30/06/2011

Le PGE soutient la grève générale en Grèce

grèce,grève générale,syria,papandreouLa Grèce se trouve paralysée par une grève générale de 48 heures, la 17ème depuis qu'ont été approuvées, il y a un an, les premières mesures pour tenter de résorber l'énorme dette de 350 millions d'euros accumulée par l’État grec, qui le menace de faillite.

Parallèlement au vote par le parlement du nouveau plan d'austérité que l'UE et le FMI exigent de la Grèce en contrepartie d'un nouvel emprunt, les syndicats, les associations progressistes, les étudiants, les indignés et la gauche politique ont décidé de continuer leur protestation et de convoquer une grève générale de 48h, pour montrer leur rejet total des mesures que le gouvernement prétend prendre sous les conseils et menaces de l'UE.


Les coupes budgétaires et les augmentations d'impôts pour les travailleurs, ainsi que le plan de privatisations qui, selon les calculs du gouvernement Papandréou devrait rapporter 50 000 millions d'euros à l'Etat, toutes ces mesures rencontrent une forte opposition populaire qui refuse de payer une crise  dont elle n'est pas responsable.

Les mesures concrètes:
- baisse des salaires: 2,2 milliards d'euros
- baisse des pensions de retraite et autres dépenses de la sécurité sociale: 5 milliards d'euros
- augmentation des cotisations sociales des travailleurs et retraités: 3 milliards d'euros
- augmentation des impôts sur les revenus et de circulation, baisses des prestations sociales: 6 milliards d'euros
- privatisation massives et vente des actifs de l’État: 50 milliards d'euros

Le Parti de la Gauche Européenne affirme une nouvelle fois son soutien au peuple grec dans sa détermination a résister face à ces mesures brutales, à Syriza, aux syndicats et à toutes celles et ceux qui se mobilisent pour défendre leurs droits.


Parti de la Gauche Européenne

Les commentaires sont fermés.