09/08/2015

Gare de Marchienne-au-Pont : les conséquences du nouveau plan de la SNCB.

 

l'etincelle,gare,marchienne-au-pont,transports,rail

La gare de Marchienne-au-Pont , située sur la ligne reliant Charleroi à Bruxelles, existe depuis 1843, ce qui  en fait une des plus anciennes gares du pays.

Depuis la fin du 19 ème siècle, ce sont des milliers de voyageurs qui l’empruntent en direction de Bruxelles ou qui en amènent d’autres vers les industries carolorégiennes. Gare importante donc, elle emploie un personnel qualifié très important.


Depuis la scission de la société en trois puis un retour en deux filiales, cette deuxième gare de la région est la cible des de ses responsables qui méprisent les très nombreux voyageurs ‘(plus d’un millier chaque jour) en n’investissant pas dans sa rénovation et en supprimant de nombreux postes de travail.

Le 15 décembre 2014, tous les trains vers ou en provenance de Bruxelles s'arrêtent à Marchienne-au-Pont. Pour mieux servir les usagers, la SNCB a décidé de fermer le guichet et la salle d'attente de la gare tous les après-midis.

Tout comme la CGSP Cheminots, la fédération de Charleroi du Parti communiste  réclame le maintien de services de qualité pour les voyageurs et pour garantir la sécurité des accompagnateurs qui, esseulés lorsqu'ils arrivent à la gare craignent les agressions dont certains ont déjà été la cible. Il faut déduire des mesures prises que bon nombre de voyageurs ne savent utiliser les automates délivreurs de titres de transport et obligent les contrôleurs à porter ceux eux désormais des sommes d’argent vu la vente des billets dans les wagons.

Voyager en train devient de plus en plus cher.

Outre le prix sans cesse croissant du coût du billet, la SNCB n’a rien trouvé de mieux que de faire payer encore plus cher la place de parking sur le site.

Auparavant, la redevance demandée se montait à 4 euros par jour, ce qui  représentait déjà pour les navetteurs à la journée une piqûre important, dorénavant Le prix du parking augmente de 60%.

Hypocritement, la SNCB explique qu’elle veut sécuriser davantage l'accès à un stationnement.  A nouveau une perte d’emploi, le préposé au contrôle et la fermeture de toute activité dès l’après-midi

La barrière installée à l’entrée du B-parking de Marchienne-au-Pont fait ainsi passer le coût de l'abonnement annuel de 200 à 336 euros, soit 60% d'augmentation. Pas trop contents donc , les navetteurs de devoir ouvrir plus grand le portefeuille. "Cette augmentation ne me paraît pas justifiée, si l’argument c’est la sécurité des véhicules. Je n’ai jamais eu de problème", explique une navetteuse.

La stratégie de la SNCB n’est pas de rendre tous ses parkings payants mais certains le deviennent inévitablement. Et cela pour répondre aux problèmes de saturation. C’est le cas de Marchienne-au-Pont, qui est une gare de plus en plus fréquentée, qui voit passer de plus en plus de train IC depuis le nouveau plan de transport et donc voit la demande de stationnement augmenter.

Politique tarifaire

Devant la colère des usagers, la SNCB réplique qu’« un parking fermé, équipé de caméras de surveillances avec la garantie d'avoir une place (mensonge vu certaines expériences de notre rédacteur), ça se paye. Le Parti Communiste s'oppose à de telles conclusions.

Ce n’est pas avec l’actuelle ministre des transports qu’il faudrait s’attendre à voir appliquer les trois termes énoncés par le parti communiste : «  Régularité, confort, coût »

Total mépris de la SNCB pour les usagers.

Un dernier mot : le mépris le plus total pour les usagers. Qu’ils aient besoin d’aller aux toilettes : aucune ne leur est accessible.

Total mépris pour les personnes handicapées.

Aveugles, abstenez-vous de prendre le train, il n’y a plus personne pour vous guider. 
 
Personnes à mobilité réduite, même mépris, uniquement des escaliers à descendre ou monter. Tirez votre plan.

Quant à la propreté, n’en parlons pas...

Pour une autre politique du rail...

Ce constat pose de manière plus globale la question d'une autre politique que celle menée actuellement. Il faut impérativement lutter contre le processus de destruction d'un service public plus que jamais nécessaire, à l'heure d'une profonde crise écologique. Les communistes continueront de défendre aux côtés du personnel et des usagers des transports accessibles, de qualité et publics !

La Fédération de Charleroi du Parti communiste.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.