17/02/2013

Rabat: camp de la dignité.

l'étincelle,maroc,camp de la dignité,sahraouisLe Parti de la Gauche européenne a dénoncé la sentence émanant d'une cour militaire de Rabat contre les 24 prisonniers accusés après leur arrestation lors de l'évacuation du “Camp de la Dignité”, le 8 novembre 2010. Le tribunal militaire marocain a condamné à l'emprisonnement à vie 9 d'entre eux, à l'emprisonnement à 30 ans pour quatre, à 25 ans pour huit d'entre eux et à 20 ans pour deux autres. Et il reste à définir la sentence qu'ils appliqueront aux deux autres accusés et ce qui sera décidé à propos de la durée de la détention préventive, comme il a été rapporté par l'agence marocaine MAP.


Telle est la sentence prononcée par le roi du Maroc Mohammed VI contre 24 Saharawis arrêtés durant l'éviction du camp Gdeim Izik, connu comme le Camp de la Dignité, dans lequel, à la fin de 2010, quelques 40.000 Sahariens montèrent plus de 3.000 tentes à la frontière de El Aaiún, au Sahara occidental, réclamant les droits politiques, économiques et sociaux, des droits aussi basiques que ceux du logement, de l'emploi et du contrôle de leurs ressources naturelles.

Lors de l'éviction brutale du camp par les forces de sécurité marocaine, furent arrêtées des centaines de personnes, 24 d'entre elles ont été détenues pendant 27 mois en attente d'un procès. Celles-ci ont été reconnues coupables lors de cette pantomime militaire judiciaire qui s'est tenue durant ces deux dernières semaines au Maroc. Les Saharawis furent accusés d'être membres d'une bande criminelle, de violence contre les forces de l'ordre entraînants des morts et d'interférence dans la sécurité de l’État. Ils ont aussi été accusés de détenir, contre leur volonté, des dizaines de milliers de Sahariens qui avaient monté leurs tentes dans le camp des protestataires.

Pendant leur détention, les prisonniers ont été soumis à la torture et au rapt, de sorte que leurs déclarations perdent toute validité.

Pendant les heurts produits lors de l'éviction, 11 Marocains et 3 Saharawis ont perdu la vie. Parmi ces derniers, un enfant de 14 ans a été tué dans la voiture familiale, ainsi qu'un Marocain d'origine espagnole, mais il n'y a eu aucune enquête sur ces homicides,

Le Parti de la Gauche européenne porte plainte contre le Maroc qui n'a aucune juridiction dans cette zone, qu'elle est dés lors une force d'occupation, ce qui signifie que ce procès militaire est inconcevable aux yeux de la loi internationale. La juridiction au le Sahara occidental occupé est conforme aux Nations-Unies.

Une délégation du Parti de la Gauche européenne a visité les camps de réfugiés Saharawis, il y a trois mois, dans le cadre de sa politique de soutien au peuple Saharawi et dénonce la violation des droits humains envers les habitants de l'ancienne colonie espagnole.

Le Parti de la Gauche européenne appelle à la libération des prisonniers politiques Saharawis détenus dans les prisons marocaines et exige le respect des résolution adoptées par les Nations Unies à propos de l'autodétermination du Sahara.,

Parti de la Gauche européenne

 

Les commentaires sont fermés.