27/08/2010

Quand le train à grande vitesse de la logique privée fait dérailler la SNCB

sncb.jpgCes derniers jours deux informations sont venues nous rappeler si besoin en était le détricotage systématique du service public à la SNCB.

Ce fut d’abord l’annonce conjointe de la difficulté de la SNCB de recruter du personnel, laquelle est intimement liée aux conditions de travail « offerte » par la SNCB et notamment des salaires très bas, et celle des salaires faramineux que s’étaient octroyés les patrons de la SNCB. 


Alors que la direction de la SNCB demande toujours plus de flexibilité et d’efforts salariaux à son personnel, devant recourir à des artifices grossiers et typiques du privé pour embaucher du personnel (comme une prime de 500 euros bruts et payables en 2 fois aux membres du personnel qui réussiraient à « attirer » des recrues),  on apprenait ainsi que les trois dirigeants de la SNCB ont gagné ensemble 1,46 million d’euros brut l’an passé.  Jannie Haek (SNCB Holding), Luc Lallemand (Infrabel) et Marc Descheemaeker (SNCB) ont gagné en 2009 entre 470.000 et 500.000 euros bruts chacun, soit  6,4% de plus que l’année précédente.

Il y eut ensuite l’annonce de la mise en place depuis cette semaine d’un supplément (prohibitif) de 7 euros pour les voyageurs qui achètent un billet de train international au guichet de la gare, les voyageurs qui réservent par internet étant exemptés de ce "supplément pour assistance personnelle".   Cette mesure constitue rien moins qu’une attaque en règle contre le métier de guichetier qui est l’un des principaux relais du service public avec la clientèle. Elle vise, à terme, à une nouvelle compression du personnel.  Elle est par ailleurs discriminatoire à l’encontre des plus modestes ne possédant pas une connexion à l’internet et de certaines personnes plus âgées ne maitrisant pas les outils informatiques ou préférant un contact humain plus sécurisant.

Le PC Wallonie-Bruxelles dénonce vigoureusement ces mesures.  Les services publics ont une logique de bien commun aujourd’hui gravement mises à mal par la logique du profit à court terme.  Nous entendons continuer le combat pour des services publics de qualité au service de toute la population, modernes et financés correctement.

Bureau Politique du PC W-B
 

22:35 Écrit par PC Charleroi dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.