10/01/2013

Mon avis sur le colloque « La peur du Rouge »

loi-du-liberalisme-darwinisme-social.jpgJe me réjouis que vous preniez une telle initiative (trève de frisolités sur ce thème !) et suis entièrement d'accord d'y participer. Pourvu qu'on ne se tienne pas sur une ligne purement "défensive" et dénonciatrice des méchants anticommunistes !


Peut-être en affrontant le thème difficile, spécialement à l'Est: "Guerre des mémoires et manipulations de l'histoire", ce qu'on appelle plus poliment à l'Est "la gestion du passé" et qui procède de la légitime mise au jour des crimes commis au nom des "communismes", légitime et néanmoins d'inspiration douteuse lorsqu'on voit les objectifs poursuivis et les résultats atteints ici et là - telle la destruction de la mémoire des luttes révolutionnaires et des résistances au nazisme et aux fascismes. (de la Victoire de 1945) 

 

Il s'agirait, entre autres, de montrer comment la réhabilitation des fascismes se faufile dans ces thématiques apparemment soucieuses  de justice et d'objectivité - la dernière version à la mode à Riga et à Lvov étant la thèse du "double génocide" nazi et stalinien. Par "réhabilitation des fascismes", j'entends non seulement la revalorisation des anciens mouvements et collaborations nazies présentées sous le jour plus acceptable de "la lutte contre les totalitarismes" mais aussi la réhabilitation actuelle des idées du "darwinisme social".

 

Il serait intéressant, pour ce séminaire, qu'il y ait une présence ou un relais vers le Parlement européen (via le groupe gauche unitaire ?) régulièrement saisi par les droites et extrême-droites (mais aussi certains Verts et sociaux-démocrates), d'appels à tracer un signe d'égalité entre nazisme et stalinisme (ou communisme).

 

La réussite d'un tel colloque implique évidemment que l'on ne se contente pas de dénoncer l'anticommunisme, ce qui ne serait d'aucune efficacité à part de convaincre des convaincus, mais d'affronter les problèmes de fond.

 

Une des répliques à cet anticommunisme est aussi de montrer le fil conducteur des philosophies inégalitaires (darwinisme social) qui vont du fascisme au néolibéralisme, et des philosophies et luttes pour l'égalité et la justice sociale,  contre le racisme qui ont de tout temps mobilisé les gauches et les résistances antifascistes.

 

JMC intervenant.

 

Les commentaires sont fermés.