28/01/2012

L'offensive anticommuniste et antidémocratique en Europe doit être immédiatement arrêtée

anticommuniste,lettonie,lithanie,hongrie,tchéquie,slovaquieLe Parti de la Gauche européenne condamne la volonté délibérée de faire reculer les principes et valeurs démocratiques en Europe. Le PGE condamne le manque de réaction appropriée de l'Union européenne et du Conseil de l'Europe pour des faits concrets commis dans un certain nombre d'Etats européens dont le silence des autorités encouragent toutes formes d’ actes anti-démocratiques.

Un centre de lutte anticommuniste, la «plateforme de la mémoire européenne et de la conscience», a été créé à Prague, lors du sommet des Premiers ministres du Groupe de Visegrad (Hongrie, République tchèque, Pologne et Slovaquie) le 14 Octobre 2011. La volonté de ce groupe est de traiter sur le même pied la domination soviétique et les crimes régime nazi .


Grâce à la «condamnation du communisme" en Europe orientale, un certain nombre de régimes au pouvoir tentent de blanchir les régimes criminels complices d’Hitler, actes condamnés par le tribunal de Nuremberg. Dans le même temps ils veulent faire interdire les partis communistes européens et les partis désignés comme « gauchistes ».

 

Ainsi, un groupe spécial a déjà été créé au sein du Ministère de l'Intérieur de la République tchèque, qui prépare le terrain pour une éventuelle interdiction du Parti communiste de Bohême et de Moravie.

En Hongrie, à l'automne 2011, le chef du groupe parlementaire Fidesz a déclaré son intention de modifier le Code pénal hongrois, en vertu duquel tous les actes posés par des fonctionnaires hongrois pendant la période de János Kádár devraient être considérés comme crimes contre l'humanité, ainsi que tous les responsables de "l'occupation socialiste".

 

En Estonie , le Président accorde annuellement des prix officiels estoniens aux vétérans de la Waffen SS tandis que le ministère de la Défense budget prévoit des fonds pour soutenir les collaborateurs nazis. Pour régulariser leur situation, le ministère estonien de la défense se prépare à soumettre au Parlement, au printemps 2012, un projet de loi qui accorderait à ces vétérans le statut de «combattants pour la liberté de l'Estonie».

 

En Lettonie , plus de 14 pour cent de la population restent des"non-nationaux». Ils ne sont pas reconnus par les autorités lettones comme une minorité, et donc limités dans leurs droits civils fondamentaux comme le droit d'élire et d'être élus.

 

La Lituanie n'a pas encore adhéré à la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, de sorte que les minorités nationales ont connu un revers important dans la poursuite de leurs droits ces dernières années. Un projet de loi soumis au Parlement vise à donner le statut de «participant au mouvement de résistance à l'occupation soviétique », aux «combattants contre la première occupation en 1940-1941» ainsi qu’à«ceux qui ont lutté contre le régime d'occupation 1944-1990". Un procès a en outre été intenté contre le chef du Front populaire et socialiste de Lituanie, A. Paleckis.

En Roumanie, le Président prend la liberté de faire des déclarations publiques justifiant et glorifiant les exploits du criminel de guerre et allié d’Hitler, le général Ion Antonescu.

 

En Moldavie , les monuments commémoratifs en l'honneur des disparus de la Seconde Guerre mondiale sont rebaptisés en mémoriaux aux victimes des répressions staliniennes, tandis que les représentants de la coalition au pouvoir, à la tribune du Parlement» veulent détruire l'ensemble des monuments soviétiques restant en Moldavie. D’autre part, un certain nombre de représentants des autorités moldaves veulent interdire la plus grande force politique du pays, le Parti des communistes de la République de Moldavie.

 

Le PGE exhorte le Conseil européen, la Commission européenne, le Parlement européen, le Conseil de l'Europe, le Comité des Ministres à considérer  que ces pays veulent nuire aux valeurs démocratiques. Il exige ainsi la prise immédiate de mesures appropriées pour prévenir de telles pratiques antidémocratiques au sein du Conseil de l'Europe et des Etats européens membres de l'Union.

 

Le PGE réitère son appel répété à tous les démocrates de rester vigilants pour que l'Europe lutte contre la renaissance de la «peste brune».

 

Parti de la Gauche Européenne

Commentaires

Rappelons nous que certains des pays cités dans l'article étaient fascistes avant la dernière guerre . Aujourd'hui les descendants des fascistes d'alors se réveillent et il y a grand danger que la vague "brune" se répande si on n'y fait pas attention et devienne un raz de marée...Soyons vigilants la misère engendrée par le capital pourrait être propice à de tels changements.

Écrit par : zouzou | 29/01/2012

Les commentaires sont fermés.