02/01/2009

L'Etincelle n° 39 - janvier 2009

Arrêtons la casse sociale !     

fortisLe gouvernement ne peut plus le dissimuler : l’année 2009 sera très dure pour la population. Selon l'Institut des comptes nationaux, (ICN) notre pays devrait enregistrer, en 2009, une croissance négative de 1,7 %. Il faut remonter à la Seconde Guerre mondiale pour trouver pareille chute. Pour le ministre de l'Entreprise et de la Simplification, Vincent Van Quickenborne, il devrait y avoir 56.700 chômeurs de plus à la fin de l’année.

Au même moment, la Commission européenne ressort ses salades nauséabondes habituelles : « Si elle veut stimuler sa compétitivité et donc son niveau d’emploi, la Belgique doit réduire davantage la pression fiscale sur le travail, assurer une meilleure concurrence sur les marchés du gaz et de l’électricité, et dynamiser son marché du travail, en revoyant notamment sa politique d’allocations de chômage ». Message reçu cinq sur cinq par le grand patronat. Un exemple : la toute grosse majorité des entreprises technologiques belges affiliées à la fédération Agoria sont favorables à l’introduction du chômage temporaire pour les employés, une mesure déjà préconisée par la Fédération des entreprises de Belgique (FEB).

Par contre,  pas question de toucher aux avantages des actionnaires, même quand les firmes délocalisent ou licencient en masse.
Plus personne ne le nie : le capitalisme est en crise. Et on parle de le « moraliser » ? Mais le capitalisme, de par sa nature même, mercantile et basée sur l’exploitation sans bornes des êtres et de la nature, n'a rien à faire de considérations  morales. Il s’agit donc d’œuvrer à un retour de la puissance publique,  de sortir du « tout au marché » les pans de l’économie durement touchés par les conséquences de la « logique » ultralibérale.

Les milliards coulent à flot vers les entreprises et les banques, sans contrôle sur l’utilisation qui en sera faite. Et rien, ou presque, pour les salaires et les allocations sociales.

Construire un nouveau mode de développement au service des gens appelle une autre distribution des richesses produites et une autre utilisation des finances publiques et privées.

Le gouvernement a généreusement arrosé et arrosera peut-être encore les grandes banques défaillantes.  Il laisse les coudées franches aux grands actionnaires sans la moindre garantie que ceux-ci ne se rempliront pas les poches avec les deniers publics. Et il ne cache pas que la note sera présentée aux contribuables quand il s’agira d’en revenir à l’équilibre des finances de l’Etat. Avec quel retour, si n’est des restructurations tueuses d’emplois ? Ainsi Dexia vient d’annoncer, à son tour, la liquidation de 700 postes de travail dont la moitié en Belgique.

C’est pourquoi le parti communiste prône la création d’un pôle financier public au service d’une politique ambitieuse de l’emploi, non délocalisable et de qualité, de la formation et de l’innovation. Il se battra pour une véritable politique publique de développement soutenable, qui laisse une part importante aux alternatives vertes (transports publics, isolation du bâti, énergies renouvelables,…) et s’axe sur la qualité et le bien-être de la population plutôt que sur le profit.

Le PC  fera de  ces axes des thèmes de campagne majeurs d’ici les élections régionale et européenne.
 


Faire front pour Charleroi

 

On a beau l'aimer notre ville pour son passé industriel riche, pour ses valeurs sociales, pour la mentalité accueillante de ses habitants ou d'autres raisons, il n'en demeure pas moins que les faits sont incontestables: la dégradation de notre ville est patente.

La désertification du centre ville continue: les habitants et les commerçants s'en vont.  Les logements vieillissent, sont délaissés, mal ou plus entretenus.  Des maisons, des étages ne sont plus loués.  Les cafés ferment.

Partout dans Charleroi si l'on excepte les « night-shops » ou les commerces de DVD, les petits commerces ferment.    

Les services publics et particulièrement l'enseignement manquent de moyens et de personnel.

La propreté laisse de plus en plus à désirer.

 

 

 

Le mobilier urbain est souvent dégradé.  L'état des routes et rues empire.

La police est débordée et ne peut vu ses effectifs assurer une présence suffisante dans les quartiers. 

Le territoire continue graduellement à se cloisonner dans des fonctions uniques (bureau, commerce, logement, etc.) accroissant notamment l'insécurité et les déplacements urbains.

La gestion communale est incertaine, marquée par un manque de moyens et de compétences.  Les investissements se font attendre.  Les commandes et fournitures de biens et services sont extrêmement lentes.  Les projets sont discutés et rediscutés dans l'opacité, généralement sans consultation suffisante des citoyens, des institutions, des associations carolos.

Et la liste des carences est loin d'être exhaustive.  Tout cela dans un climat socio-économique très morose: il suffit de penser au revenu moyen des Carolos qui est un des plus bas de Belgique et au taux de chômage élevé.

pollution air 

Jacques CoupezSeule réussite notoire à Charleroi: l'amélioration sensible de la qualité de l'air en partie suite à la fermeture de l'aciérie et sous l'impulsion de Jacques Coupez d'abord en tant que conseiller communal communiste élu sur la liste ECOLO et ensuite en tant que président du comité de suivi pollution.

Devant ce constat affligeant, implacable, la responsabilité de la majorité communale est plus qu'engagée.  Après une longue période de clientélisme instituée par Van Cau & cie où l'estompement de la norme était courant, la nouvelle génération politique montre des manquements patents d'administration.  Ces professionnels de la politique paraissent être des ... amateurs.

Face à l'incurie du pouvoir, il faut mobiliser les citoyens, les organisations qui contestent cet (dés)ordre des choses, créer un front respectueux des identités de chacun et chacune pour assurer une relève, composer une nouvelle majorité politique clairement à gauche mais aussi pour par la pression populaire contraindre et surveiller le pouvoir politique.

Avec quels objectifs?

1) le maintien voire le renforcement des services publics notamment en lui donnant les moyens suffisants à leur fonctionnement
2) le développement de la démocratie par une plus grande consultation et implication des citoyens et une plus grande transparence des processus décisionnels
3) l'égalité de traitement des citoyens: un citoyen doit pouvoir quels que soient son origine, ses revenus, son statut social, son quartier jouir des mêmes droits, des mêmes facilités, des mêmes services.

Plus que jamais, il faut faire bouger les lignes à Charleroi.  Un autre Charleroi est possible.

Jean-François Gonsette
Secrétaire fédéral


Amusons-nous un peu.

Il lui reste à peine 8 heures avant de quitter honteusement le poste qu'il occupe depuis 8 ans. Ce criminel de guerre a causé la mort de dizaines de milliers d'innocents. Il ne sera jamais jugé car le TPI reste silencieux devant des personnages de cette sorte qui le contrôlent. Alors, une dernière fois, ayez le plaisir de le rejeter vous-même et cliquez sur http://www.zappingmcsaatchi.com/xmas/?z=2

Le texte est en espagnol. Voici la traduction:

eligir= choisir la chaussure que tu veux envoyer à la gueule de...
Ensuite, vous cliquez sur lancer (lancar)  puis reenviar =renvoyer( Si vous voulez répéter la manoeuvre, cliquez sur renvoyer (reeviar) 

 


Manif-Tangre

Sur Télésambre (http://telesambre.rtc.be/content/view/4321/380/) vous pourrez regarder le reportage complet de la manifestation du 17 janvier. Celui consacré à  la manifestation « Charleroi - Palestine » débute  après 15 minutes 10 secondes d'émission.

Bonne vision


 Intervention de Robert Tangre lors de la manifestation " Charleroi avec Gaza"

genocide-gaza

Mesdames, Messieurs
Chers Amis ou Camarades,

Oui, je suis allé en Palestine, pour comprendre. J’ai écouté, j’ai vu. J’ai compris les peurs, les angoisses. J’ai partagé les cheks-points, les entraves à la liberté, les vexations infligées aux Palestiniens. J’en suis sorti bouleversé, ému et à mon retour, je me suis engagé dans le combat en faveur de la Palestine.

Ce samedi 17 janvier 2009, voici 22 jours qu’ont débuté les massacres contre la population palestinienne de Gaza sous prétexte d’éliminer les dirigeants du Hamas. 22 jours de bombardements intensifs  sur ce territoire minuscule, sur un territoire surpeuplé. Des frappes chirurgicales affirment les responsables politiques et militaires d’Israël. Honteuse affirmation. C’est la population civile qui trinque. Plus de 1100 morts, plus de 5000 blessés. Et parmi ceux-ci, le tiers sont des enfants. Ces gamins et fillettes étaient-ils des combattants, ces enfants déjà traumatisés à vie par le fracas des bombes meurtrières. Honte à ceux qui ont bombardé une école ! Honte à ceux qui incendient les bâtiments de l’Onu, présente aider ces populations vivant dans une prison à ciel ouvert. Honte à ceux qui tuent sciemment des familles entières lorsqu’ils visent le père pour l’éliminer! Images horribles de ces jeunes corps, sanglants, démembrés, désarticulés, brûlés à vif. Nous sommes scandalisés par ces actes. Nos amis, les nouveaux Belges d’origine arabe le sont encore plus que nous car les chaînes comme Al Jeezira présentes sur place diffusent sans cesse de nouvelles images plus horribles les unes que les autres. Ils sont ainsi solidaires dans la souffrance de leurs frères et de leurs sœurs de Palestine.

Depuis la libération de la Belgique du joug nazi, les progressistes crient « plus jamais ça ! »  Pourtant depuis lors, il y a eu Hiroshima et ses cent mille morts. Mais aussi le Vietnam, l4afghanistan, l’Irak et aujourd’hui, à Gaza, des commanditaires criminels n’hésitent à utiliser des armes meurtrières n’ignorant rien des dégâts qu’elles provoqueront. C’est le journal Le Monde qui l’affirme : ce sont des bombes qui vous coupent en deux à deux mètres, qui amputent des jambes à huit mètres pour qu’il ne reste plus que des moignons brûlés . Ce sont des bombes au phosphore dont l’utilisation est autorisée qui vous mangent la chair !!!

Disons-le crûment : ce sont des crimes de guerre dont devront répondre un jour les décideurs politiques si la communauté internationale a le courage de leur demander des comptes.

L’horreur a des limites. Elle a été dépassée hier. Mais pendant 22 jours qui a réagi? Oui, vous, oui, nous, hommes et femmes épris de paix et de justice. Hommes et femmes partageant la douleur de ce peuple vivant l’occupation depuis 61 ans. Au nom du droit des peuples à vivre libre, nous demandons justice. Nous demandons tout simplement l’application de la charte internationale des droits fondamentaux de l’homme mais aussi celle de l’enfant. La Palestine a le droit de devenir un état à part entière avec Jérusalem comme capitale , vivant en bonne entente avec l’Etat D’Israël. Deux peuples, deux pays !

Belges de souche, nouveaux belges, Arabes et Juifs progressistes, nous nous donnons la main depuis tant d’années pour expliquer et convaincre nos concitoyens de l’urgence d’une solution politique au long conflit israélo-palestinien. Ici, je voudrais rendre hommage à nos amis de l’UPJB, considérés souvent comme des traites à Israël. Nous partageons les mêmes valeurs. Nous les partageons aussi avec les Israéliens qui manifestent dans les rues de Tel Aviv contre cette guerre criminelle qui n’est pas la leur. Ils ont du courage, ces jeunes Israéliens qui refusent de porter les armes contre un peuple innocent. Ils ont du courage ces autres militants qui aident les Palestiniens à reconstruire leur maison détruite par les chars. Ils méritent, eux aussi, notre respect.

Dans le combat que certains d’entre nous mènent depuis des décennies, Charleroi n’a pas failli à sa tradition. Rappelons des mobilisations, contre la guerre d’Espagne, la lutte contre les nazis, l’opposition à la bombe atomique, à la guerre du Vietnam, guerre où les populations civiles ont écrasés sous les bombes américaines afin d’instaurer la pax americana. Si les hommes politiques d’Israël peuvent se permettre depuis si longtemps de tels crimes dans la perspective de leurs prochaines élections, c’est parce qu’ils se sentent soutenus. Ils sont devenus le puissant bras armé des USA dans tout le Moyen Orient. Pétrole oblige !

A part notre solidarité, les Palestiniens se sentent bien seuls car ils subissent en outre la lâcheté de tous les états arabes corrompus et vassaux des USA. Le 20 janvier, un autre criminel de guerre va quitter le pouvoir à Washington, espérons que son successeur aura la volonté politique d’obliger Israël à entamer le dialogue avec tous les responsables politiques palestiniens, Hamas compris.

Et cette Europe ? Aux abonnés absents. Mais nous, Belges, avons apprécié les paroles de notre commissaire européen Louis Michel qui a pu trouver les mots justes pour dénoncer une guerre injuste. En dehors de cela, seuls deux groupes politiques au Parlement européen, les Verts et la Gauche unitaire européenne ont tenté de convaincre les autres groupes de la nécessité d’exercer des pressions sur Israël.

Le massacre permet aujourd’hui la prise de conscience de nos décideurs politiques En effet, avant-hier, à Bruxelles, les responsables francophones des quatre partis représentés au parlement fédéral ont été très clairs lors d’un débat rassemblant 500 personnes. Leurs mots ont claqué comme des condamnations. Comme nous, ils ont exprimé leur honte, le massacre d’innocents.

Nous leur demandons maintenant de cesser la politique d’équidistance qu’ils ont menée jusqu’à ce jour. Nous attendons d’eux qu’ils fassent pression afin que soient appliquées les diverses motions de l’ONU, qu’ils rompent les liens commerciaux privilégiés avec Israël et qu’ils exigent de Dexia, banque à participation publique de cesser d’accorder des prêts pour la construction des colonies au travers de sa filiale israélienne. En tant qu’actionnaires publics, ils ont le pouvoir et le devoir d’imposer cela aux dirigeants de cette banque.

Samedi dernier, notre ville, ses responsables communaux ont rencontré pas mal de revendications que les porte-parole de la plateforme Charleroi-Palestine  leur ont soumises. Ils vont les concrétiser. Merci à vous, élus communaux. A vous maintenant d’entreprendre un travail de conviction au sein de vos partis respectifs.

Pour en terminer, je voudrais vous dire que la haine engendre la haine et que les crimes perpétrés approfondissent les fossé entre deux peuples issus de la même terre, la terre d’origine des trois religions monothéistes.

En conclusion, nous affirmons que la solution sera politique, uniquement politique en permettant aux parties adverses, à toutes les parties adverses de pouvoir entamer un dialogue     

Pour terminer voici une déclaration de l’organisation France-Palestine

Plus de

300 enfants tués par des combats meurtriers…
300 sourires d’enfants gommés par des bombes aveugles…
300 rêves disparus à tout jamais des possibles…
300 soleils qui ne se lèvent plus sur la terre…
300 cris de jeux devenus muets…

C’est 300 pleurs qui déchirent la nuit

On doit  dire notre désaccord

En marchant,
En criant…
En exigeant…
En écrivant

Pour exiger l’arrêt des combats
Pour condamner la bêtise humaine qui tue l’innocence de l’enfance, continuons le combat.

Merci à vous .


Arrêtez les crimes israéliens à Gaza !

beit_lahiya._7_6_2006Les bombardements israéliens sur Gaza opèrent un véritable massacre et mènent une fois de plus le conflit d’occupation israélo-palestinien vers un nouvel abîme sanglant. A l’heure où nous écrivons ces lignes, 420 personnes (ce 8 janvier le nombre de tués a dépassé les 800) ont péri et 2180 sont blessées, ce qui fait de ces journées les plus sanglantes depuis 1967. Fortifié par la tiédeur des réactions internationales et par le soutien des États-Unis, le gouvernement israélien a fait savoir que ceci n’est que le début de l’offensive.

Quoique Israël et de nombreux commentateurs puissent prétendre, les bombardements actuels de Gaza ne sont pas une réaction aux tirs de roquettes du Hamas qui a mis fin au cessez-le-feu le 19 décembre. Le journal israélien Haaretz (28.12.2008) écrit que le ministre de la Défense Ehud Barak a ordonné il y a déjà six mois à l’armée de se préparer à cette opération, au moment où le gouvernement israélien avait entamé avec le Hamas les négociations pour un cessez-le-feu. En outre, l’argument qu’Israël veut atteindre le Hamas ne justifie en aucune façon que des civils soient la cible de mesures punitives et d’opérations militaires. En réalité, c’est toute la population de Gaza qui est touchée. Ce qui est véritablement en jeu, c’est, d’une part, la liquidation de la résistance à l’occupation et l’extension de la colonisation sur la rive occidentale du Jourdain et, d’autre part, les élections en Israël. À cette occasion, les partis gouvernementaux veulent reconquérir le terrain perdu sur l’opposition d’extrême droite, dirigée par Benjamin Netanyahu, grâce à une action militaire d’envergure.

Le gouvernement israélien présente systématiquement ses propres méfaits comme de “l’autodéfense”. Israël réussit ainsi à susciter l’illusion qu’il n’a pas souhaité cette violence mais qu’il y est contraint par la violence du Hamas. Cette présentation des choses, reprise par de nombreux médias, repose sur une lecture fausse des faits pour au moins deux raisons.

Tout d’abord elle oublie l’histoire récente. Israël n’est pas la victime, mais le régisseur de ce drame. Comme force d’occupation, Israël contrôle l’espace aérien, les frontières, l’eau et les va-et-vient des Palestiniens de Gaza (et de la rive occidentale du Jourdain). Depuis que Gaza a été décrété « territoire hostile », en septembre 2007, après la prise de pouvoir par le Hamas, Israël bloque l’accès aux fournitures élémentaires. Les conséquences sont dramatiques. Il y a pénurie de tout : nourriture, médicaments, pétrole pour maintenir en fonction les générateurs d’électricité. Toute une population est affamée. Une étude récente démontre que 46 % des enfants souffrent d’anémie aiguë. « L’idée, selon un conseiller du Premier ministre israélien, il y a deux ans, est de mettre les Palestiniens au régime,non de les faire mourir de faim ». Cet objectif scandaleux est atteint. Selon la Croix Rouge, 70 %  de la population souffrent d’un manque de nourriture. Il ne s’agit pas ici des conséquences de quelque catastrophe naturelle, mais des suites d’une politique consciente d’un État qui aime s’autoproclamer la seule démocratie au Moyen-Orient. Richard Falk, le rapporteur spécial des Nations-Unies parle d’une « infraction flagrante et massive au droit humanitaire international ».

En outre, on suscite l’impression fausse que Gaza et Israël sont deux adversaires sur pied d’égalité. Israël dispose d’une des armées les mieux équipées au monde contre laquelle les milices palestiniennes ne forment même pas un parti. Dans la mise en route de sa machine de guerre, le gouvernement israélien – au mépris des règles humanitaires – n’épargne aucune vie humaine. La dernière grande attaque sur Gaza, en février 2008, a fait 112 morts, dont un grand nombre de femmes et d’enfants. Bien que toute victime soit une victime de trop, il est important de rappeler que le nombre de morts palestiniens est un multiple des morts israéliens. Le site web du Middle East Policy Council nous apprend qu’en 2008, 29 Israéliens ont été tués contre 432 du côté palestinien. Du côté israélien il s’agit d’une forte diminution depuis 2002, qui totalisa 422 tués. Du côté palestinien, le prix payé est extrêmement élevé : de 1072 tués en 2002 à 432 en 2008, les centaines de morts de ces derniers jours non comptés. Ces chiffres ne tiennent pas compte des nombreux décès dus à l’embargo contre Gaza.

La politique délibérée de punition collective et de famine pour toute une population, dans l’espoir qu’elle se détourne des dirigeants qu’elle a élus, se produit sous les yeux de la communauté internationale. Des rapports bien documentés du rapporteur spécial sur les Droits de l’Homme pour les Nations Unies et des organisations des Droits de l’Homme sont classés sans suite. Le rapporteur spécial Richard Falk a demandé en vain une action immédiate contre ces « atteintes permanentes et à grande échelle au droit humain fondamental à la vie ». Il a demandé que les Nations-Unies fournissent un effort urgent pour protéger la population civile qui « est punie collectivement par une politique qui est égale à la commission de crimes contre l’humanité ». Peut-on être plus clair ?

Malgré cela, les États-Unis et l’Union européenne ont fait tout le contraire pendant tout ce temps. Les Etats-Unis déversent chaque année 2.5 milliards de dollars d’aide militaire à la force d’occupation israélienne et multiplient les accords et projets de collaboration militaire. Washington a toujours soutenu la politique israélienne contre Gaza et a fait savoir qu’il soutient l’impitoyable campagne militaire en cours. L’Union européenne n’a aucune objection à de bonnes relations avec Israël. Mieux encore. Au dernier sommet européen, début décembre, le Conseil de l’Union européenne a même décidé de « revaloriser » ses relations avec Israël, malgré un vote négatif du parlement européen.

Cette politique cynique des deux grandes puissances est en bonne voie d’enterrer le droit international. Elle sape ainsi toute autorité pour faire la leçon à d’autres en cette matière, alors qu’il y a précisément urgence pour une pression internationale qui mette fin à l’intervention sanglante de l’armée israélienne et au blocus inhumain de Gaza.

Nous appelons dès lors à une condamnation vigoureuse d’Israël et à la suspension de tous les accords commerciaux et diplomatiques avec Israël tant que continue la politique d’occupation.

Auteurs du texte : Ludo De Brabander, responsable de l’asbl Vrede et lecteur à l’École supérieure Artevelde de Gand ;Ludo De Witte, publiciste ; Nadia Fadil, post-doctorante à l’Université européenne de Florence et à la KULeuven
Contact francophone : Nadine Rosa-Rosso
nadinerr@gmail.com

Ce texte est actuellement en phase d'être placé sur pétition.be. Nous placerons le lien sur ce blog dès qu'il nous aura été communiqué.


Rassemblement pour l'arrêt immédiat des massacres à Gaza 

Samedi 10 janvier 2009 à 14 H
Place Charles II à Charleroi.

 A l'initiative de La plate – forme Charleroi / Palestine*.

Gaza2Les voix d'associations carolorégiennes' *se sont élevées à Charleroi ce mardi 6 janvier émues par les crimes de guerre en cours à Gaza depuis plusieurs jours. Elle a constitué une  Plate-forme Palestine/Charleroi qui adressera ses protestations auprès des autorités communales de Charleroi ce samedi 10 janvier 2009 face à l'Hôtel de ville de Charleroi à 14 H. Les mots d'ordre de ce rassemblement pacifique se résument en quatre points :


Arrêtez les massacres, stop aux crimes de guerre

Fin des bombardements et retrait militaire.

Fin du blocus et aide humanitaire d'urgence.

Pour une Europe courageuse.

Nous voulons attirer l'attention de la population de Charleroi sur ces crimes de guerre qui se déroulent à deux pas de chez nous.  Des femmes et des enfants sans défense souffrent et meurent sous les bombes d'une des armées les plus puissantes du monde. Ces actes sont intolérables.  Les Palestiniens, comme chez nous, les sans-emplois, les sans-papiers bref tous les sans, souffrent d'injustice. Il sont dépossédés de leur terre depuis plus de 60 ans et ne disposent d'aucun territoire pour vivre en paix. Chacun a le droit de vivre en paix avec ses voisins, a le droit de transmettre la dignité humaine à ses enfants et leur offrir un avenir radieux. Qu'il Soit proche-oriental, américain, asiatique ou européen, le droit  à la dignité humaine est un droit inaliénable.

En conséquence, nous demandons à nos élus locaux, régionaux, fédéraux et surtout européens de faire preuve de courage et de ne pas suivre servilement les ordres venus d'outre Atlantique.

La plate -forme Charleroi / Palestine demande à tous les carolos de la soutenir dans sa démarche pacifique. La plate-forme Charleroi / Palestine ne manifestera pas contre quiconque mais clamera son indignation face  à cette tragédie !

Nous voulons également attirer l'attention de l'opinion publique sur la liberté de la presse bafouée. En effet, aucun journaliste n'est autorisé à entrer à Gaza afin d'accomplir une mission d'information. La puissance occupante qui se targue d'être la plus grande démocratie du Moyen-Orient diffuse des informations partiales par le canal de son Etat-major.

Nous appelons tous ceux qui élèvent leur conscience en faveur du respect des droits de l'Homme de nous rejoindre sur la Place Charles II ce samedi 10 janvier à 14h00.

Ce rassemblement sera le prélude d'une prochaine manifestation qui se déroulera à Charleroi le samedi 17 janvier 2009.

Une délégation de la plate -forme Charleroi / Palestine sera reçue par le Bourgmestre de la ville de Charleroi

*La plate -forme Charleroi / Palestine est constituée des Associations suivantes :

La Fédération Générale du Travail de Belgique  - Charleroi, Le Mouvement Ouvrier Chrétien, Marianne asbl, Al Hidaya, Assanika, Attac, Atelier Nord-Sud du Forum Social, La Braise, asbl Culture sans Frontières, le Cercle Communiste, le Comité Palestine Fontaine-l'Evêque – Secours Populaire Wallonie/Bruxelles, les  Femmes Musulmanes de Charleroi, asbl La Main dans la Main, Médecine pour le Peuple, la  Mosquée Mevlana, le Mouvement Chrétien pour la Paix,le parti Communiste, le Parti du Travail de Belgique, le Progrès ,le Secours Populaire Wallonie-Bruxelles, des amis palestiniens et iraniens, le  Cercle culturel Alévi Farciennes,  Entr'Aide et Fraternité, le Girb, les Magasins du monde-Oxfam de Gilly, Peuples Solidaires, Pax Christi, Société Duale, le  Théâtre du Copion, Tontoni…

Cette liste est exhaustive car d'autres Associations ont marqué leur interêt pour cette mobilisation et nous rejoindronT en cours de route

Porte-Parole de la plate -forme Charleroi / Palestine :

Freddy Guidé
rue de la Station, 58/2 – B6140 – Fontaine-l'évêque - Belgique
Tel: 32 71 54 51 04 – Portable : 32 497 53 50 34
E-mail : guid.freddy357@gmail.com   - CCP : 000-3253613-39



Arrêtez ces massacres!

Chers Amis ou Camarades,
 
Lundi, une réunion a rassemblé des progressistes de diverses tendances dans les locaux de la FGTB de Charleroi. Il était question au départ de préparer une manifestation dénonçant l'agression honteuse que subit le peuple de Gaza.

blason%20de%20charleroiMais vu la volonté de la majorité des participants d'agir dans l'urgence et donc vu la proximité de cette première démonstration, ce samedi à 14 heures devant l'Hôtel de Ville de Charleroi, place du Manège, il a été décidé que cette action aurait la forme "d'un sitting" dont le but serait d'interpeller les responsables politiques de  Charleroi.  Nous savons que plusieurs parlementaires importants de notre région siégent au sein du Conseil communal. Il sera demandé à ces derniers de répercuter notre appel vers les dirigeants de leurs partis respectifs.
Les mots d'ordre ont été définis pour éviter toute forme de dérapage. Vous n'ignorez pas que certains médias sont friands de répercuter et mettre en valeur des actes isolés qui dénaturent l'expression de la majorité des autres manifestants.

Par ce même courriel,  je demande à Freddy Guidé de me rappeler ces slogans et je vous les ferai parvenir dans un prochain envoi.

Les participants à cette réunion étaient la FGTB, le MOC, de nombreuses associations dont l'asbl Le Progrès et le Secours Populaire, des partis comme le PTB, la LCR et le PC.

Vu la proximité de l'événement, nous demandons à un maximum d'amis ou de camarades de participer à cette première démonstration.

Après cette action publique, à 16 heures, les responsables de la coordination carolorégienne se réuniront à la Maison des 8 Heures pour préparer la manifestation -cette fois- du samedi suivant.

Sur proposition de Daniel Piron de la FGTB, c'est notre ami et camarade Freddy Guidé, président du Comité Palestine de Fontaine-l'Evêque et administrateur du SPWB qui prendra la parole au nom de toutes les associations. Nous avons bien sûr approuvé cet excellent choix. Freddy aura ainsi la volonté de démontrer que tout ce qui est humain est nôtre comme le proclame le slogan principal du Secours populaire.

Personnellement pris par des engagements antérieurs, je serai à l'étranger durant ce WE et je vous prierai d'excuser mon absence auprès de nos amis et camarades. Il va de soi que je serai présent le samedi 17 janvier car comme l'expriment les jeunes "J'ai la rage"!

En toute fraternité.
 
Robert Tangre
   


 Stoppons l'horreur !

-bombardement-nabatiyeh_2_8_2006Les forces d’occupation israéliennes sont donc passées à l’acte. Comme elles l’ont promis, elles ont lancé des raids meurtriers contre Gaza. Au prétexte de viser les centres de commandement du Hamas et de ses forces armées, elles ont écrasé sous leurs bombes des centaines de civils, enfants, femmes et hommes. Le monde en est témoin. Comme il avait été témoin des frappes ignobles lancées contre les bâtiments et les symboles de l’Autorité palestinienne, alors présidée par Yasser Arafat, au lendemain du déclenchement de la seconde intifada.

Qui peut dire encore que le pouvoir israélien actuel veut une paix juste ? Qui peut justifier la politique dite « de l’équidistance » entre occupants et occupés ? Entre les victimes d’une des plus grandes injustices du 20ème siècle et ceux qui violent les résolutions de l’ONU depuis soixante ans ?

Le « processus de paix » initié à Annapolis par l’ami américain voici un an est enterré.  Comme le furent tous les documents précédents censés conduire à une paix juste et durable au Proche-Orient. Et les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne ont adopté, les 8 et 9 décembre, le principe de rehausser les relations entre Israël et l’UE montrant une fois encore l’odieuse capacité de l’Occident à jouer du « deux poids, deux mesures ».

La déléguée générale palestinienne auprès de l’Union Européenne, Leïla Chahid, a accusé Israël de « crime de guerre » à Gaza et reproché une fois encore à la communauté internationale d’avoir « laissé tomber la population palestinienne. » Les communistes belges lui témoignent toute leur solidarité comme ils sont solidaires du peuple palestinien et des progressistes juifs qui, en Israël et dans le monde, militent pour sortir du pire.

La violence actuelle à Gaza est évidement le résultat du blocus économique et de l’impasse politique actuelle. Il y a urgence à lancer de vraies négociations qui puissent réellement contribuer à une solution juste, à l’application des résolutions de l’ ONU, à la fin de l’occupation, au respect des droits des Palestiniens et à la sécurité pour tous.

C’est dans cette perspective que le PC s’associera aux manifestations de soutien à la Palestine décidée pour les prochains jours.

Bureau Politique du Parti Communiste Wallonie-Bruxelles



Le Parti communiste d’Israël condamne les attaques meurtrières contre Gaza et appelle à la mobilisation internationale

www.maki.org.il / info@maki.org.il

PCILe Parti communiste d’Israël et Hadash (Front démocratique pour la paix et l’égalité) condamne l’attaque meurtrière par l’armée de l’air israélienne contre la bande de Gaza qui s’est soldée par la mort de 300 Palestiniens. Le PCI appelle les partis communistes et ouvriers, et les mouvements sociaux du monde entier à se mobiliser contre ces crimes contre l’humanité commis par Israël. Il demande que la communauté internationale prenne des sanctions contre Israël, et inculpe Tzipi Livni, Ehud Barak et les autres responsables politiques et militaires israéliens pour ces crimes de guerre flagrants, commis dans le cadre du processus électoral en Israël.

Les attaques militaires d’Israël font partie du siège de la bande de Gaza. Israël exploite les derniers moments de l’administration Bush pour accomplir sa politique impérialiste meurtrière mais inefficace d’utilisation de la force militaire pour obtenir un changement politique. Des manifestations contre les attaques israéliennes dans la bande de Gaza se sont deroulées dans les principales villes d’Israël, et des manifestations ont lieu à Tel Aviv, Jerusalem Ouest, Haïfa, Nazareth, Sakhnin, Saint Jean de Acre, Shfamr (Shfaram), Arara, Maker, Shaab, Ablyn, Mag'd el-Kurum, Taybe, Tira et Calanswa . Vendredi des centaines de manifestants ont participé à un rassemblement dans le centre de Tel Aviv pour protester contre l’opération militaire israélienne prévue en réponse aux tirs de missiles palestiniens depuis Gaza. Ce rassemblement était organisé par la Coalition contre le siège de Gaza et Hadash (Front démocratique pour la paix et l’égalité- Parti Communiste d’Israël). Samedi soir des milliers de manifestants ont participé à un autre rassemblement dans le centre de Tel Aviv pour protester contre l’opération israélienne

« Je propose que nous prenions l’autre direction », a dit le membre de Hadash à la Knesset Dov Khenin, dirigeant du Parti communiste d’Israël. « Notre pouvoir est notre tragédie. Une attaque victorieuse ne résoudra rien. Ils répondront par des roquettes, et nous finirons par nous embarquer dans une guerre totale. Prendre l’autre direction implique de renforcer l’accalmie, de sécuriser le cessez-le-feu, et de lever le siège qui n’a d’autre conséquence que de renforcer l’unité de la population autour du Hamas. »

« Un véritable processus de paix doit être engagé avec l’Autorité palestinienne, dirigée par Abbas » a-t-il dit. « Ce qui est tragique, c’est que c’est possible. Nous avons juste besoin de la volonté. »

Khenin a ajouté qu’il était « essentiel d’organiser un échange de prisonnier qui inclurait Gilad Shalit. » Quand on lui a demandé pourquoi de moins en moins d’Israéliens étaient contre la guerre à Gaza, il a répondu : « Les gens ont perdu espoir. Ils réalisent que ce qui se passe est mauvais, mais ils pensent qu’il n’y a pas d’autre solution. Cependant, nous ne sommes pas destinés à être victimes de l’histoire. » Un autre participant au rassemblement, l’ancien membre de la Knesset Tamar Gozansky, a dit : « Il y a deux ans, nous manifestations au même endroit, avant la deuxième guerre du Liban. Nous étions marginalisés et on nous traîtait de traîtres. Cependant, quelques mois plus tard, tous les gens qui s’étaient moqués de nous sont venus avec leurs propres revendications Square Rabin pour protester contre la politique de Olmert. J’espère réellement que nous n’aurons pas de nouveau à leur dire : « Nous vous avions prévenus ». Dans une autre déclaration un peu plus tôt, Khenin a dit : « Une guerre généralisée contre Gaza est dangereuse et n’est pas nécessaire. Elle mettra en danger des milliers de vies des habitants de Gaza et des habitants de l’ouest du Negev ». « La guerre n’est pas une solution au problème des roquettes Kassam » a-t-il ajouté. « Il y a une autre voie : un réel accord pour une trêve. Pas juste un cessez-le-feu, mais également la fin du blocus de Gaza et l’arrêt de l’extrême souffrance d’un million et demi de personnes. »
29/12/08

 

14:04 Écrit par PC Charleroi dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |