03/10/2015

AU PORTUGAL,LE PARTI COMMUNISTE PORTUGAIS PCP) A LE VENT EN POUPE...

 

logo-pcp.gif

Quand on débarque à l'aéroport de Lisbonne, la première observation qui saute aux yeux est la similitude avec l'aéroport de Zaventem. On descend de l'avion pour traverser un vaste centre commercial avec les mêmes enseignes qu'à Bruxelles, Amsterdam, Londres, Dubaï...


Dès la sortie de l'aéroport, on embarque dans un taxi voucher (taxi dont les barèmes sont contrôlés par les autorités) qui vous emmène directement à l’hôtel pour une somme modique. Lisbonne que nous découvrons par la suite est une ville trépidante. La capitale portugaise a ses quartiers modernes, clinquants et tape à l'oeil à deux pas des quartiers populaires de l'Alfama et du Chiado. Dans ces quartiers,  des toiles bleues imprimées au nom de l'alliance PCP et PEV (Partido Ecologista "os Verde") sont accrochées un peu partout. Mais ici, on placarde pas à tout va et n'importe comment. Les partis politiques s'orientent plutôt vers les nouvelles technologies et les communistes ont compris que les milieux populaires ne maîtrisent pas nécessairement ces nouveaux moyens de communication. Les communistes ont en effet fait alliance avec les écologistes en vue des élections législatives portugaises du 5 octobre prochain. Après une semaine de visite dans la superbe capitale portugaise où nous avons conversé avec une population accueillante et chaleureuse et ressenti le malaise d'une population prise à la gorge par un gouvernement de droite qui applique un douloureux plan de rigueur.  

Il faut dire que la dette publique a atteint 130% du PIB alors que les accords de Maastricht n'en tolèrent que 60%. Après avoir séjourné une semaine à Lisbonne nous avons sillonné  le pays en commençant par l'Alentejo, la principale région agricole du Portugal. C'est dans cette région que le Parti Communiste Portugais a pris racine dans la clandestinité pour  ensuite organiser la lutte structurée contre Salazar. Nous avons parfois évoqué ces combats avec des paysans et certains d'entre eux ont payé très cher leur opposition au dictateur. Arrêtés par la PIDE, la sinistre police politique de Salazar, ils furent emprisonnés à Caixias, torturés et parfois exécutés. Le 25 avril 1974, date de la Révolution des Œillets, les capitaines d'avril renversèrent Marcelo Caetano, le successeur de Salazar à L'Estado Novo (l'État Nouveau). Le pouvoir issu de la révolution procède alors à une réforme agraire et redistribue les terres aux paysans. Aujourd'hui, les terres ont été rendues aux latifundiaires ou vendues aux Espagnols qui les transformées en immenses oliveraies.

Dans l'Alentejo, le PCP a obtenu 52 % des voix aux élections municipales d’octobre 2013. Et au niveau national, le parti a frôlé les 12%, de quoi faire rêver n’importe quel parti communiste d’Europe occidentale !

Le PCP a même reconquis des municipalités perdues aux élections de 2009, grâce également à une politique de rajeunissement des cadres. Les sympathisants, des jeunes, affluent: le PCP particulièrement engagé contre la politique d’austérité du gouvernement conservateur en place représente un espoir pour des populations qui souffrent. En somme, disent les vieux militants, comme il y a 40 ans. Clandestinité en moins, liberté d’expression en plus.

Ensuite, nous nous sommes rendus dans la région du Centre pour visiter la ville de Coimbra, fleuron du Portugal, célèbre pour son Université fondée en 1290, l'une des plus anciennes d'Europe. C'est ici que Salazar a enseigné l'économie après avoir quitté les ordres. C'est ici aussi, qu'une fois au pouvoir, il a construit une prison au sein de Université pour enfermer les étudiants trop turbulents. Entendez : engagés dans des mouvements de protestation contre l'autocrate. C'est ici aussi que Salazar a fait tirer sur les étudiants qui manifestait en 1968...

Ce n'est pas un hasard si le discours antidémocratique de l'Église a pénétré auprès de la petite paysannerie, plutôt inculte, analphabète et majoritaire dans le pays et en même temps, perméable à ce type de discours. La petite bourgeoisie a soutenu les grands   latifundiaires et les capitalistes pour empêcher  la classe ouvrière de se joindre à la paysannerie, et garder de la sorte leurs privilèges.

L'Église a joué un rôle essentiel dans l'accession de Salazar au pouvoir. Il faut dire que l'autocrate était issu de ses rangs et elle se garde bien de l'évoquer aujourd'hui. De nos jours, l'Église joue encore un rôle fondamental dans l'abrutissement des foules. Ainsi chaque année a lieu une procession très populaire où les pèlerins partent de l'église la plus éloignée de Coimbra et rejoignent le monastère de Santa-Clara, située au sommet d'une colline, sur l'autre rive du Montego. Procession effectuée sur les genoux ! Et après avoir accompli quelques dévotions, les pèlerins repartent d'où ils viennent toujours sur les genoux! Un rituel propre à l'Église où il s'agit constamment de faire pénitence, même si l'on n’a rien à se reprocher...

Cependant, le PCP et le PEV mènent une vaste campagne électorale où leurs affichent sont visibles partout. Une présence  impensable voici encore 50 ans...

Notre guide n'est pas insensible à ce discours car il ne l'avoue pas par fierté. Il rame, il a investi 80.000 euros dans l'achat de son tuk tuk électrique (une mobylette bâchée qui peut accueillir 4 passagers pour visiter le petites rues pentues de la ville). Il parle 5 langues et peine à s'en sortir. A Aveiro, Dora, une trentenaire qui vit du tourisme, guide à bord un moliceiros (sorte de gondole qui vogue sur  les canaux) ne nous dira pas autre chose : elle parle, elle aussi cinq langues et perçoit le SMIC portugais soit 400 euros. Pour s'en sortir, elle habite chez sa mère avec ses deux soeurs. La production de sel marin autrefois si prospère a té remplacée par le tourisme...

Le PCP et le PEV répondront-ils au mal de vivre des ces petites gens ? Pas sûr ? La recette de la coalition rouge, verte qui consiste à sortir de la Zone Euro suffira-t-elle pour effacer les énormes dettes contactées auprès du FMI dans les années 1980-1990 quand le Portugal entrait de plein pied dans la société de consommation ?

Freddy Guidé

 

Les commentaires sont fermés.