23/08/2010

Plus de 200 personnes pour rendre hommage à Julien Lahaut ce 18 août à Seraing

julien.jpgC’est au 65 de la rue qui porte désormais son nom, que deux à trois cents personnes (selon l’agence Belga) se sont retrouvées ce mercredi 18 août afin de rendre hommage à Julien Lahaut.  C’est effectivement sur le pas de la porte de cette maison ouvrière qui porte désormais une plaque commémorative que celui qui était alors député communiste et président du Parti Communiste fut lâchement assassiné par des tueurs à gage le 18 août 1950, quelques jours à peine après la prestation de serment chahutée du roi Baudouin et le célèbre « Vive la République » venu du banc des élus communistes.


C'est sous un soleil radieux et derrière un grand portrait de celui qui fut baptisé "l'homme qui avait le soleil dans sa poche" que le cortège a démarré vers dix-sept heures trente en direction du cimetière des Biens-Communaux où est enterré Julien Lahaut.  Dans la foule, aux côtés des camarades du PC Wallonie-Bruxelles, on a pu relever la présence de membres du PTB, du PSL, du MS, du PS, d'ECOLO, du PdCi, du PC chilien, du Parti démocratique italien, des camarades anarchistes ainsi que de nombreux responsables syndicaux de la FGTB.

Au cimetière, face à la stèle de Julien Lahaut, Francis Gomez, président de la Centrale des métallurgistes de la FGTB de Liège, a été le premier à prendre la parole.  Dans son allocution, évoquant le conflit d'Ougrée-Marihaye, il reconnut l'erreur de jugement des responsables syndicaux d'alors qui exclurent Lahaut.  Symboliquement, au noms des métallurgistes liégeois il proposa de « rendre » sa carte de membre à Lahaut, déclaration qui fut suivie d'une salve d'applaudissements.

Ce fut ensuite Pierre Eyben qui au nom de la Fédération de Liège du Parti Communiste pris la parole. Après avoir remercié certains élus socialistes et écologises pour leur présence (Muriel Gerkens et Jean-Maurice Dehousse notamment) et leur soutien dans ce combat, il rappela d'abord combien Lahaut, véritable "lutteur" était un exemple vivant pour les jeunes générations qui aujourd’hui s’engagent dans le combat social. 

Concernant l'actualité, il rappela que le combat pour la vérité sur l'assassinat de Julien Lahaut était plus que jamais relancé suite à l'enterrement de la commission scientifique votée en 2009 des « œuvres » notamment de la ministre MR Sabine Laruelle, affirmant que le combat pour la vérité se poursuivrait tant que celle-ci nous serait refusée. 

La journée s'est achevée par un vin d'honneur à l'Hotel de ville d'Ougrée où, en l'absence d'un responsable du collège communal, la parole fut donnée à Freddy Bernard, ancien conseiller communal communiste PC à Seraing et à Hans Krammisch, actuel conseiller communal PTB à Seraing. 
 

11:58 Écrit par PC Charleroi dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.