12/10/2014

Le référendum écossais, l’Union européenne et nous

écosse.jpgLe 18 septembre dernier, une majorité d’Ecossais ont dit « No ! » à l’indépendance de leur Etat. Londres et les Chancelleries européennes, principalement celles comme l’Espagne ou la Belgique qui craignaient un effet de contagion de victoire du « Yes ! », ne se sentent plus de joie. Nul, à commencer par l’Union européenne, n’avait ménagé ses soutiens à la cause du Non, les menaces n’ayant d’égal que le chantage pour influencer les électeurs. Peu ont souligné le fait que les partisans du Oui à l’indépendance accompagnaient ce choix de revendications clairement progressistes, à l’antipode des politiques d’austérité du gouvernement de David Cameron et de ses acolytes européens, tous défenseurs d’un libéralisme agressif et austéritaire.

Lire la suite