11/07/2009

L'Etincelle n° 45 (juillet 2009)

Histoire de la Gauche Unitaire Européenne

.autre-europe_sLa gauche unitaire européenne a été fondée en 1989, de la volonté de fédérer les partis de gauche non socialistes. Elle regroupe alors quatre partis : le Parti socialiste populaire danois, le Parti communiste italien, la Gauche unie espagnole (dont notamment le Parti communiste d'Espagne) et le Synaspismós grec, et se présente comme une alliance de partis politiques et non comme un groupe politique. C'est en 1994 qu'elle se forme en tant que groupe confédéral : aux partis d'origine se sont joints les partis communistes français, portugais et grec ; le Parti de la refondation communiste italien a remplacé le PCI, qui a rejoint le Parti socialiste européen sous le nom de Démocrates de gauche ; le PSP a lui quitté l'alliance.

En 1995, l'élargissement de l'Union européenne amène la création de l'Alliance de la Gauche verte nordique, qui regroupe l'Alliance de gauche finlandaise, le Parti de gauche suédois et le Parti socialiste populaire danois. Le groupe se renomme alors « Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique » (GUE/NGL).

La GUE/NGL voit alors ses effectifs varier, tant en termes de députés que de partis politiques, avec les élections au parlement et les recompositions des partis au niveau national : en 1999, le Parti du socialisme démocratique (PDS) allemand et le Mouvement démocratique et social (DIKKI) grec rejoignent ainsi la GUE/NGL, alors que les cinq élus de la liste d'alliance LO-LCR le rejoignent en tant que membres associés. En 2002, les quatre députés européens du Pôle républicain décident également de rejoindre le groupe. En 2004 en revanche, l'alliance LO-LCR n'obtiendra pas d'élus et le DIKKI est dissous ; le Bloc de gauche portugais et le Sinn Féin irlandais rejoignent eux le groupe, ainsi que deux partis de pays ayant rejoint l'Union en 2004 : l'AKEL chypriote et le PCBM tchèque, portant le nombre total de partis adhérents à 16. Le groupe comptait alors 41 députés européens issus de 16 partis membres et originaires de 13 États de l'Union européenne. Il comprenait également 4 partis associés, dont 3 ne sont pas, actuellement, représentés au sein du Parlement européen.

A l'issue des élections européennes de 2009 le groupe passe de 41 à 35 membres. Il subit les effets de la déroute des partis communistes italiens, qui perdent tous leurs élus alors qu'ils en comptaient sept dans la législature précédente. L'officialisation de la défection des élus du Parti socialiste populaire danois au profit du groupe Verts/ALE, ainsi que la perte de son élu par l'Alliance de gauche finlandaise font baisser l'audience de l'Alliance de la Gauche verte nordique au sein du groupe, où elle n'est plus représentée que par un seul eurodéputé du Parti de gauche suédois. Le ralliement d'un des deux élus du Centre de l'harmonie letton et les gains réalisés par les partis-membres allemand, français et portugais n'ont pas suffit à compenser ces pertes.

Extrait de Wikipedia


 

La grève continue à Bridgestone

bridgestoneL’assemblée des travailleurs de Bridgestone (99 présents) a rejeté à 69% la proposition formulée, très tôt ce matin, par le bureau de conciliation et qui prévoyait notamment des reclassements externes et des garanties de revenus pour les 9 travailleurs licenciés. Il semble que ce qui a prévalu c’est l’absence totale de confiance dans la Direction qui s’est illustrée tout au long du conflit par son agressivité et ses provocations.

Il est clair que le conflit va désormais prendre un cours tout-à-fait différent, la direction n’ayant jamais caché son intention de mobiliser les moyens judiciaires et policiers contre la grève. Notre solidarité est plus que jamais nécessaire.

Les travailleurs sont appelés à venir manifester  leur soutien chaque vendredi à 16 heures devant l'usine.

Florence Defourny (extrait de facebook et Mouvement de solidarité des travailleurs de Bridgestone Frameries)


 

Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique

Il est clair que le conflit va désormais prendre un cours tout-à-fait différent, la direction n’ayant jamais caché son intention de mobiliser les moyens judiciaires et policiers contre la grève. Notre solidarité est plus que jamais nécessaire.

Nous vous attendons nombreux pour soutenir les travailleurs chaque vendredi à 16 heures devant l'usine.

 

Le Parti de la Gauche Européenne (dont fait partie de PCWB) est présent au Parlement européen au sein de ce groupe 

GUE

Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) est un groupe du Parlement européen qui regroupe des partis de gauche, de tendance socialiste, antilibérale, anticapitaliste, éco-socialiste, communiste ou post-communiste. Il regroupe essentiellement des organisations membres du Parti de la gauche européenne (PGE), mais aussi de l'Alliance de la Gauche verte nordique, de la Gauche anticapitaliste européenne ou sans affiliation.

Ce groupe de 35 eurodéputés est présidé depuis 2009 par Lothar Bisky1.

Organisation
Le groupe GUE/NGL est un groupe confédéral : il est composé de délégations nationales et de partis membres. Si les partis membres doivent partager des objectifs politiques communs, exprimés notamment dans la déclaration constitutionnelle, ils restent souverains quant à leur ligne politique. Ainsi, le groupe parlementaire apparaît parfois divisé sur certaines questions.
Les députés du groupe se réunissent régulièrement afin de préparer les séances, débattre sur les lignes politiques et voter des résolutions. Le groupe publie également des rapports sur différents sujets (Organisation mondiale du commerce, amiante, esclavage sexuel, …).

Positionnement politique
 
Fondée en 1994, le positionnement politique du groupe est résumé par sa déclaration constitutionnelle. C'est sur ce texte que s'engagent les partis membres et les députés associés au groupe à titre individuel. Ce groupe développe une ligne politique qu'on pourrait qualifier d'« altereuropéenne », c’est-à-dire opposée à la construction européenne actuelle tout en se disant « profondément attaché à la construction européenne ».
GUE/NGL pose trois piliers pour la construction d'une autre Europe : le changement total des institutions afin de les rendre « pleinement démocratiques » ;

un nouveau modèle de développement écologique et rompant avec le néolibéralisme, visant à créer un « espace social commun » ;

une politique de co-développement et de coopération équitable.

Le groupe se pose ainsi dans une ligne ne tranchant pas clairement entre réformisme et révolution, laissant à chaque parti le soin de décider de la façon qu'il juge la plus adaptée pour parvenir à ces objectifs. De ce fait, il se positionne à la fois « à l'intérieur » des institutions, tentant d'influer sur les décisions prises par co-décision, et « à l'extérieur » de par sa volonté d'une « autre Union » qui ferait « table rase de Maastricht ».

(A suvre)


 

 

Bridgestone: le Parti communiste ne peut qu'être solidaire

bridgestoneLes ouvriers de Bridgestone Frameries (rechapage de pneus d'avion) sont en grève depuis le jeudi 11 juin 2009.

Ce mouvement de solidarité a démarré suite au licenciement brutal et injustifié de 8 ouvriers décidé le jour même par la Direction de Bridgestone.

En agissant de la sorte, cette direction a "renié" sa signature puisqu'elle ne respecte pas la dernière convention collective de travail conclue sur le plan de l'entreprise pour les années 2007-2008 et 2009.

En effet, cette CCT prévoit dans son article 1 intitulé "sécurité d'emploi" que: "Lentreprise mettra tout en oeuvre en vue d'éviter des licenciements pour raisons économiques et techniques. Si des difficultés surviennent en la matière, il est préalablement instauré un régime de chômage partiel, si possible par roulement."

Vous avez sous les yeux un bon exemple de la conception sauce Bridgestone en matière de relations sociales: pour elle, une convention de travail n'est qu'un vulgaire chiffon de papier.

La direction tente, sans convaincre personne, de justifier ces licenciements par sa décision de délocaliser le magasin "pneus" à Zeebruge dans une entreprise tierce.

Les organisations syndicales ne comprennent pas le bien fondé de cette mesure unilatérale et inattendue. Pourtant, tout va très bien à Bridgestone Frameries, sur le plan économique et financier. Le profit net après impôt a doublé pour l'exercice 2008 pour atteindre plus de 5 MILLIONS d'euros!

La vie est belle pour la Direction de Bridgestone Frameries. Par contre, pour les ouvriers, il s'agit d'un désastre humain et social. 8 pères de famille ont été jetés comme des vielles chaussettes usagées...

Cette Direction hautaine et arrogante se moque du fait que plusieurs ouvriers ont une ancienneté de plus de 20 ans voire 30 ans au sein de l'entreprise.
Cette Direction qui est très "sociale" leur a quand même réservé une belle petite récompense...Un petit parachute doré à la sauce CLARINVAL:
- 1 mois de salaire pour les ouvriers ayant moins de 10 ans d'ancienneté;
- 1,5 mois de salaire pour ceux ayant entre 10 et 20 ans de service;
- 2 mois de salaire pour ceux ayant plus de 20 ans de fidélité à l'entreprise.
Monseigneur est trop bon! Surtout que ce montant mirifique s'ajoute au préavis légal des ouvriers concernés (de 28 jours à 210 jours selon l'ancienneté). On est bien loin de la grille Claeys, n'est-ca pas...
Voilà comment Bridgestone traite son personnel!

La Direction est une Direction heureuse et son bonheur serait total si à l'occasion de la délocalisation du magasin à Zeebruge (qu'elle a mûrement concocté), elle pouvait aussi se débarrasser d'un Délégué syndical, par ailleurs Secrétaire du CE et membre au CPPT qui est (comme par hasard) occupé au magasin. Jackpot Mister Clarinval! Mais tout cela n'est que pure coïncidence.
En effet, d'après elle, la Direction de Bridgestone aurait examiné toutes les pistes de réflexion pour permettre le reclassement des 8 ouvriers du magasin au service "production". Hélas, cette réflexion, qui a dû être intense, n'a débouché sur rien! Pas de reclassement possible au sein de ce service a décrété le Sieur Clarinval!

Pourtant, il y a 24 prépensionnables dans le service "production" et ce dans les 12 mois qui viennent, il y a une quinzaine de CDD dont le contrat se termine prochainement, on pourrait faire du crédit-temps, et bien entendu organiser le chômage partiel comme exigé par la CTT d'entreprise. NIET a dit Clarinval au nom de Bridgestone, je décide de licencier sur le champ les 8 ouvriers CDI du magasin et plus tard, prolonger les CDD du service production. Bizarre, bizarre...

Voilà pourquoi nous tenions à vous informer de la situation et des raisons qui contraignent les ouvriers de Bridgestone Frameries à faire grève depuis le 11 juin 2009.

Nous faisons appel à votre solidarité et votre soutien dans la lutte pour l'emploi que les ouvriers mènent! Merci pour eux!

Service Jeunes FGTB


 

Ils l’ont dit

ombre-rougeBarack Obama très courtoisement vient de promettre à Benoît XVI de tenter de limiter (faire diminuer, comment?) le nombre d’interruptions de grossesses aux USA. Voilà de quoi encourager toutes les ligues anti-avortement qui n’hésitent pas à incendier des cliniques ou à tuer des médecins pratiquant l’interruption de grossesse. Ce pape rétrograde n’arrête pas d’intervenir dans le domaine politique. Après avoir affirmé que la capote faisait courir des risques graves à ceux qui l’utiliseraient que va-t-il nous sortir ?

 

Jean-Michel Javeaux, co-président d’ECOLO, trouve que la Belgique est un pays neutre lorsqu’on lui pose si la question de savoir si nous vivons dans un Etat laïc. Il ne veut donc pas se prononcer ouvertement sur la nécessité d’avoir comme en France, un Etat où la    séparation d’avec la religion est nette, claire, effective. Vu que nous finançons deux enseignements quasi publics (le libre et l’officiel), le gouvernement de l’olivier n’aura pas à son programme la création d’un enseignement pluraliste et laïc où ne serait dispensé qu’un cours d’éducation civique. Naturellement, si la responsabilité de l’enseignement est confiée à Joëlle Milquet, pourra-t-on  continuer à parler de neutralité de l’Etat belge. Hypocrisie !

 

Les habitants d’Aquila : « Nous vivons dans des tentes depuis plusieurs mois. Les Français vont prendre en charge la moitié du coût de la coupole de l’église locale. » Est-ce la priorité pour eux ? Carla l’a affirmé dans les deux langues. Berlusconi  qui fait côtoyer la dispendieuse organisation de ce G 8 et le désespoir de ces pauvres gens, campeurs des temps modernes démunis de tout n’a pu qu’apprécier.

L'ombre rouge

La gauche unitaire européenne a été fondée en 1989, de la volonté de fédérer les partis de gauche non socialistes. Elle regroupe alors quatre partis : le Parti socialiste populaire danois, le Parti communiste italien, la Gauche unie espagnole (dont notamment le Parti communiste d'Espagne) et le Synaspismós grec, et se présente comme une alliance de partis politiques et non comme un groupe politique. C'est en 1994 qu'elle se forme en tant que groupe confédéral : aux partis d'origine se sont joints les partis communistes français, portugais et grec ; le Parti de la refondation communiste italien a remplacé le PCI, qui a rejoint le Parti socialiste européen sous le nom de Démocrates de gauche ; le PSP a lui quitté l'alliance.

En 1995, l'élargissement de l'Union européenne amène la création de l'Alliance de la Gauche verte nordique, qui regroupe l'Alliance de gauche finlandaise, le Parti de gauche suédois et le Parti socialiste populaire danois. Le groupe se renomme alors « Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique » (GUE/NGL).

La GUE/NGL voit alors ses effectifs varier, tant en termes de députés que de partis politiques, avec les élections au parlement et les recompositions des partis au niveau national : en 1999, le Parti du socialisme démocratique (PDS) allemand et le Mouvement démocratique et social (DIKKI) grec rejoignent ainsi la GUE/NGL, alors que les cinq élus de la liste d'alliance LO-LCR le rejoignent en tant que membres associés. En 2002, les quatre députés européens du Pôle républicain décident également de rejoindre le groupe. En 2004 en revanche, l'alliance LO-LCR n'obtiendra pas d'élus et le DIKKI est dissous ; le Bloc de gauche portugais et le Sinn Féin irlandais rejoignent eux le groupe, ainsi que deux partis de pays ayant rejoint l'Union en 2004 : l'AKEL chypriote et le PCBM tchèque, portant le nombre total de partis adhérents à 16. Le groupe comptait alors 41 députés européens issus de 16 partis membres et originaires de 13 États de l'Union européenne. Il comprenait également 4 partis associés, dont 3 ne sont pas, actuellement, représentés au sein du Parlement européen.

A l'issue des élections européennes de 2009 le groupe passe de 41 à 35 membres. Il subit les effets de la déroute des partis communistes italiens, qui perdent tous leurs élus alors qu'ils en comptaient sept dans la législature précédente. L'officialisation de la défection des élus du Parti socialiste populaire danois au profit du groupe Verts/ALE, ainsi que la perte de son élu par l'Alliance de gauche finlandaise font baisser l'audience de l'Alliance de la Gauche verte nordique au sein du groupe, où elle n'est plus représentée que par un seul eurodéputé du Parti de gauche suédois. Le ralliement d'un des deux élus du Centre de l'harmonie letton et les gains réalisés par les partis-membres allemand, français et portugais n'ont pas suffit à compenser ces pertes.

Extrait de Wikipedia

17:45 Écrit par PC Charleroi dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |