06/06/2011

L’Union Européenne doit assumer ses engagements envers les réfugiés et les migrants »

migrations,guerres,tunisie,lybie,itale,franceLes soulèvements populaires et révolutions Nord-Africains et du Moyen-Orient génèrent, en plus d’une nouvelle réalité politique dans la région, le déplacement forcé de milliers de personnes ; conséquence directe de la répression, des conflits armés et de la détérioration de la situation économique.

 


Depuis le début de la crise libyenne, la Tunisie a accueilli plus de 200 000 personnes fuyant la guerre et l’intervention militaire qui a généré encore plus de souffrance dans la population. La situation de ces personnes, résultat des accords gouvernementaux italiens et libyens appuyés par l’UE est particulièrement grave.

En 2010, l’UE a reçu 257 800 demandeurs d’asile et n’a accordé sa protection qu’à 55 095 d’entre eux, c’est aujourd’hui un sarcasme cruel de parler de crise migratoire suite à l’arrivée de 30 000 personnes sur nos côtes.

La proposition de  modification du traité de Schengen, formulée par les présidents français et italien n’est que la conséquence logique de la dérive de l’UE en matière de politique migratoire et de Droits humains.

La menace de la progression de l’extrême droite se profile une fois encore de la pire façon, plutôt que de combattre le racisme et la xénophobie, les gouvernants font de cette idéologie la leur. Cela, plutôt que de d’affaiblir les troupes fascistes, constituera pour eux un éperon puissant les aidant à s’implanter encore plus dans l’Union.

Le Parti de la Gauche Européenne rejette les propositions des présidents Sarkozy et Berlusconi et appelle l’UE à assumer ses responsabilités avec les réfugiés et migrants et à combattre les causes de leurs déplacements obligatoires. C'est-à-dire à combattre le modèle économique injuste imposé aux peuples et qui appauvrit la majorité de la population ainsi qu’aux guerres impérialistes qui ne génèrent que souffrance pendant que les puissants soutiennent les dictatures en échange de collaboration économique et migratoire.

Maite Mola

Les commentaires sont fermés.