11/02/2011

Grève chez bpost : soutenons les postiers !

bpost,facteurs,cvc capital partners,géorouteLe PC Wallonie-Bruxelles soutient le mouvement de grève programmé ce 11 février chez bpost.  Depuis l’acquisition de la poste belge par le fonds d’investissement britannique CVC Capital Partners, la dégradation du service postal s’est accélérée et les conditions de travail des employés de la poste n’ont cessé de se détériorer.


Côté service aux usagers, afin d’économiser 75 millions d’euros par an, la moitié des bureaux de poste environ (600 à 700) ont été remplacés par des points-poste, lesquels sont hébergés dans des lieux privés (librairies, grandes-surfaces,...), tenus par du personnel non qualifié et ne rendent pas une série de services (notamment les services bancaires). 

Côté emploi, ce sont entre 1.000 et 1.500 ETP (équivalents temps plein) qui sont supprimés chaque année.  Depuis 2003, la poste a supprimé (par non renouvellement de personnel) plus de 10.000 emplois (soit un quart de son personnel) passant de plus de 40.000 à moins de 30.000 ETP. Le statut du postier est également mis à mal avec la multiplication du recours aux intérimaires et l’introduction de distributeurs de courrier (pudiquement appelés "facteurs de quartier") travaillant à temps partiel, avec un contrat ouvrier et sous-payés (9,86 euros bruts de l’heure). La productivité des travailleurs croît très rapidement (5% par an) au prix de plans de « réorganisation » (Géoroute) se succédant à un rythme effréné.

Depuis 2004, le résultat opérationnel de la poste n’a cessé de croître pour atteindre 240 millions en 2009.  Ceci constitue un retour sur investissement très conséquent pour CVC qui avait déboursé à peine 150 millions d’euros pour acquérir 25% de la poste.  Selon nos calculs,  cela représente en moyenne plus de 18% par an de retour sur cet « investissement » initial. L’année 2010 s’annonce meilleure encore.

Et c’est une nouvelle véritable déclaration de guerre que vient de lancer la direction de bpost avec son mal-nommé « plan stratégique 2011-2015 ». Après avoir supprimé les centres de tri le long du réseau ferré pour les remplacer par cinq centres de tri le long des autoroutes (avec pour conséquence que notre courrier est désormais acheminé par camion, solution rentable à court terme mais plus polluante), la direction propose désormais que l'ensemble du courrier soit trié jusqu'au numéro de la maison dans un des cinq centres de tri, augmentant encore le volume des déplacements par route mais aussi privant les facteurs d'une partie importante de leur tâche quotidienne. Conséquence, la direction de bpost souhaite supprimer d’ici 2015, pas moins de 5.400 ETP supplémentaires. C’est, sans bruit, l’équivalent de deux Opel Anvers qui nous attendent à nouveau si nous ne disons pas « STOP ».

La justification  est toujours la même : le volume du courrier baisse. Pourtant cette baisse (un peu plus de 1% par an en moyenne ces 10 dernières années) est bien plus faible que celle du volume de l’emploi (entre 3 et 5% par an). Par ailleurs, la baisse du courrier étant compensée par d’autres activités, le chiffre d’affaire de la poste augmente (+17% entre 2003 et 2009) et 2010 s’annonce comme une année record. En 2010, un autre record concernera les bénéfices et les dividendes reversés aux actionnaires.  

Dans ce contexte, la récente décision de 3 députés socialistes d’entendre le patron de bpost Johnny Thijs en commission de la Chambre a tout de la gesticulation électoraliste lorsque l’on sait que ces mêmes socialistes ont voté la privatisation (partielle) de cette entreprise et tout dernièrement la transcription en projet de loi belge  des mesures clairement régressives  (pas de salaire minimum, pas d’obligation de couverture à 100% du territoire ni de distribution plus de 2 fois par semaine pour les nouveaux opérateurs) confirmant ainsi leur attachement pour  la libéralisation totale du secteur.

C’est au monde syndical et aux usagers de la poste de faire désormais entendre leur voix :  soit on laisse Johnny Thijs achever son « œuvre » pour le bonheur de ses actionnaires, soit on décide d’en revenir à un véritable service public et l’on réclame le retour à une poste 100% publique. 

Communiqué du Bureau Politique du PC Wallonie-Bruxelles

Commentaires

ça fait 33 ans que je suis à la Poste.La Bpost sa devient de l'esclavage;un jeune ou un vieux on n'est dans le meme sac.pour ma personne je n'ai jamais été aussi. humilier à se jour.On vous donne des Blames et de peine disciplinaire pour des petits méfaits.Je plains les jeunes et aussi de l'avenir dela poste

Écrit par : Gustin | 11/02/2011

Je demande au médias et aux journalistes d enquêter sur cette entreprise. Vous serez surpris les gars . Caméra caché dans leur locaux vous verez

Écrit par : khaled medah | 08/11/2014

Les commentaires sont fermés.