03/08/2010

Soutenons les postiers dans leur juste combat pour une poste de qualité !


2009_03_02_Bxl_poste_09.jpgPatron richement rémunéré de La Poste depuis 2002, Johnny Thijs a été jusqu’en 2004 un haut conseiller de CVC Capital Partners. Ce fonds d’investissement britannique, tristement célèbre pour la casse sociale qu’il a imposée à la poste danoise, a acquis en 2005, pour à peine 150 millions d’euros, 25% de parts de la poste belge (aujourd’hui, il en possède 50%). Vous avez dit conflit d’intérêt ?

Depuis, en homme de main dévoué de cet acteur typique du capitalisme mondial


(spécialisé dans l’achat à moindre coût, la restructuration et  l’introduction en bourse d’entreprises publiques), Johnny Thijs  poursuit inlassablement son “oeuvre”.  Depuis 2005, La Poste a sacrifié sur l’autel de la rentabilité à court terme pas moins de 650 bureaux de poste et autant de banques de proximité.  Suivant la même logique,  elle a également  arrêté  transport de courrier par voie ferrée, propre sur le plan écologique, au profit du polluant transport par camion.  La Poste a supprimé en moyenne 1500 équivalents temps plein par an. 

L’introduction de “facteurs auxiliaires”  ne travaillant que 3 h 48 maximum par jour pour un salaire horaire brut de 9,66 euros, véritable mise à mort du statut de facteur, est le dernier avatar de cette logique du profit à tout prix.

Au delà des discours de circonstance sur le déclin du marché postal, la poste belge se porte très bien et réalise chaque année des bénéfices sur le dos de ses usagers et de son personnel.  Selon nos calculs, la multinationale CVC a déjà récolté en 5 exercices plus que sa mise de départ,  autrement dit,  plus de 20% par an de retour sur investissement.   On est loin de l’intérêt de 1 ou 2% des comptes épargne de monsieur et madame tout le monde.  Par ailleurs, si l’introduction en bourse (qui se dessine avec le blanc-seing du gouvernement fédéral) est confirmée, CVC récolterait un véritable pactole, La Poste étant valorisée à hauteur d’environ de 2 milliards d’euros, soit 4 fois sa valeur de vente il y a 5 ans.

La Parti Communiste ne peut que s’inquiéter de l’accord intervenu entre la direction de la Poste et certaines directions syndicales sur l’introduction de “facteurs auxiliaires”. Nous soutenons totalement le mouvement de grève parti de Hannut et qui s’est étendu aux bureaux  de Waremme, Chénée, Grivegnée et Angleur. Nous appelons à un renforcement de ce mouvement.  Ensemble, personnel et usagers de la Poste, réclamons le retour à une poste 100% publique (comme en France ou à Chypre) et la sauvegarde d’un véritable statut du facteur (comme en Allemagne) !

Le Bureau politique


 

10:46 Écrit par PC Charleroi dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.