06/06/2010

L'Etincelle n° 56 (juin 2010)

4025 Wallons et Bruxellois ont émis un vote de préférence en ma faveur lors des récentes élections. Qu’ils (elles) en soient remercié(e)s.

 Ces votes témoignent de la confiance qui m’est accordée. Confiance en la personne mais aussi et surtout au message de respect et d’écoute que mes amis et moi portons aux revendications de nos concitoyens. Confiance aussi aux propositions avancées par le Front des Gauches et plus spécialement dans le domaine de l’emploi dont la défense des services publics, la solidarité entre les générations,  la justice sous toutes ses formes, la lutte pour la paix et la défense de notre capital le plus cher, l’environnement.

Cette reconnaissance fut acquise sans que je n’aie collé la moindre affiche personnelle, sans passage quotidien sur les radios ou télévisions, sans aide de la presse régionale, presse qui fait campagne pour l’un(e) candidat(e), dédaignant ceux ou celles qui portent un discours alternatif.

 Malgré l’âge, j’estime que l’avenir est devant moi et que demain, on entendra encore parler de nous

 Nous vous fixerons bientôt rendez-vous, soyez donc attentifs au prochain communiqué de L’Union Communale Progressiste et Wallonne


robert n°18


 


 

Analyse des résultats du Front des gauches et perspectives

« Pari un peu fou » écrivions-nous, que de lancer la création d’un front uni de la gauche alternative en Wallonie et à Bruxelles à un mois d’un scrutin marqué par le communautaire. Ce pari fut cependant relevé avec des listes complètes au Sénat et dans toutes les circonscriptions de Wallonie et à BHV.  Plus de 140 candidates et candidats, parmi lesquels un cinquième d’indépendants, ont porté haut la bannière unitaire d’une gauche de transformation sociale et écologique le 13 juin dernier.

 

Il s’agissait d’un pari un peu fou également que de réussir ce front dans les urnes.  Après les très mauvais résultats de notre initiative PC-GE (Gauche Européenne) en 2009, et un scrutin marqué par une multiplication des petites listes, le Front des Gauches a permis de limiter l’éparpillement des voix à gauche et constitue le meilleur score d’une liste à participation PC depuis Gauches Unies en 1994. Au Sénat, la liste conduite par Robert Tangre obtient  1,15% sur le collège électoral francophone.  A la chambre le résultat est un peu plus modeste, notamment dans le Hainaut, mais demeure globalement positif.  Le meilleur résultat à la Chambre est obtenu sur la province de Liège où la liste conduite par notre camarade Pierre Eyben obtient 1,13%. A noter encore le Luxembourg où la liste conduite par notre camarade Nicole Cahen obtient 0.75%.

Cependant, le pari de l’unité n’est pas totalement gagné puisque ce n’est pas (encore) toute la gauche qui se présente sous une seule bannière.  Notre conviction demeure que l’unité de toute la gauche de gauche est seule susceptible de bouger les lignes en faisant, dans les faits, la démonstration d’un véritable dépassement des querelles passées et d’un renoncement aux postures identitaires et partisanes. A ce propos nous souhaiterions que les indéniables bons résultats obtenus par le PTB ne soient pas de nature à renforcer, dans ce parti, cette tendance à l’isolement que nous avons pu constater chez eux dans ces élections.  Le PC qui pendant plusieurs mois, sans publicité ni intérêt partisan, a mené sans exclusive des discussions avec les forces de la gauche radicale souhaite poursuivre sa démarche.  Tout en ayant  quelques réserves quant à certaines stratégies politiques, nous souhaitons être un point  de convergence pour le dialogue et l’unité de la gauche alternative, et notamment de la gauche communiste.

Et maintenant ?  Les résultats obtenus dans certaines grandes communes (1.9% à Liège, 2.3% sur Saint-Gilles,...) ouvrent la perspective d’obtenir dès 2012 des premiers élus étiquetés Front des Gauches.  La commune est l’échelon de base de notre démocratie.  Le PC peut compter sur plusieurs élus qui y font un travail remarquable.  Notre souhait est d’y retrouver une assise plus forte dès 2012.

Outre les questions électorales, notre souhait est de construire l’unité de la gauche de gauche avec le mouvement social.  Pour cela, il sera crucial dans les prochaines semaines que le Front des Gauches se structure afin de devenir un outil efficace, visible et porteur d’unité dans la diversité, faisant une place réelle aux militantes et militants non encartés qui souhaitent s’investir.

Notre volonté est de construire avec d’autres un Front des Gauches plus fort, plus large et porteur d'un réel projet constructif non dogmatique de dépassement du capitalisme, intégrant pleinement la dimension environnementale.  Notre conviction est que le Parti Communiste riche de sa diversité et de son histoire doit encore se renforcer pour exercer un rôle moteur au sein du Front des Gauches.  C’est pourquoi, au lendemain de ces élections nous appelons celles et ceux qui partagent avec nous ces convictions à nous rejoindre, à franchir le cap et à devenir membre du Parti Communiste.


 

 

FdGLogo

 

meeting10


meeting-9-juin


 

 


 

 

Les candidat(e)s du Front des Gauches de Charleroi

Candidats de Charleroi à la Chambre

4 ème effectif:
DACHE Gustave, candidat d’ouverture, Gozée, ancien délégué FGTB Caterpillar et Citroën. 7 ème effective

dache


7 ème effective:
RARY Stéphanie,
  membre du PSL, Thuin, militante d’Étudiants de Gauche Actifs.

rary

 

9 ème
NARDELLA Lucie, Charleroi, membre de la LCR, éduca­trice, ani­ma­trice de théâtre-action, chan­teuse de rap, membre des JAC (Jeunes anticapitalistes).

 

nardlla

 

 10 ème effectif:
GONSETTE Jean-François,
Charleroi, membre du PC, employé chez Belgacom

 

Gonsette

 

11 ème effectif:
DUPONT Frédérique,
Charleroi, membre du PSL, militante d’Étudiants de Gauche Actifs.

dupont

14 ème effectif
DEWILLE Freddy, membre de la LCR, conseiller communal d'Anderlues, ouvrier chez Belgacom

dewille

17 ème effective:
VANDEMAELE Nicole, candidate indépendante, médecin géné­ra­liste, mili­tante fémi­niste, ancienne vice-présidente de l’ARACH (comité des rive­rains de l’aéroport de Gos­selies),  ancienne conseillère com­munale à Charleroi.

vandemaele

18 ème effectif:
EL KHODARI Aziz,
candidat d'ouverture, Charleroi, enseignant

 

El Khodari

 

1 er suppléant:
MORTELETTE Olivier
,
cheminot, délégué syndical FGTB, membre du PC, Roux

 

Mortelette

 

7 ème suppléante:
MICHIELS Jeanne,
aide familiale, Roux, membre du PC

 

michiels

 

8 ème suppléante:
DEVLIEGER Nathalie,
travailleuse sans emploi, Courcelles, membre du PC

 

Devlieger

 

10 ème suppléante:
VANDENBERGHEN Annie
,
travailleuse sans emploi, Courcelles, membre du PC

 

vandenberghen

 

11 ème suppléant
HENRY André, membre de la LCR,
Gilly, ancien délégué principal de Glaverbel

henry

 


 

 

Candidats de Charleroi au Sénat

1 er effectf:
TANGRE Robert,
instituteur retraité, conseiller communal de Courcelles, membre du PC

 

robert2010

 

2 ème effectif:
HUCORNE Michel, journaliste RTBF, conseiller communal suppléant de Courcelles, candidat indépendant

 

hucorne michel

 

3 ème candidate effective:
EL BOUREZGUI Malika, employée à l'AWIPH, conseillère communale élue sur la liste ECOLO de Charleroi, membre du PC

 

El Bourezgui

 

1 er candidat suppléant:
TANURO Daniel,
ingénieur agronome, membre de la LCR, Charleroi

 

tondeur

 


 

 

Le site du "Front des Gauches" en ligne 

 

Le site du Front des Gauches est en ligne.  Vous y retrouverez la liste de tous les candidats dans les six circonscriptions pour la Chambre, ainsi qu'au Sénat. 

Vous y trouverez également notre affiche de campagne, une version "tract" de la plate-forme commune (une version plus détaillée suivra prochainement) ainsi qu'une première série de vidéos des candidats des différentes formations. A partir de ce site, vous pouvez vous inscrire pour participer à la campagne avec nous.  Vous pouvez également faire un don pour soutenir notre initiative unitaire. 

www.frontdesgauches.be

 

 

 

 

Tous Grecs !     

L’entreprise Europe libérale connaît la crise. Pas la solidarité. Depuis des années, ses dirigeants et ses institutions mènent une opération systématique de sape des conquêtes sociales et démocratiques.

Aujourd’hui, la situation catastrophique que vit la Grèce leur est prétexte pour tenter d’imposer de nouveaux tours de vis aux peuples. On sait que la haute finance mondialisée a aidé le gouvernement hellène à camoufler l’ampleur de sa dette publique. Désormais, le pays est l’otage des agences de notation privées qui lui imposent des taux d’intérêts intenables. Seuls, les spéculateurs sont à la fête. Et voilà que le Fonds monétaire international s’apprête à rentrer à son tour dans la danse en appelant avec la Banque centrale européenne, l’Allemagne et leurs compères hypocrites des autres capitales à un durcissement de la politique d’austérité.Tout ceci avec, hélas, la complaisance sinon la complicité d’une certaine social-démocratie bien placée tant à la tête du régime grec que du FMI. A la clé ? Dérégulation sociale, privatisations, réduction des salaires, hausse du coût de la vie. Voilà ce que le gouvernement d’Athènes, mis sous la tutelle de l’Union Européenne, est censé faire en vertu du « plan de soutien » dicté par les 27 le 25 mars. « Suffit ! » disent les syndicats et les partis de gauche grecs. Leur combat est le nôtre. Déjà, on annonce des lendemains qui déchantent aux Espagnols, aux Portugais, aux Italiens. Et puis, aux Français, aux Belges.

Partout, les progressistes doivent dire leur refus de laisser les spéculateurs et leur relais politiques mettre à la casse les systèmes sociaux et de retraite. Partout, ils doivent exiger que soient mis en question les traités et les politiques ultralibérales qui frappent les peuples.

Les communistes belges, le PC Wallonie-Bruxelles expriment leur totale solidarité avec leurs camarades et les travailleurs grecs en lutte

Avec tous les membres du Parti de la gauche européennes et avec toutes les forces de la gauche de gauche qui se battent contre ces scandaleuses politiques du grand capital mondialisé, ils disent « Changeons l'Europe ensemble et transformons-là en une Europe de paix, de démocratie et de justice. » 

Le Burau politique
 

 


  

 

 

 

"Front des Gauches" : Une alternative unitaire à gauche d'Ecolo et du PS

Le « Front des Gauches » vient de voir le jour : dernier-né des formations en lice pour les élections anticipées qui se tiendront ce 13 juin, il rassemble des militants syndicaux ou associatifs et six organisations de gauche radicale : le Parti Communiste (PC),  le Parti Socialiste de Lutte (PSL-LSP),  la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), le Parti Humaniste (PH), le Comité pour une Autre Politique (CAP) et Vélorution. Ces partis se présenteront ensemble, avec plusieurs candidat-e-s d'ouverture, sur la liste « Front des Gauches » à la Chambre et au Sénat.

Une union aussi large est inédite et surprenante dans un délai aussi court et devant de tels obstacles. Présenter cette liste n’était pas gagné d’avance, surtout dans les conditions anti-démocratiques imposées par les partis au pouvoir. En effet, pour des « petits partis », se présenter aux élections relève du parcours du combattant ! Victimes d’un black-out médiatique, il leur faut aussi récolter des signatures en un temps record. Les parrainages d'électeurs nécessaires pour présenter des listes à la chambre ont été récoltés en 48 heures. Finalement, la veille du dépôt des listes, des signatures d'élus ont été obtenues pour que le "Front des Gauches" puisse se présenter partout, au sénat et à la chambre.

Le « Front des Gauches » symbolise, notamment à travers sa liste bilingue à Bruxelles-Hal-Vilvorde, le refus des surenchères nationalistes ou communautaires. Alors que les partis traditionnels cherchent à diviser les travailleurs et travailleuses du nord et du sud du pays, les six organisations de la gauche radicale ont décidé de s’unir pour présenter ensemble une autre voix à gauche. Une alternative qui refuse que les crises — financière, sociale, écologique — soient payées par les victimes et non par les véritables responsables capitalistes : patrons, gouvernements et financiers.

C’est une justice sociale, écologique et fiscale que le « Front des Gauches » défendra pour répondre aux vrais problèmes, qui seront au cœur de sa campagne : licenciements, chômage, précarité, racisme, discriminations, dégradation de l’environnement, guerres, … Devant le risque de l’abstention  ou du vote d’extrême droite, le « Front des Gauches » a pour objectif de montrer qu’une véritable alternative de gauche, qui exprime l'opposition et l'écœurement par rapport à un système fondamentalement injuste, peut exister face aux partis institutionnels.

Les listes du « Front des Gauches » pour la Chambre seront emmenées par quatre femmes et deux hommes : Céline Caudron (LCR) dans le Hainaut, Pierre Eyben (PC) à Liège, Anja Deschoemacker (PSL-LSP) à Bruxelles-Hal-Vilvorde, Annick Letecheur (PH) à Namur, Laurent Batlhazar (CAP) dans le Brabant wallon et Nicole Cahen (PC) dans le Luxembourg. Robert Tangre (PC) tirera la liste du Sénat.  Une conférence de presse aura lieu sous peu pour présenter cette initiative politique.

Contacts :

Parti Communiste : Pierre Eyben, 0477/20.29.53, www.particommuniste.be, info[at]particommuniste[point]be

Parti Socialiste de Lutte/Linkse Socialistische Partij : Anja Deschoemacker, 0473/92.28.33, www.socialisme.be, info[at]socialisme[point]be

Ligue Communiste Révolutionnaire : Céline Caudron, 0474/91.64.59, www.lcr-lagauche.be, info[at]lcr-lagauche[point]be

Parti Humaniste : Gilles Smedts, 0497/54.27.41, www.partihumaniste.be, ph_hp_belgium[at]yahoo[point]fr

Comité pour une Autre Politique : Laurent Balthazar, 0485/03.19.68

 

Vélorution : Reginald de Potesta de Waleffe, 0472/50.01.90, www.velorution.be, info[at]velorution[point]be 
 
 


 

 

 

La Belgique à l'heure des choix : séparatisme ou solidarité     

Triste spectacle que celui de séparatistes flamands prenant en otage le Parlement, sans réaction de son président.  Triste image que celle d’élus flamands cédant quasi dans leur ensemble au jeu de la surenchère nationaliste. Triste image aussi que ce nième gouvernement Leterme volant en éclat pour les mêmes trois lettres, BHV. Triste pays dont l’élite politique se montre incapable de surmonter un différend institutionnel et renonce à résoudre les vrais problèmes de la population.

Car dans le même temps, un million et demi de nos concitoyens vivent sous le seuil de pauvreté (record absolu), la pension légale est attaquée, les licenciements collectifs se multiplient  et le chômage s’envole.  S’attaquer à ces problèmes n’est manifestement pas la priorité de nombreux élus au Nord du pays, sinon pour renforcer encore les politiques ultralibérales. De même au Sud, de nombreux élus, en particulier au sein d’un MR aiguillonné par le FDF, entendent tirer profit électoralement de cette sempiternelle querelle communautaire.

Le PC a toujours plaidé pour la solidarité entre tous les travailleurs, qu’ils soient du Nord ou du Sud du pays.  Comment parler de solidarité européenne ou mondiale si l’on n’est même pas capable de s’entendre dans ce pays ?  C’est pourquoi, sans nostalgie pour la « Belgique de papa », nous continuons à plaider pour un pays avec une véritable solidarité fédérale, s’appuyant sur trois régions aux pouvoirs étendus et plus clairement définis. C’est de ce fédéralisme là que les partis traditionnels n’ont pas voulu. Ils portent ensemble une lourde responsabilité dans le blocage, voire l’impasse actuelle.

Mais pour que ce pays ait encore un sens, il faut être deux.  Aujourd’hui, on doit bien constater  que le cœur n’y est plus côté flamand, et moins après chaque crise communautaire  du côté francophone. Est-ce uniquement la faute du monde politique ou des médias ?  Nous ne le pensons pas. Il existe une véritable césure dans les opinions publiques.  Wallons, Bruxellois et Flamands ont-ils encore le même projet de société ?

Cette crise nous montre encore une fois combien manque une gauche qui fait de la solidarité un véritable enjeu et non un slogan politique à géométrie variable. Le PC reste présent afin de faire entendre cette voix, avec vous.

Ecrit par Bureau Politique 

 

 


 


 


12:36 Écrit par PC Charleroi dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.