17/04/2011

Révoltes ouvrières de 1886 : 125 ans.

1886,les damnés de la terre,le pob,garde civique,roux,verriers,massacreIl y a peu lors d’une activité organisée par l’asbl Progrès et Culture de Courcelles, de jeunes délégués syndicaux nous ont déclaré ignorer tout de la grève de 1960-1961. Alors que diraient-ils si nous leur parlions des révoltes ouvrières de 1886.

Un court rappel historique est nécessaire. C’est en 1885 que naît le parti Ouvrier Belge (POB) et cela après plus de 50 années de domination des partis catholique et libéral au pouvoir depuis la création de l’Etat belge.


Dès sa création, la Belgique est entrée à marche rapide dans le développement industriel de la Wallonie. Sous la coupe d’un patronat puissant, le monde ouvrier a créé les conditions de la richesse de cet Etat artificiel, le plaçant au second rang économique mondial après la Grande-Bretagne.

Bart Dewever ne l’ignore pas, croyez-moi bien, lui féru d’histoire. Il n’ignore pas que c’est le peuple wallon qui a trimé, souffert pour que la Wallonie se développe économiquement et que la richesse créée par la force du travail de nos ouvriers profite à l’ensemble de nos deux communautés.

Trêve de bavardages, à ce propos, revenons à notre sujet. Revenons au travail de la classe exploitée, la classe ouvrière, des conditions de travail exécrable, une insécurité au travail permanente, la longueur de la durée du temps de travail, l’absence de congés, le travail des femmes et même des enfants … pour juste SURVIVRE. Le tout à l’avantage d’un patronat puissant, bien sûr francophone (flamand francophone aussi) qui vit très confortablement grâce à l’exploitation éhontée de cette force de travail.

Cela ne pouvait durer éternellement. Le vent de la révolte ouvrière partit de Liège et atteignit le pays de Charleroi. Les ouvriers (verriers et mineurs) arrêtèrent le travail, fermèrent les autres entreprises, manifestèrent leur force et firent éclater leur colère avec la destruction de certaines usines ou des « châteaux » de possédants.

De Gaulle disait « Non à la chienlit ». C’est ce que le pouvoir le l’époque pensa lorsqu’il voulut arrêter les manifestants qui descendant de Jumet, arrivèrent à Roux et se trouvèrent face à la garde civique qui, sans hésiter,… tira dans le tas. Ouï, ca c’est passé en Belgique comme cela se passe aujourd’hui en Tunisie, en Egypte, en Lybie ou encore en Côte d’Ivoire.

C’est pour se remémorer cet événement tragique que les Fédérations de Charleroi du Parti socialiste et du Parti communiste défilèrent ensemble, drapeaux en tête, pour aller se recueillir sur la tombe des victimes  au cimetière de Roux.

Alliance entre réformistes et révolutionnaires pourraient penser certains. Naturellement il est bon de leur rappeler que le POB est le tronc commun du Parti ouvrier belge, parti qui s’est divisé en 1921 lors de la scission communiste, la partie majoritaire devenant le PSB.

N’en déplaise au Camarade Di Rupo, l’anniversaire du 125 ème anniversaire du POB est notre héritage commun et non celui du seul PS. Pour la première fois, depuis très longtemps, les membres du PS carolos s’en sont souvenus dans leurs discours.

Pour en savoir plus, cliquez sur les liens suivants :
http://www.quartierdumartinet.be/Mars1886.htm
http://homeusers.brutele.be/germinal/1886/1886/zpage_1886...

Vous pouvez aussi consulter un reportage photographique de cette commémoration commune à gzauche sur cette même page.

Merci au Camarade Jacques Mabille qui nous a permis d’illustrer cet événement en utilisant ses photos tout en en attirant votre attention sur le fait que ces photos sont sous protection du copyright Belmar

Pour en savoir plus sur cet événement une exposition dénommée « Les damnés de la terre » est visible jusqu’au 27 avril à la Maison du Peuple La Nouvelle Vigilance de Dampremy, rue Jules Destrée 11 et ce, tous les jours de 10 h à 17 h (exception faite des WE).

Robert Tangre

 

Les commentaires sont fermés.