13/07/2015

VAROUFAKIS: POURQUOI L'ALLEMAGNE REFUSE D'ALLÉGER LA DETTE DE LA GRÈCE

 

l'etincelle,varoufakis,grèce,allemagne,schauble

Tribune libre dans The Guardian

Le Sommet de l'Union européenne de demain scellera le destin de la Grèce dans la Zone Euro. Pendant que j'écris  ces lignes, Euclid Tsakalotos,  mon camarade, grand ami et successeur au Ministère des Finances de la Grèce, va participer à une réunion de l'Eurogroupe qui déterminera si un accord entre la Grèce et nos créanciers est possible et si cet accord comporte un allègement de la dette qui permettrait à l'économie grecque d'être viable dans la Zone euro.

Lire la suite

11/07/2015

L'Allemagne a-t-elle une dette de guerre envers la Grèce ?

 

l'étincelle,sette,nazis,allemagne

"Les Allemands, qui rechignent à financer un second plan de sauvetage pour la Grèce, devraient se souvenir de tout ce qu'ils ont pillé dans ce pays pendant la Seconde Guerre mondiale [...] Avec les intérêts, ce sont 81 milliards d'euros qui sont dus à Athènes. C'est là une autre façon de voir l'Europe et son histoire."

Lire la suite

05/07/2015

RFA: Figure historique de Die Linke, Gregor Gysi annonce son retrait

 

l'étincelle dampremy,allemagne,die linke,bindenstag,gysi

Bruno Odent extrait de l’Humanite.

Son respect des adversaires et son humour toujours en éveil lui ont permis d’acquérir la sympathie des citoyens bien au delà des rangs de la gauche.

L’ex-chef de file et figure historique de Die Linke quittera en octobre sa fonction de chef du groupe du parti au Bundestag. En arrière-plan de ce départ, le débat autour d’un éventuel accord de gouvernement avec le SPD aux prochaines élections.

 

Lire la suite

03/10/2011

Du cas grec à l’échelle européenne : l’offensive néoliberale doit être mise à l’échec

 

grèce,bce,pge,dette,france,allemagne

 

On assiste aujourd’hui à un petit jeu de chantage du peuple grec par les leaders européens et par le Fonds Monétaire International. Ce jeu, s’il n’était pas si pénible pour la société grecque, serait la risée de tout le monde. Ce petit jeu consiste à terroriser l’opinion pulbique grecque en faisant parler (des médias, des ministres, des fonctionnaires européens) d’une eventuelle faillite de la Grèce dans les jours qui viennent. Le but est facile à comprendre : faire accepter au peuple grec des politiques qui sont en train de bouleverser et de faire disparaître des acquis sociaux emblématiques, arrachés au prix fort à travers des luttes politiques et sociales.

Lire la suite