20/10/2011

Léontine ne chantera plus.

Valere 003.jpg87 ans, c’est une longue vie. Pour Léontine, ce fut une vie riche car elle la savourait à pleines dents. Dans la nuit passée, Léontine est partie sans nous dire au revoir, tout simplement, comme cela, pendant son sommeil. Ce n’était pourtant pas son habitude car on l’entendait, Léontine, après deux ou trois bonnes bières brunes qu’elle affectionnait. Il suffisait de tourner la manivelle. Cela m’est arrivé souvent. Lorsque j’entamais la chanson wallonne des amoureux « Dins lès ruwèles… quand l’boune séson nos èst r’vènûye… », elle démarrait au quart de tour. Le festival commençait car le disque n’était jamais usé Tout le répertoire wallon et trazegnien y passait.


Avec cette petite bonne femme à l’aspect fragile, c’est une importante partie de la mémoire de la cité des Corbeaux qui disparaît. Tout le monde l’écoutait et reconnaissait sa mémoire intacte malgré son grand âge. Les ritournelles se succédaient alternant chants wallons comme Èl  kermèsse au Mambourg ou révolutionnaires comme l’internationale. Mais aussi, elle racontait beaucoup les fêtes, les grands événements de cette commune dont elle était si fière, les kermesses, les défilés, les fêtes des écoles, les pièces théâtrales auxquelles elle participait.

Léontine est aussi restée une fille du peuple, elle a assisté à toutes les réunions du Front des Gauches jusqu’au moment où Valère, son fils, « trottinette » comme parfois on le taquinait parce qu’ il marchait de très longues distances à grande vitesse extraordinaire » comme connut son problème de santé. Un fils et une mère qu’on voyait très souvent ensemble.

Elle militait comme elle l’avait fait toute sa vie à l’ombre de son personnage unique de mari, Marius Ridiaux, le chef porion, l’homme qui se voulait rude mais au cœur tendre, l’homme à la voix forte, à la moustache broussailleuse, communiste convaincu mais aussi chrétien et membre des Equipes Populaires.

Il faut se rappeler les grandes expositions ventes qu’ils organisaient annuellement pour leur association locale de la Fondation Joseph Jacquemotte tant dans la salle de la cité que plus modestement dans leur petit local de « l’Invièr l’a d’zous ».

Personnellement, j’ai toujours eu une grande affection pour ces gens simples, sincères, véritables, ces gens du peuple, ces « djins da  nous-ôtes ».

Adon, doûrmèz bén, Léontine, èrpoûséz vous. Dro la, à Djilî, vos d’alèz lès r’trouvér vo Marius avou sès coumarâdes, André H, André M, Maurice, Richard, Alfreda èyèt tous lès-ôtes. Èrmètèz-lyeu no bonjou.

Vo coumarâde Robert.

Léontine repose actuellement au funérarium Duportal situé rue Alfred Lombard 23 à Souvret. Vous pourrez lui rendre dernier hommage jusqu'à dimanche inclus entre 10 et 19 heures.
Les funérailles sont ordonnées de la façon suivante le lundi 24 octobre:
9 h 30: levée du corps
9 h 45: messe en l'église paroissiale de Trazegnies
11 h 30: cérémonie de crémation à Gilly

14:40 Écrit par PC Charleroi dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.