02/09/2008

L'Etincelle n° 35

MalikaMais que fait donc Malika? Qui relate son travail? Lisez alors la suite.

Les statistiques du conseil communal donnent un aperçu de l'activité de ses membres. Comme à l'école, les cancres côtoient les bons élèves.
Didier ALBIN

Qui sont les conseillers communaux les plus assidus au travail à Charleroi ? Comment distinguer les bons élèves des cancres ? Les statistiques de prises de parole et d'interpellations au conseil communal peuvent aider à se forger une opinion sur leur activité, sur la façon dont ils exercent leur mission de contrôle. Parce que ce sont eux qui composent la démocratie parlementaire face à l'exécutif, nous avons décidé de les évaluer. Qui sont les plus présentset ceux qu'on n'entend jamais ? Ceux qui ne répondent aux convocations que pour toucher leurs jetons ? Enquête.

Ils sont cinq à briller par leur absentéisme politique, à brosser les débats et à délaisser le bulletin des questions écrites. Depuis le début de la mandature, c'est bien simple : Laetitia Letot, Alysson De Clercq, André Tzanetatos, Fabienne Devilers et Evelyne Druart n'ont jamais levé la main pour prendre la parole, ni rédigé une seule intervention. Le zéro est pointé.

Le plus remuant, c'est incontestablement Luc Parmentier. Au challenge des questions écrites, l'Écolo a pris de l'avance sur le peloton de ses collègues en début de législature, notamment en posant 20 questions au mois de mars 2007. Un record. Echappé, il totalise ainsi près de 90 questions. Mais il se fait lentement rattraper par Jacques Van Gompel. Consciencieux et bûcheur, l'ancien mayeur est un bourreau de questions. Il n'en épargne aucune aux membres du collège et, même s'il n'a commencé à demander des comptes qu'à l'automne dernier, il est déjà deuxième au hit-parade avec plus de 50 questions. Derrière, Anne Cattiez et Xavier Desgain sont dans un mouchoir de poche, tout aussi réguliers l'un que l'autre pour brocarder la tripartite cdH-PS-MR.

Marquage à la culotte Jean-Claude Finet (MR) est un autre coutumier du bulletin. Il s'y invite chaque mois, ou presque. A l'instar de Fabienne Janot-Manandise, qui revient bille en tête sur la politique sociale de la ville. C'est elle qui, au cdH, a posé le plus de questions écrites. Souvent formulées sur le ton de l'impertinence, elles touchent à tout ce qui passe au travers des mailles du filet de l'aide sociale. La conseillère crie aussi quand il le faut. Souvent sur le même homme, d'ailleurs... Avec elle, c'est le président du CPAS Bernard Dallons qui en prend pour son grade.

Étienne Knoops (MR) est plus attentif encore au travail de l'échevine du Commerce et des Affaires économiques. L'ancien ministre ne lâche pas Ornella Cencig (MR) d'une semelle, et il ne lui passe rien. Des mandataires ont adopté la même stratégie de " coller " à un membre du collège : Ingrid Colicis se voit serrée de près par l'avocat du Sporting, Jean-Pierre Deprez, mais aussi Maxime Sempo et son prédécesseur aux Sports, Philippe Van Cauwenberghe. Pas question de mettre un pied de travers.

Au contraire de Malika El Bourezgui qui est dans le groupe de tête des conseillers actifs du bulletin des questions, les Marcinellois Benoît Delbèque et Bernard Van Dyck (PS) n'y sont jamais intervenus. On n'y trouve pas de trace non plus du nom de Christian De Bast (cdH).

En séance publique, c'est l'Écolo Xavier Desgain qui se montre le plus actif. Il est celui qui a pris le plus souvent la parole pour s'exprimer dans les débats. Devant Luc Parmentier et Anne Cattiez, dans son groupe.


Vers l'Avenir

La rédaction de l'Etincelle tient à remercier Malika, membre de la fédération de Charleroi du PC, élue sur la liste ECOLO pour le travail sérieux, passant malheureusement trop souvent inaperçu car discret mais conséquent et poursuivi inlassablement.

Durant le mois de septembre, nous mettrons en évidence ce travail ingrat et non apprécié à sa juste valeur.

Ah s'il existait beaucoup plus de Didier Albin pour mettre en valeur un tel travail!

Courage, Malika, nous te soutenons.

Le Furet.


Sécurisation de l’école maternelle de Hubes, rue Boulvin à Roux.

L’école maternelle de Hubes se trouve juste après un virage pratiquement à angle droit qui empêche une bonne visibilité des véhicules arrivant de la rue de Sart les Moulins. D’ailleurs, dans ce virage, il se produit régulièrement des accidents où des poteaux de sécurité sont endommagés.

Les parents des écoliers sont inquiets de la situation et éprouvent de l’insécurité pour leurs enfants particulièrement au moment des entrées et sorties d’école.

La direction de l’école a déjà attiré l’attention de la police locale sur ce problème de sécurité. Dès lors, pouvez-vous me dire si des solutions sont envisagées pour sécuriser les abords de cette école et quand seront-elles réalisés ? Est-ce que le placement d’un « miroir » pour prévenir de l’arrivée d’un véhicule dans le virage pourrait-il déjà être un début ?

Réponse de M. le Bourgmestre

Le danger de la traversée piétonne située devant l’entrée de l’école résulte du fait que les enfants ont une mauvaise visibilité vers la gauche ( usagers venant de la rue de Marchienne ) étant donné la présence du virage. 

De plus les usagers venant de la rue Sart les Moulins ont tendance à ne pas ralentir de par la configuration des lieux.  En effet , cette rue est une chaussée en déclivité en direction de la rue Boulvin et les usagers n’ont pas le réflexe de ralentir en entrant dans la zone « 30 » et ce malgré la bonne visibilité de la signalisation.

 Sur les lieux , il a été constaté l’absence du signal F49 ( signalisation du passage pour piétons). La police procédera dans les plus brefs délais au placement de cette signalisation.

Du point de vue aménagement , un miroir pourrait être envisagé en vis-à-vis de l’école. La commission Trafic et Mobilité sera sollicitée pour avis , étude et suivi.

J’ai par ailleurs insisté pour que des contrôles radars ( préventifs et répressifs ) soient régulièrement sur l’axe Sart les Moulins.

Réponse de M. l’Echevin P. Ficheroulle

Cette école se trouve dans un virage en « S » et sur un axe routier ( voirie communale ) qui relie les rues de Marchienne ( Roux ) et des Martyrs ( Courcelles ) qui toutes deux sont des voiries Provinciales.

La densité de circulation y est assez importante mais où il n’est pas possible de rouler vite vu la configuration des lieux.

 La rue Boulvin a fait l’objet d’une amélioration fondamentale, il y a une dizaine d’années : trois plateaux ont été implantés aux alentours de l’école ainsi que plusieurs potelets de sécurisation.

Sachant qu’une ligne régulière de bus circule sur cette voirie il n’a pas été possible d’y installer des ralentisseurs de trafic.

L’établissement scolaire est situé dans un zone 30.  L’école est en retrait d’une dizaine de mètre vis-à-vis de la voirie, ce qui est un élément sécurisant.

Plusieurs passages pour piétons sont marqués au sol et tous protégés par des potelets.

Les trottoirs sont en parfait état et sont bien larges ce qui est confortable pour le cheminement des piétons.


Dangereuse traversée pour les écoliers à la route de Philippeville

Dans la rue des Hauchies à Couillet se trouve l’école maternelle et primaire Saint-Joseph où de nombreux enfants qui se rendent à pied à l’école, doivent traverser la route de Philippeville.  La rue des Hauchies est perpendiculaire à la Chaussée de Philippeville à hauteur du magazin Kodak  (sur la droite en montant la Chaussée).

A cet endroit, il n’y a pas de feux lumineux, juste des lignes blanches pour piéton. Il y en a plus haut où se trouve la pompe à essence et le Pizza Hut.

Pendant la journée où le trafic routier est dense et rapide, aucun enfant ne peut traverser à cet endroit sans être accompagné par un adulte et même un adulte éprouve des craintes à le faire.

Il y a quelques années, un enfant a été renversé par une voiture en essayant de traverser la chaussée. Il a été tué par une voiture qui doublait et qui ne l’avait pas vu.

Compte tenu de la dangerosité de cette traversée, Monsieur l’Echevin ne pourriez-vous pas étudier avec les autorités responsables de cette voirie, la possibilité d’aménager un système afin de permettre un passage sécurisé à cet endroit des citoyens et des écoliers ?

RÉPONSE DE MONSIEUR LE BOURGMESTRE JEAN-JACQUES VISEUR

Veuillez trouver ci-dessous, les renseignements communiqués par le service « Etude de la mobilité » du département « Trafic ».

-  La Rue des Hauchies à Couillet est une voie à sens unique de circulation où la vitesse est « freinée » grâce à l’implantation conjointe de ralentisseurs de trafic et de zones de stationnement alternées marquant un ensemble de chicanes.

- Ladite rue jouxte effectivement la rue de Philippeville, voie à grand trafic comme on le sait, et sous gestion des services du M.E.T.

- Un passage pour piétons se trouve sur la chaussée régionale sous couverture de feux lumineux mais il est vrai, à plus ou moins 150 m du point de jonction « Philippeville - Hauchies ». Un autre se situe à 335 m de là, au niveau du carrefour des 4 Bras, lui aussi, doté d’une signalisation tricolore.

Reconnaissons toutefois qu’il est loin de la rue des Hauchies. Etudier l’éventualité de placer un dispositif sécuritaire au profit des piétons et au droit de la rue des Hauchies sur la route de Philippeville, est de la compétence du M.E.T. Les services de police soulèveront ce problème à la « Commission Trafic et Mobilité » qui inclura le M.E.T dans la réflexion


RÉPONSE DE MONSIEUR  L’ÉCHEVIN PAUL FICHEROULLE

La rue des Hauchies forme un carrefour avec la rue de Philippeville et se situe entre les 4 bras de Couillet et le rond point de l’accès au R3 La traversée pour les piétons est effectivement périlleuse à cet endroit car la densité de la circulation y est très importante dans les deux sens, de plus il y a un important trafic de poids lourds ce qui implique une insécurité par la masse et la vitesse de ces camions.

Le passage pour les piétons est implanté correctement, cependant la distance de traversée est très longue ( environ 14m ) et il faut choisir le moment opportun pour se lancer…..

Il existe des feux de signalisation tricolores à hauteur de la rue du Coucou, à environ 150 m du carrefour de la rue des Hauchies. La N5 ( route de Philippeville est une voirie régionale et j’interroge cette autorité sur les problèmes évoqués.

Propreté dans les gradins et tribunes du Stade du Pays de Charleroi.

Ce samedi 9 février, les supporters du Sporting de Charleroi et du Football Club de Saint-Trond s’étaient donné rendez-vous au Stade du Pays de Charleroi pour ce qui devait être une partie agréable. Alors que les joueurs s’échauffaient sur le terrain, dans les travées, un autre match commençait pour ceux qui voulaient occuper un siège propre, tant la crasse était présente partout.
 


 

Alors que Charleroi est en recherche d’une image positive, en tribune 1, celle qui accueille les VIP mais aussi toute la presse sportive, les commentateurs radio et les équipes TV, tous les sièges étaient tapissés d’un dépôt noir, graisseux et poussiéreux ou encore garnis de fientes de pigeons. Lamentable !

Selon les stewards du stade, la situation est la même dans les autres tribunes et chaque match a son pesant de réclamations transmises aux instances dirigeantes qui affirment ne pouvoir rien faire car le stade est communal !

Prochainement les Zèbres affronteront entre autres Mons, Bruges, Gand, Anderlecht et le Standard…, ce seront là entre 10 et 20.000 personnes qui pourront apprécier le brio des Carolos et je l’espère aussi l’éclat du Stade « Pays de Charleroi ». Tout un symbole !

Madame l’Echevine pourrait-elle me dire :

• à quand remonte le dernier nettoyage du stade ?
• quand sera le prochain ?

Pour la future saison, n’y aurait-il pas moyen d’imaginer avec les magistrats de Charleroi que des peines alternatives puissent être exécutées à l’entretien du stade ou autres infrastructures sportives communales,voire plus largement avec d’autres échevinats au  patrimoine de la ville ?

Réponse de Madame l’Echevin Ingrid Colicis

Votre remarque quant au contraste entre la volonté de la ville à développer une image positive et l’état des sièges de T1 lors du match Sporting - St Trond est tout à fait pertinente et retient toute mon attention.

Bien que la problématique que vous exposez dépasse le cadre de mes compétences scabinales , j’ai pris mes renseignements auprès de mon collègue Eric Massin , Echevin de la Régie Foncière et d’autre part la SA. Sporting de Charleroi , le nettoyage du stade incombe au locataire.

Il est dès lors surprenant que face aux nombreuses réclamations auxquelles vous faites allusion , les instances dirigeantes avouent leur impuissance.

C’est pourtant elles qui pourraient répondre à vos deux questions.


22:26 Écrit par PC Charleroi dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.