15/04/2007

L'Etincelle n° 20

lEtincelle

 

Le Parti Communiste Wallonie-Bruxelles sera présent le 10 juin 2007.

 

Il présentera des listes pour la Chambre et le Sénat dans tous les arrondissements électoraux de Wallonie et Bruxelles.

 

Pour un réel changement, nos concitoyens auront à nouveau l'occasion de voter

PCWB

 

Les listes qu'il présentera seront des listes ouvertes où figureront donc des candidates et candidats indépendants appuyant le programme électoral défendu par les communistes.

 

Que vous habitiez le Brabant wallon, Bruxelles, le Hainaut, Liège, le Luxembourg ou le Namurois, vous pouvez poser votre candidature reprenant une présentation complète (nom, prénom, adresse, âge et motivations) et l'envoyer à l'éditeur responsable de ce skynetblog qui l'acheminera vers les diverses fédérations du parti.

 

Ensemble, nous pourrons ainsi démontrer au capitalisme qu'avec

 

Et ça repart

Marx, ça repart!


Dans une semaine, les Français voteront pour se choisir un nouveau Président de la République. Ils sont environ 150.000 à vivre en Belgique. Un électorat non négligeable. Nous vous proposons de donner un coup de main à nos camarades français du PCF et à leurs alliés de la gauche de voter pour Marie-George Buffet.

PCF-Buffet

 

La partie se joue-t-elle uniquement entre les trois principaux candidats? Quels sont les choix proposés aux électeurs?

 

A vous de juger.

 

 

Lettre à celles 

et ceux  qui hésitent

 

Dans notre pays, vous êtes des millions à hésiter encore sur votre vote pour le premier tour de l’élection présidentielle le 22 avril prochain. Par cette lettre, je veux vous dire ce que je pense, pourquoi je sollicite vos suffrages dans l’intérêt du pays et de la gauche alternative et populaire.

Au premier tour,

La priorité : une politique qui change la vie quotidienne.

 

La précarité, les bas salaires, la dégradation des services publics, les difficultés de logement et d’études rendent notre société de plus en plus injuste. Alors que nous vivons dans l’un des pays les plus riches du monde, la vie est de plus en plus difficile. Une nouvelle politique à gauche est nécessaire et possible. Une politique de courage à gauche pour une France sociale.

Le changement, c’est augmenter les salaires et immédiatement le Smic à 1500 . C’est garantir la pleine égalité de chaque enfant devant l’accès à l’école, aux études. C’est combattre la précarité et le sous emploi en convertissant les emplois précaires en emplois stables. C’est créer une Sécurité d’emploi et de formation pour tous les salariés.

Pour cela, il faut s’attaquer à la loi des marchés financiers et relancer une politique de recherche et de développement favorable à l’emploi, à la formation, à l’investissement utile. Je propose une politique qui ne se résigne pas face au libéralisme et ose porter le projet d’une Europe sociale et démocratique. Les politiques libérales ont échoué, il est temps de changer de cap : faisons-le entendre !

 

François Bayrou est une illusion

 

Pour certains d’entre vous qui avez le coeur à gauche, vous vous interrogez sur le candidat le mieux placé pour battre Nicolas Sarkozy. Parfois vous vous apprêtez à choisir François Bayrou. Parlons clairement, François Bayrou défend une politique de droite. Choisir cet homme de droite contre Nicolas Sarkozy, c’est se condamner à ce que rien ne change.

 

Faut-il avoir peur d’un nouveau 21 avril ?

 

Dans beaucoup de rencontres, certains me disent : «nous sommes d’accord avec vos idées, mais nous avons peur d’éliminer la gauche au second tour». Nous ne sommes pas dans la même situation qu’en 2002 : la gauche peut et doit gagner. Je vous pose à mon tour la question : quelle politique mènera Ségolène Royal si elle est seule à gauche ?

D’alternance en alternance, le 21 avril est né de la déception à l’égard de la gauche au gouvernement. Si par votre vote au premier tour, vous n’envoyez pas un signal clair de changement, le risque est là d’une situation qui continue à se dégrader pour vous et pour vos enfants. Là, est le danger. Au premier tour, votez pour vos idées, votez pour les valeurs et les propositions que vous voulez.

 

Pour que cela change, il faut le dire au premier tour !

 

Nous sommes des millions à avoir voté « NON » à la Constitution libérale de l’Union européenne. Nous sommes des millions à avoir rejeté le CPE. En refusant ces projets, nous portions aussi une exigence positive : celle d’une société de solidarité, d’une France sociale engagée pour une Europe différente. Ces aspirations seront-elles absentes de l’élection ? En m’engageant dans cette présidentielle, ce sont ces

exigences, vos valeurs que je veux défendre à gauche. Pour que la gauche mène une politique sociale, il faut le dire au premier tour !

 

Sondage ou élection ?

 

Dans cette campagne, chaque jour de nouveaux sondages sont publiés. Qui fera l’élection ? Comment déterminer votre vote ? Le 22 avril, c’est vous, c’est le peuple qui est souverain. Ne laissez pas les sondages décider pour vous.

Chacune, chacun est responsable de son vote. Si toutes celles et ceux qui partagent la politique que je propose votent pour ma candidature, nous ferons mentir les sondages !

 

La gauche peut-elle gagner ?

 

Oui, nous pouvons battre la droite si le projet de la gauche est à la hauteur des attentes sociales. C’est pourquoi votre vote compte au premier tour. Si nous sommes des millions, nous serons une force incontournable pour exiger une politique de changement et pour faire gagner la gauche au deuxième tour.

 

En votant pour ma candidature au premier tour le 22 avril prochain, donnez-nous la force de vous défendre, de battre la droite pour réussir à gauche.

Ensemble nos espoirs sont réalistes.

 

Marie-George BUFFET

 


 

De Jean-François Téaldi membre du Conseil de campagne de Marie-George Buffet

Ils ont dû en faire une tête ceux qui pronostiquaient la mort du Parti communiste Français ; ils ont du en faire une tête ceux qui se répandent dans la presse en estimant que la candidate de la gauche populaire et antilibérale mène une campagne de « repli », « agressive », qui « ne parvient pas à convaincre » et « qui participe à l'affaiblissement de la gauche » ! Erreurs ou désinformation ? La vraie gauche alternative et populaire elle était à Bercy ! 15 000.

Bercy1

Bercy : 15 000 qui vont peser à Gauche !

_buffetzenith

Ce qui fait dire au « Parisien » que Marie George Buffet est « ainsi entrée dans le trio de tête des plus gros meetings de la campagne, avec Sarkozy et Royal » ! Une assistance combative, diverse, métissée, composée de militants représentatifs de toutes les luttes en cours : syndicalistes du public avec les cheminots de la CGT et de Sud, électriciens et gaziers, syndicalistes du privé avec ceux de PSA ou de Lufthansa, jeunes des banlieues aux accents de slam et de rap, sans-papiers, féministes, anciens socialistes, membres des collectifs antilibéraux, eurodéputés emmenés par Francis Wurtz, message d'Aminata Traoré, représentant d'Evo Morales….tous ont dit leur engagement aux Côtés de Marie George. Oui, ils étaient là pour gagner au vote Marie George dans les 20 jours qui restent, escalier par escalier, atelier par atelier, pour peser à gauche en vue de battre la droite et l'extrême droite, répondre aux aspirations populaires et réussir à gauche.

Bercy3

 

Il ne faut pas que ceci se réalise: imaginons la France d'après!

Imaginons-la-France-daprès

 

 

00:28 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/02/2007

L'Etincelle n° 19:

 

lEtincelle

 

UNE NOUVELLE POLITIQUE A COURCELLES: ON VOUDRAIT BIEN Y CROIRE

Axel-100pct


La nouvelle majorité PS-MR qui dirigera Courcelles ces six prochaines années a présenté, lors du dernier conseil communal, son programme de politique générale. Comment ne pas souscrire à ce généreux fourre-tout qui promet de régler tous les problèmes de la commune?...

Promis, juré: on va veiller à une meilleure qualité de la vie, être à l'écoute de la population, renforcer la présence policière dans les quartiers, lutter contre le sentiment d'insécurité, enrayer la petite délinquance, veiller à la propreté publique et au respect des piétons, favoriser l'emploi, soutenir le commerce local et valoriser le patrimoine ainsi que le tourisme...

Reste une question: avec quels moyens ?
Quel budget alimentera l'aide à l'emploi, le nettoyage express des rues et des dépôts clandestins, la surveillance des parkings, l'embellissement de la voirie, la présence policière accrue, la valorisation du patrimoine,etc...?

Plus que jamais, l'UCPW se montrera attentive à ce que toutes ces belles promesses ne restent pas dans les cartons. Il y a lieu en effet d'être vigilant: combien de fois n'a-t-on pas entendu par le passé des échevins renier des engagements "par manque de moyens", entre autres dans le domaine si souvent négligé de l'environnement ? Combien de fois n'a-t-on pas fait aux Courcellois des promesses sans cesse reportées, comme par exemple la réfection de la rue Hamal, promise dès 1992... et toujours en suspens?...
    

De la même manière, on ne demande qu'à croire le nouveau bourgmestre lorsqu'il promet une "nouvelle politique citoyenne": des consultations, des antennes locales de concertation avec la population, des boîtes à idées, etc... Incontestablement, un vent nouveau souffle sur la politique communale et les gestes d'ouverture de la majorité PS-MR à l'égard de l'opposition constituent un signal plutôt encourageant.

Mais ici aussi, il s'agira d'être attentif: on devine derrière tout cela la "patte" du nouveau maïeur...mais il est n'est pas seul: autour de lui se retrouvent quelques solides représentants de l'"ancien régime", habitués à d'autres pratiques...habitués aussi aux belles promesses "qui ne mangent pas de pain"...
    

Alors ? Une nouvelle politique à Courcelles ! Chiche ?

 

Le Comité de l'UCPW

 


 

Solidarité avec le personnel de VW Forest.

 

vw-logo

Le Parti Communiste exprime sa solidarité avec les travailleurs de Volkswagen et veut les assurer de son soutien dans les luttes qui les attendent. Nous pensons aussi au désarroi des travailleurs de tous les sous-traitants de la firme allemande, qui vivent désormais dans l'incertitude et voient s'approcher le spectre des licenciements et des cessations d'activités.

Chacun de ces travailleurs et travailleuses a démontré son excellence, sa compétence et sa fierté face au travail bien fait. De plus, ils ont, au cours des dernières années, consenti de nombreux sacrifices afin d'assurer la compétitivité de l'entreprise. A présent, il faut penser à l'avenir. Dans un premier temps, il est urgent que plus un seul euro ne revienne à la direction de Volkswagen. Le bénéfice des ventes de tous les véhicules montés à Forest doit revenir aux seuls membres du personnel de l'usine bruxelloise. Il n'est pas question de laisser s'enrichir des patrons et des actionnaires voyous sur le dos d'ouvriers, d'ouvrières, d'employés et d'employées plongés dans la détresse.

Le modèle social-démocrate que nous connaissons s'est converti au néo-libéralisme le plus sauvage et a démontré amplement son inefficacité en raison de sa complicité implicite avec les patronats transnationaux. ! Aux patrons voyous, les bénéfices (Au premier semestre 2006, VW a fait 1,2 milliard d'euros de bénéfices); aux États, la facture de la casse. Ce faisant, c'est la population qui doit supporter le coût social des démantèlements et des délocalisations.

Le gouvernement feint de découvrir les effets pervers de la mondialisation libérale et s'étonne de l'absence de cohésion européenne. Belle hypocrisie en vérité quand on sait que ce sont les mêmes partis au pouvoir (PS, MR, CDH (ex-PSC), ECOLO) qui ont bradé (et continuent à le faire, nos entreprises publiques et

privées et se sont rendu complices des puissances financières pour bâtir un système qui échappe de plus en plus au contrôle des citoyens et laisse le champ libre à l'argent roi. 

Quant à l'Europe libérale chère à nos édiles, il s'avère bien, avec le nouvel et dramatique exemple de VW Forest, qu'elle sert surtout, sinon exclusivement, à mettre les travailleurs en concurrence.  Plus que jamais, la solidarité des travailleurs et des travailleuses au-delà des frontières doit être la réponse aux agressions patronales.

Pour son temps, Machiavel écrivait dans " Le prince " qu'il était utile, comme pour un fleuve, de construire des digues pour contenir les effets dévastateurs des débordements de la fortune. Il appartient aux politiques et en particulier à ses composantes de gauche de réagir enfin et d'imposer aujourd'hui un système sévère de régulation du marché capitaliste. Donc aller à l'inverse de ce que nous propose l'Europe actuelle et les États qui la composent. De construire un strict cadre, bien plus dur que la loi Renault, conditionnant les cadeaux publics, fiscaux, accordés aux multinationales et de les assortir de lourdes sanctions en cas de casse sociale.

Le Parti Communiste

 


 

Justice pour les 5 cubains enfermés à Miami demande la Gauche Unie Européenne.

free

 

Depuis le 12 septembre 1998, cinq Cubains sont en prison à Miami, en Floride (USA). Accusés sans preuve de "conspiration d'espionnage " et même de "conspiration de meurtre ", ils subissent des conditions de détention que la Commission des droits humains des Nations Unies a qualifiées d' "arbitraires ". Pendant dix-sept mois, ils ont été maintenus dans un isolement total, sans même pouvoir communiquer avec leurs avocats.

Certains d'entre eux n'ont pu recevoir de visite de leur plus proche famille depuis 8 ans!

Trois de ces hommes ont été condamnés à perpétuité et les deux autres à de très longues peines de prison, à l'issue d'un procès si partial que les trois magistrats désignés par la Cour d'appel d'Atlanta pour instruire cette affaire ont demandé la tenue d'un nouveau procès dans un autre lieu. Fait  exceptionnel qui illustre la nature politique de ce procès: la Cour d'appel n'a pas suivi l'avis des trois magistrats qu'elle avait elle-même désignés et a majoritairement rejeté leur requête.

 

Le groupe GUE - NGL vient d'entendre les témoignages de l'épouse de l'un des cinq détenus  cubains à Miami ainsi que de la mère d'un autre de ces prisonniers.  Celles-ci ont lancé un appel aux Européens - parlementaires, juristes, défenseurs des droits humains... - à se joindre aux voix de plus en plus  nombreuses qui s'élèvent pour demander la libération de ces cinq détenus et la tenue d'un procès équitable.  D'ores et déjà - nous ont-elles fait savoir – 115 députés britanniques de la Chambre des Communes ont signé une pétition en ce sens, tandis qu'à Madrid, une puissante manifestation de rue vient d'avoir lieu sur la même base.

 

Le groupe GUE-NGL invite les députés européens, indépendamment de tout jugement sur le fond de l'affaire, à faire connaître aux autorités des États-Unis, leur demande que ces cinq prisonniers bénéficient, comme tout autre, d'un procès équitable et que, dans cette attente - alors qu'ils ont déjà purgé une peine de 8 années dans des conditions particulièrement inhumaines et sans qu'aucune preuve n'ait étayé les graves accusations portées contre eux - ils soient libérés.

 

NB: Ces cinq prisonniers sont MM:

- Gerardo Hernández Nordelo

- Ramón Labañino Salazar

- Antonio Guerrero Rodríguez

- Fernando González Llort

 


 

Nos libertés gravement menacées. Solidarité avec Bahar Kimyongür.

 

photo-jeunes-turcs

La cour d’Appel de Gand vient de condamner ce mardi 7 novembre Bahar Kimyongür à cinq années de prison. Bahar est un citoyen belge engagé, il est membre du bureau d’informations du DHKC à Bruxelles, il exprime un point de vue critique sur la répression féroce menée par l’État turc contre les minorités et les opposants au régime mais il n’a commis aucun crime ni délit en Belgique, en Turquie ou ailleurs.
Ce jugement s’inscrit en droite ligne dans la vague de répression et de criminalisation des luttes politiques qui a suivi les attentats du 11 septembre. Il est un avertissement clair pour toutes celles et ceux qui comme nous combattent le système capitaliste, non par les armes mais par le combat politique. C’est la mort des libertés démocratiques obtenues par un siècle et demi de luttes sociales qui est annoncée ! C’est la criminalisation non de nos actes mais des idées qui les sous-tendent.

Le Parti Communiste conteste les lois sécuritaires qui menacent gravement nos libertés démocratiques. Il dénonce ce jugement inique prononcé coup sur coup par deux tribunaux belges dont l’indépendance a été clairement mise à mal. Le 4 novembre 2005, le premier Président Jean-Paul De Graeve n’a pas hésité, en toute illégalité (cfr. dispositions du Code en son Article 98), à désigner expressément le juge, un juge qui aura démontré tout au long du procès sa partialité. Le Procureur Johan Delmulle, non dessaisi malgré sa participation à la rencontre secrète du 26 avril 2006 orchestrant la livraison de Bahar à la justice hollandaise, souhaitant condamner à tout prix les inculpés, aura été jusqu’à inventer des incriminations qui n’existent pas dans notre Code pénal (telle la notion d’ «association de malfaiteurs à visée terroriste»)

Le Parti Communiste dénonce également le rôle interpellant joué par la ministre Laurette Onkelinx et son administration. Les récentes élections communales ont mis en lumière d’inquiétantes collusions entre madame Onkelinx et des éléments de l’extrême droite turque. Ses prises de positions ambiguës concernant le génocide arménien ainsi que la présence d’un sympathisant des loups gris sur la liste qu’elle menait à Schaerbeek ont éveillé bien des questions.

Au-delà des divergences idéologiques que notre organisation peut avoir avec le DHKC, le Parti Communiste tient à exprimer sa totale solidarité avec le combat d’information mené par Bahar Kimyongür et ses camarades contre le régime turque.

Nos dirigeants souhaitent taire la réalité du régime turque en raison d’évidents intérêts économiques européens. Pour notre part, nous tenons à rappeler avec fermeté le despotisme et la violence d’État dont le régime d’Ankara a fait sa nature ordinaire.

Le Parti Communiste appelle par ailleurs chacun et chacune à se joindre au Comité pour la liberté d'expression et d'association (http://www.leclea.be) afin de renforcer son combat, un combat qui devient aujourd’hui plus que jamais celui de tous les progressistes.

                                                   Le Parti Communiste

 


 

Veut-on interdire le Parti communiste de Bohême-Moravie ?

 

élections tchéquie

Lors d’une récente réunion d'aujourd'hui les membres du GUE/NGL ont été informés d'un événement  extrêmement surprenant et alarmant sur la scène politique tchèque:  la Chambre Supérieure du Parlement  National Tchèque, le Sénat projette d'établir un ordre spécial pour enquêter sur la légalité de l'existence du parti communiste de Bohême et Moravie.  Nous parlons ici  d'un parti politique dont les représentants ont été choisis à Chambre des Députés, au Sénat du parlement national et au Parlement Européen au cours d' élections démocratiques;  des élections générales ont été basées sur la volonté clairement exprimée des citoyens. Pendant  un temps assez long, l'Europe entière a suivi le chaos à peine compréhensible sur la scène politique de la république tchèque, ce qui, quelques mois après les élections générales,  rend  impossible la formation d'un gouvernement stable.  

L'atmosphère courante avec ses tensions et ses problèmes est  avantageuse pour les individus avec un état d'esprit autoritaire qui cherchent à gagner des places plus fortes dans la société tchèque. Leur but est plus que clair: restreindre les droits de gens et de leurs représentants qui ont une opinion différente de la leur.

Pour atteindre ce but ils utilisent une tactique populaire: aujourd'hui ils essaient de se débarrasser des communistes; demain, ils continueront avec les sociaux-démocrates  et le jour après, ce sera avec des gens de religions différentes. À ces politiciens autoritaires qui manquent de tolérance et de la capacité de comprendre quelqu'un d'autre à part eux-mêmes, le terme démocratie  ne signifiera plus rien si ce n'est  simplement l'ensemble de règles devant  être mal employées pour appliquer leur volonté. 

Le parti communiste de Bohême et Moravia au travers de ses pratiques  et ses documents s'est révélé être un parti  démocratique. 

C'est bien sûr un parti authentique de  gauche  pour qui la défense  des droits humains signifie principalement une lutte  contre le mauvais emploi du pouvoir et de la propriété en vue de causer du tort  aux  gens qui travaillent.  

C'est un parti pour lequel la lutte pour la paix n'est pas une formulation vide de sens mais une question tout  à fait  concrète concernant la situation dans les Balkans, l'Afghanistan, l'Irak - question qui  nous concerne tous. 

C'est un parti qui ne peut pas envisager de futur  sans  la conservation radicale de l'environnement comme une condition préalable pour faire durer le développement soutenable et sans les restrictions au militarisme. Ce genre de parti  a toujours ses ennemis - ceux qui peuvent tirer un profit de la forme actuelle de capitalisme.

Nous demandons à tous nos collègues au Parlement Européen, parlements nationaux de tous les pays Européens ainsi qu'au  public tchèque : Utilisez votre influence pour prévenir le monde au sujet de ces pratiques  autoritaires en politique!  

Les tentatives pour interdire le parti communiste de Bohême et Moravie sont seulement les premiers pas pour rendre impossible  l'approfondissement de la  démocratie en Europe. 

Le futur de l'Europe doit être basé sur une compréhension commune, la solidarité et la paix. 

Des attaques récentes contre l'organisation de la jeunesse du communiste tchèque et contre le parti communiste de Bohême et de Moravie se révèlent être  une attaque contre les partis de gauche   en tant que tels. 

Par conséquent nous demandons à tous nos collègues du GUE/NGL d’exprimer leur appui et leur solidarité avec le parti communiste de Bohême et Moravie et d’ouvrir des discussions sur cette question au Parlement  Européen.

 

Fait par Klaara Adamcova et traduit de l’anglais par George Sossois.

 


 

Visitez nos divers skynetblogs :

 

http://etincellebulletin.skynetblogs.be/

http://users.skynet.be/ucpw/

http://le-petit-rapporteur-courcellois.skynetblogs.be/

http://photos-courcelles.skynetblogs.be/

 

FETE ANNUELLE DU PROGRES

 

Le 23 février à 18 h , l'ASBL Le Progrès invite tous ses membres et sympathisants à une rencontre fraternelle dans ses locaux, rue Jules Destrée, 11 à Dampremy .

 

Au programme :

 

A 18 heures :

 

L’an dernier, nous avions projeté un film tourné au moment de la dissolution du PCI, film qui explique les réactions de nos camarades italiens, face à ces changements : « Le communisme italien ou le pessimisme de la raison ».

Cette année, nous retrouverons ces mêmes militants, dans un film co-produit par ARTE France:

 

« Il fare politica »

 

legitalie

 

De la grande époque du parti communiste italien à l'arrivée de Berlusconi au pouvoir en 1994, Hugues Le Paige a recueilli durant vingt ans de l'histoire de quatre militants communistes d'un village toscan. Entre luttes et amertumes, grands espoirs et petits matins, une chronique sur l'amitié et sur l'engagement pour un idéal collectif. Drapeaux rouges et poings levés sur l'air de L'internationale, les communistes italiens rendent un dernier hommage à Berlinguer, ancien secrétaire général du PCI et artisan du "compromis historique". Parmi le petit peuple en deuil, quatre copains, quatre militants de Mercatale, village de Toscane proche de Florence : Fabiana, Carlo, Claudio et Vincenzo. C'est en 1982, soit deux ans auparavant, que le réalisateur les a rencontrés pour la première fois. Ils avaient entre 25 et 45 ans et étaient "des militants heureux du parti communiste italien". Tous les deux ou trois ans, jusqu'en 2004, Hugues Le Paige est revenu les filmer à Mercatale, encore appelée "la petite Russie", comme nombre d'autres communes à majorité communiste de la région. Entre réunions de section à la Maison du peuple et collages d'affiches, son film retrace leur évolution politique et personnelle. Des trajectoires à la fois communes et divergentes où, malgré les crises décisives (de la Pologne à la chute du mur de Berlin), se révèle un mélange de lucidité critique et d'attachement profond à leur parti.

 

 

19 h 30 : débat avec Roberto Galtieri, secrétaire du Parti des Communistes d’Italie.

 

Il nous donnera son point de vue sur l’évolution de la politique italienne comme Nora Tagliazucchi de Refondation communiste l’avait fait l’an dernier.

 Une différence essentielle cependant : « En 2006, nous étions à la veille des élections législatives. Berlusconi a été éjecté de justesse, et les deux partis communistes font partie du nouveau gouvernement italien.

 

Comment réagit le PdCI face à cette nouvelle donne ?

 

Ce sera le thème de la soirée.

 

La soirée se terminera par la dégustation d’un spaghetti, offert par l’ASBL « Le Progrès » à tous ses participants.

 

L’inscription est obligatoire.

 

Téléphonez au 071 / 30 39 12, en nous communiquant rapidement le nombre de participants.

 



 

21:53 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/01/2007

Dossier: Quel avenir pour la poste belge?

lEtincelle

 

Quel avenir pour la poste belge?

 

boîte-aux-lettres

I. La situation et le résultat des négociations.

 

Après plus de 100 jours de négociations, le gouvernement a scellé, le mercredi 12 octobre 2005, le mariage de La Poste avec le consortium formé par la poste danoise (post Danmark) et le fonds d'investissement britannique CVC Capital Partners. Pour rappel, tout avait commencé à la mi-décembre 2004. Des accords de confidentialité avaient été signés entre les différentes parties. En avril 2005, les parties effectuèrent les premiers échanges d'informations et en juillet 2005, ils ont conclu les négociations exclusives. Notons que Post Danmark/CVC avait été préférée, à la fin juin, au consortium constitué par les postes néerlandaise et française qui revendiquaient le contrôle total de l'opérateur belge.

participations poste

 

En octobre 2005, le Consortium est entré dans le capital de La Poste à hauteur de 50 % moins une action, par le biais d'une augmentation de capital de 300 millions d'euros, et a conclu un accord de coopération avec La Poste. Parallèlement, l'État belge participe alors à l'augmentation de capital à concurrence d'un montant additionnel de 40 millions d'euros et reste l'actionnaire principal, avec 50 % des actions plus une. À la suite de cette transaction, La Poste conserve son statut juridique de société anonyme de droit public. Cet accord officialise l'ambition commune de l'État belge, de La Poste et du Consortium de coopérer afin de poursuivre la modernisation de La Poste.

 

II. Modernisation ou restructuration dissimulée ?

 

En effet, l'objectif final de cette modernisation est, selon les patrons des différents groupes, d'assurer à l'entreprise une position d'opérateur compétitif sur le marché européen des services postaux, avec des normes élevées en termes de service et de qualité et des rendements financiers attrayants pour tous les actionnaires.

 

Ainsi la course aux parts de marché les plus rentables impose de différencier le traitement des usagers, actuellement devenus clients, en privilégiant les gros opérateurs comme les grandes entreprises au détriment des plus petites , des artisans. cela implique également des augmentations de tarifs avec la hausse du prix des timbres, la disparition des colis ordinaires au profit des « Colissimos » qui sont plus onéreux et qui permettent d'augmenter les bénéfices.

 

Elle entraîne également une fermeture de nombreux bureaux de poste et la diminution de l'emploi. Les facteurs n’auront que le courrier à distribuer et plus rien à vendre. Les actionnaires se moquent du rôle social joué par nos postiers, car, dans certains villages des zones rurales, ils contribuaient au maintien à domicile des personnes âgées.

 

C'est donc de modernes restructurations qu'il s'agit afin de gonfler encore plus les bénéfices. Ceux-ci s'élevant tout de même à 32 millions d'euros pour 2004.

 

III. Qui sont les nouveaux partenaires de la Poste ?

 

A) La Post Danmark, un service très compétitif suivant le credo libéral

 

Créé en 1624 par le roi Christian IV, l’opérateur postal historique danois est devenu en 1995 une entreprise publique autonome.

 

Le 1er janvier 2002, Post Danmark est devenue une société anonyme et s’est lentement engagée dans un processus de privatisation.

 

Le 8 juin 2005, l’État danois qui détenait jusqu’ici l’intégralité du capital de Post Danmark, a cédé 22 % du capital au fonds britannique de capital-investissement CVC Capital Partner pour un montant de 1, 27 milliard de couronnes danoises (167 millions d'euros). Post Danmark a elle-même acquis 3 % du capital (possibilité de souscription par les employés et plan d’incitation au bénéfice des cadres).


En outre le groupe Post Danmark détient aujourd’hui la totalité du capital des sociétés Post Danmark Leasing A/S (leasing véhicules) et Budstikken Transport A/S (prestations) et un tiers du capital de la société e-Boks A/S (distribution de poste électronique). Depuis l’ouverture à la concurrence des activités de transport de colis de plus de 250 grammes, Post Danmark fait partie du groupe de transport de colis nordique PNL (Pan Nordic Logistics), Post Danmark et Posten BA (Norvège) détiennent chacune 50 % du capital de PNL

En 2004, le groupe a enregistré son meilleur résultat avec une très nette avancée des activités de la distribution des colis, des journaux publicitaires, des journaux et des magazines.

structure de la poste belge

 

Quelques chiffres…

 

Selon les analystes, le groupe Post Danmark aurait aujourd’hui une valeur de près de 1, 3 milliard d’euros.

Le bénéfice avant impôts de Post Danmark s’élevait à 112 millions d’euros en 2004 contre 63 millions en 2003. Le bénéfice après impôts était de 73 millions d’euros, soit une amélioration de 33 millions d’euros en 2003 .

Le bénéfice après impôts était de 73 millions d'euros, soit un amélioration de 33 millions d'euros, comparé à 2003 .

Le chiffre d’affaires s’élevait à 1 510 millions d’euros fin 2004, soit une augmentation de 5,9% par rapport à 2003.

Le retour sur le capital investi a atteint 21 % en 2004 contre 18 % en 2003. Quant au retour sur les capitaux propres, il est passé de 15 % en 2003 à 24 % en 2004.

 

Les coûts d'exploitation se sont élevés à 1.276 millions d’euros en 2004, en hausse de 4,4 % par rapport à ceux de 2003 .

 

Fin 2004, Post Danmark employait 28. 349 personnes dont 42 % bénéficiaient d’un statut spécial. A l’heure actuelle on dénombre 350 fonctionnaires au sein de Post Danmark. Même si l’effectif diminue de 3 à 4 % par an par des départs à la retraite, Post Danmark demeure néanmoins l’un des plus grands employeurs du Danemark.

L'organisation au sein de l'entreprise


Post Danmark est organisé en 8 « business units » :

  • 4 unités clients externes :

    • Particuliers
    • Entreprises
    • Courrier, Express, Colis
    • International

    ·         4 unités clients internes :

    • Production et transport de lettres
    • Distribution
    • Production interne et service
    • Technologie de l'information

Une entreprise récompensée

 

Post Danmark a reçu début 2004 la récompense danoise de la qualité pour son modèle de gestion.

Le chiffre d’affaires de Post Danmark pour 2004 se répartit de la façon suivante :
Lettres, journaux/magazines…………………..… : 66 %
Colis ……………………………………………… : 13 %
Articles vendus dans les bureaux de poste ….…….: 4 %
Autres …………………………………………….. : 17 %

Malgré une stabilisation de l’activité « lettres » en 2004, la tendance du marché s’annonce cependant négative notamment en raison de l’envoi électronique de courrier et de l’ouverture à la concurrence pour les envois de plus de 50 grammes (effective depuis le 1er janvier 2005 au Danemark).

Post Danmark a défini sa « Stratégie 2006 » qui repose sur 4 points :
 

• Accroissement de l’efficacité et de la compétitivité,
• Développement de nouveaux services,
• Ressources humaines,
• Alliance avec un acteur majeur sur le marché international.

Dans la logique capitaliste, ce dernier point est essentiel si Post Danmark veut jouer un rôle dans le secteur du service postal au niveau européen. C'est ainsi que Post Danmark a été choisie par La Poste Belgique pour poursuivre des discussions approfondies quant à la finalisation d’un partenariat avec Post Danmark/CVC.


Il est aussi important de savoir que depuis septembre 2002, les établissements postaux danois et norvégiens travaillent avec les établissements postaux finlandais afin de reconstruire un réseau nordique.

 

B) CVC, une société peu connue mais très puissante !

 

CVC_logo

Le groupe financier CVC Capital Partners est actionnaire d'un quart du capital de la Poste danoise. L'entreprise s'est vue intéressée par Post Danmark, car, les restructurations ont eu comme résultat une très bonne marge bénéficiaire, 4% en 2000 à 8% en 2004. Pour les actionnaires, c'et encore plus lucratif, car chaque action rapporte 24 % (en 2004) contre 5 % (en 2002). Ce qui signifie qu’une grande partie (36 %) des bénéfices est distribuée aux actionnaires. N'oublions pas que le modèle social danois, y compris la poste, a été financé durant des générations par les contribuables. Actuellement, cet argent se retrouve dans le portefeuille des actionnaires privés tel … CVC.

 

Au parlement danois, la vente à CVC des actions de la poste ne s'est pas déroulée sans provoquée de remous. Certains politiciens se méfient de la clause qui prévoit que CVC peut obliger les autorités danoises à racheter la participation de CVC, si CVC n’a pas réussi à vendre toutes ses actions dans les 5 ans…

 

Le point de vue du patron de CVC pour la Belgique au sujet de la Poste belge est le suivant : " Il y a encore un fort potentiel d’amélioration des performances de La Poste sur le marché belge. D’ici cinq à dix ans, CVC pourrait alors se retirer et encaisser une plus-value ". Ce qui sous-entend bien plus une politique économique de l'entreprise que sociale.

 

Sur le site de CVC Capital Partners, qui est en anglais, on peut y traduire : ‘CVC est une société financière créée en 1981, qui réalisa 250 acquisitions (d’entreprises) d’une valeur totale de 40 billions de dollars c'est à dire 40.000 milliards de $. CVC cherche des entreprises qui ont une position de leader sur le marché, qui sont stables, et qui rapportent plus que la moyenne. Achat Minimum : 150 millions d’euros. Autrement dit, la société ne s'occupe que de l'élite.

 

Enfin, petite coïncidence à souligner, un personnages bien connu de notre petit pays est conseiller belge de CVC. Qui? Didier Bellens, patron de Belgacom.

didier bellens

 

IV. Quels sont les changements à attendre de cette union ?

 

Le contrat de gestion et le plan stratégique concoctés par La Poste et son homologue danoise prévoit une modernisation du réseau (1302 bureaux actuellement), dont un sur quatre seulement est rentable (financièrement faut-il entendre). Ce maillage sera maintenu d'ici 2010, mais La Poste ne devra conserver qu'un bureau avec du personnel postal dans chacune des 589 communes fusionnées du pays. C'est à dire que dans 4 ans, 713 bureaux de poste seront supprimés. Le reste des points de vente sera aux mains du privé (magasins etc.). Les nouveaux partenaires promettent une meilleure satisfaction du client en matière de localisation, de proximité et d'heures d'ouverture des bureaux. Mais les syndicats se sont déjà inquiétés de la disparition de bureaux au profit des Points Poste dans les communes rurales. Le contrat stipule que pour chaque PSP offrant un assortiment de base, il existe un bureau à assortiment complet à une distance maximale de 10 kilomètres, alors que dans le précédent contrat, la distance entre deux bureaux était fixée à 5 km. «Cela veut dire qu'un client devra parcourir 10 km pour retirer de l'argent sur son compte postal!», s'insurge Jean-Claude Balland, de la CGSP.

 

·         L'emploi. «Il n'y aura pas de licenciements secs d'ici 2010», a assuré Johnny Thijs* , le Chief executive officer (CEO) de La Poste. Celui-ci prévoit une réduction nette des effectifs (34.537 équivalents temps plein actuellement) de 3 %, en 2006 et en 2007. Il n'a pas voulu se prononcer sur les années ultérieures. Mais le plan stratégique indique qu'il n'y aura plus que 27.899 équivalents temps plein en 2010, soit 20 % de moins qu'aujourd'hui. Ce chiffre serait toutefois optimiste car il ne tient pas compte de l'automatisation du tri par tournée qui sera introduite à partir de 2009, comme c'est le cas au Danemark, et qui entraînera de nouvelles pertes d'emplois. Les méthodes de travail seront aussi changées. «Il y aura beaucoup de travail à faire pour améliorer la productivité des employés de La Poste», a indiqué Helge Israelsen, le patron de Post Danmark.

thijs

 

* Le big boss de la Poste, touche néanmoins un salaire de 850.000 euros et une prime aux résultats qui a atteint 250.000 euros. Ce qui fait un total de 1.100.000 euros par an. Quand on sait qu' un postier en début de carrière gagne 13.423 euros bruts par an, le salaire du patron vaut l'équivalent de quasiment 82 salaires de jeunes postiers. A méditer…

 

·         La direction et le conseil d'administration. Johnny Thijs reste aux commandes. Il siégera au sein du conseil d'administration (CA) qui sera remanié. Quatre représentants du consortium feront partie du CA. Il s'agit de Fritz Schur (le président de Post Danmark), Helge Israelsen (son CEO), Soren Vestergaard-Poulsen (CVC Danemark) et de Geert Duyck (CVC Belgique). Cinq administrateurs, dont le président, seront prochainement désignés par l'État belge. Au niveau du comité de direction, M.Thijs affirme qu'il ne devrait pas y avoir de grands changements mais il n'exclut pas qu'un Danois rejoigne son équipe. Enfin, la poste danoise dépêchera une dizaine d' «experts postaux» en Belgique en janvier pour aider La Poste dans des projets spécifiques.

 

  • Le prix du timbre. Précisons d'abord qu'une fois que les 5 nouveaux centres de tri seront tous opérationnels au début 2007, il n'y aura plus de distinction entre Prior et non Prior. Comme l'avait espéré le ministre Vande Lanotte, tous les envois seront délivrés à Jour J+1. Hélas, le consommateur n'aura alors plus le choix entre deux prix (0,46 euro ou 0,52 euro). Ce qui reviendra pour les adeptes du non Prior à une augmentation de prix. Ce qui change en matière tarifaire, c'est que La Poste pourra désormais adapter ses tarifs sans en demander au préalable l'accord du gouvernement comme c'était le cas jusqu'à présent. L'adaptation des prix devra toutefois se faire en fonction de l'évolution de l'indice santé et d'objectifs en matière de qualité à atteindre. Il faut savoir que le prix du timbre au Danemark est le plus élevé d'Europe (0,60 euro). En revanche, en 2007, année du «timbre unique», le contrat ne prévoit pas d'augmentation de prix. En 2008, le contrat le stipule noir sur blanc, La Poste fera passer le prix du timbre pour les particuliers à 0,54 euro.

 V. Qu'est-ce qui différencie les deux sociétés postales ?

 

LA POSTE (Belgique)

 

de Post_logo

Chiffre d'affaires 2004: 2 milliards d'euros.

 

Bénéfice net 2004: 32 millions d'euros.

 

Emploi: 35.760 personnes.

 

Productivité: retard de 10% par rapport à la poste du Danemark.

 

Bureaux de poste: 1302

 

Points-poste en commerce: 50

 

Qualité du service J+1: 90.5%

 

Prix du timbre: 0.46 euro pour le non-Prior - 0.52 euro pour le Prior

 


POST DANMARK

 

postdanmark_logo

 

 

Chiffre d'affaires 2004: 1,5 milliard  d'euros

 

Bénéfice net 2004: 73 millions d'euros

 

Emploi: 22000 personnes

 

Productivité: top 3 européen

 

Bureaux de poste: 287

 

Points-poste en commerce: 613

 

Qualité du service J+1: 95%

 

Prix du timbre: 0.58 euro pour le non-Prior - 0.60 euro pour le Prior

 

Source: La Nouvelle Gazette


 

VI. Interview.

 

Claudine Moine travaille comme guichetière depuis 1979 à la Poste.

Après avoir passé un examen, elle est devenue  rédactrice..  Elle a également travaillé comme comptable, sous-comptable principale et enfin perceptrice. Comme employée,  elle a quasiment effectué tous les services qui existaient dans un bureau de poste. Actuellement elle travaille au guichet du bureau de poste de Gosselies.

Elle nous exprime son point de vue sur le mariage de la Poste avec la poste danoise et l'investisseur anglais CVC Capital Partner.

 

PHOTO2

"Je me demande pourquoi doit-on aller chercher un partenaire étranger." s'interroge-t-elle. "Surtout la poste danoise qui, plus que les autres postes, symbolise la libéralisation ". En effet, il y a 600 bureaux pour une superficie un peu plus grande que la Belgique, et le territoire Danois comporte 63 îles.

 

La Poste n'est pas une banque !

 

"Ça me fait peur ! ". continua-t-elle. "Parce que la libéralisation pour quelqu'un en fin de carrière comme moi ne risque pas vraiment de causer préjudice. Mais pour les jeunes, l'avenir risque d'être difficile ! ". "Malgré les promesses qui nous ont été faites, j'ai peur des licenciements, de la hausse des prix, du manque de services pour Monsieur tout le Monde et surtout, de la transformation de la Poste en une banque. D'accord nous avons une caisse d'épargne, mais une poste n'est pas un banque. Pour moi son but principal est de distribuer le courrier et si possible J+1. Son but n'est pas de faire des bénéfices ou des plus-values ". Cette libéralisation conduira irrémédiablement à des licenciements, mais les dirigeants  préparaient ce mariage depuis quelque temps. En voici quelques exemples frappants.

 

"On ne remplace même plus ceux qui partent ou qui prennent des mi-temps en fin de carrière ", affirma-t-elle. "On propose  des contrats précaires. On n'utilise plus de contrats statutaires et on n'en utilisera plus ! ".

 

facteur

Un autre exemple encore plus marquant, expliqua-t-elle, s'est déroulé lors de la visite d'un des directeurs de l'Union belge des banques. "Il y a quelques années, ce monsieur s'était rendu dans mon bureau de Gosselies et m'avait dit qu'il fallait oublier le service public de la poste, les services rendus au client ". Claudine Moine s'était alors insurgée :"Je ne vois pas de différence entre un client qui vient pour un virement de 5 euros et un autre qui en dépose 10.000 ". Le directeur lui avait répondu qu'effectivement, il fallait être polie avec chaque client, leur dire bonjour et au revoir, mais qu'il ne fallait pas traiter de la même façon un client qui vient pour déposer 10.000 euros et un autre qui vient pour acheter un timbre.

"Cela c'est passé en 2001. J'imagine que ce doit être bien pire maintenant ".

 

C'est ainsi que cette postière,  d'un point de vue philosophique, politique et humain, ne voit pas du tout ce mariage d'un bon œil. Et ce sentiment est général pour les facteurs, les employés de guichets ainsi que les rédacteurs.

 

La compétition entre les bureaux pour un maximum de rentabilité

 

C'est un fait, les guichetiers et guichetières ont déjà beaucoup plus de travail, depuis la suppression de certains emplois, avec pour conséquences  des files monstres dans les bureaux de poste et le système d'organisation des bureaux.

Prenons un exemple : s'il y a quatre guichets ouverts, mais que deux employés sont occupés au téléphone ou s'ils sont en rendez-vous avec des clients, les deux autres employés doivent s'occuper des clients au guichet.

"Nous sommes déjà dans une optique de poste rentable avec des objectifs précis à réaliser chaque semaine " affirme Claudine Moine : " Nous devons au minimum réussir à obtenir un rendez-vous par semaine avec un client susceptible de ramener de l'argent à la Poste ". "En plus,  il faut vendre les timbres, les cartes de téléphone, les entrées pour Walibi, les Taxipost, les Kilopost, les places de cinéma et les billet de Lotto."

Pour ce qui est du Lotto, il n' y a pas un quota de vente imposé, mais, si le chiffre de vente du Lotto n'est pas atteint en fin de semaine, on va être considéré bon ou mauvais bureau de lotto.

"On ne nous pas encore clairement dit que nous devions vendre autant de postogrammes ou de cartes, mais je suis persuadée que cela viendra ".

travaux de la poste

 

Il y a une émulation entre les bureaux. On peut voir régulièrement par intranet les chiffres réalisés par les différents bureaux à propos des ventes du nombre de clients servis. Cette pression est appuyée  continuellement par mail ou par notes internes. Si le bureau n'est pas rentable, un coach débarque dans les bureaux pour motiver les gens qui y travaillent.

 

"On investit beaucoup dans certains bureaux, en organisant un système de file avec ticket. Ceci, généralement dans les bureaux que l'on va garder " relate la postière. " Certains bureaux on été rénovés, ils sont rentables,  mais on va les fermer quand même en février ! ".

Prenons l'exemple du bureau de poste de Jumet chef-lieu. Ce bureau se trouve en face d'une grande surface, il tourne très bien avec de bons résultats,  et malgré tout on va le fermer. Idem pour le bureau de Monceau-sur-Sambre. "Je me demande vraiment comment les personnes des alentours vont pouvoir aller faire leurs opérations autres que celles pouvant être effectuées dans un point poste,  sans devoir faire 8 ou 10 kilomètres " s'interroge la postière.

 

Et ces fameux points poste ?

 

Au sujet des points poste, Claudine Moine se rend compte que les gens ne les apprécient pas forcément  .Ils ne remplaceront jamais un vrai guichet d'agence postale.

Prenons l'exemple du bureau de Rixensart qui ferme ses bureaux. Il est remplacé par un point poste au GB de la ville. Là, on prend les bulletins de virement jusqu'à 350 euros et on peut déposer des recommandés. Seulement,  ce point poste se trouve a l'entrée du GB, à une caisse tenue par un fille qui, outre sa caisse, les vidanges, les bons de réductions, les chèques cadeaux,  devra s'occuper du point poste. "Je reste sceptique, déclare Claudine, " car,  attribuer trop de tâches à quelqu'un a souvent pour résultat un travail bâclé ".

 

Pour terminer

 

" On voudrait ouvrir le chemin à la concurrence, je ne vois pas comment on pourrait mieux faire " conclut-elle. "Je pense qu'on va vers une poste libérale  avec un système à deux vitesses,  selon le client ". "Maintenant, j'espère me tromper au sujet de l'avenir de la Poste .Je doute que  cette fusion permette de créer de l'emploi et d'engager des jeunes ." .

 

 

VII. Et ensuite, que se passera-t-il ?

 

On annonce déjà la fermetures de 277 bureaux de postes

Huy 3 à vendre

Bureau postal de Huy 3 à vendre.

 

Les syndicats chrétien, libéral et socialiste ont envoyé un faire-part de décès annonçant la fermeture de 277 agences postales en 2007. Tous les bureaux de poste ont été invités à porter symboliquement le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas, un ruban noir et à observer une minute de silence. "Les syndicats ont la profonde tristesse de vous communiquer le décès de 277 agences postales nées dans le ventre de la prestation de services au public, mortes après une euthanasie active, ordonnée par M. Vande Lanotte et effectuée par M. Thijs ", annonçait le faire-part.

 

 

"Drames sociaux" dans les régions rurales


Reste que malgré la " positive attitude " affichée par la direction de l'entreprise, cette évolution ne recueille toujours pas l'assentiment des syndicats qui dénoncent notamment les " drames sociaux " provoqués par les délocalisations des employés dont les bureaux seront fermés. "Dans les régions rurales, certains seront obligés de parcourir des dizaines de kilomètres pour rejoindre leur nouvelle affectation ", a ainsi affirmé André Blaise ( CSC ) .


Qu'adviendra-t-il des contrats à durée déterminée?


Les représentants des travailleurs craignent également des coupes claires parmi les effectifs disposant de contrat à durée déterminée. "Le contrat de gestion prévoit une garantie d'emploi pour les employés à durée indéterminée et pour les statutaires jusqu'à la fin de 2009. Mais La Poste compte quelque 2.000 travailleurs à durée déterminée ", a encore indiqué André Blaise,  en regrettant par ailleurs la " formation minimale " délivrée au personnel des Points Poste. "Aucun changement à La Poste n'a été applaudi par les syndicats,  mais ces derniers jouent leur rôle correctement ", a commenté à ce sujet Johnny Thijs.

 Beth Thomas

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

23:27 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/12/2006

 L'Etincelle n° 18

LE TRAVAIL DE NOS ELUS

 

CHARLEROI

 

L' amiante dans les bâtiments communaux..

 

Durant de nombreuses années, l’amiante était utilisée dans la composition de bon nombre de matériaux de construction. On le sait, le matériau est surtout dangereux pour la santé des personnes lorsque ses fibres microscopiques sont inhalées. Puisque construits à une époque donnée, beaucoup de bâtiments communaux recèlent probablement cette matière.

Sur ces présences d’amiante, Monsieur l’Echevin pourrait-il m’informer de l’état d’avancement de l’étude qu’il a mise en place sur l’ensemble des bâtiments et plus particulièrement sur le bâtiment 13 situé au « Technopole  Vilette ». Durant une journée, un sas a en effet été placé devant une porte avec la mention « Danger  Amiante ».

 

Jacques Coupez

Conseiller communal


 

Occupation du bâtiment COS2 (complexe La Garenne)

 

L’Asbl MEDINA SET, 69 Chaussée de Fleurus, a dans sa panoplie d’activités celle de s’occuper de jeunes en provenance de divers quartiers de Charleroi.

Ainsi, encadrés par plusieurs responsables spécialisés et  bénévoles, ce sont chaque samedi matin, de 9h00 à midi, plus d’une vingtaine de jeunes qui sont pris en charge pour s’adonner à la pratique de leur sport favori, plutôt que d’aller « zoner » à Ville 2, comme ils ont  plaisir à le dire.

Il s'agit en quelque sorte, d'une intégration par le sport qui ne dit pas son nom, mais qui est en tout cas le but recherché par Médina Set.

Selon les responsables, la salle COS2 qu’ils occupaient le samedi ne leur est plus attribuée car un litige concernant le loyer (100 € / mois tvac) est toujours pendant, alors qu’au même moment elle serait « squattée gratuitement » par une autre organisation.

Les questions que j'adresse à Monsieur l’Échevin sont les suivantes ;

 

Pourriez-vous m’informer de la situation exacte en matière d’occupation et de loyer pour le créneau repris ci-dessus ?

 

Afin de réduire au strict minimum le coût de la participation pour les jeunes provenant majoritairement de milieux défavorisés, l’Asbl a introduit depuis plusieurs mois une demande de subsides auprès de la ville. A ce jour, aucune réponse ne fut envoyée.

 

Pourriez-vous m’informer de l’état d’avancement du dossier ?

 

A la recherche d’une solution pour continuer leur « action  sociale de terrain » et régler les litiges, les responsables de l’Asbl souhaiteraient pouvoir vous rencontrer.

 

A votre convenance, pourriez-vous répondre à leur sollicitation ?

 

Jacques Coupez

 


 

FRECAR RECYCLING.  

 

Il y a une dizaine de jours se clôturait  l’enquête publique concernant la  SPRL FRECAR RECYCLING qui sollicitait des autorités communales  le  renouvellement d’un permis unique de classe 2 qui :

- du point de vue urbanistique concernait l’implantation d’un hall de stockage, le dépôt et le traitement de déchets inertes, le forage d’une prise d’eau souterraine pour une capacité de 10.000m³/an

- du point de vue environnemental visait à maintenir en activité un centre de regroupement, de tri et de pré-traitement de déchets inertes pour une capacité annuelle de 100.000 t/an.

 

Quel ne fut pas l’émoi des riverains, proche du chantier, d’apprendre l’existence de cette nouvelle demande. Ils sont certes peu nombreux, mais il en fut de même pour ceux qui se situent le long des trajets empruntés par  les camions et tracteurs convoyant d’imposantes remorques. Idem pour les utilisateurs habituels de la rue de Gosselies, du RAVEL 3 à Roux, comme ceux de la rue Sous le Bois qui devaient subir journellement les poussières et le bruit infernal d’un concasseur.

Cela  fait cette fois beaucoup de monde !

 

Vous le savez maintenant, Monsieur le Bourgmestre, Monsieur l’Échevin, plusieurs centaines de signatures et bon nombre de remarques  vous ont été remises pour s’opposer au renouvellement du permis. En effet, par rapport au peu de temps qu’a duré l’exploitation, contrainte de cesser ses activités pour non-respect  du cahier des charges et des dispositions légales en vigueur, l’activité du centre de tri a laissé des traces au propre si je puis dire et au figuré dans plusieurs quartiers de la commune.

Quand ce n’était pas les lourds engins qui traversaient à des vitesses folles  les rues totalement inadaptées de la cité de la Lâche (en zone 30 – limitée  à 5 tonnes) ou les rues Léman, de la Liberté, des Alliés  et autres, c’était  soit des paquets de boues ou des nuages de poussières qui assuraient la traçabilité d’une exploitation mal tenue.

Quant aux habitants du quartier de Sart les Moines, ils ont  compté à certains moments de la journée entre 600 et 700 véhicules à l’heure et jusqu’à 273 camions. Le trafic a atteint ces sommets  surtout depuis l’ouverture du chantier Frécar.

S’étant adressés au Bourgmestre par courrier et pétition, ils souhaiteraient aujourd’hui  présenter un projet très intéressant pour dévier la circulation sans la reporter sur d’autres riverains.

Je demande donc toute l’attention du collège pour en étudier la faisabilité.

(Il s’agirait d’emprunter l‘aire  abandonnée (+/- 6m de large) du raccordement de Glaverbel au réseau SNCB pour rejoindre le prolongement de la rue Winston Churchill, à hauteur de la Station Texaco et les Ets.Bullman à Courcelles)

Pour ce qui concerne le bruit généré par Frécar, un sonomètre placé par la SOWAER et qui concerne les activités de l’aéroport, enregistre en permanence les niveaux de bruit.

Les relevés et rapports concluent à un bruit de fond très important dû aux  activités sur le chantier précité.

Pour les riverains de la rue Sous le Bois, aussi «  sous »  les vents dominants et  là où le sonomètre se trouve, le bruit et  les poussières dépassent tout entendement.

Ils restent donc perplexes quant à l’implantation d’un  hangar pour le concassage des déchets, et ont surtout l’impression que ce bâtiment constitué principalement d’un bardage en acier se comportera comme une superbe « caisse de résonance »

 

Le nouveau projet présenté mentionne aussi le  forage  et le pompage dans la nappe aquifère de quelques 10.000 m³ d’eau/an. A ce sujet, quelles sont les responsabilités et garanties présentées concernant la préservation de la qualité de la nappe souterraine. Question est aussi posée, quant à la stabilité du sol alors que le pompage aura lieu en terrain argileux notamment. (proximité de la cité de la Lâche, ligne SNCB, pont…)

 

Quant aux eaux usées et pluviales, l’Igretec refuse le rejet via le réseau d’égouttage.

L’élimination se ferait alors via le ruisseau « Le Piéton »

Sur les plans, rien de clair en ce qui concerne le traitement des eaux avant rejet.

N’oublions pas non plus que l’on va manipuler des quantités de chaux pulvérulente, que celle-ci sera mélangée à des terres sur lesquelles il pleuvra, et qu’à terme des quantités de chaux se retrouveront dans le sous-sol, dans la nappe aquifère et dans le « Piéton »

Comme vous le voyez, rien ne plaide en  faveur d’une acceptation du renouvellement du permis sollicité par Frécar, surtout si l’on ajoute le fait qu’une partie du site d’exploitation se trouve en zone verte,  jouxte sur 150m le Ravel et le chemin de halage.

Tout effort de la ville qui a grandement besoin d’améliorer son image est ici annihilé  par une activité incompatible avec l’environnement immédiat.

Pour toutes les raisons évoquées, je vous suggère, Monsieur l’Échevin, Monsieur le Bourgmestre de ne pas accorder le renouvellement du permis, mais de profiter de l’occasion pour rechercher un site  qui conviendrait  au candidat exploitant afin de maintenir son activité et garantir l’emploi.

L’espace libéré pourrait alors accueillir une autre activité économique, cette fois compatible avec l’ensemble des lieux environnants.

Il n’est pas trop tard pour réagir, mais c’est à mon sens le bon moment.

Tous les riverains et signataires des pétitions sont favorables au développement économique et particulièrement à celui de leur quartier, mais ils attirent votre attention sur le fait que ce développement et le trafic engendré ne peut  nuire lourdement au quartier de Sart les Moines, aux rues inadaptées des quartiers voisins de l’exploitation, du centre de Roux ainsi qu’au maintien des rares commerces.

Sans mauvais jeu de mots, tous les habitants concernés se trouvent déjà en zone C’ et D’ pour les nuisances aéroports, j’y ai vu lors de la conférence de presse des gens totalement  désemparés, vivant dans des maisons qui se lézardent et ne sachant à qui demander réparation.

 

Pour tous, pour eux, je sollicite donc une attention toute  particulière  pourgarantir l’équilibre entre activité économique et environnement. A titre d’info, sur un axe de  +/- 3km, on recense un CET et sur Roux la présence de 3 centres de tri.

 

Jacques Coupez

Conseiller communal

 

 

COURCELLES

 

"A L'ECOUTE DES CITOYENS : « RIEN QU'UN SLOGAN! »

Pendant la campagne électorale, le Parti Socialiste de Courcelles a affiché partout sa conviction d'être "A l'écoute des citoyens"...Un beau slogan, très à la mode, mais qui n'ira pas plus loin! La preuve: la dernière séance du conseil communal du 20 novembre.
Plusieurs dossiers et interpellations - notamment de l'UCPW - ont permis à la majorité de donner toute la mesure de son mépris à l'égard de nos concitoyens:

- Des Courcellois sont légitimement inquiets d'un nouveau projet d'installation d'une antenne GSM près de leur habitation? Leur pétition est remballée d'un revers de main par un maïeur convaincu que des naïfs ont signé uniquement "pour faire plaisir"...

- L'UCPW interpelle depuis plusieurs années sur ce problème de santé publique? Peu importe... Pour le Collège, ce n'est qu'une interpellation de plus qui suivra le chemin des autres.
Classement vertical!

- Autre problème abordé lors du conseil communal: celui de l'arrivée probable dans le zoning industriel d'une entreprise manipulant des produits dangereux: 20 tonnes de produits corrosifs, deux tonnes de produits toxiques, dix tonnes de produits dangereux pour l'environnement, 30.000 litres de liquides inflammables, 30.000 litres de détergents,etc... Certains riverains, dont quelques-uns vivent à cinquante mètres à peine de ces futurs dépôts, sont légitimement inquiets et sont venus le dire lors de la séance du conseil communal. En guise de réponse: le mépris, une fois de plus: « A en croire la majorité, ce stockage n'est guère plus dangereux qu'un litre d'eau de Javel dans notre cave (sic!)... » Et d'ailleurs, tant pis si ces mécontents se manifestent trop tard: ils n'avaient qu'à mieux ouvrir les yeux; ils auraient alors peut-être vu le très discret avis d'enquête affiché à la sauvette!

C'est donc cela "Etre à l'écoute des citoyens"! Il suffisait de le dire...avant les élections...histoire d'éviter les déceptions...
Mais c'est vrai: c'était la dernière réunion de cette majorité PS-CDh. Le 4 décembre, un nouveau Conseil communal et un nouveau Collège échevinal seront installés. Nouveaux, vraiment ? L'otage CDh sera remplacé par un figurant MR au sein d'un système PS qui reste résolument le même!
Il y a donc fort à parier que la nouvelle majorité reprendra les bonnes habitudes de l'ancienne: « Ecouter les citoyens sans vraiment les entendre... »

Pour le Comité de l’Union Communale Progressiste et Wallonne,

M. H.

 


Solidarité avec le personnel de VW Forest.

 

Le Parti Communiste exprime sa solidarité avec les travailleurs de Volkswagen et veut les assurer de son soutien dans les luttes qui les attendent. Nous pensons aussi au désarroi des travailleurs de tous les sous-traitants de la firme allemande, qui vivent désormais dans l'incertitude et voient s'approcher le spectre des licenciements et des cessations d'activités.

Chacun de ces travailleurs et travailleuses a démontré son excellence, sa compétence et sa fierté face au travail bien fait. De plus, ils ont, au cours des dernières années, consenti de nombreux sacrifices afin d'assurer la compétitivité de l'entreprise. A présent, il faut penser à l'avenir. Dans un premier temps, il est urgent que plus un seul euro ne revienne à la direction de Volkswagen. Le bénéfice des ventes de tous les véhicules montés à Forest doit revenir aux seuls membres du personnel de l'usine bruxelloise. Il n'est pas question de laisser s'enrichir des patrons et des actionnaires voyous sur le dos d'ouvriers, d'ouvrières, d'employés et d'employées plongés dans la détresse.

Le modèle social-démocrate que nous connaissons s'est converti au néo-libéralisme le plus sauvage et a démontré amplement son inefficacité en raison de sa complicité implicite avec les patronats transnationaux. ! Aux patrons voyous, les bénéfices (Au premier semestre 2006, VW a fait 1,2 milliard d'euros de bénéfices); aux États, la facture de la casse. Ce faisant, c'est la population qui doit supporter le coût social des démantèlements et des délocalisations.

Le gouvernement feint de découvrir les effets pervers de la mondialisation libérale et s'étonne de l'absence de cohésion européenne. Belle hypocrisie en vérité quand on sait que ce sont les mêmes partis au pouvoir (PS, MR, CDH (ex-PSC), ECOLO) qui ont bradé (et continuent à le faire, nos entreprises publiques et privées et se sont rendu complices des puissances

financières pour bâtir un système qui échappe de plus en plus au contrôle des citoyens et laisse le champ libre à l'argent roi. 

Quant à l'Europe libérale chère à nos édiles, il s'avère bien, avec le nouvel et dramatique exemple de VW Forest, qu'elle sert surtout, sinon exclusivement, à mettre les travailleurs en concurrence.  Plus que jamais, la solidarité des travailleurs et des travailleuses au-delà des frontières doit être la réponse aux agressions patronales.

Pour son temps, Machiavel écrivait dans " Le prince " qu'il était utile, comme pour un fleuve, de construire des digues pour contenir les effets dévastateurs des débordements de la fortune. Il appartient aux politiques et en particulier à ses composantes de gauche de réagir enfin et d'imposer aujourd'hui un système sévère de régulation du marché capitaliste. Donc aller à l'inverse de ce que nous propose l'Europe actuelle et les États qui la composent. De construire un strict cadre, bien plus dur que la loi Renault, conditionnant les cadeaux publics, fiscaux, accordés aux multinationales et de les assortir de lourdes sanctions en cas de casse sociale.

 

17:30 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2006

SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS DE VW.

L a Fédération du Charleroi du Parti communiste marque sa solidarité la plus totale avec les travailleurs de VW jetés à la poubelle comme de vulgaires kleenex.

 

vw-logo

 

Solidarité avec le personnel de VW Forest

Le Parti Communiste exprime sa solidarité avec les travailleurs de Volkswagen et veut les assurer de son soutien dans les luttes qui les attendent. Nous pensons aussi au désarroi des travailleurs de tous les sous-traitants de la firme allemande, qui vivent désormais dans l'incertitude et voient s'approcher le spectre des licenciements et des cessations d'activités.

Chacun de ces travailleurs et travailleuses a démontré son excellence, sa compétence et sa fierté face au travail bien fa! it. De plus, ils ont, au cours des dernières années, consentis de nombreux sacrifices afin d'assurer la compétitivité de l'entreprise. A présent, il faut penser à l'avenir. Dans un premier temps, il est urgent que plus un seul euro ne revienne à la direction de Volkswagen. Le bénéfice des ventes de tous les véhicules montés à Forest doit revenir aux seuls membres du personnel de l'usine bruxelloise. Il n'est pas question de laisser s'enrichir des patrons et des actionnaires voyous sur le dos d'ouvriers, d'ouvrières, d'employés et d'employées plongés dans la détresse.

Le modèle social-démocrate que nous connaissons s'est converti au néo-libéralisme le plus sauvage et a démontré amplement son inefficacité en raison de sa complicité implicite avec les patronats transnationaux. ! Aux patrons voyous, les bénéfices (Au premier se! mestre 2 006, VW a fait 1,2 milliard d'euros de bénéfices); aux États, la facture de la casse. Ce faisant, c'est la population qui doit supporter le coût social des démantèlements et des délocalisations.

Le gouvernement feint de découvrir les effets pervers de la mondialisation libérale et s'étonne de l'absence de cohésion européenne. Belle hypocrisie en vérité quand on sait que ce sont les mêmes partis au pouvoir (PS, MR, CDH (ex-PSC), ECOLO) qui ont bradé (et continuent à le faire, nos entreprises publiques et privées et se sont rendu complices des puissances financières pour bâtir un système qui échappe de plus en plus au contrôle des citoyens et laisse le champ libre à l'argent roi. 

Quant à l'Europe libérale chère à nos édiles, il s'avère bien, avec l! e nouvel et dramatique exemple de VW Forest, qu'elle sert surtout, sinon exclusivement, à mettre les travailleurs en concurrence.  Plus que jamais, la solidarité des travailleurs et des travailleuses au-delà des frontières doit être la réponse aux agressions patronales.

Pour son temps, Machiavel écrivait dans " Le prince " qu'il était utile, comme pour un fleuve, de construire des digues pour contenir les effets dévastateurs des débordements de la fortune. Il appartient aux politiques et en particulier à ses composantes de gauche de réagir enfin et d'imposer aujourd'hui un système sévère de régulation du marché capitaliste. Donc aller à l'inverse de ce que nous propose l'Europe actuelle et les États qui la composent. De construire un strict cadre, bien plus dur que la loi Renault, conditionnant les cadeaux publics, fiscaux,! accordés aux multinationales et de les assortir de lourdes sanctions en cas de casse sociale.

 

Le Parti Communiste

 

23:30 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/09/2006

Les communistes sur la liste ECOLO

LES COMMUNISTES sur la liste ECOLO

 

Après les « affaires »qui ont secoué Charleroi, la ville a besoin d’un grand bol d’air frais, d’un véritable changement politique !

 

C'est dans ce but que le Parti Communiste présentera ses candidat(e)s sur la  liste Ecolo pour les élections communales et provinciales, renouvelant  ainsi pour 6ans une alliance conclue en 2000.

Nous pensons en effet  qu’aujourd’hui, il est plus que jamais nécessaire de créer une véritable alternative  de gauche  pour gérer la ville après le 8 octobre.

 

Malika El Bourezgui et Jacques Coupez, élus communistes au sein du groupe ECOLO (6 élus)

entendent poursuivre leur action en faveur de ce qui touche la vie des Carolos dans leur quotidien.

 

Ainsi durant leur mandat, ils se sont employés à relayer les préoccupations de la population et des milieux associatifs avec  argumentation et détermination, et ce, à la plus grande satisfaction des personnes impliquées.

Exemples traités : pollution de l’air par les poussières industrielles, soutien aux riverains de centre de tri et parcs à conteneurs, soutien aux revendications du personnel communal, actions pour le logement, la propreté, la sécurité, la mobilité, l'aménagement du territoire, la création de crèches, la culture, les finances, pour le renforcement du traitement et de la prévention de la toxicomanie, contre la petite criminalité …

Vous voulez du changement ?

 

Alors soutenez nos candidat(e)s, soutenez notre groupe qui désire construire une  véritable alternative de gauche dont Charleroi a tant besoin en :

 

·       Revitalisant la commune, institution la plus proche des gens et base de la démocratie. Cela implique de rendre au Conseil communal son rôle d’initiative et de contrôle sur le collège des bourgmestre et échevins, la limitation des mandats, le contrôle des ASBL paracommunales

 

·       Impulsant une véritable politique du logement : lutte contre la spéculation immobilière, réhabilitation des logements vides et des étages non occupés, des immeubles commerciaux, création de nouveaux «  logements d’urgence », lutte contre les taudis et propriétaires véreux.

 

·       Fixant un cadre de vie sain et agréable  garantissant à la population des espaces de vie sans risques d’installation  d’entreprises polluantes, en lui assurant de vivre dans une ville propre, sûre et accueillante dans tous ses quartiers, en luttant contre toute forme de pollution et impérativement  contre celle de  l’air et des poussières par l’application de sanctions aux pollueurs.

 

·       Soutenant les légitimes revendications du personnel communal concernant le statut, le cadre, les conditions d’embauche, les nominations,  une réelle stabilité d’emploi pour les « sous-statut », et l’égalité des salaires ( selon le principe : « A travail égal salaire égal » ! ).

 

·       Garantissant la promotion et le maintien des services publics efficaces et accessibles à tous.

 

·       Encourageant l'intervention directe des citoyens par le développement des budgets participatifs, par la facilité d’interpeller le conseil communal, en instaurant la consultation et le  référendum.

 

·       Améliorant la mobilité : transports en commun plus fréquents, augmentation de la circulation en site propre, adaptation des tarifs aux revenus modestes, correspondance gratuite avec les Citybus, remise en service de la ligne inter-hospitalière …

 

·       Réformant la fiscalité : suppression de la taxe poubelle de 87€ et 42€, taxation des gros revenus boursiers, des superprofits, augmentation de la dotation de l’Etat de Charleroi.

 

 

 

TELLES SONT LES BASES SUR LESQUELLES LES COMMUNISTES DE CHARLEROI ONT        NEGOCIE AVEC LE PARTI ECOLO ET QU’ILS DEFENDRONT AU CONSEIL COMMUNAL.

 

VOTEZ pour la liste d’ouverture ECOLO 2


Charleroi: élections communales

 

DES ROUGES chez LES VERTS

 

Malika El Bourezgui, conseillère communale sortante, 2ème candidate (Couillet)

 

 

Jacques Coupez, conseiller communal sortant, 7 ème candidat, Roux

 

Claudine Moine, 12ème candidate, employée de la poste, Jumet

 

 

Olivier Mortelette, 17 ème candidat, délégué syndical FGTB cheminots, Roux

 

 

Jeanne MICHIELS, 22 ème candidate, aide familiale, Roux

 

 

Luigi Raone, 27 ème candidat, délégué syndical ouvrier FGTB à Caterpillar, Couillet

 

 

Maurice MAGIS, 29 ème candidat, journaliste, Montignies-sur-Sambre

 

 

Ginette Balsaux, 32 ème candidate, professeur, Montignies-sur-Sambre

 

 

 

Jean-François GONSETTE, 37 ème candidat, employé Belgacom, Marcinelle

 

 

Christine RAES, 42 ème candidate, psychothérapeute, Montignies-sur-Sambre

 

Henri Wauthier, 47 ème candidat, ancien délégué TSE - FGTB, pensionné, Gilly

14:59 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/07/2006

Des Rouges chez les Verts

Charleroi: élections communales

 

DES ROUGES chez LES VERTS

 

Malika El Bourezgui, conseillère communale sortante, 2ème candidate (Couillet)

 

 

 

Jacques Coupez, conseiller communal sortant, 7 ème candidat, Roux

 

 

Claudine Moine, 12ème candidate, employée de la poste, Jumet

 

 

Olivier Mortelette, 17 ème candidat, délégué syndical FGTB cheminots, Roux

 

 

Jeanne MICHIELS, 22 ème candidate, aide familiale, Roux

 

 

Luigi Raone, 27 ème candidat, délégué syndical ouvrier FGTB à Caterpillar, Couillet

 

 

Maurice MAGIS, 29 ème candidat, journaliste, Montignies-sur-Sambre

 

 

Ginette Balsaux, 32 ème candidate, professeur, Montignies-sur-Sambre

 

 

 

Jean-François GONSETTE, 37 ème candidat, employé Belgacom, Marcinelle

 

 

Christine RAES, 42 ème candidate, psychothérapeute, Montignies-sur-Sambre

 

 

Henri Wauthier, 47 ème candidat, ancien délégué TSE - FGTB, pensionné, Gilly

 


 

DES ROUGES et DES VERTS

 

DEMOCRATIE ET CITOYENNETE … A VOUS DE DECIDER !

 

Les communistes de Charleroi, comme l’ensemble des habitants de notre ville, assistent avec effarement à la multiplication des « affaires » qui minent le pouvoir socialiste . Ils partagent, évidemment, l’indignation, voire la colère, de tous les citoyens . D’aucuns y voient des pratiques mafieuses . Décidément, argent et pouvoir fort font bien mauvais ménage avec une gestion transparente et légale des affaires publiques .

 

En l’occurrence, face à l’arrogance et à l’irresponsabilité des personnalités incriminées, c’est la démocratie communale qui est bafouée . Cette situation fait les choux gras des libéraux du MR, qui rêvent de placer leur calife – M. Chastel – au maïorat, et de mettre le cap à droite . Quant au Front National, il présente un bilan TOTALEMENT NUL (aucune intervention au conseil communal en 12 ans !), mais il attend de recueillir les votes du désespoir . Les carolos n’ont rien à gagner d’un glissement politique à droite, ils n’auraient alors qu’à choisir entre privatisation des services publics, soutien à des intérêts particuliers ou incompétence .

 

L’expérience montre que ni le MR , ni le FN ne sont qualifiés pour prendre à bras le corps les vrais problèmes des gens : logement, emploi, services publics de qualité, environnement, sécurité dans le respect des droits individuels et collectifs, une fiscalité démocratique …

 

Pour une alternative de gauche

Charleroi a besoin d’une alternative de gauche .

Les élus et les candidats communistes veulent oxygéner la démocratie . Ce chemin passe par plus de participation directe des citoyens et des réponses fortes aux questions sociales, aux problèmes quotidiens de la population .

 

Rendre les gestions transparentes

Cela signifie dépolitiser les intercommunales, y assurer la pluralité, consulter les habitants pour les décisions communales importantes, favoriser les contre-oppositions citoyennes, ouvrir les débats communaux .

Mais c’est aussi réduire progressivement et systématiquement le nombre de statuts précaires dans le personnel communal (+/- 50 % aujourd’hui), rendre plus accessibles et décentraliser les services administratifs, ouvrir le bulletin communal « Charleroi Magazine » au travail des conseillers, réglementer strictement le cumul des mandats, défendre et moderniser les service public, assurer le droit à la mobilité et l’accès au logement …

 

Autant de raisons pour lesquelles le Parti Communiste fait liste commune avec Ecolo , et milite avec d’autres à construire une majorité de progrès, ouverte et ambitieuse .

 

Plus que jamais, l’avenir est à gauche !

 

22:51 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |