19/02/2012

Un honnête homme

 l'etincelle,jean-luc dehaene,dexia,lotus,thrombogenics,umicore,swissair,inbevJean-Luc Dehaene s’est énormément sacrifié, ces dernières années. Quand il s’agit de "compenser", le brillant homme sait d’ailleurs tout faire. C’est normal, puisqu’il fut notre Premier ministre, de 1992 à 1999.De bien belles années: celles de l’affaire Dutroux ou du scandale de la dioxine. Fort de ces riches expériences, Bibendum s’est donc transformé en "compensateur" d’à peu près tout ce qu’on veut, offrant son sacrifice aux conseils d’administration de cinq sociétés cotées en Bourse: il compensait en chipoteries bancaires (Dexia: 88.000/an), il compense toujours en spéculoos (Lotus: 22.000/an), en Jupiler (AB Inbev: 84.000/an), en médicaments (ThromboGenics: 28.000/an) et en métaux précieux (Umicore: 40.000/an).Tous ces talents de "compensateur" réunis en un seul cerveau, ça force l’admiration. Donc total: 262.000 "euros-compensations" par an pour ces mandats d’administrateur de grandes sociétés. Oui, parce que "compensateur" n’est pas son principal job, à Jean-Luc.


Depuis 2004, son vrai métier, c’est député européen. Et là aussi, son talent force le respect. Privilégiant la qualité à la quantité, notre ex-Premier peut se permettre d’être le moins présent des 751 euro députés. Et quand il lui arrive de pousser la porte du Parlement de l’UE, il n’a pas besoin de participer aux débats pour briller: jamais une proposition, jamais une intervention. En séance plénière, Jean-Luc développe un autre de ses talents: il dort (pour un salaire annuel de 134.000/an). Evidemment, l’homme n’est pas infaillible. Comme les petits pépins arrivent à tout le monde, même aux plus doués, Dexia est sur sa caisse (dont coût: 7 milliards pour le contribuable belge). Mais Jean-Luc Dehaene est un honnête homme. D’abord, il a (été?) démissionné de son passe-temps de président du conseil d'administration. Ensuite, de son plein gré (?), il a remboursé ses "compensations" perçues en 2011 (en conservant celles de 2009 et 2010, quand même).

 

N’empêche que sans ces 88.000 euros de Dexia, ça ne lui fera plus que 174.000 "euros-compensations" + 134.000 euros de sieste europarlementaire, donc 308.000 patates par an. Soit un terrible manque à gagner de 22 % !  On ne le nommerait au conseil d’administration d’ArcelorMittal, pour compenser ?

Les chroniques de vincent.peiffer@moustique.be 

 

Le professeur d’économie Robert Wtterwulghe dit s’interroger quant aux compétences de Jean-Luc Dehaene. Sur le plateau de RTL-TVI, il a rappelé que certaines décisions prises par l’ancien Premier ministre concernant la Sabena, Dexia et Lernout & Hauspie, ont mené à l’échec.

 

Robert Wtterwulghe a poursuivi en indiquant qu’on n’avait pas nommé "les bonnes personnes aux bons endroits", s’interrogeant également sur les compétences de Jean-Luc Dehaene. "On n’a pas pris de professionnels du secteur bancaire, a-t-il assuré. Si je regarde en arrière, je m’aperçois qu’en 1996, quand on a fait la fusion de cette grande banque, c’est lui (Jean-Luc Dehaene) qui pilotait. Quand on vend la Sabena aux Suisses, c’est lui aussi. Enfin, c’est lui qui est le principal vendeur des produits Lernout & Hauspie, qui a aussi débouché sur une faillite. Je m’inquiète quant à ses compétences et je suis toujours inquiet dans ce genre d’opération", a-t-il rappelé

 

Commentaires

C'est sans nous rappeler que juste avant la faillite "organisée" de DEXIA, notre compensateur et ses ouailles (concitoyens de sa commune) ont gentillement retiré leur deniers de ladite banque; sauvés in extremis...

Écrit par : DELAUNOIS Xavier | 19/02/2012

Les commentaires sont fermés.