27/12/2012

DECLARATION DE L'EXECUTIF FEDERAL DE IZQUIERDA UNIDA SUR LE “SAUVETAGE PAR L'UE”

izquiera unida,espagne,l'etincelle,mariano rajoyLe Comité Exécutif Fédéral de l'IU, dans son assemblée extraordinaire s'est prononcé pour:

1. le rejet du plan de sauvetage du système financier imposé par l'Eurogroupe et accepté par le Gouvernement espagnol. Ce sauvetage consiste à sauver le trou spéculatif créé par le secteur bancaire. Cette décision générera une dette publique qui sera payée par les citoyens espagnols (à travers le paiement de crédits) et plus de déficits (à travers le paiement de l'intérêt). Ces mesures affaiblissent la position financière de l’État espagnol et nécessitera de nouvelles coupes dans les dépenses publiques, telles que les services sociaux de façon à être capable de maintenir son objectif de déficit.


La Déclaration de l'Eurogroupe devant lequel le gouvernement espagnol s'exprime, ajoute de nouvelles demandes de telle manière que les recommandations antérieures deviennent des obligations, afin de remplir l'engagement de combler le déficit. Elle établit aussi une surveillance rapprochée de l'économie espagnole. D'ores et déjà, nous sommes déjà surveillés et inspectés dans nos décisions économiques et fiscales. Nous sommes soumis à un contrôle rigoureux.

2. Considérant que les explications données par le gouvernement (à la fois par le ministre de l’Économie De Guindos et par le Premier ministre Mariano Rajoy) sont fausses, pathétiques et contradictoires. Ces sortes d'explications sont irrespectueuses envers le peuple espagnol, les forces politiques et sociales et les syndicats. Loin de résoudre les problèmes, elles affaiblissent la position internationale et le prestige de l'Espagne. L’Allemagne a imposé ses conditions. Le gouvernement espagnol ne défend pas la souveraineté nationale; dès lors nous appelons à un referendum populaire sur ce sujet.

3. La situation critique à laquelle nous faisons face est une conséquence des politiques du Parti Populaire (PP) et du Parti Socialiste (PSOE), qui ont cautionné la spéculation dans le secteur de la construction. Une fois la crise commencée, à la fois les gouvernements du SP et du PP ont consacré des quantités de ressources économiques pour aider les banquiers, toujours avec la même excuse de créer du crédit et des emplois. Ceux qui ont dirigé les entités financières sont aussi responsables, particulièrement ceux qui ont sauvé les banques. Il est absolument nécessaire de créer un COMITE D'ENQUËTE; il  sera demandé par notre groupe parlementaire au Parlement Espagnol de façon à demander des comptes à ces responsables. Ce comité d'enquête doit être accompagné par une réelle demande sociale de connaître toute la vérité sur la crise financière.

4. Il est inacceptable que pour résoudre les problèmes des banquiers, la dette publique augmente le PIB de 10 points, tandis que les dépenses dans les systèmes d'éducation et de santé ont été réduites, les salaires des fonctionnaires, diminués et les communautés autonomes et les municipalités, asphyxiées.

5. Izquierda Unida réclame la présence au Parlement du Président du Gouvernement espagnol pour expliquer en détail le plan de sauvetage et ses conditions, en particulier les montants, les taux d'intérêts, les dates limites de paiement et toutes les autres conditions. Il est essentiel que les processus de recapitalisation soient réalisés avec l'approbation et sous le contrôle du Parlement, qui aura à décider quelles institutions peuvent recevoir ces prêts après une analyse de leur situation, conditions, modalités, etc.

6. Nous avons de sérieux doutes sur le fait que ce Plan de Sauvetage permette de récupérer du crédit, parce que les banques ont trouvé des moyens plus profitables pour le financement: la dette publique à haut taux de profit et un accès à de la liquidité à taux réduit. En réalité, les obligations imposées par le Plan de Sauvetage sont plus strictes, bien en-dessous de la formule de supplies, sous à travers un intérêt de capitalisation plus élevé et dès lors l'argument qui facilitera le crédit est difficile à soutenir s'il n'y a pas d'obligation politique et un changement dans la gestion. À côté du Plan de Sauvetage, dont nous doutons déjà de l'efficacité contre les effets toxiques, ne semble pas avoir une grande influence sur le montant énorme de la dette extérieure du système financier espagnol. Dès lors nous avons besoin de plus d'explications de la part du Gouvernement du Parti Populaire.

7. Izquierda Unida souligne que nous avons une alternative à la crise financière du système: la création d'une banque publique, commençant par la nationalisation des entités récupérées, de façon à assurer du crédit aux familles et aux petites et moyennes entreprises. Au niveau européen, la Banque Centrale européenne doit être démocratisée et transformée en une banque à capacité d'émettre des bons publics et la création d'une trésorerie publique européenne. Izquierda Unida considère que cette partie de la dette publique espagnole est illégitime.

8. Izquierda Unida appelle les citoyens à prendre part aux mobilisations qui sont organisées de façon à donner une réponse populaire au sauvetage financier imposé et proposer une alternative démocratique et progressiste. Nous participerons ensemble à ces mobilisations avec le mouvement des Indignés, les syndicats et les organisations sociales. Izquierda Unida appellera aussi à d'autres mobilisations dans les semaines qui suivent,

Les commentaires sont fermés.