voudraient s’y implanter comme annoncé dans un courrier concernant FRECAR et adressé ce 25 octobre au Collège des Bourgmestre et Echevins.

Nous jugeons inutile de développer une argumentation contre le projet qui concernerait

• la présence d’habitations, d’habitants soit voisins, soit même enclavés dans le centre de tri ou encore situés sur les trajets empruntés par le charroi.
• la présence du site classé par la CRMS que sont les terrils du Martinet et aussi voisins  du centre de tri
• la zone humide, placée sur une liste de sauvegarde par la Région Wallonne et contiguë au tri
• le trafic supplémentaire engendré dans le centre de Roux, Sart les Moines, centre de Courcelles, Monceau, Marchienne-Etat…

Toutes ces choses vous les connaissez. La décision sera politique. Elle sera à la hauteur de ce que vous imaginez être le présent et le futur de Charleroi.

Volontairement et contrairement aux habitudes, nous n’accompagnerons pas ce courrier de centaines de signatures car au Martinet, et nous l’avons prouvé régulièrement depuis 1976, lorsqu’une action est entreprise c’est tout le quartier qui répond « présent ».

Jacques Coupez        Pierre Vandevorden                    Léopold Meulemester 


Libres propos

Notre système de gouvernance:

bartdeweverQuel miracle : nous avons un gouvernement mais quel gouvernement ! Après neuf mois d'intense mascarade, notre petit lapin Yves est sorti de son chapeau (mais pas communautaire). En effet, au dire des observateurs politiques, nous courions droit au « plantage », et quels tours de passe-passe notre Yves a-t-il trouvé : un petit resto, quelques varices oesophagienne, et hop un gouvernement! Pathétique. Le problème voyez-vous c'est que tant que le VLD sera mené par le bout du nez premièrement par son frère, le CDNV et son ami, le NVA mais aussi  par son allié non avoué le libéralisme fascistoïde, il ne pourra pas mener une construction objective et réelle de bonne gouvernance.

Tant que le pognon du pauvre contribuable que nous sommes, ne sera pas autre chose que leur pierre angulaire, nous serons toujours la vache à lait de ces messieurs.

Avec toutes les ressources financières engrangées, nos différentes régions, plutôt que de détaxer les revenus les plus élevés  pourraient investir et financer de vraies innovations et dans la solidarité. Mais de cela,  le cher MR et surtout son chef de file, le sir Reynders ne veulent pas et n'admettront jamais que le capitalisme, à notre époque, est révolu.

H. L.  (nom connu de la rédaction)


Un des gaspillages de la nouvelle poste

La poste possède 5 centres de tri en bordure de grands axes routiers et a abandonné  le rail pour véhiculer le courrier. De toute évidence, ce n’est pas bon pour la planète.

 A titre d’exemple : "Un Tournaisien qui poste un courrier pour son voisin, voit sa lettre transportée par camion à Fleurus pour être triée, puis  retour à Tournai, par camion, pour être distribuée. Franchement en terme de progrès et développement durable, on peut mieux faire !"

Par ailleurs, en liaison et avec raison, on ne cesse de nous parler des « petits gestes » que chacun(e) peut accomplir pour  économiser l’énergie, limiter les déplacements et par conséquent la nécessité de modifier notre mode de vie. Faites ce que je dis et non ce que je fais puisqu’en son temps, « le Fédéral » a choisi de privatiser la poste , de fermer des bureaux, engendrant parmi les problèmes causés, de nouveaux déplacements  pour la clientèle, annihilant ainsi « les petits gestes » qui auraient pu être posés.

« Le petit geste du politique » serait de s’opposer au  renouvellement à l’échéance de 2009 de l’accord passé pour 5 années avec le consortium privé formé par Post Danmark et CVC Capital Partners, et d’assurer  un retour à une « Poste publique »

Une pétition en ce sens circule actuellement. Elle recueille un grand succès dans tous les milieux, politiques, syndicaux, associatifs, universitaires,…

Qu’attendez-vous pour la signer à votre tour : « Site information / pétition / signataires
: www.sauvonslaposte.be »

Jacques COUPEZ
Ancien conseiller communal
 

17:29 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Aussi l'oeuvre de l' Euro-dictature capitaliste ... J' approuve absolument ce texte qui rejoint le combat que je ne cesse de mener éégalement.
En ajoutant que tout cela, la privatisation et la marchandisation de tous les services publics, c' est l'oeuvre de l' Euro-dictature capitaliste, avec la complicité de tous nos gouvernants, qui vendent en même temps tous les pouvoirs de la Nation, petit à petit, depuis plus de 50 ans. La ratification uniquement parlementaire du Traité de Lisbonne sonne le glas définitif de tous les services publics dans le nouvel empire capitaliste ...
RoRo
a/conseiller communal
B6180 COURCELLES

Écrit par : RoRo | 07/05/2008

Les commentaires sont fermés.