05/06/2007

Présentation d'Andrée Driesens, de Jean François Gonsette et de Marianne Lourdeau - Rationalisations, fusions, fermetures d'entreprises et délocalisations - Le chômage est un droit, pas une aumône

 

electionsAppel à la récolte de fonds pour la campagne électorale de la Fédération de Charleroi du Parti Communiste:

 

Les moyens financiers du Parti communiste sont peu importants. Faire un minimum de campagne électorale est coûteux. Nous comptons sur l'aide de nos membres, amis et sympathisants pour alimenter notre fonds électoral. Le moindre petit versement sur le compte 001- 2039387-38 de notre fédération sera le bienvenu.

 

A nos futurs généreux donateurs, merci.


Andrée Driesens se présente.
 
AndréeC'est avec un grand bonheur que j'ai accepté de figurer sur la liste du P C.
Un grand bonheur parce qu'un renouveau s'amorce avec l'arrivée à Liège de jeunes candidat(e)s. Je parle évidemment de ce que je connais. Je parle de Liège parce que c'est mon lieu de militantisme.
Pour rappel, j'ai été enseignante: les mathématiques... et oui, il en faut. Déléguée syndicale CGSP, conseillère communale et de CPAS, et présidente du CPAS de TROOZ. Voilà pour les présentations.
Actuellement, avec Mireille Blistain, je m'occupe sur le terrain de Liège de l'ASBL Espace Marx et, à Trooz, pendant de longues années, je me suis investie dans l'organisation de conférences pour le Cercle culturel Georges Fassotte.
Mon époux, Gérard Deglin, était bien connu des communistes. Il a été membre du bureau de Liège, membre du comité cental, responsable syndical CGSP.
Il aurait été heureux d'entendre Pierre Eyben parler de relations transversales dans la gauche car il faudra, qu'un jour,nous soyons capables de présenter un programme commun enrichi par nos expériences.
Maintenant que "la jeunesse offre à d'autres ses bras tendus", je suis de celles et ceux qui restent curieux de la vie.
Je pense aussi qu'un autre est monde est possible et que la seule chance de survie de l'humanité ce sera le partage.
 

Jean François Gonsette se présente

 

 

Jean-FrançoisLe Parti communiste m'a demandé de figurer comme 5 ième candidat effectif sur la liste du Hainaut pour la Chambre.  J'ai décidé d'accepter sans aucune ambition personnelle pour amplifier le combat du parti pour la justice sociale.

 
Je tiens à me battre plus particulièrment pour une fiscalité plus juste, une des cinq priorités du parti pour ces élections.  Je trouve en effet scandaleux le report de l'imposition des nantis sur les catégories populaires.  Je vise surtout l'augmentation de la fiscalité indirecte qui pénalise proportionnellement davantage les bas revenus.  Les moins nantis n'utilisent leurs revenus que dans la consommation contrairement aux familles fortunées.  Celles-ci peuvent en effet consacrer leurs ressources dans des achats d'actions, d'obligations, de biens fonciers sans cesse moins imposés.
 
Pour atteindre une certaine justice sociale, il faut développer une politique basée sur deux axes:
 
1) La promotion des revenus du travail et de remplacement contre les revenus financiers du capital.
2) Le soutien à la création d'emplois utiles et correctement rémunérés.
 
Pour ce faire, il nous faut retrouver la voie de la progressivité et le caractère incitatif de l'impôt.  Il faut soumettre à un traitement identique les revenus du capital et ceux de la propriété foncière, immobilière et financière.  Il faut également instaurer un impôt sur la fortune.
 
L'impôt des sociétés doit être revu dans le sens d'un soutien aux petites entreprises et à celles qui ne dégagent pas de forte valeur ajoutée mais utilisent une main d'oeuvre importante.  Cet impôt doit également inciter l'investissement dans l'emploi, les salaires, la formation, la modernisation de l'outil et la recherche par rapport à la rémunération des actionnaires et aux placements financiers.
 
Pour financer une diminution de la fiscalité sur les carburants et la lutte contre la pollution, un impôt sur les profits dans les secteurs pétroliers et liés doit être créé.
 
Enfin, les impôts directs comme je l'ai déjà dit et les impôts locaux doivent être drastiquement réduits.
 

Marianne Lourdeau se présente

 

Marianne-lourdeauJ'ai 38 ans, je suis mère au foyer, sans emploi

Il est clair que pour le gouvernement, il est facile de donner libre cours à la privatisation. Plus à se soucier de gestion, laissons ça aux riches qui ne pensent qu'à se remplir les poches. Ceux-ci pour ce faire, ne se gêneront pas pour augmenter le coût de tous les produits en diminuant la qualité. Le gouvernement ne pourra pas éternellement se décharger de tous les services publics et devra un jour faire marche arrière comme le gouvernement anglais.

Plus le coût de la vie augmentent et moins les personnes à budget précaire, pourront  accéder aux produits les plus élémentaires. Quand ces mêmes personnes se trouveront sans gaz, sans électricité, sans moyen de communication que feront-elles ? Le gouvernement les laissera-t-il dans cette situation ? Si celui-ci ne garde pas sa part de responsabilité dans l'organisation de la société, nous courons droit à la catastrophe. Il y a déjà trop de SDF, et au vu de se qui se passe, ça n’est qu’un début

Encore un petit exemple, nous nous plaignons du trop grand nombre de chômeurs dans nos villes, mais un chômeur ou un minimexé n’a pas le choix. Nous déstructurons complètement la vie de nos villages. Un villageois chômeur qui n’a pas de moyen de locomotion n’a pas d’autre choix que de rester chômeur ou de quitter son village. Demandez-lui comment il peut faire pour aller travailler à 5.30 le matin ? Ou encore comment fera-t-il pour acheter une voiture sans avoir touché son premier salaire ? Nous nous plaignons de la pollution …Savez-vous qu’entre THUIN et GOZEE, il n’y a que le bus de 7.30, celui de 12.30 et celui de 16.30 ? Expliquez moi comment se passer d’une voiture? Nous laissons mourir nos villages…

Les commerces ferment les uns après les autres parce qu’il est plus facile de prendre le bus en direction de Charleroi (23 passages de Gozée à Charleroi). Il est ainsi plus facile de se rendre à Charleroi que dans la "capitale" de la Thudinie. Pourquoi ne pas faire circuler des mini bus comme dans les grandes villes pour empêcher la désertification de nos villages? Il suffirait d’un ou deux passages de plus dans la journée pour rendre la vie plus facile aux gens…

Qu'on attend-on pour commencer a réagir ?

 


Rationalisations, fusions, fermetures d’entreprises et délocalisations

vw

 

Dans le secteur économique, les capitalistes éliminent, restructurent, fusionnent, rationalisent ou délocalisent entreprises et sociétés pour maintenir les taux de profit.

 

Les fusions et les restructurations, les fermetures d’entreprises et les délocalisations entraînent des licenciements massifs avec des conséquences sociales et humaines dramatiques et insupportables. L’intensification de la productivité entraîne aussi des conditions de travail de plus en plus pénibles avec en arrière-plan les menaces continuelles de licenciement et de chômage.

 

Nous exigeons :

·        Le droit au statut de la prépension pour tous les travailleurs ayant atteint l’âge de 50 ans en cas de fermeture, licenciement ou délocalisation. Les travailleurs en-dessous de l’âge de 50 ans, victimes d’une restructuration, d’une fermeture d’entreprise ou d’une délocalisation, ont droit à une allocation de chômage complétée par une indemnité patronale afin d’atteindre le montant du salaire perçu avant la perte du travail et ce pendant toute la période nécessaire à la recherche d’un nouvel emploi.

·        L’interdiction des licenciements pour les entreprises qui font des bénéfices, et instauration de commissions financières indépendantes pour analyser les comptes de celles qui prétendraient ne pas en faire (afin d’éviter que certaines puissent se mettre artificiellement en difficulté par le biais de l’engineering fiscal).

·        Le remboursement toutes les aides publiques éventuellement perçues pour toute entreprise qui songerait à délocaliser.

fortunes2


Le chômage est un droit, pas une aumône

euromarches

 

Le chômage n’est ni une fatalité, ni un cataclysme, ni un fléau comme le présente souvent le patronat et les partis de droite. Il est la conséquence logique d’un système capitaliste à la recherche de la plus grande productivité et du plus grand profit.

 

Les chômeurs ne sont donc pas « des coupables » ne méritant qu’une charité bien ordonnée mais bien des travailleurs sans boulot victimes du système capitaliste. Ils ont donc droit à une allocation de chômage décente leur permettant d’avoir une vie correcte dans l’attente d’un nouvel emploi.

 

A l'orée des années 80, une mesure visant à réduire les allocations de chômage était adoptée en Belgique. Il s'agissait de rajouter une catégorie aux deux catégories existantes: isolé (quelqu'un qui vit seul) et chef de ménage (quelqu'un qui a des enfants à sa charge) En 1980 est donc créé le statut cohabitant, qui vise ceux qui ne sont "ni isolés ni chefs de ménage". Ensuite sera adoptée une mesure d'exclusion automatique des chômeurs dits de longue durée... qui ne concerne que les cohabitants (article 80). Actuellement, un chômeur sur deux est cohabitant, mais 75% des cohabitants sont des femmes !

Les travailleurs sont en droit de s’indigner du matraquage systématique qui vise à culpabiliser les chômeurs en général et les chômeurs âgés en particulier. Il faut refuser toute mesure visant leur remise d’autorité sur le marché du travail.

Nous réclamons :

 

Ø      La suppression du statut de « cohabitant » et de «  chômeurs longue durée »

Ø      L’arrêt de la chasse aux chômeurs, chômeuses et minimexé(e)s

 

21:56 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/06/2007

Présentation de Maurice Magis, Zoé Blusztejn dite Zouzou et de Georges Cambier - Pour une amélioration du pouvoir d'achat et du niveau de vie - Pour des emplois stables et bien rémunérés

Maurice Magis se présente
 
Je suis né en 1948 à Dampremy. Au coeur du Pays noir, donc. Littéralement au pied d'un terril, à une portée dePHOTO5 flèche de la Providence. Voilà ce que fut mon premier horizon, en une époque où le chômage de masse n'existait pas, où les charbonnages et les usines tournaient à plein rendement, où les travailleurs et leurs syndicats tenaient la dragée haute au patronat. En un temps, aussi, où la vie de quartier avait encore un sens, où l'on pouvait jouer dans les rues, où la télévision ne cloîtrait pas les gens chez eux, où la publicité ne jouait pas encore son rôle d'"opium du peuple".
Voilà pour la nostalgie. Place au combat. Ma famille, bien connue dans la région, a porté l'idéal communiste depuis plus d'un demi-siècle. Trois générations, déjà... Avec fierté, constance, certes, mais en pratiquant jalousement cette formule bien connue du poète communiste Achille Chavée:"Je suis un vieux peau rouge qui ne marchera jamais en file indienne." Car être communiste, c'est aussi allier conscience politique et ouverture d'esprit, fidélité à ses engagements, sens critique et capacité à se mettre en question, fermeté philosophique et respect de l'autre. Et ce n'est pas toujours si facile que cela !
Journaliste de formation et de profession, je pratique depuis près de 35 ans. J'ai eu une grande chance, la belle opportunité de pouvoir exercer dans un cadre professionnel où ce que j'écris est en phase avec ce que je pense (Croyez-moi, c'est chose rare dans la corporation). Au Drapeau rouge, bien sûr, que j'ai dirigé durant près de 15 ans. Au Journal du mardi aujourd'hui.
Mes origines carolorégiennes m'ont amené tout naturellement, à peine entré au DR, à traiter des problèmes sociaux et économiques. Une position "privilégiée" pour prendre la mesure de la crise dans laquelle le capitalisme financier a plongé la Wallonie. De quoi entretenir ma "sainte colère" et affuter un regard sans concession sur les injustices qui frappent notre région et le monde.
C'est tout naturellement que je me suis spécialisé depuis quelques années dans les questions internationales. Sans limites, puisque j'ai pu aussi bien "couvrir" le Proche-Orient que l'Amérique latine, le processus de construction européenne ou la question des rapports Nord-Sud. Autant de terrains où le cynisme des puissants nourrit une insupportable injustice.
Comme communistes,  nous voulons, avec d'autres, faire reculer tout ce qui domine, et contribuer à battre en brèche les inégalités.Nous voulons pousser la démocratie, de la commune à la planète, et faire émerger un monde partagé, un monde pour tous et toutes. Pour aller dans ce sens, il faut réhabiliter la politique et que celle-ci soit entre les mains de tous. Le progrès viendra du plus grand nombre, si nous décidons tous ensemble de faire bouger les choses.
 

 Zouzou se présente
 
moizz" Mes parents, quoique issus de l’immigration et malgré l'interdiction pour les étrangers de faire de la politique, étaient membres du PC ce qui les a amenés, dès le début de la guerre 40/45 à entrer en résistance aux côtés de leurs camarades communistes et autres  à se battre contre l’occupant allemand. Mon père a été fait prisonnier et il n'est jamais revenu des camps.

J'étais encore une jeune adolescente quand j'ai décidé de devenir à mon tour membre du PC car je tenais à suivre l'exemple qui m'avait été donné par mes parents. Il y aura bientôt 60 ans!

 

Etre candidate communiste, c'est avec mes camarades, me battre pour plus de justice sociale, pour des salaires convenables, des retraites décentes , le droit au logement pour tous.

C’est me battre contre la précarité, les suppressions d’emplois, les délocalisations et pour une sécurité d’emploi.

C’est aussi lutter contre les  mesures discriminatoires vis-à-vis des étrangers, et pour la régularisation des sans-papiers.

Mais une chose me tient particulièrement à cœur, c’est le combat que nous menons et qu’il faut continuer à mener contre l’extrême droite, cette droite fascisante qui met en danger  la démocratie"

 


Georges Cambier se présente
 
GEORGES CAMBIER-72DPISixième suppléant sur la liste du Sénat,  je suis père de 4 enfants et âgé de 54 ans 
Délégué syndical CSC depuis 30 ans, je travaille actuellement au TEC de Charleroi comme guichetier.
Mon plus grand désir est de combattre les injustices que le monde ouvrier subit chaque jour. Je suis aussi particulièrement attentif à la défense des pensionnés et des enfants, surtout ceux issus de familles nombreuses.
J'adhère complètement au programme du parti communiste que je considère être le seul vrai parti défendant les droits de l'ouvrier.
 

 

Pour une amélioration du pouvoir d’achat et du niveau de vie

 

Déclaration des Droits de l’Homme :  Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

On constate une diminution du pouvoir d’achat et du niveau de vie des travailleurs et allocataires sociaux. Il est clair qu’un certain nombre de frais incontournables pèsent sur les budgets des ménages. Le prix du logement, par exemple. Dans une ville comme Bruxelles, 60% de familles ne sont pas propriétaires de leur logement et il est des cas où le loyer représente jusqu’à 50% de leur budget!

A cela, s’ajoute l’augmentation constante des prix de l’énergie et de certains biens de consommation courante. Dans les familles les plus défavorisées, on se demande comment on va arriver à payer le médecin ou la scolarité des enfants.

C’est dans ce contexte difficile pour les ménages que les organisations patronales osent réclamer la suppression de la liaison des salaires à l’index afin augmenter la compétitivité des entreprises…

Et pourtant la croissance de l’économie reste positive en Belgique et les bénéfices réalisés par les entreprises explosent. Au total les entreprises du BEL 20 ont réalisé plus de 23 milliards d’euros de bénéfices en 2006 soit une augmentation de 38% par rapport à 2005.

bénéfices

Aussi nous exigeons :

·        Une augmentation substantielle du salaire minimum pour tous à 1500 euros nets par mois

·        Une liaison de l’index au coût réel de la vie prenant notamment mieux en compte la part du logement et de l’énergie dans le calcul de l’index. Le loyer et les dépenses énergétiques, en constante augmentation, sont des dépenses qui sont de plus en plus lourdes dans le budget des ménages.

·        L’égalité des salaires homme – femme


Pour des emplois stables et bien rémunérés

 

emplois-stables

Déclaration des droits de l’homme :

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

Constats :

On compte en Belgique un million de personnes sans emploi ou avec un statut précaire pour 40.000 créations d’emplois annuelles. Mais ces créations d’emplois ne compensent même pas les pertes dues aux multiples restructurations et délocalisations.

 

Les patrons belges n’arrêtent pas de réclamer une augmentation du temps de travail sans augmentation des salaires. Pour obtenir gain de cause, ils pratiquent sans scrupules le chantage à la délocalisation. Les gouvernements de gauche comme de droite restent passifs et refusent de prendre des mesures concrètes pour empêcher les délocalisations, stopper le massacre de l’emploi et la désertification économique de nos régions.

Faut-il rappeler que le droit au travail est inscrit dans la constitution et que chaque citoyen est en droit d’attendre de ses représentants politiques la mise en œuvre d’une politique efficace de création de véritables emplois et surtout une défense active des travailleurs qui ont perdu leur emploi. Notre objectif reste le plein emploi par un emploi stable et réellement utile pour chacun.

Parce qu’ils sont les seuls et uniques véritables créateurs de richesses, les travailleurs sont en droit d’exiger un emploi de qualité, durable et convenable pour toutes et tous. Nous revendiquons :

·        La mise hors-la-loi du temps partiel imposé et des différents contrats précaires.

·        Des emplois à durée indéterminée et des emplois statutaires. L’emploi statutaire doit être la règle dans les fonctions publiques et les emplois précaires résorbés rapidement.

·        Dans l’octroi d’un emploi, le bannissement de toute discrimination basée sur la nationalité, l’aspect physique, le handicap, la sexualité ou l’âge.

·        La création d’une structure permettant de contrôler les agences intérimaires. Les contrats de travail intérimaire de longue période doivent être transformés en contrat à durée indéterminée.

·        La création d’emplois publics pour rencontrer les besoins sociaux non satisfaits

·        La réduction du temps de travail à 35 h sans perte de salaire et avec embauche compensatoire qui peut aussi permettre l’accès à l’emploi

22:33 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2007

Présentation de Jackie Nagels - Pour une amélioration du pouvoir d'achat et du niveau de vie - pour des emplois stables et bien émunérés

electionsAppel à la récolte de fonds pour la campagne électorale de la Fédération de Charleroi du Parti Communiste:

 

Les moyens financiers du Parti communiste sont peu importants. Faire un minimum de campagne électorale est coûteux. Nous comptons sur l'aide de nos membres, amis et sympathisants pour alimenter notre fonds électoral. Le moindre petit versement sur le compte 001- 2039387-38 de notre fédération sera le bienvenu.

 

A nos futurs généreux donateurs, merci.


Pourquoi je  me présente sur les listes du Parti communiste au Sénat?

 

NagelsLa raison en est simple : je suis devenu  membre du PCB à l’âge de 21 ans parce que les objectifs du Parti – et à long terme la volonté d’instaurer le socialisme – correspondaient intégralement à ma vision du monde. Aujourd’hui, en 2007, la société n’a pas fondamentalement changé, elle est toujours capitaliste et les objectifs de jadis restent les mêmes.

On pourrait me rétorquer : partout où le socialisme a été instauré, il s’est effondré ou il s’est mué en un système  social qui n’a plus rien à voir avec le socialisme. Je ne le nie pas. C’est la triste vérité historique.
Cela enlève-t-il quelque chose à l’idéal socialiste ? Ma réponse est catégorique : NON.

En fait, le projet « socialiste » en URSS, en Europe de l’Est, en Chine, a été perverti. L’expérience de la construction du socialisme a échoué.

Cela discrédite-t-il toute tentative de construire le socialisme ? La réponse est toute aussi ferme : NON.

Cette construction du socialisme doit prendre en compte les échecs du « socialisme réalisé » et, à partir de là, œuvrer pour un projet de socialisme authentique.

C’est un socialisme démocratique qui non seulement prend en compte le verdict des  urnes mais qui de surcroît exerce un contrôle des électeurs sur les élus, qui recourt à des référendums d’initiative populaire quand des questions majeures se posent…

C'est-à-dire  un socialisme qui s’en prend frontalement au pouvoir exorbitant des grandes entreprises multinationales et nationales. Qui interdit au grand capital de prendre la poudre d’escampette quand  le taux de profit est plus élevé dans d’autres régions du monde. Qui l’oblige d’investir à l’intérieur de nos frontières et donc de créer de l’emploi. Et s’il refuse de s’incliner, la sanction sera simple : une participation croissante de l’Etat dans le capital. La nationalisation n’interviendra que si le grand capital pèche par incivisme.

C'est-à-dire un socialisme  qui  modernise l’appareil de production en investissant massivement dans la recherche – développement et dans les nouvelles technologies. Dans ce domaine, la  Belgique accuse des retards significatifs. Ici encore, une législation appropriée peut forcer le capital à investir plutôt qu’à satisfaire le plaisir de ses actionnaires.

Dans l’immédiat il faut mettre un arrêt aux privatisations et promouvoir des services publics de qualité et efficients, il faut stopper la précarisation notamment en renforçant la sécurité sociale, il faut des transports en commun gratuits et efficaces, il faut une fiscalité plus équitable. L’application de ces mesures concrètes et partielles nous rapprochera du socialisme que j’appelle de mes voeux


Pour une amélioration du pouvoir d’achat et du niveau de vie

Déclaration des droits de l’homme :  Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

pouvoir-achat

On constate une diminution du pouvoir d’achat et du niveau de vie des travailleurs et allocataires sociaux. Il est clair qu’un certain nombre de frais incontournables pèsent sur les budgets des ménages. Le prix du logement, par exemple. Dans une ville comme Bruxelles, 60% de familles ne sont pas propriétaires de leur logement et il est des cas où le loyer représente jusqu’à 50% de leur budget!

A cela, s’ajoute l’augmentation constante des prix de l’énergie et de certains biens de consommation courante. Dans les familles les plus défavorisées, on se demande comment on va arriver à payer le médecin ou la scolarité des enfants.

C’est dans ce contexte difficile pour les ménages que les organisations patronales osent réclamer la suppression de la liaison des salaires à l’index afin augmenter la compétitivité des entreprises…

Et pourtant la croissance de l’économie reste positive en Belgique et les bénéfices réalisés par les entreprises explosent. Au total les entreprises du BEL 20 ont réalisé plus de 23 milliards d’euros de bénéfices en 2006 soit une augmentation de 38% par rapport à 2005.

Aussi nous exigeons :

·        Une augmentation substantielle du salaire minimum pour tous à 1500 euros nets par mois

·        Une liaison de l’index au coût réel de la vie prenant notamment mieux en compte la part du logement et de l’énergie dans le calcul de l’index. Le loyer et les dépenses énergétiques, en constante augmentation, sont des dépenses qui sont de plus en plus lourdes dans le budget des ménages.

·        L’égalité des salaires homme – femme

  Pour des emplois stables et bien rémunérés

 

Déclaration des droits de l’homme :

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

Constats :

choses_changent_johann_sfar_le_chat_du_r

On compte en Belgique un million de personnes sans emploi ou avec un statut précaire pour 40.000 créations d’emplois annuelles. Mais ces créations d’emplois ne compensent même pas les pertes dues aux multiples restructurations et délocalisations.

 

Les patrons belges n’arrêtent pas de réclamer une augmentation du temps de travail sans augmentation des salaires. Pour obtenir gain de cause, ils pratiquent sans scrupule le chantage à la délocalisation. Les gouvernements de gauche comme de droite restent passifs et refusent de prendre des mesures concrètes pour empêcher les délocalisations, stopper le massacre de l’emploi et la désertification économique de nos régions.

Faut-il rappeler que le droit au travail est inscrit dans la constitution et que chaque citoyen est en droit d’attendre de ses représentants politiques la mise en œuvre d’une politique efficace de création de véritables emplois et surtout une défense active des travailleurs qui ont perdu leur emploi? Notre objectif reste le plein emploi par un emploi stable et réellement utile pour chacun.

Parce qu’ils sont les seuls et uniques véritables créateurs de richesse, les travailleurs sont en droit d’exiger un emploi de qualité, durable et convenable pour toutes et tous. Nous revendiquons :

·        La mise hors-la-loi du temps partiel imposé et des différents contrats précaires.

·        Des emplois à durée indéterminée et des emplois statutaires. L’emploi statutaire doit être la règle dans les fonctions publiques et les emplois précaires résorbés rapidement.

·        Dans l’octroi d’un emploi, le bannissement de toute discrimination basée sur la nationalité, l’aspect physique, le handicap, la sexualité ou l’âge.

·        La création d’une structure permettant de contrôler les agences intérimaires. Les contrats de travail intérimaires de longue période doivent être transformés en contrat à durée indéterminée.

·        La création d’emplois publics pour rencontrer les besoins sociaux non satisfaits

·        La réduction du temps de travail à 35 h sans perte de salaire et avec embauche compensatoire qui peut aussi permettre l’accès à l’emploi

00:09 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/05/2007

 Magali Moreau se présente - Une pension décente pour tous - Un logement démocratique et de qualité pour tous

electionsAppel à la récolte de fonds pour la campagne électorale de la Fédération de Charleroi du Parti Communiste:

 

Les moyens financiers du Parti communiste sont peu importants. Faire un minimum de campagne électorale est coûteux. Nous comptons sur l'aide de nos membres, amis et sympathisants pour alimenter notre fonds électoral. Le moindre petit versement sur le compte 001- 2039387-38 de notre fédération sera le bienvenu.

 

A nos futurs généreux donateurs, merci.

 


 

Magali Moreau se présente.

 

MAGALI-72DPINée le 14 juillet 1951, j'ai souvent envie de faire la révolution autour de moi. Pas facile car seule, on ne peut rien faire, c'est pourquoi, j'ai
accepté d'être candidate d'ouverture sur la liste P.C.

Membre d'une fraterie de quatre enfants, nous avons toujours pris la mesure de l'autre avec des coups de gueule bien souvent mais l'intérêt commun a toujours été le fil conducteur.

Je gère avec deux autres collègues les documents sociaux  d'un C.P.A.S. : de l'allocation de naissance en passant par les compléments de chômage, C.4 et pension de survie , tout transite par notre cellule comme on dit maintenant,

Je peux vous dire que se battre au quotidien contre l'inertie de
l'administration n'est pas un vain mot, nous dépensons le maximum d'énergie afin de falciliter les démarches à effectuer par les agents perdus dans ce dédale de documents.

coqMoi aussi, comme beaucoup d'entre nous, je rêve d'écologie sociale : un monde plus juste dans un monde plus vert mais la  pauvreté  endémique de notre société m'interpelle au quotidien.

J 'ai appris en militant à une époque à ATD Quart monde que l'on n'a pas le droit d'appliquer des solutions toutes faites: il  est essentiel de laisser la parole aux premiers concernés: ce peuple de laissés pour compte se débattant éternellement pour survivre.

Qui sommes-nous pour décider ce qui est bien ou mauvais pour eux?
Nous les nantis, du haut au bas de la hiérarchie sociale , que sommes-nous prêts à abandonner de notre bien-être pour que puisse guérir ce chancre de la société?

Réagissons  maintenant! Demain il sera trop tard , ce seront  nos enfants ou petits-enfants qui tendront la main dans la rue.

 

Alors pour ce combat et les autres, unissons -nous !

Agissons  ensemble!


Une pension décente pour tous

 

pensionsPendant des années, les dirigeants politiques, les milieux patronaux et les médias ont prétendu que les travailleurs âgés devaient « laisser leur place aux jeunes » Si on était au travail à 55 ans, le gouvernement vous pointait du doigt comme responsable du chômage des jeunes. Quitter son travail avant l’âge de la retraite ne posait pas trop de problème et le système des prépensions était relativement bien accepté et pratiqué dans les entreprises privées et publiques.

 

Les prépensions étaient utilisées par le patronat pour supprimer des emplois ou encore pour diminuer les salaires en remplaçant les travailleurs âgés par de jeunes moins bien payés et engagés sous des contrats précaires. L’objectif des prépensions n’était pas la création d’emplois mais bien le maintien ou l’augmentation des profits. Le système des prépensions permettait aussi au patronat de restructurer les entreprises à moindre coût social.

 

Aujourd’hui, c’est le contraire. Le patronat et les responsables politiques n’en sont plus à une contradiction près ! Tout d’un coup le problème le plus grave de la société serait que trop peu de gens au dessus de 50 ans travaillent. L’objectif est d’en finir avec les prépensions et de retarder de manière conséquente le départ à la retraite.

 

vieillesseEt il faudrait expliquer cette absurdité monumentale de la part du patronat et des responsables politiques qui est de prétendre développer l’emploi pour les jeunes tout en exigeant des personnes âgées de travailler plus longtemps au sein de l’entreprise en retardant l’âge de départ à la retraite.

 

Aujourd’hui on assiste aussi à une privatisation d’une partie du secteur pension par le développement de fonds de pension et le développement d’un 2ème et 3ème  piliers. On évolue vers un système à deux vitesses favorisant surtout les pensionnés disposant de revenus financiers suffisants pour financer des pensions complémentaires.

 

On constate également des conditions de vie déplorables pour de nombreuses personnes âgées « parquées » dans les maisons de repos privées et publiques et une insuffisance d’aides sociales et médicales aux personnes âgées vivant à domicile.

 

Les pensions sont un salaire différé : elles doivent assurer à tous une sécurité d’existence qui ne soit pas en décalage marqué avec les revenus et le pouvoir d’achat de la population active. Nous revendiquons :

 

  • Non à toute privatisation du secteur des pensions
  • Maintien et développement d’un système public de pension basé sur la solidarité et la répartition (1er pilier)
  • Relèvement substantiel des niveaux des pensions à un  minimum de 1200 euros nets par mois.
  • Défense du pouvoir d’achat des pensionnés par la liaison au bien-être pour les pensionnés du  privé et par une péréquation automatique et intégrale de toutes les pensions pour les pensionnés des  services publics.
  • Développement de maisons de repos publiques gérées par les communes,  les villes ou la région avec des services de qualité et un personnel suffisant et qualifié.
  • Un contrôle plus efficace et plus régulier des maisons de repos privées.
  • Création dans les communes de centres d’accueil de jour intégrés dans les quartiers avec repas, activités multiples et soins médicaux en réseau
  • Elargissement de l’offre de soins à domicile en la rendant aussi abordable financièrement pour tous les pensionnés
  • Création d’une assurance autonomie pour tous (appelée aussi assurance dépendance) intégrée dans les cotisations prélevées pour la sécurité sociale et financée par l’INAMI. Il s’agit d’octroyer une allocation mensuelle forfaitaire (entre 250 et 500 euros) indépendante des revenus du bénéficiaire et indexée pour les personnes de plus de 60 ans reconnues « dépendantes » c’est-à-dire incapables de s’assumer seules.


Un logement démocratique et de qualité pour tous

 

logementLe coût du logement constitue de plus en plus une lourde charge pour les familles à revenu modeste. Au cours des années 90, il s’est produit une augmentation importante du coût du logement. Par conséquent, ce sont surtout les personnes socialement vulnérables louant sur le marché privé qui sont obligées de consacrer une part considérable de leur budget au logement. Le loyer d’un petit appartement est souvent exorbitant, et acheter soi-même un logement est pour beaucoup de gens devenu impossible financièrement.

 

Les personnes à faible revenu peuvent évidement introduire une demande pour obtenir un logement social. Mais il manque aujourd’hui des dizaines de milliers de logements sociaux et les gens sont souvent sur une liste d’attente pendant des années. Nous estimons que :

 

  • Le droit au logement doit être accessible à tous quelle que soit la nationalité, la sexualité, le handicap et le statut social du locataire.
  • Il est urgent de bâtir de nouveaux logements sociaux de qualité et correspondant aux besoins réels pour loger correctement les plus démunis.
  • De nombreux logements privés sont inhabités. C’est une situation inadmissible. La réquisition et la rénovation de ces logements abandonnés et inhabités devraient se faire de manière plus systématique par les autorités publiques.
  • Il faut stopper l’inflation incontrôlée des loyers et lutter de façon plus efficace et plus décidée contre la spéculation immobilière
  • Il est utile de développer et d’étendre les Agences Immobilières Sociales (AIS)



21:43 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/05/2007

 Présentation de Jacques Coupez - Pour la défense et la promotion de la sécurité sociale - Pour un service de santé public, gratuit et de qualité

 

electionsAppel à la récolte de fonds pour la campagne électorale de la Fédération de Charleroi du Parti Communiste:

 

Les moyens financiers du Parti communiste sont peu importants. Faire un minimum de campagne électorale est coûteux. Nous comptons sur l'aide de nos membres, amis et sympathisants pour alimenter notre fonds électoral. Le moindre petit versement sur le compte 001- 2039387-38 de notre fédération sera le bienvenu.

 

A nos futurs généreux donateurs, merci.

 

Vous pouvez également obtenir une liste de souscription en nous écrivant à PC-Charleroi, rue Jules Destrée 11 à 6020 Dampremy ou par courriel à pc.charleroi@skynet.be

 


 

Présentation de Jacques Coupez

 

PHOTO1Militant communiste, il fut conseiller communal au sein du groupe Ecolo jusque fin 2006. Jacques Coupez a assumé ce double engagement avec cohérence.

 

Il n’est de meilleur témoin que son rôle de tout premier plan dans le combat mené par les riverains du Martinet à Roux. On y trouve à l’œuvre une force faite de conviction et de persévérance, de générosité et d’intelligence dans l’action collective. Un idéal et une pratique, en somme.

 

Jacques Coupez est né à Tournai en 1948. Il a une formation technique en automatisme et régulation, acquise à l’Université du Travail. Ses premières expériences professionnelles au bureau d’études des ACEC puis à Tractebel l’ont ainsi conduit à travailler pour les recherches pétrolières en Algérie et en…Iraq. En 1978, il se tourne vers l’enseignement : il est aujourd’hui professeur à l’Athénée de Gilly.

 

Comme toute une génération de progressistes, son engagement syndical et politique s’est affirmé au rythme des luttes et des mouvements sociaux des années 60. Il n’a rien perdu de l’enthousiasme des grandes mobilisations de l’époque pour la paix et la libération des peuples. Et l’expérience n’a pas entamé son attachement au progrès social.

 

Une intense activité politique et citoyenne n’empêche bien sûr ni la vie de famille, ni les curiosités intellectuelles, ni même une longue expérience de cyclotouriste : il est vrai qu’une bonne dizaine de participations aux itinéraires des grandes classiques, de Paris-Roubaix à Liège-Bastogne-Liège, constitue une belle école d’endurance.

 

Jacques Coupez est un homme de conviction mais c’est aussi un homme de dialogue. Il n’envisage l’action politique que menée collectivement, avec le souci d’aider les citoyens à porter leurs revendications vers le pouvoir communal. Cette action de proximité en collaboration avec le mouvement associatif  est à ses yeux le meilleur garant d’une démocratie communale renouvelée qui sache rendre à la population de notre ville confiance et espoir.

 

Aujourd’hui, il continue les actions entamées au conseil communal durant son mandat  de conseiller.

 

Ainsi, aux côté des riverains de la sidérurgie, il s’implique dans la lutte contre la pollution générée par les entreprises sidérurgiques.

 

Devenu Président du comité de suivi pour l’amélioration de la qualité de l’air à Charleroi, il est le représentant des riverains au sein du comité scientifique et technique pour la révision des permis d’exploiter de ces entreprises.

 

La pression des riverains, conjuguée à l’action combinée de tous les acteurs, à déjà permis d’engranger des résultats appréciables.

 

Ainsi, des investissements environnementaux très importants sont en cours de réalisation. La plupart seront opérationnels fin 2007 ou avril 2008.

 

Une preuve s’il en est, qu’ensemble il est possible de changer le cours des choses, dans le cas présent : de concilier ECONOMIE ET ENVIRONNEMENT.

 


 

Pour la défense et la promotion de la sécurité sociale

 

sécurité-sociale

 Le dessin ci-dessus est paru dans la revue "Syndicats" du 17 décembre 2004 dans un n° consacré précisément à cet anniversaire.

 

Déclaration des droits de l’homme : § Article 22 « Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays ».

 

La sécurité sociale doit rester forte et solidaire. Nous refusons toute mise en cause du système fédéral. Nous voulons une protection sociale de qualité pour tous durant toute la vie : droit à la santé, droit au chômage, droit à une vieillesse heureuse avec un maximum d’autonomie. Nous exigeons un financement suffisant pour une sécurité sociale forte basée sur la solidarité.

 

Pour un service de santé gratuit, public et de qualité

 

Depuis les années quatre-vingt, les responsables politiques développent une politique de rationalisation de l’activité hospitalière par une réduction du nombre de lits disponibles et un regroupement des établissements. Même dans les soins de santé, profit et rentabilité prennent une place de plus en plus considérable. « Etre malade » devient hors de prix. Une famille sur trois ne peut plus payer ses factures de soins. Et plus grave encore : dix pour cent des familles reportent leurs soins médicaux par manque d’argent. La kinésithérapie devient pour beaucoup un traitement de luxe.

 

Chez beaucoup de personnes âgées tomber malade relève du cauchemar et entraîne de graves problèmes financiers et sociaux. Les soins médicaux sont de plus en plus coûteux pour le patient. Au début des années 1980, le patient ne payait de sa poche qu’un franc sur 10 pour ses soins médicaux, sa quote-part en 2003 s’élevait déjà à 4 euros sur 10. Les médicaments sont de plus en plus chers et insuffisamment remboursés.

 

On évolue ainsi vers une médecine à deux vitesses, de qualité pour les riches, médiocre et bâclée pour ceux qui ne disposent pas de moyens financiers suffisants.  On constate aussi une tendance à la privatisation du secteur santé par l’apparition d’assurances hospitalisations privées. Les assurances hospitalisations privées contribuent à cette évolution vers une médecine à deux vitesses. Seuls ceux qui ont les moyens peuvent se la payer !

 

Dans les hôpitaux il y a un manque cruel de médecins, d’infirmières, d’infrastructures de soins et de lits. De ce fait les conditions de travail sont de plus en plus pénibles pour le personnel soignant.

 

Les travailleurs cotisent à la sécurité sociale pendant toute leur vie. Il est anormal de devoir encore payer pour avoir droit à des soins corrects et gratuits pendant et après la vie professionnelle. Nous réclamons :

 

  • Le droit à des soins de santé gratuits pour tous afin de garantir l’égalité d’accès à une médecine de qualité : prise en charge à 100 % de la prévention et des soins de santé
  • Le remboursement intégral des appareils dentaires, des lunettes, appareils auditifs et autres maladies chroniques
  • Un financement à la hauteur des besoins en personnel soignant et en infrastructures hospitalières
  • La diminution des prix des médicaments et la promotion des médicaments génériques
  • L’intégration dans  l’INAMI des services et avantages octroyés par les « assurances hospitalisation »

 

Nous marquons aussi clairement notre solidarité avec le personnel soignant pour obtenir de meilleures conditions de travail et une valorisation des salaires

 


Pour en savoir un peu plus...........

 

2004 a vu fêter en Belgique les 60 ans d'instauration de la Sécurité sociale. C'est en effet à l'extrême fin de la 2de guerre, alors que les Allemands sont en pleine "bataille des Ardennes" que les partenaires sociaux et politiques mettent la dernière main à leur réalisation.

Il ne s'agissait pas d'une création de toutes pièces mais bien de la structuration et de la généralisation de différents systèmes d'assistance qui s'étaient élaborés au cours des 50 années précédentes.

Avant la mise en route définitive, les gens connurent des situations diverses qui, selon les sexes, les âges, les métiers, les lieux où ceux-ci s'exerçaient, pouvaient être très précaires ou déjà relativement sures.
Pour découvrir ces situations historiques, les étudiants de 1ère année du département social de la Haute Ecole Hemes à Liège ont été invités à interviewer les anciens en leur demandant
"comment faisait-on, quand vous étiez jeune, devant les difficultés de la vie ?" .
Vous trouverez la synthèse de leurs recherches dans le document ci-joint.

 

Le schéma ci-dessous provient lui, du catalogue de l'exposition réalisée à l'occasion des 50 ans de la Sécurité Sociale, intitulée "Sécurité sociale, la solidarité au fil des jours" et coordonnée par le CESEP (centre socialiste d'Education Permanente) en Communauté française de Belgique. Il présente les grandes structures qui composent notre système: ses buts, son fonctionnement, ses recettes et ses dépenses.

 

 

schemaSS

 

 

 

 

21:35 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/05/2007

Christine Raes se présente - Introduction du programme électoral du PC - Appel au soutien financier

 

electionsAppel à la récolte de fonds pour la campagne électorale de la Fédération de Charleroi du Parti Communiste:

 

Les moyens financiers du Parti communiste sont peu importants. Faire un minimum de campagne électorale est coûteux. Nous comptons sur l'aide de nos membres, amis et sympathisants pour alimenter notre fonds électoral. Le moindre petit versement sur le compte 001- 2039387-38 de notre fédération sera le bienvenu.

 

A nos futurs généreux donateurs, merci.

 

Vous pouvez également obtenir une liste de souscription en nous écrivant à PC-Charleroi, rue Jules Destrée 11 à 6020 Dampremy ou par courriel à pc.charleroi@skynet.be

 


Présentation de Christine Raes

 

Christine Raes

rue de Lodelinsart 180
6061 Montignies-sur-Sambre

0477/80 62 75

Membre du Parti communiste

 

PHOTO12

Née à Charleroi en 1960 je suis issue d’une famille d’ouvriers, mon père était forgeron en métallurgie et ma mère femme d’entretien à l’Université du Travail de Charleroi. Les valeurs qu’ils m’ont enseignées sont pour moi les racines de leur culture politique et leur engagement social. J’ai toujours entendu mon père dire que « pour être fort il fallait se rassembler » ce que nous tentons de faire chez les communistes !

Je suis sophrologue, mais avant de le devenir j’ai travaillé comme ouvrière plusieurs années à l’Institut A.Gailly dont j’ai connu la fermeture et toutes les souffrances que cela a pu engendrer. Ensuite, j’ai travaillé à la Funoc, endroit pour moi de prédilection parce que la philosophie de ce centre de formation rejoint tout à fait la mienne. Je suis militante au parti communiste depuis plusieurs années avec fidélité, c’est pour moi la réelle voie du changement, la voie qui s’élève haut et fort contre les injustices, même si elle n’est pas toujours bien entendue ou comprise… Nous ne voulons pas de l’ultralibéralisme, nous voulons la sécurité sociale pour chaque personne, l’insécurité dans laquelle nous vivons n’est plus supportable, nous ne pouvons plus accepter cette dégradation économique et sociale ! C'est pour ces raisons que je veux me battre avec ferveur et militantisme !

"Redresse la tête, relève-toi. Toi aussi tu as des droits.
Sors du mutisme, de l’indifférence où l’on se plaît à te voir être.
Extirpe toi de ce système qui t’écrase, t’étouffe, te manipule.

Ne te laisse plus anesthésier par des promesses jamais tenues.
Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour tes enfants.
Il faut repenser pour recommencer, il faut redonner du sens et de l’éclat au rouge délavé.
C’est ensemble que nous pourrons construire dans la dignité et le respect d’autrui.
C’est ensemble que nous redonnerons ses lettres de noblesse à une politique démocratique et sociale pour tous."


Programme du Parti Communiste

PCWB

 

Elections législatives du 10 juin 2007

Depuis de nombreuses années gouvernements successifs et partis traditionnels ont pratiqué et pratiquent toujours une politique à courte vue sans aucun programme de développement à moyen et long terme. Ils réalisent des investissements très limités ou pire encore des restructurations et rationalisations (dans les services publics et dans l’enseignement par exemple) qui ne solutionnent en rien les problèmes et parfois même les aggravent (licenciements, chômage en augmentation). Une politique d’emplâtre sur jambe de bois !

 

Dans le même temps, les diverses aides au patronat (réductions de cotisations patronales à la sécurité sociale, abaissement de la taxation du travail sur les heures sup et sur le  travail de nuit,…) se multiplient et les bénéfices des grandes entreprises cotées à Bruxelles explosent.

 

                                      Comparatif 2003 - 2006

 

untitled

On le voit, l’argent pour une autre politique existe. Nous nous proposons de mettre en place une fiscalité plus juste afin de mettre un frein à la dualisation actuelle de la société (1 Belge sur 7 vit sous le seuil de pauvreté cad avec moins de 770 euros) et à l’explosion des profits spéculatifs et boursiers (+ 33% en 2006 pour + 2.3% pour les salaires).

 

Nous proposons de réaffecter cet argent à des politiques utiles pour toute la population.  Nous souhaitons établir un inventaire des besoins réels dans les domaines de la santé, du logement, de l’enseignement, de la sécurité sociale, de l’emploi,……pour ensuite déterminer les moyens financiers nécessaires pour satisfaire ces besoins et enfin planifier les réalisations à court et moyen terme (sur 2, 3 ou 6 ans). 

 

 

 

13:42 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/05/2007

Nos cinq priorités - Présentation de Freddy Visconti -

 

Visconti FreddyFreddy Visconti, dernier suppléant et candidat d'ouverture sur la liste n° 12 (PC) se présente 

Qui êtes-vous ?

Oh, ce n'est pas compliqué. Je suis comme tout un chacun. Un simple ouvrier sidérurgiste de CARINOX qui travaille à 4 équipes (cycle de 28 jours, travail de nuit, du W-E etc.). Délégué syndical et de sécurité à la FGTB depuis les dernières élections sociales (mai 2004). Je prends très à coeur la défense des intérêts de mes collègues et me spécialise dans la sécurité du travail. Ce qui me donne déjà un fameux boulot car je dois couvrir le laminoir et l'aciérie. Avec pas mal de sacrifices, j'arrive à assumer ma tâche et à étudier la réglementation et les lois qui sont très vastes et complexes. J'en profite pour remercier mon épouse de sa patience et de sa compréhension. Ce n'est pas évident tous les jours pour elle. Bon, ben voilà, il en en assez comme cela, je ne vais pas faire comme les autres n'est-ce pas... Ah oui, je n'ai pas vraiment besoin de faire de déclaration de fortune comme des "ceuski" vu que je n'en ai pas, que je suis fauché comme la plupart de vous et ma petite maison n'a pas encore fini d'être payée...

Centres d'intérêt

  • La sécurité au travail
  • les conditions de travail
  • l'emploi
  • la solidarité avec les défavorisés
  • ceux qui luttent pour se défendre et ceux qui luttent pour un monde meilleur.

Livres préférés

  • Le Journal du Mardi et Marianne toutes les semaines. Le Soir et La Libre Belgique au coup par coup selon les évènements. Le solde des infos, je les prends sur internet.

Bienvenue sur le blog électoral de Freddy Visconti  ( Visitez:  http://freddosenat2007.skynetblogs.be)

Vous voulez que les choses changent? Arrêtez de toujours voter pour les mêmes alors.
Faut savoir ce qu'on veut n'est-ce pas? La bande des quatre (PS, PSC..heuh..CDH, MR, ECOLO) et la 5e roue du char le FN. Finalement ils tous le même programme.
S'il y a des distinctions dans la progapande, une fois au pouvoir c'est blanc bonnet et bonnet blanc. Ils sont tous là, en train de nous faire les yeux doux, la main sur le coeur. Ils disent qu'ils nous aiment mais les faits prouvent le contraire. Ce n'est pas à vous que je dois rappeller que le coût de la vie est devenu exorbitant, que les soins de santé deviennent intouchables sans une assurance privée, que le chauffage atteint le prix d'un parfum de luxe, que trouver un emploi stable relève de l'exploit, que l'enseignement devient de plus en plus cher et de moins en moins bon (c'est pas la faute aux profs) et autres désagréments comme des pensions misérables, des SDF de plus en plus nombreux et de plus en plus jeunes. La liste est longue des dégâts collatéraux de nos chers candidats des partis "traditionnels". Bien évidemment, ce n'est pas ma petite personne, ni les copains qui m'ont hébergé sur leur liste, qui va révolutionner la société, mais je ferai mon boulot d'aiguillon, de "délégué au Sénat" et ferai toutes les interventions nécessaires en votre faveur. Dans ce blog je ferai quelques commentaires sur la politique et exposerai quelques idées de ce que je veux faire. Sans plagier Ségolène Royal, je ferai des réunions publiques de citoyens pour discuter de mon action et de ce qu'il y a lieu de faire à la "haute assemblée".
 


Nos cinq priorités

 

1.      Stop aux privatisations. Promotion des services publics.

 

On présente les privatisations et la libéralisation de secteurs essentiels (poste, électricité, gaz,…) comme un plus pour le citoyen.  C’est faux !  Les prix augmentent, la qualité des services diminue. A contre courant de la logique marchande actuelle, nous prônons la défense des services publics et le développement de nouveaux outils publics.  Il existe en effet une importante capacité d’initiative dans le domaine public susceptible de créer de nombreux emplois de qualité non délocalisables.

 

2.      Stop à la précarisation

 

Aujourd’hui, 1 belge sur 7 vit sous le seuil de pauvreté (moins de 770 euros / mois). Le chômage reste très important et pouvoir d’achat des plus modestes est en constante baisse.  Nous disons stop à la chasse aux chômeurs et la dualisation de la société. Nous proposons une augmentation substantielle du salaire minimum pour tous à 1500 euros nets par mois ainsi qu’une liaison de l’index au coût réel de la vie prenant notamment mieux en compte la part du logement et de l’énergie dans le calcul de l’index. Nous exigeons l’égalité des salaires homme – femme

 

3.      Défense de la sécurité sociale.

 

Régionalisation, pressions de l’OCDE,… Les menaces sur notre sécurité sociale sont nombreuses.  Nous refusons toute mise en cause du système fédéral. Nous voulons une protection sociale de qualité pour tous durant toute la vie : droit à la santé, droit au chômage, droit à une vieillesse heureuse avec un maximum d’autonomie. Nous exigeons un financement suffisant pour une sécurité sociale forte basée sur la solidarité.

 

4.      Ecologie sociale.

 

Surproduction, recherche du profit à court terme, explosion du transport lié à la mondialisation et aux délocalisations… Le capitalisme joue un rôle moteur dans le désastre écologique actuel.  Face à ce constat, nous prônons une écologie qui ne s’appuie pas uniquement sur l’initiative individuelle, qui implique des modifications structurelles (transports en commun gratuits et efficaces, gestion publique de l’énergie,…) et qui ne pénalise pas les plus pauvres. Un Etat qui s’engage sur l’écologie, c’est aussi une chance pour l’emploi.

 

5.      Une fiscalité plus juste.

 

En 2006, les entreprises du BEL 20 ont réalisé 23 € milliards de bénéfices (50x le budget fédéral de la recherche, 4 fois celui des pensions), soit une augmentation de 38% par rapport à 2005 et un record absolu.  Les diminutions de charges patronales (sous diverses formes) sont, elles aussi, en hausse constante. Elles se sont élevées à près de 7  milliards d'euros en 2006. De l’argent est disponible pour une autre politique. Nous proposons une fiscalité plus juste par une répartition de l’impôt en fonction des revenus, une taxation des grosses fortunes et des entreprises à haut taux de profit, une lutte plus effective et plus concrète contre la grande fraude fiscale. Nous prônons par ailleurs de stopper la défiscalisation croissante des entreprises, de mettre fin au régime spécial injuste des centres de coordination pour les multinationales et de supprimer la TVA sur les produits de première nécessité.           

 

14:24 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2007

Appel du Parti communiste

Appel: soutenez le combat du Parti communiste.

 

Robert 2007-72dpi 

Dampremy, le 20 mai 2007

 

 

Madame, Monsieur,

Cher(e) Ami(e) ou Camarade,

 

La situation politique se dégrade jour après jour dans notre pays comme ailleurs. Un million de nos concitoyens sont au chômage ou occupent un emploi précaire. Le pouvoir d’achat de nos travailleurs et des allocataires sociaux décroît sans cesse tandis que les dividendes des actionnaires explosent. Les atteintes à nos droits sociaux les plus élémentaires comme la sécurité sociale, la sécurité d’existence sont dans la ligne de mire des futures coalitions gouvernementales. Les délocalisations d’entreprises s’accélèrent. La casse des services publics se poursuit. L’insécurité de vie au quotidien (revenus, logement, emploi, santé, ….) provoque des phénomènes de rejet de l’ensemble de la classe politique.

 

Tous les partis politiques traditionnels belges ont démissionné devant les exigences dictées par l’Europe, et de façon plus large, par les tenants d’un ultralibéralisme de choc qui dicte ses lois au travers d’organisations comme l’Organisation Mondiale du Commerce exigée par les USA.

 

Cdh, MR et, malheureusement PS, acceptent le fait accompli, soit par adhésion politique profonde, soit par fatalisme ou absence d'idéologie.

 

Devant une telle dégradation de la situation économique et sociale, le Parti communiste a décidé de se présenter partout où il le pouvait aux élections législatives du 10 juin prochain. Il  a présenté des listes ouvertes à tout progressiste qui partage son programme pour tenter de s’opposer aux attaques des forces de droite ultralibérales bénéficiant de la complicité tacite ou parfois agissante de la sociale démocratie (ou plutôt du social libéralisme).

 

Nous avons besoin de vous, de votre appui pour renforcer la gauche radicale incarnée par le Parti communiste et ses alliés. Relayez au maximum les informations qui vous parviendront, réalisez les fichiers électroniques d’adresses à cet effet ou participez activement à la campagne électorale en remplissant et en nous renvoyant le document ci-dessous.

 

Merci de votre appui.

 

Plus nous serons nombreux, plus notre voix portera haut !

 

Appelez à voter pour le Parti Communiste – PC

 

liste n° 12

 

Robert Tangre

1 er candidat pour le Sénat.

 


PCWB

 

Elections législatives du 10 juin 2007

 

 

Je souhaite rejoindre le staff de campagne du PARTI COMMUNISTE et m’engager à ses côtés !

 

 

Nom : ________________________________________________________

 

Prénom : ______________________________________________________

 

Adresse : _____________________________________________________

 

Code Postal : __________

 

Localité : _______________________________

 

Téléphone : ____________________________________________________

 

Email : _______________________________________________________

 

 

 

Nature de mon soutien :

 

q       Exposition d’une affiche à ma fenêtre ;

q       Participation à une campagne de « collage » ;

q       Installation d’un panneau électoral dans mon jardin de façade ;

q       Distribution de tracts ;

q       Organisation d’une réunion citoyenne à mon domicile ;

q       Autre : ___________________________________________________

 

 

 

Formulaire à renvoyer :

 

- par fax au 071 30 58 30 ;

- par courrier à Robert TANGRE, fédération de Charleroi du PC, rue Jules Destrée, 11 à 6020 DAMPREMY

- ou par courriel à pc.charleroi@skynet.be

 

 

Vous pouvez également prendre contact avec la Fédération de Charleroi du PC au 071/ 31 35 08

 

23:22 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/05/2007

C'est parti! Les listes électorales sont déposées.

 

La bonne voix à gauche!

 

Cet après-midi, le Parti communiste a déposé ses listes de candidats pour le Sénat et pour la Chambre

 

Robert-2-72DPI

 

C'est au conseiller communal de Courcelles, Robert TANGRE, instituteur retraité que revient l'honneur de conduire la liste du P C pour le Sénat.

 

Candidats effectifs

 

M.Tangre Robert                        

 

 

Instituteur      retraité         

 Courcelles                                   

2

Mme Martin Tania

 

 

Assistante sociale

Bruxelles

3     3

M. Denonville Marc

 

 

Ouvrier

Waremme

     4

Mme Gomez Rivera Claudia

 

 

Aide soignante

Morlanwelz

5

M. Nagels Jacques

 

 

Professeur retraité ULB

Rhode-Saint-Genèse

6

Mme Bologne Jeanine   

 

 

Pensionnée

Herstal

7

M. Libert Pierre

 

 

Sémioticien

Virton

8

Mme Fauconnier Martine

 

 

Auxiliaire d’éducation

Candidate d'ouverture

Marcinelle

9

Mme Depasse Florence

 

 

Travailleur sans emploi

Candidate d'ouverture

Houdeng-Aimeries

10

Mme Franck Josette

 

 

Ménagère

Flémalle

11

M. Delporte Claude

 

 

Invalide

Mons

 

12

Mme Noville Hélène

 

 

Pensionnée

Liège

13

M. Samyn Séphian

 

 

Employé

Bruxelles

14

Mme Blusztejn Zoé

 

 

Retraitée

La Louvière

15

M. Baiwir Marcel

 

 

Pensionné

Liège

 

Candidats suppléants

 

1

          Mme Driessen

                         Andrée   

 

 

Enseignante retraitée

Trooz

2

        M. Magis Maurice

 

 

 

Journaliste

Mont/s/Marchienne

3

        Mme De Hennau Martine 

 

 

Animatrice

candidate d'ouverture du Parti Humaniste

Halanzy

4

     M. Cuvelier

 Bertrand 

 

 

Travailleur sans emploi

Naast

5

 Mme Baumiet

           Annie

 

 

Retraitée

Morlanwelz

6

                    M. Cambier

Georges 

 

 

Agent TEC

Courcelles

7

   Mme Casterman Martine                                      

 

Travailleuse sans emploi

Cuesmes

8

      M. Marcus

Paul

 

 

Informaticien

Bruxelles

9

     M Visconti

Freddy

 

 

Ouvrier sidérurgiste, candidat d'ouverture

Mettet

 

Jean-Pierre

 

C'est le conseiller communal de La Louvière, Jean-Pierre Michiels qui aura l'honneur de conduire la liste communiste pour la Chambre (Hainaut) 

 

Candidats effectifs

 

1

M. Michiels Jean-Pierre

employé

Houdeng-Gougnies

2

Mme Moreau Magali

 

 

Employée administrative, candidate d’ouverture, militante wallonne, a/ conseillère communale

Courcelles

3

M. Bureau Jean

 

 

Invalide, a/conseiller communal

Colfontaine

4

Mme Delannay Marie Ingrid

 

 

Infirmière

Tournai

5

M. Gonsette Jean-François

 

 

Employé

Marcinelle

6

Mme Godenir Martine

 

 

Animatrice

La Louvière

7

Mme Delporte Christiane

 

 

Technicienne de surface

Mons

8

Mme Druart Brigitte

 

 

Retraitée

Tournai

9

M. Guillaume Robert

 

 

Pensionné, conseiller communal

La Hestre

10

Mme Michiels Jeanne

 

 

Aide familiale

Roux

11

M. Deroubaix Stéphane

 

 

Animateur socio-culturel

Tournai

12

M. Libert André

 

 

Employé

Boussu

13

M. Mathurin Pierre

 

 

Educateur

Dampremy

14

Mme Pâques Danièle

 

 

Sans

Soignies

15

M. Leclercq Jean-Pierre

 

 

Retraité

Boussu

16

Mme Balsaux Ginette

Kinésithérapeute

 

 

Mont-sur-Marchienne

17

M. Demay Christian

 

 

Agent TEC

Tournai

18

Mme Lourdeau Marianne

 

 

Travailleuse Sans emploi, candidate d’ouverture

Gozée

19

M. Caluwaerts Didier

 

 

Employé

Brunehault

 

Candidats suppléants

 

1

M. Coupez Jacques

 

 

Enseignant

Roux

2

Mme De Vleeschouwer

 Anne

 

Logopède

La Louvière

3

Mme Devlieger Nathalie

 

 

Agent d’accueil TEC, candidate d’ouverture

Jumet

4

M. Baguet Sandro

 

 

Ouvrier

La Louvière

5

Mme Raes Christine

 

 

Sophrologue

Montignies-sur-Sambre

6

Mme Seynave Thérèse

Educatrice

Mont-Sainte-Aldegonde

 

7

M. Mortelette Simon

 

 

Technicien Electrabel

Ham-sur-Heure

8

M. Duval Jean-Pierre

 

 

Technicien papetier

Le Roeulx

9

Mme Casterman Léonce

 

 

Conseillère sociale

Cuesmes

10

Bruni Jocelyne

 

 

Employée

Souvret

11

M. Durvaux Gilles

 

 

Professeur

Châtelet

 

 

00:17 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

29/04/2007

Etincelle, spécial 1 er mai

lEtincelle

 

La Fédération de Charleroi du Parti communiste invite ses membres et sympathisants à participer à l'une ou l'autre de ces manifestations du 1 er mai.

 

Liège:  Meeting et manifestation du 1er mai 
                 
A l'occasion du premier mai, la Fédération de Liège du Parti Communiste organise un meeting (relevé de la présence de Ricardo Petrella et de Deniz Demirkapi) suivi d'une manifestation.

Ce sera pour nous l'occasion de vous présenter les grandes lignes de notre programme électoral en vue des élections législatives du 10 juin prochain.

                 

11h : Meeting (Place Saint Paul)

                 

Orateurs :

 

- Marcel BERGEN, président de la Fédération de Liège du PC

- Ricardo PETRELLA, économiste, professeur émérite à l'UCL, initiateur de l'Université du Bien Commun.

- Deniz DEMIRKAPI (épouse de Bahar KIMYONGUR),     

représentante du CLEA

- Ali CETIN, représentant de BAHKEM, représentant de 
l'association culturelle turque

- Pierre EYBEN, secrétaire politique de la Fédération de Liège du PC et 1er candidat à la chambre aux élections du 10 juin.

 

12h30 : Manifestation

                 

Cortège revendicatif dans les rues de Liège. (Dislocation vers 13h30)

 


 

club chavée

 

avec un débat coup de gueule à

 

partir de 10h00 :

 

« Quelle place pour les jeunes

 

dans cette société incertaine

 

Avec :

 

Catherine FONCK (Ministre de l'Aide à la Jeunesse en Communauté Française)

Yves HERLEMONT (CGSP Enseignement)

Quentin JANSSENS (Travailleur Social)

Mélina VACCARO (Présidente des Jeunes Acteurs Citoyens)

Aurélia DETIEGE (Etudiante en "Relation Public" à l'I.C.S de Fleurus)

Manuela DA PALMA (Psychologue au C.P.C.F de La Louvière)

Coordination du Débat : Stéphane MANSY

 

Avec la précieuse collaboration de l'ASBL ARAM.

23:21 Écrit par PC Charleroi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |