26/07/2011

La Gauche européenne condamne la politique à courte vue des institutions de l’UE à propos de la montée de l’extrême droite

roumanie,antonescu,légion ss estonie,camps en hongrieLe Parti de la Gauche Européenne condamne les déclarations publiques sans précédent du président roumain Basescu faites le 22 juin 2011. Dans son interview télévisée le président roumain a justifié et glorifié les actions des criminels de guerre et de l’allié d’Hitler, Ion Antonescu, déclarant que s'il avait été à sa place il y a 70 ans, en 1941, il aurait procédé de la même manière. Cette déclaration est même plus provocatrice que cela a été pris en compte à l’occasion du 70ème anniversaire de l’attaque d’Hitler et de ses alliés sur l’Union soviétique.


La GE regrette le manque de réaction au nom des institutions de l’UE et de son leadership aux déclarations irresponsables d’un président d’un état membre de l’UE. La déclaration récente de Basescu n’est pas le premier et unique cas de manifestations néo-fascistes dans l’Europe actuelle. Nous attirons l’attention des institutions de l’UE sur la montée de l’extrême-droite, des mouvements néo-fascistes dans différentes parties de l’Europe. Dans ce domaine, nous rappelons aussi la  dite «marche de la Liberté» à Riga, le 16 mars de cette année, organisée avec la participation de vétérans SS et des autorités officielles de Lettonie.

Le rapport récent de la police de la sécurité d’Estonie mentionne l’organisation internationale «Le Monde sans nazisme» comme un «mouvement extrémiste de gauche». Nous rejetons les accusations faites par les officiels estoniens contre les organisations des droits de l’homme au sujet de leur participation dans l’organisation d’un rallye de protestation le 30 juillet 2011 à Sinimae contre la célébration des vétérans de la Légion SS estonienne qui a lieu chaque année avec l’aide des autorités officielles. Ces évènements ont toujours lieu en présence de néo-nazis d’Estonie et de pays voisins, certains participants portent fièrement les symboles du nazisme.

La GE demande au président de l’UE Van Rompuy, au président de la Commission Barroso et le Parlement européen de condamner officiellement les déclarations du président de Roumanie ainsi qu’appeler tous les États membres de l’UE à cesser de soutenir directement ou indirectement les mouvements extrémistes et leurs activités.

Nous désirons une Europe sans nazisme. Nous appelons tous les démocrates à s’engager pour être sûrs que l’Europe ne tombe plus jamais dans une époque de retour de la « peste brune ».

Bureau Exécutif de la GE
(traduction: Jean – PCWB)

Les commentaires sont fermés.