21/02/2013

Le congrès du PCF dans les médias

l'étincelle,congrès pcf,france,communisteLa presse quotidienne comme hebdomadaire a couvert notre congrès sous 4 angles.

Le premier prisme d'analyse s'attaque au positionnement du PCF dans l'échiquier politique de gauche, à ses rapports dans le Front de gauche et au PS dans l'optique des prochaines échéances électorales. Ainsi, Romain Ducoulombier dans Le Monde du 9 février avance que « dans la perspective des élections municipales en 2014, on peut penser que la situation du PS ne sera pas si solide et qu'un allié communiste ne sera pas inutile, au contraire » rajoutant que « Le PCF joue un jeu habile, complexe, qui lui permet à la fois de critiquer le gouvernement par l'intermédiaire de Mélenchon et d'apporter son vote ou son appoint quand le PS en a besoin. »


Alors que pour Le Monde, Jean-Luc Mélenchon « tire à boulets rouges sur le gouvernement », l'article du 8 février met en avant la réponse de Pierre Laurent : « le débat n'est pas tant sur l'analyse de la situation gouvernementale que sur les conclusions qu'on en tire ». Le Figaro du 8 février renchérit : « Le PS accuse le Front de gauche de parier sur l'échec de la gauche ? Pierre Laurent lui répond que le PS sera seul responsable de son échec s'il persiste sur la voie empruntée ». Tous ne traiteront pas le Front de gauche uniquement par ses dissonances, Stephane Alliès dans son article met l'accent sur l'investissement des communistes dans cette stratégie de rassemblement :« Aux dires de tous, le Front de gauche fait désormais consensus. « Il est rentré dans les mœurs communistes », dit la responsable des relations avec ledit Front de gauche, Marie-Pierre Vieu. Ce sont les urnes qui ont validé la stratégie, du coup le congrès est dans la continuité d’un processus qui marche. » « Avant, la crainte existait que le parti disparaisse, ajoute le secrétaire national aux relations extérieures Francis Parny. Désormais, l’inquiétude est levée, le Front de gauche marche et le PCF gagne plusieurs milliers d’adhérents. »

Lilian Alemagna, dans Libération analyse notre stratégie comme s'opposant « encore et encore sur la scène nationale à l'austérité et au social libéralisme  du pouvoir socialiste. Tout en concevant [leur] précieux soutien lors des prochaines, et vitales, élections municipales de 2014. […] Hors de la majorité mais pas non plus dans l'opposition […] Assumant tout à la fois ses alliances locales avec le PS dans de très nombreuses municipalités, et un discours de plus en plus dur à l'égard de la politique du gouvernement Ayrault ». Citant Pierre Laurent « La bataille que nous allons mener pour changer la politique du gouvernement est le meilleur service qu'on puisse rendre à la gauche pour les municipales »

C'est un discours de clôture offensif qui fera dire à Pierre Laurent ce que reprend le Parisien du 11 février : « Il va falloir faire avec nous, comme on est. Et personne n'a intérêt à mépriser ces forces de gauche, […] Voilà les socialistes prévenus. Tant pis pour ceux qui espéraient voir les communistes mettre un peu d'eau dans le vin de leurs critiques à l'approche des municipales de 2014. »

Le second angle qui a crée un buzz médiatique pendant notre congrès est la suppression du marteau et de la faucille sur la carte d'adhérent-e. Qualifié par le Parisien du 9 février de « petit meurtre symbolique » cette polémique aura fait coulé l'encre des journalistes mais n'aura pas réussi à polariser le débat qui bientôt s'ouvre sur le communisme de nouvelle génération et les batailles politiques que nous souhaitons mener.

Cela nous amène au traitement médiatique du troisième angle : le renouvellement, le renforcement et la nouvelle image dont bénéficie le PCF. Ainsi, Le Point du 8 février écrit : « Rajeuni avec de nouveaux délégués, de nouveaux adhérents et "un communisme de nouvelle génération", c'est un PCF regonflé qui a lancé jeudi son 36e congrès, prêt à répondre aux critiques venues du PS et à défendre sa politique au sein du Front de gauche. […] Avec 7 000 nouveaux adhérents en 2012, deux fois plus que les années précédentes et un groupe charnière au Sénat, le PCF qui a "enterré son enterrement" médiatique en novembre dernier est regonflé. ». Dans la même idée, Libération du 8 février déclare : « Pierre Laurent, secrétaire national d'un PCF de nouvelle génération, fait évoluer son parti sur une ligne de crête inédite »

Enfin, les batailles politiques annoncées pendant le congrès ont été reprises dans la presse. Le Parisien du 11 février « Laurent a donné trois occasions au gouvernement de se rappeler au bon souvenir de son électorat de gauche : le vote de l'amnistie pour les syndicalistes poursuivis en justice, qui fait l'objet d'une proposition de loi communiste déposée au Sénat ; l'adoption de la loi sur les licenciements boursiers ; et le droit de vote des étrangers. » ou encore 20 Minutes « Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a dressé ce samedi un réquisitoire contre « l'Europe de l'égoïsme », « au service des milieux financiers et patronaux », et a appelé « les forces de progrès » à s'unir pour une Europe plus « solidaire », lors d'un discours au congrès de son parti. Le leader du PCF a notamment évoqué un grand meeting européen en avril, en suggérant de l'organiser à Marseille, ville du sud tournée vers la Méditerranée et aujourd'hui capitale européenne de la culture.

 

Les commentaires sont fermés.